FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  autre

  En campagne avec Paul Lintier et Pierre de Mazenod

 

23 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Précédente
Auteur Sujet :

En campagne avec Paul Lintier et Pierre de Mazenod

n°68476
ALVF
Posté le 22-09-2009 à 18:51:30  profilanswer
 

Bonjour,
 
Tous les lecteurs de Norton-Cru savent que les deux livres de Paul Lintier sont à classer au tout premier plan en ce qui concerne les témoignages d'artilleurs et que ceux de Pierre de Mazenod ne sont pas à négliger, d'autant plus que Mazenod fut le lieutenant de Lintier avant la guerre et son capitaine en 1915-1916.Je rappelle les titres de ces livres excellents:
-Paul Lintier "Ma pièce"-Plon 1916.
-Paul Lintier "Le tube 1233"-Plon 1918.
-de Mazenod "Dans les champs de Meuse"-Plon 1921.
-de Mazenod "Les étapes du sacrifice"-Plon 1922.
En 1914, Paul Lintier, engagé volontaire, sert à la 11ème batterie du 44ème R.A.C. et de Mazenod, promu capitaine le 24 juin 1914, est officier chargé de la mobilisation du même régiment.Mazenod, plus jeune capitaine du régiment, prend tout naturellement le commandement de la 29ème batterie du "Groupe de Renforcement du 44ème R.A.C", créé de toute pièce à la mobilisation avec un faible "noyau actif" de gradés et de maîtres pointeurs, tous les autres personnels étant des réservistes.Lintier, parti avec la 11ème batterie active, rejoindra ce groupe de renforcement en 1915 à l'issue de sa blessure.
Les lecteurs attentifs de ces 4 livres ont certainement cherché en vain les JMO des trois batteries de ce groupe de renforcement du 44ème R.A.C. qui n'existent pas au SHD.
Heureusement, à défaut de JMO, les livres de nos auteurs sont suffisamment précis pour reconstituer le parcours de ce groupe.
Je viens de trouver un témoin inattendu, prénommé Georges, cuisinier à la 28ème batterie, unité support du commandement du Groupe et qui avait la bonne habitude de prendre des photos ce qui va nous permettre d'illustrer la vie du groupe et aussi la mort de Paul Lintier.
La quarantaine de photos prises par ce brave poilu ont pu être sauvées et je les ai acquises (au prix d'une "bonne" photo, tarif "site d'enchères bien connu"!).Comme quoi il ne faut pas désespérer, j'ajoute que le dernier livre de Mazenod a été acheté cette année au prix de 10 Euros auprès d'un libraire professionnel de Versailles, dédicacé par l'auteur à un Général (encore un bon exemple de marchand "honnête" ).
 
