FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  Prisonniers

  Prisonniers de guerre et camps de prisonniers en France

 

Il y a 53 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Précédente
Auteur Sujet :

Prisonniers de guerre et camps de prisonniers en France

n°4762
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 18-03-2005 à 10:38:19  profilanswer
 

Bonjour,
 Savez-vous s'il existe un site traitant de l'internement des prisonniers de guerre allemands, j'ai trouvé quelques traces de-ci de-là,  sur Oléron , le Frioule, les forts de Toulon et des camps des Pyrénées, mais rien de concret, et il ne me semble pas qu'on en parle beaucoup. Ont-il été envoyés comme à la 2°GM au Canada ou ailleurs, ou dans nos colonies peut-être ? Sait-on combien ils furent, tous alliés confondus, et quand sont-ils rentrés.
Merci d'avance,
Cordialement
Alain


Message édité par Charraud Jerome le 09-11-2015 à 10:04:02
n°4838
Posté le 19-03-2005 à 21:16:13  answer
 

Bonsoir,
 
Je ne suis pas certain que des prisonniers de guerre Allemands ont été internés au Frioul, ce que je sais c'est  qu'en aout septembre 14 ils étaient sur un bateau en mouillage forain et qu'ils travaillaient au tunnel du Rove à Marseille. Ce que je  sais aussi et c'est indiscutable, j'ai travaillé la  question à fond, c'est qu'au Frioul, au tout début  de la guerre,  on a interné les Alsaciens  déportés comme otages avant de les répartir dans d'autres camps en Provence de bien sinistre  mémoire.  
Cordialement CC[/b]

n°4844
Posté le 19-03-2005 à 22:03:29  answer
 

Bonsoir a tous  
Si cela peut aider...
Je sais qu'ils y en a qui ont étés internés en bretagne dans le Finistere pres de Saint pol de leon ,a Santec sur l'ile de Siek (ou Sieck?)
Ils participaient au ramassage du goemon sur les plages et aux travaux des champs .
Leur ile prison etait miniscule :meme pas 1km2! Il reste d'ailleur le batiment de la prison qui est desafecté.
Cordialement Alex

n°4858
Jean-Claud​e Poncet
Posté le 20-03-2005 à 08:39:11  profilanswer
 

Bonjour,
Je pense qu'il y en avait un peu partout.
Au camp de Coetquidan (il existe une belle série de cartes postales montrant les prisonniers au tavail);
A Briançon,
Et il nous fut beaucoup reproché par les Allemands d'en avoir envoyé en Afrique du Nord, notamment au Maroc.
Cordialment,
JCP.

n°4865
patrick me​stdag
Posté le 20-03-2005 à 11:12:21  profilanswer
 

Bonjour,  
 
Sujet très vaste , on en avait discute il y bien longtemps dans la toute première tranchee  
Celle de l’association  
en voici de cette discution une liste des camps de prisonniers en France .
http://users.pandora.be/patrick.mestdag1/PG.jpg
http://users.pandora.be/patrick.mestdag1/PG1.jpg
 
Exact on les envoyait aussi dans le Nord de l’Afrique. Pas très apprécie.
 
J’ai fait qq lectures de témoignages allemandes sur ce sujet et de mémoire.
 
Les français utilisèrent les prisonniers surtout comme main d’œuvre bon marché  
Moins que les kulies  Chinois  
Comme dans les industries de saint Etienne, et les mines ,
ce n’était pas des camps de vacances .  
Et cela surtout après la guerre ,  
car les français ont gardé les prisonniers le plus longtemps possible ,  
les derniers ont été renvoyé a leur Heimat début 1921 ,  
tout cela aussi pour avoir un moyen de pression sur les allemands pour les faire accepter les conditions de Versaillles .
(les Anglais continuèrent le blocus navale (famine)  
 et on laché leurs prisonniers fin1919)
 
