Sites et vestiges de la Grande Guerre : logitieljo62, 2 utilisateurs anonymes et 44 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Spahi auxiliaire.

n°119791
Ben El Meh​li
Posté le 07-11-2016 à 18:45:45  profilanswer
 

Bonjour.  
Dans " L'Algérie révélée " M.Meynier évoque la création d'un corps de spahis auxiliaires, sans donner trop de détails.
Quels sont la composition de ce corps, son recrutement, ses missions, son emploi ?
Au revoir.
Ben El Mehli

n°119792
zephyr joy​eux
de gabes a tatahouine
Posté le 07-11-2016 à 19:03:10  profilanswer
 

Bonjour.Je connais Mrs Planche,Ageron et Meynier.Je vais telephoner.Cordialement.


---------------
zephyr joyeux
n°119793
demonts
Posté le 07-11-2016 à 19:07:39  profilanswer
 

http://spahistoujours.discutforum. [...] nde-guerre
Voici la réponse.
Bonne soirée
François

n°119797
Ben El Meh​li
Posté le 07-11-2016 à 19:59:49  profilanswer
 

Bonsoir.
M.demonts, le lien que vous m'avez indiqué répond à mes questions, aussi je vous remercie comme je remercie ceux qui ont bien voulu me répondre.
Au revoir.
Ben El Mehli.

n°119799
Stephan @g​osto
Posté le 07-11-2016 à 20:27:11  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Je suis justement en train de lire les carnets et les lettres de Jules Riboud qui, en septembre 1914, fut affecté au corps des Spahis auxiliaires algériens. A cette époque, et durant tout l'hiver 1914-1915, cette unité était déployée dans les dunes belges, du côté de Nieuport, Dixmude, etc. Voici quelques photos extraite de ce très beau livre. Ce devait avoir de la gueule...
 
Bonne soirée.
Stéphan
 
http://zupimages.net/up/16/45/v7as.jpg
 
http://zupimages.net/up/16/45/983g.jpg
 
http://zupimages.net/up/16/45/owyj.jpg


---------------
ICI > LE 74e R.I.
Actuellement : Le "Canard du Boyau - Nouvelle série" est dans les kiosques !
n°119805
DOUDOU44
Plus penser que dire.
Posté le 08-11-2016 à 09:23:59  profilanswer
 

Bonjour !
Petites précisions extraites de :
 . l'ouvrage " L'ARMÉE D'AFRIQUE 1830-1962 " :
" On voit dans la ville de Doullens (P.C. de FOCH), un commandant de groupe de goumiers, l'émir KALEB, petit-fils d'ABD-EL-KADER : il est passé par Saint-Cyr, il a été officier de cavalerie et, officier démissionnaire, il a repris du service pour la durée de la guerre. " ;
 . la revue HISTORAMA " LA CAVALERIE FRANÇAISE " :  
" ... un corps de spahis auxiliaires, recruté, organisé et commandé par le colonel DU JONCHAY, levé comme des goums, traité en corps franc, vint en France en septembre 1914, combattit avec le G.D.T. du général BRUGÈRE dans le Nord et fut rapatrié en Algérie en 1915. ".
Bien à vous.


Message édité par DOUDOU44 le 08-11-2016 à 09:27:40

---------------
DOUDOU44
n°119806
Ben El Meh​li
Posté le 08-11-2016 à 10:43:41  profilanswer
 

Bonjour.
Un autre éclairage sur le sujet, ce lui de M.Meynier qui écrit:  
"Personne parmi les hauts responsables civils et militaires-hormis quelques émules de Lyautey -ne considère les spahis auxiliaires pour autre chose que ce qu'ils sont: une mise en scène de la politique indigène. Sur le front ils ne doivent être utilisés que pour des raids et des coups de mains. Le système des engagements volontaires continuent à avoir les préférences de l'administration algérienne ".
Précisions concernant le recrutement de ces cavaliers arabes, toujours selon M.Meynier: "Ils sont recrutés au titre des engagements pour la durée de la guerre; ils doivent chacun présenter un cheval harnaché et ils reçoivent une prime d'engagement de 100 frs - portée à 200 frs en octobre- renouvelable après six mois de service. Les chefs de peloton indigène sont assimilés pour la durée de l'engagement aux grades de lieutenants et sous-lieutenants . Finalement 10 escadrons sont constitués et envoyés en France les 5 et 6 septembre "
Au revoir et merci à tous.
Ben El Mehli
 

n°119814
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-11-2016 à 15:09:12  profilanswer
 

.  
   Bonjour à tous,
 
 
                                                                                                     Régiment de spahis auxiliaires algériens
 
 
 
   • J.M.O. – 25 août 1914 ~ 6 janvier 1916 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/1
 
   —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=32
 
 
   ■ 1er Escadron.
 