En préambule, un petit rappel sur ce groupe de renforcement du 44ème R.A.C.A la mobilisation, les trois régiments d'Artillerie de Campagne du Mans (26°, 31° et 44° R.A.C.) formaient chacun un Groupe de renforcement dont la réunion formait l'Artillerie de la 54ème Division de Réserve.Dès septembre 1914, la 54ème D.R est dissoute, les groupes de renforcement des 31ème et 44ème R.A.C. passent au VIème Corps d'Armée et serviront avec la Division de Marche de Verdun (de Morlaincourt).En juin 1915, ces deux groupes passent à la 129 ème D.I nouvellement créée.Enfin, le 1er avril 1917, ces groupes restent à la 129 ème D.I mais sont incorporés dans un nouveau régiment, le 231ème R.A.C.
J'espère que tout le monde suit!En résumé, le groupe de renforcement du 44ème R.A.C. devient le "nouveau" 3ème Groupe du 231ème R.A.C. à partir du 1er avril 1917.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img661.jpg1..jpg
Notre témoin, Georges X..., ici décoré de la Croix de Guerre au 231ème R.A.C après le 1er avril 1917.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img662-bis.jpg1..jpg
"On entend les commandements des officiers et des chefs de pièce"-Lintier "Ma Pièce" page 2.
Photo prise au Quartier Paixhans du Mans abritant le 31ème R.A.C et des éléments du 44ème R.A.C, ce dernier régiment du 4ème Corps d'Armée n'a été créé qu'en 1910.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img662.jpg2..jpg
     Officiers, sous-officiers du 44ème R.A.C, plus Georges, en béret, en haut à droite,
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img649.jpg1..jpg
"Les boches amènent une batterie de 210...leur première sortie fut pour le clocher de Ville-en-Woëvre...aussitôt les photographes de se précipiter sur leurs appareils"-Cne de Mazenod "Dans les Champs de Meuse" page 267.Georges date ce bombardement du 3 mars 1915.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img663.jpg
"Visite des échelons à Bernatant...Ah! Cette jolie chose qu'est le sous-bois d'avril, profané, piétiné, saccagé".Cne de Mazenod "Les étapes du sacrifice", page 31.Georges a pris cette photographie en avril 1915, les échelons ont été menacés par l'attaque allemande de la Tranchée de Calonne.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img664.jpg1..jpg
"Le cuisinier qui nous apporte ces tuyaux paraît affirmatif...Ah! Ces cuistots, quels stratèges!".Cne de Mazenod "Les étapes du sacrifice" page 29.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img666.jpg1..jpg
        Explosion d'un tube à la 28ème batterie du 44ème R.A.C au printemps 1915.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img667.jpg
"Notre casemate est couverte de rails de chemin de fer placés de champ côte à côte, de petits rondins et de plus de 500 sacs de ciment".Lintier "Le tube 1233" page 258.Cette casemate, photographiée en Lorraine par Georges au début de 1916, est du même type que celle où Lintier fut tué le 15 mars 1916.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img668.jpg
"Le 3 juin (1916), le groupe, relevé, se réunit à Faulx où il reçoit un nouveau chef, le commandant Auduit, un vieux colonial, qui a passé au Tonkin une partie de sa carrière".Cne de Mazenod "Les étapes du sacrifice" page 186.
Le commandant Audouit arbore une tenue immaculée et l'ordre du Dragon d'Annam, dans quelques jours, lui et son groupe, vont connaître l'enfer de Verdun!
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img669.jpg1..jpg
"Aujourd'hui le boche...mit le feu à un dépôt de gargousses...Le Lt Cordier se précipita pour enrayer l'incendie...Le malheureux fut atrocement brûlé".Cne de Mazenod "Les étapes du sacrifice" page 227.
Cette tragédie a eu lieu au Bois le Prêtre le 28 juillet 1916.Georges précise au dos de cette photographie "L'emplacement où fut blessé le lieutenant Cordier il y a quelques jours".
J'espère que ce petit résumé vous aura intéressé!Les témoignages sur les Groupes de renforcement sont rares, ils ont rarement les honneurs des "Historiques" imprimés.
En tout cas, les quatre livres de Paul Lintier et de Pierre de Mazenod sont à conseiller absolument à tous ceux qui veulent mieux connaître la vie et la mort des artilleurs de la Grande Guerre.
Cordialement,
Guy François.

Message cité 1 fois
Message édité par ALVF le 14-11-2013 à 17:40:17
n°68481
rolando
Qui meurt a ses lois de tout..
Posté le 22-09-2009 à 19:59:30  profilanswer
 

Bonsoir Guy, bonsoir à toutes et à tous,
 
 Merci pour ce témoignage photographique rare, avec en parallèle les commentaires de "bons auteurs".
 Je n'avais jamais vu de photos de tubes éclatés, prises par un amateur, bien que ce grave accident soit signalé par des témoins. Cependant, le livre de J. Campana, sous le titre "Les progrès de l'Artillerie, L'artillerie française pendant la guerre de 1914-1918" paru en 1923 montre 4 photographies de tubes éclatés. Vous connaissez probablement cet ouvrage destiné aux spécialistes !  
 
 Bien cordialement,
 Caballero.


---------------
Caballero
n°68482
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 22-09-2009 à 20:09:19  profilanswer
 

Bonsoir,
Grand merci, Guy, pour ce "petit" exposé illustré, bien dans votre manière, aussi savante que sobre, et du plus grand intérêt pour les "béotiens" de mon espèce en matière d'artillerie.
Les éclatements de tube ont fait plus d'une victime chez les servants, comme je l'ai relevé dans le peu de JMO que j'ai consultés...
Bien à vous,
Achache


---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°68483
dominique ​rhety
Posté le 22-09-2009 à 20:56:54  profilanswer
 

Bonjour Guy,
 
on retrouve le JMO de la 11e batterie du 44e dans celui de 22e batterie du 244e RAC (26N1051/1). Celui du Groupe de Renforcement dans le JMO du 3e groupe du 12e RAC (26N925/7).  
La lecture en est assez décevante tant ils sont laconiques. Déception un peu attenuée dans le JMO du Groupe de Renforcement par la liste des tués, blessés, décorés et cités qui contient quelques nom connus des lecteurs de Lintier et Mazenod.  
 