Aussi ils devaient déblayer les champs de bataille, boulot assez dangereux avec beaucoup de morts (obus non explosé)
Et comme dans toutes les histoires de prisonniers ,
le mal traitement , dénoncé comme crime de guerre,  
surtout un certain Capitaine Blanché du camp de St Genest-Lerpt ,
fut en haut de la liste allemande (Gegenliste 1921)  
Déjà en 14 , les français prisonnier en Allemagne devaient entendre quand ils se plaignirent , qu’ils l’avaient beaucoup mieux que les allemands en captivité en France ?
Bien que leur sort n’était pas du tout enviable .
 (la faim pour les prisonniers alliers a la fin de la guerre en Allemagne a du être  terrible)
 
Les échappements des camps en France furent très nombreuses ,
 vers la suisse , il y en avait qui ont traverse toute la France souvent a pied ,
 et rejoint les leurs en retraversant le front (quel culot)  traverser  la Meuse était souvent le but ,et après l’armistice c’était l’énorme cafard du heimat  et la période de noël,  
 beaucoup échouèrent ,et alors c’était l’Afrique ou le camp  d’emprisonnement marin Il sur Till par exemple .
 
« O voi ch’entrate lasciate ogui speranza ! «  
Toi qui entre ici oubli toute espérance  Dante  
http://www.exercitus.net/forumfotos/files/otage_std.jpg
http://www.exercitus.net/forumfotos/files/prisonnier_std.jpg
 
Faut aussi mentionner qu’a leur retour en 1921 , ils étaient très désavantage vis-à-vis les autres soldats rentré depuis lurette et qui avaient prit toutes les bonnes places sur le marché du travail ,
ils étaient aussi souvent considèré par leurs compatriotes actifs ,
comme des pauvres cons et bougres , qui avaient cru a ce mensonge.
Quel accueil et retour a la patrie !  
Nombreux furent ceux qui s’engagèrent dans les Freicorps  la vie en Allemagne était en plain tumulte , mais cela est une autre Histoire .
 
Question ,  
 
Vingt Deux ! Vingt Deux ! était l’alarme que les prisonniers Français a Erfurt employèrent pour signaler l’arrivé d’un gardien .
 
D’où sort cette expression ? il est expliqué que c’était ce que les Apaches a Paris ??? utilisèrent pour signaler les policiers ??
 
@+
Patrick

n°4868
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 20-03-2005 à 11:31:42  profilanswer
 

Bonjour, et merci à tous.
 
Effectivement, j'avais posé la question parce que je suis tombé sur des échos (donc pas très fiables a priori) sur leurs conditions de détention, et sur la durée de celle-ci. Vos explications détaillées sont parfaites !
J'ai par contre des récits de famille sur la détention des prisonniers russes -en zone occupée donc-, les conditions étaient pitoyables, au point que ma grand-mère et ma mère (env 10 ans) se glissaient pour leur donner un peu de nourriture, les prisonniers remerciaient avec de menus objets de bois, toujours conservés.
 
Pour 22, je penchai pour le fait que nos "hirondelles" circulaient 2 par 2 (on disait hirondellles car les agents de villes circulaient  à vélo avec une grande cape qui volait), mais j'ai lu récemment que cela viendrait des typographes, qui signalaient l'appartion du chef par la somme des valeurs des lettres du mot (C=3,H=8,E=5,F=6) !! Ca a l'air d'être la version à la mode, encore faudrait-il que les typos de l'époque comptassent ( si si!) ainsi.
Encore merci,  mais je reste preneur.
Printanièrement
Alain

n°4888
Jean-Claud​e Poncet
Posté le 20-03-2005 à 17:29:06  profilanswer
 

Bonsoir,  
Hirondelle était le nom de la marque des vélos acquis pour la police municipale parisienne.
On trouve parfois des plaques à vélos avec l'hirondelle symbole de la société de cycles.
Cordialement.
JCP.

n°4895
Eric Mansu​y
Posté le 20-03-2005 à 19:51:04  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
Je signale, au cas où, l'existence de ces écrits concernant les Alsaciens détenus loin de chez eux en 14-18 :
 
Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest
n°109, 2002 : Jean-Noël GRANDHOMME, « Les Alsaciens-Lorrains dans les camps d’internement du Finistère (1914-1919) » (pages 163 à 175)
 