      • J.M.O. – 1er septembre 1914 ~ 28 décembre 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/2
 
      —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=31
 
 
   ■ 2e Escadron.
 
      • J.M.O. – 1er septembre 1914 ~ 20 décembre 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/3
 
      —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=38
 
 
   ■ 3e Escadron.
 
      • J.M.O. – 11 novembre 1914 ~ 21 décembre 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/4
 
      —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=38
 
 
   ■ 6e, puis 4e Escadron.
 
      • J.M.O. – 1er septembre 1914 ~ 30 novembre 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/5
 
      —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=36  
 
 
   ■ 5e Escadron.
 
      • J.M.O. – 7 septembre 1914 ~ 30 novembre 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/6
 
      —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=37
 
 
   ■ 4e, puis 6e Escadron.
 
      • J.M.O. – 10 octobre 1914 ~ 30 novembre 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/5
 
      —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=32
 
 
   ■ 7e Escadron.
 
      • J.M.O. – 25 août 1914 ~ 5 novembre 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/8
 
      —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=37
 
 
   ■ 8e Escadron.
 
      • J.M.O. – 25 août 1914 ~ 21 décembre 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/9
 
      —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=36
 
 
   ■ 9e Escadron.
 
      • J.M.O. – 27 août 1914 ~ 1er décembre 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/10
 
      —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=36
 
 
   ■ 10e Escadron.
 
      • J.M.O. – 5 septembre 1914 ~ 30 novembre 1915 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/11
 
      —> http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] em_zoom=37


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°119816
Ben El Meh​li
Posté le 08-11-2016 à 17:10:22  profilanswer
 

Bonjour M. Rutilius.
Je vous sais infiniment gré de ces liens qui ont dû vous demander une recherche considérable.
Ces documents sont très intéressants.  
Il apparait assez clairement que la création de ces formations de spahis auxiliaires algériens relèvent de la  politique de la France à l'égard des Algériens indigènes plutôt qu'à un réel besoin militaire qui peut être satisfait par la voie des engagements normaux complétés par la mise en place progressive de la conscription.
Cordialement.
Ben El Mehli

n°119829
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 08-11-2016 à 23:22:39  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
                                                                                       Actes constitutifs du corps des spahis auxiliaires algériens
 
 
   Régiment de spahis auxiliaires algériens, Journal des marches et opérations – 25 août 1914 ~ 6 janvier 1916 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 904/1, p. 18 à 29.  
 
 
                                                                                                                   Ministère de la Guerre
 
 
    Paris, 6 août 1914.
 
    n° 3.496 – 9/11
 
                                                             Instruction sur l’organisation et l’administration du corps des spahis auxiliaires algériens
 
 
   Il est créé en Algérie, pour la durée de la guerre, un corps de spahis auxiliaires indigènes algériens.
 
   Composition et commandement.
 
   Ce corps comprend des escadrons de 150 sabres chacun. Le nombre des escadrons pouvant être de 10 au maximum.
   Il est commandé par un Colonel ou un Lieutenant-colonel désigné par le Ministre, auquel sont adjoints un officier, un adjudant, deux maréchaux des logis et deux brigadiers de cavalerie.
   Chaque escadron est commandé par un officier français du Service des affaires indigènes autant que possible, auquel sont adjoints deux gradés français, pouvant servir de comptables, et quatre spahis indigènes réguliers comptant dans l’effectif de 150 sabres.
   Les officiers et gradés sont désignés par le Général commandant le 19e Corps d’armée après entente avec le Gouverneur général de l’Algérie.
   Ils sont détachés de leur corps de service.
 
   Recrutement.
 
   Les cavaliers indigènes entrant dans la composition des escadrons des spahis auxiliaires contractent un engagement pour la durée de la guerre dans les conditions prévues par le décret du 3 août 1914.
   Quatre cavaliers par escadron sont désignés comme chefs de peloton. Ils portent les insignes de lieutenant ou de sous-lieutenant, mais sans aucune assimilation.
   Les uns et les autres doivent présenter, pour être engagés, un cheval harnaché en état de faire campagne qui doit être accepté dans les conditions prévues par l’instruction du 17 mai 1914 sur l’administration des maghzens et des goums de l’Algérie ; ils ont droit, en souscrivant leur engagement, au paiement immédiat d’une prime d’engagement de 100 francs en exécution des dispositions du décret du 3 août et une indemnité spécifique de 250 francs.
   La prime d’engagement est renouvelable après 6 mois de service. L’indemnité spéciale est une fois donnée.
 