Pour ceux qui ne connaissent pas ces deux hommes:
 
                  http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/140/PaulLintier.jpg http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/140/DeMazenod2.jpg
 
Merci pour ces photos.
 
Cordialement.
 


---------------
Dominique Rhéty
Pour ceux de 14-Mémoire bourguignonne de la Grande Guerre
n°68486
Popol
Posté le 22-09-2009 à 21:44:08  profilanswer
 

Bonsoir à Toutes & Tous
Bonsoir Guy,
 
- Un grand merci pour le partage des beaux documents photographiques relatifs au 44e RAC. A mon tour, je vous signale également l'existence d'un fonds de photos réalisées par Louis DANTON, de près de quatre cents négatifs souples, au musée de l'armée à Paris. " Louis DANTON est mobilisé au Mans, comme maréchal des logis au 44e RAC. Il est lui aussi un photographe chevronné et a pris l'habitude de réaliser des clichés de toutes les étapes de sa vie active depuis son service militaire en 1910-1912. Il se fait le reporter de sa propre vie, dans son régiment, dès la mobilisation du 2 août 1914 et jusqu'au 11 novembre 1918 (...)" signale l'ouvrage de Frédéric LACAILLE et Anthony PETITEAU " Photographies de Poilus - Soldats photographes au coeur de la Grande Guerre" (ISBN 2-85056-805-8 septembre 2004). Il doit donc y avoir encore des trésors sur le 44e RAC et, qui sait, un autre portrait inconnu de Paul LINTIER ...!
 
- Une question: MAZENOD évoque-t-il dans ses ouvrages la période du mois d'août 1914 et, en particulier, la bataille de Virton ...? Je suis toujours en quête de nouveaux témoignages. Merci d'avance pour les informations!
 
Une bonne soirée bien douce de Bruxelles


---------------
Bien cordialement
Paul Pastiels
n°68490
ALVF
Posté le 22-09-2009 à 22:28:42  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Attention aux photos du 44ème R.A.C., elles peuvent avoir été prises dans les batteries actives ou territoriales du Régiment.
Comme tous les R.A.C., le 44ème a mis sur pied un nombre important de batteries d'artillerie de campagne et même de tranchée et d'artillerie lourde.
Il faut connaître les batteries d'affectation.
En résumé à la déclaration de guerre, le 44ème R.A.C. met sur pied au Mans:
 
-En qualité de Régiment organique du IVème Corps d'Armée: 4 groupes actifs composés chacun de 3 batteries: Batteries N°1 à 12.
 
-Un Groupe de renforcement à 3 batteries destiné à la 54ème D.R: batteries n° 27, 28 et 29 (cette dernière est celle de Mazenod de 1914 à 1917, Lintier y vient en 1915 et y reste jusqu'à sa mort).
 
-6 batteries territoriales n° 41 à 46 affectées à la 84ème DivisionTerritoriale dont deux furent détruites à Cambrai dès août 1914.
 
Ensuite, l'organisation devient plus compliquée avec la scission des groupes actifs, la dissolution de la 54ème DR dès septembre 1914 et la création de nouvelles batteries, y compris de tranchée, en 1915.
Pour répondre à votre question le Groupe de renforcement n'a pas été engagé à Virton mais à Spincourt, Azannes, Bois de Forges, La Vaux-Marie lors de la bataille de la Marne.Le livre de Mazenod évoque donc ces combats de 1914 près de Verdun.
Cordialement, Guy.

n°68492
Gerard GEH​IN
Posté le 23-09-2009 à 05:19:48  profilanswer
 

Bonjour Guy,
Merci pour cet exposé lu par un "nul" en artillerie.
Qu'est devenu le Cdt AUDOUIT ??
A vous lire
Boen cordialement
Gérard

n°68498
dominique ​rhety
Posté le 23-09-2009 à 11:45:20  profilanswer
 

Bonjour,
 
Louis Danton, à mon avis, après relecture rapide de Lintier et du JMO était, sinon à la 11e batterie, au moins dans le groupe.
 
Ses photos d'août et septembre 1914 peuvent tout à fait illustrer Ma Pièce, des passages du livre coïncidant parfaitement avec certaines photos datées par Danton.
 