Annuaire de la Société d’Histoire du Sundgau
1994 : Patrick MADENSPACHER, « Pour mémoire : 1914-1915, l’odyssée des Haut-Rhinois parqués dans le camp de déportation de l’île du Frioul au large de Marseille (1ère partie) » (pages 135 à 164)
 
MAIRE (C.), Des Alsaciens – Lorrains otages en France (Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1998)
 
FILHOL (Emmanuel), Un Camp de concentration français. Les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest, 1915-1919 (Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2004)
 
Bien cordialement
Eric Mansuy

n°4896
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 20-03-2005 à 20:38:44  profilanswer
 

Bonsoir,
 .........on trouve ... autre chose, je regardais si "22" avait une autre origine , je suis tombé sur

Citation :

L'expression " mort aux vaches" a pour origine la guerre de 1870. Il ne s'agit pas de l'animal mais provient du mot allemand "wache" qui signifie sentinelle...

comme quoi  ... !!!
Pour les "hirondelles" dont l'origine remonterait à 1915, on n'aura jamais le fin mot. La REPUBLIQUE de Seine et Marne prend parti pour les capes

Citation :

Il y a quelques décennies on appelait "hirondelles" les agents de police cyclistes car ils étaient revêtus d'une longue cape noire qui leur donnait l'aspect de ces oiseaux migrateurs.

Vous auriez osé vous approcher pour vérifier la plaque ? (mais j'imagine bien la remarque :" Nous voilà transformés en hirondelles" en touchant le vélo neuf.)
Voilà qui me rapelle l'agent 22 de Quick et Flupke, mais lui, sauf accident, il est à pied : http://offloader.poliris.net/zi/bdweb/images/05/9782203324053_cg.jpg
Bonne semaine à tous
Alain

n°7446
Nikolas56
Posté le 26-05-2005 à 14:00:16  profilanswer
 

Citation :

Bonsoir à tous,
Je signale, au cas où, l'existence de ces écrits concernant les Alsaciens détenus loin de chez eux en 14-18 :
 
Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest
n°109, 2002 : Jean-Noël GRANDHOMME, « Les Alsaciens-Lorrains dans les camps d’internement du Finistère (1914-1919) » (pages 163 à 175)
 
Annuaire de la Société d’Histoire du Sundgau
1994 : Patrick MADENSPACHER, « Pour mémoire : 1914-1915, l’odyssée des Haut-Rhinois parqués dans le camp de déportation de l’île du Frioul au large de Marseille (1ère partie) » (pages 135 à 164)
 
MAIRE (C.), Des Alsaciens – Lorrains otages en France (Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1998)
 
FILHOL (Emmanuel), Un Camp de concentration français. Les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest, 1915-1919 (Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2004)
 
Bien cordialement
Eric Mansuy


 
Je me permets de reprendre cette ancien fil, pour apporter quelques précisions. Les ouvrages cités en référence ici ne concernent par les "prisonniers de guerre" à proprement parlé, mais des internés civils. La différence est grande : d'un côté les prisonniers bénéficiaient d'un statut particulier qui les protégeait contre les abus de leurs gardiens (convention de la haye) et de l'autre nous avons des civils qui ne dépendaient d'aucun texte législatif. Le terme "prisonnier" n'est valable que dans le cas d'une décision judiciaire et pénale, alors que  l'internement est le fruit d'une décision administrative.  
Cordialement,
Nikolas56

n°77499
Ferns
Où vas-tu Paul ? Vers L'Aisne
Posté le 05-05-2010 à 00:10:25  profilanswer
 

[quotemsg=4865,5,8]Bonjour,  
 
 Bonsoir Patrick,
 
Pourrais-je avoir les références de l'ouvrage de cette page SVP ? ( Auteur, titre, éditeur, année )
D'avance merci,
 
Cordialement,
 
Ferns


---------------
L'homme en campagne a les mêmes besoins qu'en temps de paix ; ces besoins deviennent même plus impérieux, étant exacerbés par une existence plus active et plus énervante.(Henry Mustière)
n°77526
marpie
Posté le 05-05-2010 à 20:08:56  profilanswer
 

