FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  Prisonniers

  Tampon sur carte photo d'un prisonnier de guerre en Allemagne

 

La Grande Guerre en photos : POUDRIERE, 5 utilisateurs anonymes et 58 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Tampon sur carte photo d'un prisonnier de guerre en Allemagne

n°119727
Charraud J​erome
Posté le 04-11-2016 à 21:21:19  profilanswer
 

Bonsoir
J'ai récemment trouvé une carte photo provenant d'un prisonnier du 90e RI qui était interné au camp d'Alten Grabow (Saxe)
Sur le recto de la carte photo, on trouve naturellement le portrait du soldat, mais ce qui m'intrigue est le verso et le coup de tampon présent à côté des coordonnées du prisonnier
Faut-il y voir simplement un tampon administratif style visa de censure ou une marque confessionnelle?
La présence de l'étoile de David m'interpelle. Faut-il effectivement y voir un symbole religieux, d'autant que lorsque je lis Wikipédia, je trouve: "Le camp d'Altengrabow existait déjà en 1914 et avait servi à l'enfermement des prisonniers de guerre juifs pendant la Grande Guerre. Il devint camp militaire avant de redevenir camp de prisonniers lors de la Seconde Guerre mondiale."
NB: Je ne savais pas qu'il y avait des camps "religieux" pendant la 1ère GM.
Ceci est confirmé dans un ancien message du forum de 2009, il est dit que le camp fut transformé en camp juif en 1916 par Jean Claude (St Cypre) .
Or ce soldat a été fait prisonnier en mai 1916 à la Cote 304 (dossier CICR) et son uniforme est bien BH donc à minima 1916.
 
Le camp était-il devenu un camp uniquement religieux et j'en déduis que Rigollet était de confession juive, ou trouvait-on différentes confessions au sein du camp?
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/12/Capture35.jpg http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/12/RI090GirolletLouisPrisonnier.jpg
 
Cordialement
Jérôme Charraud


Message édité par Charraud Jerome le 05-11-2016 à 11:54:57

---------------
Facebook: Indre Grandeguerre Twitter: @indre1418
Les RI et le département de l'Indre le blog - Les soldats de l'Indre le blog
n°119736
stcypre
retraité et Handicapé
Posté le 05-11-2016 à 06:25:46  profilanswer
 

Bonjour,  
Effectivement dès 1916, le camp d'Altengrabow (ou Alten Grabow) abritera des prisonniers de confession juive, comme celui de Zossen , les PG musulmans.
Il est sûr que ce camp regroupera des soldats d'autres confessions, y compris des civils déportés, dont de nombreux sanitaires, médecins et ecclésiastiques.
Les témoins ont affirmé que dans ce camp on trouvait de nombreux Tefila (livres de prières à l'usage des israélites). Il existe de nombreuses cartes photo sur ce camp dont une indiquant: célébrons Pessah.
Ce camp sera réutilisé en 1940 et deviendra le Stalag XI A.
Cordialement.
J. Claude.


---------------
la vérité appartient à ceux qui la recherchent et non à ceux qui croient la détenir.
n°119737
stcypre
retraité et Handicapé
Posté le 05-11-2016 à 06:31:04  profilanswer
 

Voilà un extrait de mon dernier livre sur ce camp:
 