   Allocations.
 
   Ils ont droit à la solde et accessoires dus aux spahis algériens de 2e classe en campagne d’Europe. Les chefs de peloton perçoivent en outre une indemnité de fonctions égale à la différence entre la solde de spahi de 2e classe et celle de gradé (lieutenant et sous-lieutenant), dont ils portent les insignes et remplissent les fonctions.
   Les anciens soldats ont droit à la haute paye correspondant à leur ancienneté de services actifs.
   Ils perçoivent les rations de vivres et de fourrage dues aux troupes de cavalerie en campagne d’Europe.
   
   Habillement et équipement.
 
   Les cavaliers indigènes reçoivent avant de partir d’Algérie :
 
      – un burnous bleu ;
      – une ceinture de laine rouge ;
      – une musette ;
      – un bidon ;
      – un quart ;
      – une cuiller ;
      – un ceinturon d’infanterie avec trois cartouchières ;
      – un ceinturon de cavalerie à bélière ;
      – une dragonne ;
      – une ferrure de réserve :
      – le campement collectif et individuel.
 
   Ils conservent sous leur burnous le costume indigène uniformisé autant que possible.
 
   Armement.
 
   Les cavaliers indigènes recevront à leur port d’arrivée en France un sabre de cavalerie, une carabine de cuirassier avec accessoires de nettoyage et 200 cartouches.
 
   Administration.
 
   Les spahis auxiliaires sont administrés par escadron, d’après les principes posés par l’instruction du 17 mai  1914 ; néanmoins, les articles III. et IV. relatifs aux prestations en deniers et en nature ne leur sont pas applicables.
 
                                                                                                                                    *
                                                                                                                                  *   *
 
   Paris, 10 août 1914.
 
 
                                        Addition à l’instruction du 6 août 1914 sur l’organisation et l’administration du corps des spahis auxiliaires algériens
 
 
   L’instruction du 6 août 1914 (État-major de l’Armée. Section d’Afrique) sur l’organisation et l’administration du corps des spahis algériens est complétée par les dispositions suivantes :
 
 
                                                                                                                            Allocations.
 
 
   Avances à percevoir. — Avant leur embarquement, les escadrons percevront les avances et les indemnités prévues par les instructions confidentielles des 5 septembre 1909 et 11 avril 1911 ; savoir :
 
   Officiers. – Une avance d’un mois et demi de solde et indemnité de monture, l’indemnité d’entrée en campagne et, pour ceux de ces officiers qui, non montés en temps de paix, recevraient une monture à la mobilisation, l’indemnité de première mise de harnachement, sous les réserves indiquées à l’article 99 et suivants de l’instruction susvisée du 5 septembre 1909.  
 
   Sous-officiers à solde mensuelle. – Une avance d’un mois et demi de solde et, pour les adjudants, l’indemnité d’entrée en campagne.
 
   Hommes de troupe de tous grades à solde journalière. – 15 jours de solde, de prime fixe d’alimentation et de prime de viande. L’indemnité d’entrée en campagne est perçue pour les adjudants à solde journalière comme pour ceux à solde mensuelle.
   En outre, et afin d’assurer le cas échéant le paiement aux chefs de peloton, de l’indemnité égale à la différence entre la solde de spahis et celle de lieutenant et sous-lieutenant, il sera perçu un mois et demi d’avance de cette indemnité différentielle pour chaque chef de peloton.
   Les sommes provenant de ces diverses perceptions seront employées dans les conditions fixées par l’article 28 de l’instruction confidentielle du 5 septembre 1909.
 
   Taux des indemnités d’entrée en campagne à payer aux officiers et adjudants. — L’indemnité d’entrée en campagne doit être payée d’après les taux du tarif 23 du 11 janvier 1913 (E.M., Vol. 90, pages 102 et 103).
   Toutefois, par application du tableau 2, n° 14, annexé au règlement sur la solde (Dispositions particulières et observations, Vol. 88, pages 82 et 83), les officiers et adjudants qui, ayant perçu à l’occasion de leur envoi au Maroc l’indemnité d’entrée en campagne prévue à l’article 10 du décret du 14 mai 1912 (Partie semi-permanente, page 646), seraient rentrés en Algérie depuis moins d’un an, n’auront droit qu’à la différence entre les taux des deux indemnités dont s’agit.
 