Bonsoir ,
 
Aux dires des anciens , l'appelation " hirondelles " viendrait de la marque du fabricant
inscrite sur les bicyclettes utilisées par les policiers de l'époque , à confirmer ....
Bien amicalement
Marpie

n°77536
broisseau
Maurice MASSON (1893 - 1915)
Posté le 06-05-2010 à 09:58:09  profilanswer
 

Bonjour,
 
Une explication ici :
http://choletvelosport.free.fr/
 
Cordialement,
Robert


---------------
"La nuit avance. Et, doucement, le soir silencieux tisse sa brume, seul grand linceul de toile grise, pour tant de morts qui n'en ont pas."
        Roland DORGELES
n°77554
yamadori
Elsasse-Breizh
Posté le 06-05-2010 à 22:20:02  profilanswer
 

bonjour,  
 
Les prisonniers Allemands travaillant dans les fermes n'étaient-t-ils parfois  pas mieux lotis que dans les camps?  
 
http://indre1418.canalblog.com/arc [...] 43853.html
 
David


---------------
Toi qui est de Dijon, si tu reviens de la guerre, dis à ma femme de quelle façon je suis mort.
n°77555
patrick me​stdag
Posté le 06-05-2010 à 23:47:51  profilanswer
 

Citation :

Bonsoir Patrick,  
 
Pourrais-je avoir les références de l'ouvrage de cette page SVP ? ( Auteur, titre, éditeur, année )  
D'avance merci,  
Cordialement,  
Ferns


 
Bonsoir Ferns
De quel page ?
 
@+
Patrick


---------------
Verdun ….papperlapapp!  Louis Fernand Celine
Ein Schlachten war’s, nicht eine Schlacht zu nennen“ Ernst Junger.
n°83374
Flamel
Posté le 16-12-2010 à 22:51:13  profilanswer
 

Bonsoir
 
J'allais démarrer un nouveau sujet et je suis tombé sur ce fil.
Aussi je me raccroche à ce sujet. Toutefois  je vous pose mes questions:
 
Où trouver de l'information sur les camps de prisonniers en France pendant la guerre 14-18?  
 
De quel service dépendaient ils ?  
 
Y avait il déjà une convention relative aux traitements des prisonniers de guerre à l'époque ?
Y a avait il différents type de camps de prisonniers?
Y aurait-il des sources précises à Vincennes?
 
Merci par avance pour votre aide
 
Cordialement
 
Flamel

n°83400
Charraud J​erome
Posté le 17-12-2010 à 23:43:16  profilanswer
 

Bonsoir
 
Sur le sujet, quelques notes bibliographiques:
 
- M. Hervé Mauran  : Les camps d'internement et la surveillance des étrangers en France durant la Première Guerre mondiale, 1914-1920. Mention très honorable avec félicitations. Jury  : M. Jules Maurin professeur Montpellier III, directeur de thèse ; M. François Cochet , professeur Metz ; Mme Chantal Metzger , professeur Nancy II ; Mme Danielle Domergue-Cloarec, professeur Montpellier III.  
Sources: http://www.univ-montp3.fr/esid/These_mauran.htm
 
Des étrangers dans l'Ouest pendant les deux guerres mondiales :réfugiés, prisonniers et libérateurs
Ronan Richard, « Étrangers » et « indésirables » en temps de guerre. Représentations, politiques et pratiques à l'égard des populations nouvelles dans l'Ouest de la France en 1914-1918.
Jean-Noël Grandhomme, Les Alsaciens-Lorrains dans les camps d'internement du Finistère (1914-1919)
Sources : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1052
 
Jean Claude Farcy, Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1920)
Sources: http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article655.html
 
Cordialement
Jérôme Charraud


Message édité par Charraud Jerome le 17-12-2010 à 23:44:21

---------------
Facebook: Indre Grandeguerre Twitter: @indre1418
Les RI et le département de l'Indre le blog - Les soldats de l'Indre le blog
n°83448
Flamel
Posté le 20-12-2010 à 08:53:12  profilanswer
 

merci pour ces informations
 
cordialement

n°83449
Valerie Q
Posté le 20-12-2010 à 09:29:24  profilanswer
 

Bonjour,
Par hasard en fouinant dans les inventaires d'archives de la Seine Maritime, je suis tombée dans le fond de la préfecture, dans la catégorie épidémie, sur la mention d'un dossier concernant un dépôt de prisonniers allemands malades (1915) à Grand Quevilly, banlieue sud de Rouen.  
Bien cordialement
Valérie