Bien cordialement.
 


---------------
Dominique Rhéty
Pour ceux de 14-Mémoire bourguignonne de la Grande Guerre
n°68505
ALVF
Posté le 23-09-2009 à 17:36:45  profilanswer
 

Bonjour,
 
Pour répondre à Gérard concernant le Commandant Audouit, j'ai consulté quelques annuaires et l'historique de la Commission d'Expériences de Gâvres et ai trouvé ceci:
Ce chef d'escadron d'Artillerie Coloniale a commencé sa carrière au sein de l'Artillerie de Marine où il est promu capitaine le 13 mars 1899.En 1901, il passe donc dans l'artillerie coloniale au moment où la Marine perd ses troupes d'infanterie et d'artillerie avec la création des troupes coloniales.
Entre plusieurs campagnes, il sert en 1906, un an seulement, à la Commission d'expériences de Gâvres.
 Il a certainement succombé aux charmes de l'Indochine puisqu'en 1913, il est capitaine au 5ème Régiment d'Artillerie Coloniale en Cochinchine, promu chef d'escadron le 27 mars 1913, il est toujours en Conchinchine en 1914.
Après la guerre, l'annuaire de 1921 indique qu'il est toujours chef d'escadron à la Direction de l'Artillerie de Cochinchine en fonction au Cambodge.
Gageons que sa poitrine a dû s'orner, après l'ordre du Dragon d'Annam de l'ordre du Million d'éléphants!
Le capitaine de Mazenod avait bien raison de le décrire comme "un vieux colonial qui a passé au Tonkin une bonne partie de sa carrière"!
Je reviendrai prochainement sur la carrière du capitaine de Mazenod.
Cordialement,  
Guy.

n°68518
Gerard GEH​IN
Posté le 23-09-2009 à 22:59:42  profilanswer
 

Bonsoir et merci Guy pour ces renseignements
Bien cordialement
Gérard
Pourquoi cette question : j'établis une liste des chef de bataillon et chef d'escadron (s) MPLF

n°68547
Popol
Posté le 24-09-2009 à 20:38:10  profilanswer
 

Bonsoir à Toutes & Tous
Bonsoir Guy, Dominique
 
Un grand merci pour vos précisions et informations sur le 44e RAC. Dans l'ouvrage précité, il y a deux vues de Louis LANTON prises en effet lors de la bataille de Virton, à Montquintin, le 22 août 1914 ...
 
Une bonne soirée de Bruxelles


---------------
Bien cordialement
Paul Pastiels
n°68570
dominique ​rhety
Posté le 25-09-2009 à 14:17:49  profilanswer
 

Bonjour Paul,
 
je porte à  votre attention et à celle des autres possesseurs du livre, deux photos à mettre plus particulièrement en parallèle avec le texte de Lintier:
 
Louis Danton, page 25 légendée Première mise en batterie à Saint-Mard, bataille de Virton, Belgique 22 août 1914
Lintier, Ma Pièce: Samedi 22 août. [..] Près de la crête, nous prenons position au bord d'un champ d'avoine. [..] A genoux, côte à côte, le capitaine Bernard de Brisoult et le lieutenant Hély d'Oissel, la lorgnette aux yeux fouillent l'horizon...
 
Danton, page 26, Populations civiles fuyant la Meuse 25 août 1914
Lintier Ma Pièce: Mardi 25 août [..] Une charrette de paysans, où sont assises sur de la literie une femme enceinte et une vieille, [...] essaie de dépasser la colonne ...
 
Bien cordialement.


Message édité par dominique rhety le 25-09-2009 à 14:18:17

---------------
Dominique Rhéty
Pour ceux de 14-Mémoire bourguignonne de la Grande Guerre
n°68643
Popol
Posté le 27-09-2009 à 22:07:48  profilanswer
 

Bonsoir à Toutes & Tous
Bonsoir Dominique, Guy et les amis du 44e RAC  
 
- Un grand merci pour vos précisions. Ce serait merveilleux de découvrir les autres photos de Louis DANTON au Musée de l'Armée et de redécouvrir l'ouvrage de Paul LINTIER illustré ...!
 