   Avances et indemnités du Commandant des spahis auxiliaires et du personnel qui lui est adjoint. — Les allocations à percevoir avant l’embarquement pour l’officier supérieur commandant le corps des spahis auxiliaires, ainsi que pour les officiers ou hommes de troupe qui lui sont adjoints, seront comprises dans l’état de solde d’un escadron à désigner par le Général commandant le 19e Corps d’armée.
 
   Frais de service et de bureau. — Il sera alloué :
 
   1° – A titre de frais de service, à l’officier supérieur commandant le corps de spahis auxiliaires, 6 fr. 70 par jour ;  
   2° – A titre de frais de bureau, au commandant de chaque escadron, 0 fr. 65 par jour.  
 
 
                                                                                                                         Administration.
 
 
   L’officier supérieur commandant le corps des spahis auxiliaires et le personnel (officiers et troupe) qui lui est adjoint seront rattachés, pour la régularisation des diverses allocations, à un escadron de spahis auxiliaires à désigner par l’officier général commandant la formation dans laquelle se trouveront cet officier supérieur et ce personnel.
 
   Bureau de comptabilité. — Il est établi à la portion centrale du 1er Régiment de spahis, pour la régularisation des comptes des divers escadrons de spahis indigènes, un bureau de comptabilité dont le personnel sera désigné, sur la proposition du Colonel de ce régiment, par le Général commandant le 19e Corps d’armée.
 
 
 
                                                                                                                                    *
                                                                                                                                  *   *
 
   16 août 1914  
 
     
                                                          Instruction du Général commandant en chef les forces de terre et de mer de l’Afrique du Nord
                              pour application de la dépêche ministérielle n° 3.496 – 9/11 du 6 août 1914  organisant un corps des spahis auxiliaires algériens

 
 
   Les indigènes qui ont demandé à servir aux Spahis auxiliaires algériens seront réunis par les soins des autorités locales et dirigés par voie de terre sur le point de concentration le plus rapproché de leur résidence, de manière à y arriver et à y souscrire les engagements le 25 août ; cette date sera celle de la formation du nouveau corps.
 
   Les points de concentration sont :
 
   • Pour le département d’Oran et le territoire militaire d’Aïn-Sefra – sauf Ammi Moussa :  
 
      – Oran - Mecheria.
      – Saïda - Tlemcen.
      – Marnia - Tiaret.
      – Bel Abbès.  
 
   • Pour le département d’Alger et le territoire de Chandala et Ammi Moussa :  
 
      – Orléansville - Aumale.
      – Miliana - Blida.
      – Djelfa - Médéa.
 
   • Pour le département de Constantine et le territoire militaire de Touggourt :  
 
      – Sétif - Tebessa.
      – Bordj bou Arréridj - Kheuchela.
      – Aïn Beïda - Batna.
 
   Les mouvements de concentration s’effectueront sous la conduite des chefs de groupe après que les administrateurs civils ou militaires se seront assurés que les indigènes mis en route sont susceptibles de faire campagne et que leurs montures sont en bon état.
   Ces autorités préviendront télégraphiquement le commandant d’armes de la place de concentration de la date (et heure) d’arrivée des goumiers et de leur nombre.
   Les commandants d’armes prendront les mesures nécessaires pour recevoir les groupes de goumiers et pour les mettre en subsistance aussitôt les formalités de la signature de l’engagement remplies.
   Il sera procédé comme suit :
 
   1° – A chacun des points de concentration ci-dessus désignés, le commandant d’armes fera examiner les indigènes par un médecin militaire ou de colonisation qui délivrera un certificat d’aptitude physique à ceux qu’il admettra à contracter un engagement pour la durée de la guerre. Il ne devra pas perdre de vue qu’il s’agit de cavaliers déjà choisis au point de vue de leurs qualités guerrières.
 
   2° – Les montures seront examinées et estimées par une commission composée, par les soins du commandant d’arme, de :
 
      Président : Un capitaine d’une arme montée, ou, à défaut, un capitaine compétent.
      Membres : Un vétérinaire ; un notable indigène (ne faisant pas partie des spahis auxiliaires).
 