---------------
22e RIT : http://sites.google.com/site/22emerit
Les "Pommiers" : http://pommiers19141918.canalblog.com/
n°83450
pat67
Posté le 20-12-2010 à 10:15:42  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Bruno Cabanes in "La victoire endeuillée - La sortie de guerre des Soldats Français (1918-1920)", édition Seuil, traite dans le chapitre 5 des "oubliés de la victoire - Le retour des prisonniers de guerre".  
Bien que ce problème des prisonniers tant Allemands que Français soit traité de manière générale, cette cinquantaine de pages est incontournable pour appréhender le contexte, la problématique du rapatriement, la suspicion entraînant une absence de reconnaissance aux PG Français ainsi que la politique adoptée au sujet des prisonniers ennemis.
Cordialement
Patrick


Message édité par pat67 le 20-12-2010 à 10:23:30

---------------
Patrick
n°83483
Ferns
Où vas-tu Paul ? Vers L'Aisne
Posté le 21-12-2010 à 00:45:59  profilanswer
 


Bonsoir Ferns
De quel page ?

 

@+
Patrick [/quotemsg]

 

Bonjour Patrick,

 

Je voulais parler des pages qui contiennent la liste des camps. J'avais perdu ce post que je retrouve en cherchant autre chose.
D'avance merci,

 

Cordialement,

 


Message édité par Ferns le 21-12-2010 à 00:48:00

---------------
L'homme en campagne a les mêmes besoins qu'en temps de paix ; ces besoins deviennent même plus impérieux, étant exacerbés par une existence plus active et plus énervante.(Henry Mustière)
n°83526
philippe_f​6
musée de france
Posté le 22-12-2010 à 18:28:55  profilanswer
 

Concernant les prisonniers de guerre allemand, il existe un fichier d'environ 1 200 000 fiches encore non exploité qui donne pour chaque prisonnier, le nom, le prénom, le matricule, date et lieu de naissance, grade et régiment, la profession d'origine, et sur la fiche on trouve également les affectations souvent sous forme de numéros.
 
je possède photos de quelques fiches faites cette année, mais, je ne sais pas comment transmettre la photo sue le forum
 
Amicalement Philippe  
 


---------------
Philipp
n°83527
philippe_f​6
musée de france
Posté le 22-12-2010 à 18:32:24  profilanswer
 

philippe_f6 a écrit :

Concernant les prisonniers de guerre allemand, il existe un fichier d'environ 1 200 000 fiches encore non exploité qui donne pour chaque prisonnier, le nom, le prénom, le matricule, date et lieu de naissance, grade et régiment, la profession d'origine, et sur la fiche on trouve également les affectations souvent sous forme de numéros.
 
je possède photos de quelques fiches faites cette année, mais, je ne sais pas comment transmettre la photo sue le forum
 
Amicalement Philippe  
 


 
 
voilà une photo de fiche de prisonnier allemand il en existe environ 1 200 000 jamais exploitées à ce jour.
 
Amicalement
 
Philippe


---------------
Philipp
n°83555
Flamel
Posté le 24-12-2010 à 09:48:36  profilanswer
 

bonjour,
je pense que la photo n'apparait pas. En tout cas je ne la vois pas.
Qui détient ce fichier ? Si c'est le SHD, sous quelle côte ?
 
cordialement

n°86379
Mary Thies
Posté le 07-04-2011 à 03:47:37  profilanswer
 

Hi, How can I get more information on a German Soldier who was a POW on 12 sept. 1916 Battle of Somme:  Allaines and Clery ( By Peronne)? Basically I want to know where he was from 1916 to 1920 and any information for him. 2. Westafalisches Infanterie-Regiment Nr. 15. Thank you. Mary Thies

n°86496
Ferns
Où vas-tu Paul ? Vers L'Aisne
Posté le 12-04-2011 à 00:42:11  profilanswer
 

Bonsoir Philippe,
 
Effectivement, pour prendre le pas de Flamel, il serait intéressant de connaître l'institution qui préserve ces fiches. J'ai une petite idée genre la Croix Rouge à Genève...Mais là, c'est comme au poker, faut payer pour voir non ?
Toujours pas de réponse de Patrick concernant l'origine des pages scannées, tant pis.Quand on reproduit un document, la moindre des choses est de citer la source...
 