- En attendant ce grand moment (on peut rêver...!), voici déjà l'organigramme du 44e RAC au 05/08/1914, établi par le commandant A. GRASSET dans son ouvrage "La guerre en action / le 22 août 1914 au 4e CA / ETHE":
 
44e RAC:
Colonel SABATIER
 
1er groupe:
Commandant PINEL DE GRANDCHAMP
- 1ère batterie : capitaine PORTALIS
- 2ème batterie: capitaine THOUVEREY
- 3ème batterie: capitaine MARECHAL
 
2ème groupe:
Commandant TOURNAIRE
- 4ème batterie: capitaine CITREUX
- 5ème batterie: capitaine JACQUET
- 6ème batterie: capitaine CONDE
 
3ème groupe:
Commandant OSTERMEYER
- 7ème batterie: capitaine MARTINEAU
- 8ème batterie: capitaine LE GOFF
- 9ème batterie: capitaine HACHETTE
 
4ème groupe:
Commandant SOLENTE
- 10ème batterie: capitaine JAMIN
- 11ème batterie: capitaine DE BRISOULT (*)
- 12ème batterie: capitaine DESPRES
 
(*) Paul LINTIER a dédié son ouvrage "Ma pièce" : "à la mémoire du capitaine Bernard de Brisoult dont la mort, face à l'ennemi, arracha à des yeux brûlés par la poudre et les veilles ces larmes terribles des soldats. P.L."
 
Une bonne soirée de Bruxelles


---------------
Bien cordialement
Paul Pastiels
n°68644
ALVF
Posté le 27-09-2009 à 22:36:44  profilanswer
 

Bonsoir,
 
A la lecture des annuaires des années 1904 à 1922 et de divers documents, j'ai tenté de reconstituer la carrière militaire du Capitaine Pierre de Mazenod.Ces éléments complètent les indications données par Norton-Cru dans son livre:
 
-Ecole de Saint-Cyr de 1902 à 1904.
-Sous-lieutenant le 1er octobre 1904, affecté au 150ème R.I. à Saint-Mihiel.
-Lieutenant le 1er octobre 1906 au 150ème R.I.
-Au cours de l'année 1909, Mazenod intègre l'artillerie.Cette intégration inhabituelle pour un "cyrard" (car les officiers de recrutement direct de l'artillerie proviennent uniquement de l'Ecole Polytechnique à cette époque), est due aux importantes créations de postes dans l'artillerie dont les Régiments d'Artillerie de Campagne vont passer en quatre années de 40 à 62 avec la création de nouveaux R.A.C. affectés aux Corps d'Armée.Cette augmentation spectaculaire des effectifs de l'artillerie ouvrait la voie à des carrières intéressantes pour les officiers issus de l'infanterie.Cette mesure est la première action entreprise depuis 10 ans pour tenter de compenser l'essor de l'Armée allemande, les années 1900 à 1909  marquent en effet le déclin de la puissance militaire française pour des raisons politiques et budgétaires qui seraient trop longues à expliquer en quelques lignes mais qui pèseront lourd sur la situation des Armées françaises en 1914.
-En 1910, le Lieutenant de Mazenod est affecté à la 9ème batterie du 40ème R.A.C à Saint-Mihiel.Cette année là, le 40ème R.A.C. a compté jusqu'à 20 batteries, il semble avoir joué un grand rôle de formation des nouveaux cadres de l'artillerie à une époque où les cinq premiers nouveaux régiments d'artillerie nouvellement créés étaient en cours d'organisation (41ème à 45ème R.A.C).
-En 1911, le Lieutenant de Mazenod est affecté à la 11ème batterie du 44ème R.A.C. du Mans où il restera jusqu'en 1914.
-Le 24 juin 1914, Mazenod est promu capitaine et exerce les fonctions d'officier chargé de la mobilisation, il devait probablement être en attente d'une affectation de commandant de batterie.
-Du 2 août 1914 au 11 septembre 1917, le Capitaine de Mazenod commande la 29ème batterie du Groupe de renforcement du 44ème R.A.C. (27ème à 29ème batteries) dont toutes les unités sont créées de toute pièce à la mobilisation autour d'un "noyau actif" de cadres.Il commande le Groupe à plusieurs reprises en l'absence du titulaire du commandement.Le 1er avril 1917, le Groupe de renforcement du 44ème R.A.C. devient le 3ème Groupe du 231ème R.A.C. nouvellement créé mais sans aucun changement de personnels ou de matériels au sein des "anciennes" batteries qui le composent.
-Le 11 septembre 1917, le capitaine de Mazenod est envoyé en stage d'état-major puis dans un état-major d'Armée, certainement en qualité d'officier de renseignement au commandement de l'artillerie de l'Armée.Merci au lecteur qui identifiera l'Armée d'affectation que je n'ai pas trouvée.
-En 1919, le capitaine de Mazenod est affecté au 31ème R.A.C. du Mans, il est toujours capitaine mais est affecté en qualité de "faisant fonction" de commandant de groupe.Ce régiment occupe la caserne Paixhans qui abrita aussi des éléments du 44ème R.A.C. en 1914.
-La suite de la carrière de Pierre de Mazenod m'est peu connue.Il fut promu Chef d'escadron puis Lieutenant-colonel le 25 mars 1933, il est cette année là affecté au 2e R.A.C de Grenoble.En 1935, il écrit des articles dans la Revue d'Artillerie.
-En 1939, le colonel de Mazenod commande le 2ème R.A.M de Grenoble, déployé sur la frontière italienne puis engagé sur le front d'Alsace à la fin octobre 1939.
-Le 23 février 1940, le colonel de Mazenod quitte son régiment d'Artillerie de Montagne pour prendre le commandement de l'A.D de la 31ème Division.
-En mars 1945, il écrit quelques lignes en frontispice de l'historique imprimé des 2ème et 202ème R.A, ce qui montre qu'il a échappé à la captivité en juin 1940.
Merci d'avance au lecteur qui pourra compléter cette biographie d'un officier dont les écrits attirent la sympathie.Voilà un officier qui fut en tout cas respecté par ses subordonnés et ses chefs et même aimé, ce qui est plus rare.Je place en tout cas ses deux livres parmi les meilleurs témoignages sur l'artillerie de campagne, n'en déplaise au sévère censeur Norton-Cru qui n'aimait pas, il est vrai, ni les officiers de carrière trop "catholiques" ou "belliqueux", ni les militaires de tous grades "républicains avancés", ce qui fausse assez souvent ses analyses!
Cordialement, Guy.