   Une liste d’évaluation sera dressée pour les animaux acceptés et un certificat d’acceptation délivré à chaque indigène.
 
   3° – Après la visite des hommes et des chevaux, les engagements seront reçus pour la durée de la guerre dans les conditions du décret du 3 août 1914 par le sous-intendant militaire ou son suppléant légal sur la présentation :
 
      – du certificat d’aptitude ;
      – du certificat d’acceptation de la monture.
 
   La signature de l’acte d’engagement donne droit à l’ordonnancement immédiat de la prime de 100 francs prévue par le décret du 3 août et détermine la date de l’entrée en solde.
   L’indemnité de 250 francs sera versée aux engagés à leur arrivée aux centres de formation du corps qui sont :
 
      – Blida, pour les groupes du département d’Alger ;
      – Oran, pour les groupes du département d’Oran ;
      – Maison-Carrée, pour les groupes du département de Constantine.
 
   En attendant leur mise en route, les indigènes groupés dans les points de concentration seront placés sous les ordres d’un officier désigné par le Général commandant l’Armée de l’Afrique du Nord et destiné à faire partie de la nouvelle formation.
   Ils seront exercés chaque jour aux manœuvres de la cavalerie.
   Pendant le séjour aux points de concentration, la nourriture des hommes et les fourrages des chevaux sont assurés par le corps ou détachement où les groupes sont placés en subsistance.
   Ce corps assurera de même les vivres et fourrages nécessaires au trajet en chemin de fer jusqu’à l’arrivée aux centres de formation.
   La solde sera rappelée après la réunion et la constitution définitive des escadrons.
   Dès que les opérations sont terminées aux points de concentration, le sous-intendant militaire rend compte par télégramme au Général commandant l’Armée de l’Afrique du Nord du nombre d’engagements reçus afin de permettre l’établissement des ordres de mouvement, dans les mêmes conditions que pour les troupes régulières.
   Il adressera au Lieutenant-colonel :
 
      – les spahis auxiliaires (Bureau de la Place d’Alger) ;
      – les feuilles d’engagement auxquelles sont joints :
 
         – les certificats d’aptitude ;
         – les certificats d’acceptation des montures.  
 
   Le chef de corps prendra alors toutes les dispositions pour la formation des escadrons réunis à Blida, Oran et Maison-Carrée en se conformant aux prescriptions de la dépêche ministérielle 3.496 – 9/11 du 6 août dernier.  


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°119831
Ben El Meh​li
Posté le 09-11-2016 à 07:47:27  profilanswer
 

Bonjour M.Rutilius.
Grand merci pour cette instruction qui porte création des unités de spahis algériens auxiliaires.
Ben El Mehli


Message édité par Ben El Mehli le 09-11-2016 à 08:28:53
n°119857
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 09-11-2016 à 19:03:26  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
                                                                                   Gratifications de réforme à allouer aux spahis auxiliaires algériens  
 
 
   — Décret du 28 juillet 1915 ouvrant le droit aux gratifications de réforme aux spahis auxiliaires algériens et aux militaires auxiliaires marocains (J.O. 1er août 1915, p. 5.271).
 
      —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] .item.zoom
 
     • Modifié par :
 
       — Décret du 16 août 1918 (J.O. 23 août 1918, p. 7.418).
 
          —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] .item.zoom  


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°119861
IM Louis J​ean
Posté le 09-11-2016 à 21:33:32  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
 
Ce fil est l'occasion de faire découvrir ou redécouvrir un outil très efficace pour rechercher les activités des unités pendant la Grande Guerre, pour autant que les documents aient été archivés pour pouvoir être numérisés : Journaux des unités engagées dans la Première Guerre mondiale
 
Dans le cas des Spahis auxiliaires il suffit de taper "spahis auxiliaires" dans la première ligne intitulée "Texte libre" et vous avez accès aux JMO (Journaux des Marches et Opérations) des escadrons. Il ne faut surtout pas hésiter à utiliser cette ligne avec des mots clés simples (en évitant "infanterie" seul quand même ... plus de 5 000 occurrences).
 
Cordialement
Étienne
 


---------------
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
     Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau
n°119871
Ben El Meh​li
Posté le 10-11-2016 à 12:49:05  profilanswer
 

Bonjour.  
Merci M. Louis Jean  IM  pour ces renseignements concernant l'usage des outils que nous pouvons utiliser sur le net.
Au revoir.
BeM.


Aller à :
Ajouter une réponse