Cordialement,
 


---------------
L'homme en campagne a les mêmes besoins qu'en temps de paix ; ces besoins deviennent même plus impérieux, étant exacerbés par une existence plus active et plus énervante.(Henry Mustière)
n°86511
Perplexe29
Posté le 12-04-2011 à 22:38:10  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et tous,
Les pages scannées proviennent du document suivant:
Histoire postale et militaire de la guerre de 1914-1918
du Lt-Colonel C. DELOSTE: Membre correspondant de l'Académie de Philatélie (1968).
Que j'avais diffusé en son temps dans "l'ancienne mouture" du forum.
Cordialement
Robert


---------------
1914-1918 autrement
http://pagesperso-orange.fr/histop [...] par4p1.htm
n°86514
arvellavi
Posté le 13-04-2011 à 00:01:47  profilanswer
 

Bonsoir,
Des prisonniers de guerre allemand ont été répartis dans beaucoup de départements au sud de la Loire, par exemple en Haute Loire, lors de l'incendie des forêts de Cheyssac et Nolhac, commune de Saint Pierre du Champ, les 24 et 25 août 1918 à la demande du maire, le préfet a envoyé une équipe de prisonniers pour combattre le sinistre, particulièrement dans les gorges de l'Arzon. A charge de la commune de fournir leur subsistance pendant le séjour. Les dépenses se sont élevées à la somme de 115 francs, somme payée par la commune à Delabre Louis de Cheyssac qui en a assuré la charge.
Sources : archives des délibérations du conseil municipal.
Ces prisonniers pouvaient venir de différents dépôts du département : détachement de prisonniers de guerre du Puy, dépôt des prisonniers de guerre de Monistrol sur Loire où dépôt de prisonniers de geurre de Tiranges. Ceux de ce dernier dépôt ont travaillé aux travaux de terrassement et de maçonnerie pour la construction d'une usine Hydroélectrique.
Cordialement Martin


---------------
Martin
n°97264
Bernard L
Posté le 26-12-2012 à 19:05:20  profilanswer
 

Mary Thies a écrit :

Hi, How can I get more information on a German Soldier who was a POW on 12 sept. 1916 Battle of Somme:  Allaines and Clery ( By Peronne)? Basically I want to know where he was from 1916 to 1920 and any information for him. 2. Westafalisches Infanterie-Regiment Nr. 15. Thank you. Mary Thies


n°97330
bruno17
1er RTA: Toujours le premier!
Posté le 31-12-2012 à 17:14:33  profilanswer
 

Bonjour,
Dans mes recherches aux Archives du 17 concernant l’explosion de l’usine Vandier en 1916, parmi les employés tués ou blessés, je retrouve 4 prisonniers :  
-VOGEL Frédéric : prisonnier Austro-allemand, né à Frantzfild, Hongrie en 1881, employé comme menuisier à l’usine Bertrand.
-LUDWIG Charles Frédéric : prisonnier Austro-allemand, né à Rosenthal, Allemagne, en 1876, employé comme mécanicien à l’usine Bertrand.  
(Tous deux décédés à l’hôpital militaire Aufredy des suites de leurs blessures)
 
-WEGSCHEIDER : prisonnier Autrichien, employé au Phospho Guano.  
-BOGUER-MAYER : prisonnier Autrichien, employé au Phospho Guano.
(Tous deux hospitalisés à l’hôpital annexe Fénelon)  
 
Quelques photos trouvées sur Delcampe
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/ArriveePrisonniersallemands.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/PrisonniersallemandsalaGaremaritime.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/PrisonniersallemandsiledeRe.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/PrisonniersallemandspartantpourleMaroc.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/1757/PrisonniersallemandsOleron...jpg
 