ALTENGRABOW ou ALTEN GRABOW
 
Camp à proximité de la ville de Magdeburg. Environ 22 000 prisonniers français et alliés ainsi que 15 000 civils (sanitaires, médecins et ecclésiastiques).
Les baraques au nombre de 96, étaient en bois avec le toit plat, elles pouvaient contenir jusqu’à 300 détenus (civils et militaires dans la même baraque).
Il y avait 20 poteaux de punition dans ce lieu et le camp de représailles rattaché était celui de Zollchow
Kommandant : Oberst Freytac
Lazarett : sous les ordres du docteur Weisser. Baraque des fous. Epidémie de fièvre typhoïde. Le cimetière se situait au lieu dit Morl.
Visite neutres : lors de la visite du 12 mars 1916, le délégué se plaint de la difficulté pour arriver au camp !
Journal : Les âmes libres (1915), puis l’Exilé (1916). Il existait également un journal polonais  le « Niewolnik Polak ».
Anecdotes : en 1916, le camp deviendra celui des prisonniers juifs. Les témoins font mention de nombreux livres de prière à l’usage des israélites « la Tefila du soldat ». Ils citaient également les grandes fêtes comme celle du jour de l’an, la fête des expiations, des tabernacles, de Pâques, etc. Ce qui les surprenait c’était la nécessité d’être au moins dix fidèles pour la prière ainsi que l’abstinence de certains aliments prohibés par leur religion. Il existe des cartes postales d’époque libellées, « célébrons Pessah ». On trouvait des juifs dans d’autres  camps, comme ceux de Germersheim, Friedrichshofen, Parchim, Rastatt, etc…
Le célèbre chanteur Maurice Chevalier sera détenu dans ce camp (de 1914 à 1916), ainsi que l’artiste Léon Weymeersch, peintre de portraits et de figurines.  
Dans ce lieu existaient une baraque chapelle, une pour le théâtre, ainsi qu’un monument aux morts. Le travail consistait à la création d’une route. Pour cela un énorme rouleau était trainé par une centaine de prisonniers.
Pour les autorités allemandes Altengrabow était un camp modèle, propre, « un de ceux où l’on conduit les commissions de neutres » (sic). Devant les baraques des petits jardinets avaient été créés entretenus par les prisonniers. Et puis la Kantine débitait du pinard !!! Mais un enquêteur révèlera : « Le sous officier Knabe, obligeait les punis à soutenir pendant un certain temps, à bout portant, un seau plein d’eau… » Durant le deuxième conflit ce camp sera le Stalag XIA.
Livres :
Blanchet E : En représailles, 1918.
Blanchin  L : Chez eux, 1920.
Charmaille G : Les émigrés du chemin de Dames, 2007.
Montvert J : En captivité, 1935.
 
 
 


---------------
la vérité appartient à ceux qui la recherchent et non à ceux qui croient la détenir.
n°119738
air339
Posté le 05-11-2016 à 08:20:06  profilanswer
 

Bonjour,
 
 
Je découvre l'existence de camps confessionnels.  
Une question : comment était établie la confession des prisonniers ?  le patronyme (Girollet plutôt que Rigollet) ? Au déclaratif ? avec quels risques pour un détenu de se déclarer de confession israëlite ?
 
 
Cordialement,
 
 
Régis

n°119743
Charraud J​erome
Posté le 05-11-2016 à 10:10:39  profilanswer
 

air339 a écrit :

Bonjour,
Je découvre l'existence de camps confessionnels.  
Une question : comment était établie la confession des prisonniers ?  le patronyme (Girollet plutôt que Rigollet) ? Au déclaratif ? avec quels risques pour un détenu de se déclarer de confession israëlite ?
Cordialement,
Régis


 
Bonjour
Pour moi, c'est une nouveauté.
Le patronyme est bien Girolet, j'ai retrouvé la fiche matricule et les fiches CICR.
Voici mon interprétation en l'état: Rien ne permet d'affirmer que Girolet est de confession juive, je prend le tampon plutôt comme un sorte de visa de validation de la censure du camp avant de transmettre le cliché à sa femme en France, en Indre et Loire pour être précis, j'ai oublié de préciser qu'il s'agit d'une carte adressée malheureusement non datée.
 
Suite à sa capture à la Cote 304, il fut envoyé au camp de Cassel, puis affecté ensuite au camp d'Alatengrabow
Extrait de sa fiche Mat.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/12/AD37RM1912GiroletLouis1.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/12/Capture36.jpg
 
Son affectation de Cassel à Altengrabow:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/12/CaptureJC55.jpg
 
Cordialement
Jérôme Charraud


Message édité par Charraud Jerome le 05-11-2016 à 12:13:32

---------------
Facebook: Indre Grandeguerre Twitter: @indre1418
Les RI et le département de l'Indre le blog - Les soldats de l'Indre le blog
n°119745
air339
Posté le 05-11-2016 à 11:10:41  profilanswer
 

Bonjour Jérôme,
 
 
 
Je pensais que toutes les cartes portaient un cachet "Geprüft" ou du même genre, comme sur ces cartes (Albert Saint Oyant, prisonnier Vaux le 26 février 1916) :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/00117.jpg
 
Jean-Claude va nous en dire plus !
 
 
Cordialement,
 
 
Régis

n°119746
Charraud J​erome
Posté le 05-11-2016 à 11:47:52  profilanswer
 

air339 a écrit :

Bonjour Jérôme,
Je pensais que toutes les cartes portaient un cachet "Geprüft" ou du même genre, comme sur ces cartes (Albert Saint Oyant, prisonnier Vaux le 26 février 1916) :
http://images.mesdiscussions.net/p [...] /00117.jpg
Jean-Claude va nous en dire plus !
Cordialement,
Régis


 
Bonjour
Merci Régis, effectivement, j'avais déjà vu ce type de tampon, mais c'est la première fois que je vois ce tampon confessionnel. Je cherche donc simplement à infirmer ou à confirmer.
 