Message édité par ALVF le 21-09-2013 à 22:14:11
n°68744
Popol
Posté le 01-10-2009 à 21:18:34  profilanswer
 

Bonsoir à Toutes & Tous
Bonsoir Guy, Dominique et les amis du 44e RAC
 
- Guy: toujours un grand merci pour les renseignements relatifs au capitaine Pierre de Mazenod !
 
- Dominique: pour mieux préciser les positions de Paul LINTIER (IV/44e RAC) et de Louis DANTON (?/44e RAC) le 22 août 1914 en Belgique, voici un petit résumé des renseignements livrés par les ouvrages d'A. GRASSET ("Virton" et "Ethe" ) précités:
 
Le 44e RAC est l'artillerie de corps du 4e CA. Le 21 août 1914 au soir, il cantonne à Torgny (B) (2 groupes + EM) et à Lamorteau (B) (2 groupes) selon le dispositif de stationnement prescrit par ordre général n° 16 du 4e CA. Paul LINTIER et sa batterie (11/44e RAC) cantonnent à Torgny;
 
L'ordre général n°18 du 4e CA pour la journée du 22 août (QG de Vélosnes, 21 août 1914 à 23h50) prescrit "L'artillerie de corps et le génie de corps, rendus à Latour à 7h,marcheront en queue de la colonne de la 7e DI, avec un bataillon du 317e, réparti entre les groupes et en queue. (...)";
 
"Le 44e RAC a quitté Torgny à 7h, et à 8h15, il présentait sa tête (le groupe SOLENTE : IV/44e RAC) au carrefour, à 1 km sud de Gomery, où il devait entrer dans la colonne de la 7e DI (qui progresse sur la route de Ruette vers Gomery). Il s'y est heurté aux voitures du 26e RAC (artillerie divisionnaire) et a dû stopper".
 
Le 44e RAC a donc fait mouvement de Torgny, via Lamorteau - Harnoncourt - Saint-Mard - Chenois - Latour. Le groupe SOLENTE (IV/44e RAC) est en tête, suivi par le groupe GRANDCHAMP (I), le groupe TOURNAIRE (II) et le groupe OSTERNAYER (III). Ces groupes sont alors échelonnés dans le brouillard entre le carrefour de la route de Gomery et Saint-Mard, sur la route de Saint-Mard vers Signeulx: "Nous atteignons ainsi la petite ville de Virton" écrit Paul LINTIER > en réalité il s'agit de la localité de Saint-Mard!
 