Cdlt
BB


---------------
Bruno BAVEREL - Romans: "Lieutenant indigène", "Étienne et les sirènes" (2007 et 2009 La Découvrance éditions) - "Le tombeau des quatre ours" (2015 Éditions du Croît-Vif) - "La vie sexuelle des alligators" (2017 Amazon Kindle Publishing)
n°99155
Jean RIOTT​E
Posté le 01-05-2013 à 11:54:33  profilanswer
 

Bonjour à tou(te)s,
Suite à la contribution de sesouvenir "Prisonniers capturés par l'armée allemande: statistiques" je fais remonter ce sujet qui traite essentiellement des prisonniers allemands en France.
Je pense qu'il peut intéresser nombre de nos participant(e)s et lecteurs(trices).
Cordialement,
Jean RIOTTE

n°99165
Shark26048​6
Posté le 01-05-2013 à 17:37:05  profilanswer
 

petite contribution :
 
Au début de la guerre, un contingent de 6000 prisonnier Allemads fut accordé au Général Lyautey, générale de France au Maroc pour l'aide à la construction de chemin de fer et de bâtiment militaire tel que des avant post. Ceci est dut à la main d'oeuvre "indigène" qualifié d'inssufisante et à la diminution de la main d'oeuvre Française pour les besoin de l'armée.
 
En plus d'un intêret pour les tâches manuel, ce fut aussi un coup politique afin de marquée les esprits : Ceci attesté définitivement l'occupation Française au Maroc tout en détruisant l'influence et le prestige de l'Empire Allemand dans tout l'Islam.
 
La campagne de diffamation entreprise dès juin 1915, qui s'échoua par un echec cinglant ne fut que le début de la réponse Allemande, il fallait qu'a tout prix et pour des raisons politique les prisonniers soit évacués du sol Marocain.
 
Ils entreprirent donc des represailles :  
 
Au mois de juillet 1915 des milliers de prisonniers Français choisit parmis ceux que leur éducation, leur profession rendaient le moins aptes aux travaux pénibles furent envoyés dans les Marais du hanovre et di Sleswig où ils restèrent environs deux mois
 
En avril 1916, c'est au nombre de 30 000 que des prisonniers choisit de la même manière partirent dans les régions désolées de la Pologne et de la Courlande envahies. Ils n'ont pas était tendre et parfois, sous l'ordre de leurs "bourreaux", ils étaient forcé d'ecrire à leur famille.
Ce système de préssion sur les classes dirigeantes et éclairées afin d'obtenir la libération de leur prisonniers au Maroc et en parrallèlle à l'effort décisif entrepris par les Allemand sur Verdun.  
L'évacuation des prisonnier s'effectua dès avril 1916 sou sl'influence de considérations économique. les prisonniers auraient satisfait les besoin urgent de la colonies et les "indigènes" étaient donc suffisante à ce moment là.
Au contraire, en France, le manque de main d'oeuvre ce fit sentir pour les récoltes et il fut envoyé 2000 prisonniers présent au Maroc.
Au mois de septembre par l'intermediaire de l'ambassade d'espagne à Berlin, les prisonniers furent tous évacuées en contrepartie de la supréssion des camp de représailles. Il est clair selon eux que rien n'amené à laisser les prisonniers au Maroc face à cette inhumanité et à la vie de 30 000 de nos jeunes Français.  
 
Mon arrière arrière grand père a travaillé à la construction de bâtiments proches de ces prisonniers au Maroc. Il était membre de la 127 RIT. Il m'a apporté des données grâce à ses lettres écrite à la famille que je conserve.  
 
Ces écrit mon amené à consulter un bon document scanné sur internet dont je vous ai fait un résumé (Voici le liens pour plus d'informations : http://libcudl.colorado.edu/wwi/pdf/i73722558.pdf  
 
Il faut noter que cet écrit est un écrit Français et que les termes employés est en faveur des Français.
 