Cordialement
Jérôme


---------------
Facebook: Indre Grandeguerre Twitter: @indre1418
Les RI et le département de l'Indre le blog - Les soldats de l'Indre le blog
n°119747
Scolari
Posté le 05-11-2016 à 13:50:56  profilanswer
 

Bonjour à tous,
bonjour Jérôme,
j'ai regardé la généalogie de son père Girollet  louis, né le 14 octobre 1843 - Cigogné, Indre-et-Loire
marié à  Jeanne Marie-Louise Rossignol
le 9 novembre 1872, Athée, Indre-et-Loire
de par son patronyme, de par son ascendance, il ne semble pas être de confession juive.
[edition] une conversion est éventuellement possible concernant son fils.... à voir
Tout comme les camps de prisonniers pour les officiers, les soldats Russes, il y avait une certaine mixité dans les populations. On peut imaginer une mixité dans le camp d'Alten Grabow.
Cordialement
Frédéric


Message édité par Scolari le 05-11-2016 à 14:02:59

---------------
Le soldat et la mort dans la Grande Guerre
n°119748
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 05-11-2016 à 14:43:01  profilanswer
 

Bonjour,
    Faute d'autre renseignement, je pencherais pour un cachet  sans arrière-pensée comme on peut en avoir, imprégnés que nous sommes par la guerre suivante. Un cachet en étoile à 6 branches (plus facile à tracer que celle à 5) en voici un sur une vieille enveloppe (1873) :
http://www.philatelie.fr/articles/images/etoile02.jpg "L'étoile chiffrée de Paris" sur http://www.philatelie.fr/articles/etoile.html connue des philatélistes.
On connait effectivement mieux les classiques tampons comme celui figurant sur une carte photo envoyée par l'un de mes G-O :
http://p2.storage.canalblog.com/27/89/816779/93131039.jpg
Il y a inévitablement eu un camp où les juifs étaient plus nombreux  : peut-être y avait-il un lieu de culte ; Uta Hinz dans Gefangen im Großen Krieg. Kriegsgefangenschaft in Deutschland 1914-1921, Klartext Verlag, Essen, 2006 indique qu'il  y en a eu à partir de 1915, parfois avec intervention d'un aumônier allemand.
Cordialement
Alain


---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
n°119751
stcypre
retraité et Handicapé
Posté le 06-11-2016 à 06:20:14  profilanswer
 

Bonjour,  
Comme je l'ai déjà dit, dans ce camp il y avait une mixité de confessions, mais il est vrai que de très nombreux juifs ont été rassemblé dans ce cal


---------------
la vérité appartient à ceux qui la recherchent et non à ceux qui croient la détenir.
n°119752
stcypre
retraité et Handicapé
Posté le 06-11-2016 à 06:35:24  profilanswer
 

erreur...
L'histoire des camps de la 1ère GM révèle pas mal de surprises, comme par exemple le seul camp de déportation fut celui de Holzminden, mais dans la plupart des camps principaux on trouvait des civils déportés... Les camps de représailles, les camps spéciaux comme le "bagne de Sedan" préfiguraient les futurs camps de la honte...
Le camp de Cassel "restera pour l'Allemagne une honte éternelle", (In le régime des PG en Allemagne, imprimerie nationale 1916). Il est vrai que ce camp fut baptisé le camp de la mort...
3 000 civils dont des femmes, enfants de 13 à 18 ans, des hommes de 75 ans... furent internés dans ce sinistre lieu. Dans ce camp eut lieu une épidémie de typhus avec plus de 10 000 cas et plus de 3 000 morts...
Le tampon Geprüft, contrôlé présentait de nombreuses variantes...
CDLT.
J. Claude  


---------------
la vérité appartient à ceux qui la recherchent et non à ceux qui croient la détenir.
n°119756
Charraud J​erome
Posté le 06-11-2016 à 11:05:48  profilanswer
 

Bonjour
 
Merci à tous, de m'avoir fait découvrir ce fait dont j'ignorais l'existence, celle de regroupements confessionnels dans certains camps.
Au final, je ne sais si Girollet était de confession juive ou non, mais là n'est pas l'important (pour moi).
D'ailleurs, ce type de donnée est difficile à confirmer du fait que les documents administratifs de la République Française ne tiennent pas compte de ce critère religieux (Loi de 1905 oblige). Il faudrait alors aller chercher du côté des archives religieuses, et non des archives administratives.
 
Cordialement
Jérôme


---------------
Facebook: Indre Grandeguerre Twitter: @indre1418
Les RI et le département de l'Indre le blog - Les soldats de l'Indre le blog

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  Prisonniers

  Tampon sur carte photo d'un prisonnier de guerre en Allemagne