 
Cordialement,
Shark


Message édité par Shark260486 le 01-05-2013 à 21:14:40
n°99166
JeanMiche
Picarde maudissant la guerre.
Posté le 01-05-2013 à 19:08:31  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Le lien fourni par Shark ne fonctionne pas en raison d'un mauvais libellé. Il faut copier/coller le lien dans la barre d'adresse du navigateur en prenant soin de supprimer la parenthèse et le point après pdf.
 
Attention, fichier lourd et long à charger en raison de nombreuses photos ?.


Message édité par JeanMiche le 01-05-2013 à 19:09:04

---------------
  Cordialement               Jean Michel
n°99167
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 01-05-2013 à 19:55:07  profilanswer
 

Bonjour
          En temps de guerre (seulement?) tout est bon : le même système de représailles fut utilisé envers les prisonniers civils (à la suite de déplacement de personnalités lors de l'entrée en Alsace) voir http://civils19141918.canalblog.co [...] 55034.html
Cordialement
Alain


---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
n°99168
Shark26048​6
Posté le 01-05-2013 à 21:21:23  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Merci JeanMiche de m'avoir fait remarquer le souci avec le lien.
En effet ce pdf est un peu lourd, c'est un livre de 1917 sur les prisonnier de guerre Allemands au Maroc avec quelques photos.
Merci Alain pour ce nouveau lien.
 
Cordialement,
Shark

n°99345
Arnaud Car​obbi
Alc ixh xan
Posté le 10-05-2013 à 18:44:25  profilanswer
 

Le titre de ce sujet a été édité par Arnaud Carobbi
 
Bonjour à tous,
 
Afin de faire le pendant au sujet Prisonniers de guerre et camps de prisonniers en Allemagne, j'ai modifié le titre d'une discussion généraliste sur la question des prisonniers et des camps de prisonniers en France sur la proposition de Jean Riotte.
 
Bonne discussion sur le sujet,
Cordialement,
Arnaud, modérateur.


Message édité par Arnaud Carobbi le 10-05-2013 à 18:46:46

---------------
Le parcours du combattant de 14-18 24/07/2017 : Les sites sur 14-18 disparaissent... sur internet aussi.
n°99552
rslc55
Posté le 22-05-2013 à 21:56:13  profilanswer
 

Bonjour
 
Quand a-t-on rapatrié les derniers prisonniers de guerre allemands ?
Les officiers n'étant pas astreints au travail, ont-ils été libérés avant les hommes de troupes ?
Merci.
Pierre

n°99553
Jean RIOTT​E
Posté le 22-05-2013 à 22:57:33  profilanswer
 

Bonsoir Pierre,
Le jour de la signature du traité de Versailles (28 juin 1919) la France détient 225000 prisonniers allemands.
Paris ne consent à les libérer que très lentement car la France a besoin de cette main d'oeuvre prisonnière pour relever le pays: sécurisation des champs de bataille, déblaiement des ruines en particulier. Or, la paix signée, aucun accord n'autorise la France à garder ces prisonniers. C'est donc très lentement que fin 1918 commence la libérations des prisonniers... en commençant par les ottomans, polonais, et ressortissants des empires centraux (6000 hommes environ).  
Le rapatriement des prisonniers allemands s'amorce véritablement en septembre 1919 pour prendre fin début mars 1920.
Cordialement,
Jean RIOTTE

n°99560
yvo35
Posté le 23-05-2013 à 12:40:39  profilanswer
 

Bonjour,
 
A propos de la liste postée le 20-03-2005 à 11h12,
quelle est la différence entre "camp de Coëtquidan" et "Coëtquidan"?


---------------
Cordialement
Yvonnick
n°99566
Jean RIOTT​E
Posté le 23-05-2013 à 14:37:29  profilanswer
 

Bonjour,
Je ne possède pas LA réponse, mais seulement des suppositions, des hypothèses!
Le Camp de Coëtquidan pourrait être un camp pour sous-officiers et soldats, tandis que Coëtquidan pourrait avoir été un lieu d'internement pour officiers ou un lieu de soins (infirmerie-hôpital?).
Cordialement,
Jean RIOTTE

 Page :   1  2
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  Prisonniers

  Prisonniers de guerre et camps de prisonniers en France