"Dès qu'il a entendu le canon vers Ethe, le colonel SABATIER a envoyé son officier de liaison à Gomery, prendre les ordres du général de TRENTINIAN (7e DI). Un quart d'heure plus tard, tandis que la canonnade faisait rage vers le nord, cet officier venait rendre compte que le général de TRENTINIAN était cerné dans Ethe; qu'il appelait à lui l'infanterie de la 13e brigade et que le commandant de cette brigade n'avait aucun ordre à donner à l'artillerie de corps.
Résolu à agir, le colonel Sabatier va reconnaître la croupe 293-Gomery; il y trouve les deux groupes du 26e RAC. A 9h, comme il rejoignait ses batteries, il voit venir à lui le capitaine LETONDOT, agent de liaison du colonel LACOTTE, et le capitaine LAPORTE, de l'EM de la 7e DI, resté à Gomery pour surveiller l'écoulement des colonnes. Ces deux officiers lui demandent une intervention en faveur de la 14e brigade. Mais au même instant, un officier de l'EM du général PARREAU, commandant l'artillerie du CA, lui portait l'ordre de conduire son régiment à la cote 280, au sud de Saint-Mard.
Le colonnel scinde donc son régiment. Les groupes OSTERMAYER (III/44e RAC) et TOURNAIRE (II/44e RAC), ainsi que deux batteries du groupe de GRANDCHAMP (I/44e RAC), sont dirigés vers la cote 280, au sud de Saint-Mard. La batterie THOUVEREY (2/44e RAC), dont la tête est à Gomery, va par le chemin d'Ethe prendre position vers le mamelon 293, et le groupe SOLENTE (IV/44e RAC), dont la tête est à la route Ruette-Gomery, suivant le même chemin que la batterie que la batterie THOUVEREY, ira prendre position entre cette batterie et la gauche du groupe DURANDIN du 26e RAC" (...);
 
>>> Paul LINTIER participe ainsi au combat d'Ethe avec le IV/44e RAC sur le mamelon 293-Gomery tandis que Louis DANTON participe au combat de Virton sur la cote 280 au sud de Saint-Mard ...!
 
Une bonne soirée de Bruxelles
 


---------------
Bien cordialement
Paul Pastiels
n°68795
dominique ​rhety
Posté le 04-10-2009 à 07:39:11  profilanswer
 

Bonjour,
 
et merci Paul pour toutes ces précisions.
 
Bien cordialement.
 
 


---------------
Dominique Rhéty
Pour ceux de 14-Mémoire bourguignonne de la Grande Guerre
n°68924
GdeJ
Posté le 07-10-2009 à 19:39:13  profilanswer
 

Bonsoir,
Mon grand père était lieutenant à la 26e batterie du groupe de renforcement du 31e RAC. Il a cotoyé souvent le groupe de renforcement du 44e. J'ai ses carnets très complets pour les premières années de guerre et je suis disposé à renseigner des membres du forum qui le souhaiteraient.
Cordialement
Guillaume


---------------
Guillaume
n°69069
ALVF
Posté le 12-10-2009 à 22:03:06  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Je continue d'essayer de "situer" les photos de Georges en suivant les textes des livres de Mazenod et de Lintier.Les légendes des photographies sont malheureusement rares, je crois tout de même que le portrait joint d'un capitaine est celui du capitaine Gillier, commandant de la 28ème batterie du groupe de renforcement du 44ème R.A.C.Le portrait correspond bien à la description donnée par son camarade Mazenod et notre témoin Georges est affecté à la 28ème batterie, il est donc logique qu'il ait photographié son capitaine.En 1914, le capitaine Gillier Sulpice Paul Joseph du 44ème R.A.C. exerce les fonctions de directeur du parc, inspecteur d'armes, c'est un capitaine déjà ancien promu capitaine le 12 octobre 1901.Il prend le commandement de la 28ème batterie au premier jour de la guerre et quittera le groupe au début de l'année 1915.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img644.jpg
"Toujours gai, toujours allant, le capitaine Gillier a le caractère le plus jeune du groupe.D'une bonté sans détour, d'une droiture qui éclate dans ses yeux, il est pour nous un guide et un ami.....Superbe au feu, dressant sa petite taille sous les obus, l'oeil vif, les moustaches tombantes du guerrier gaulois, il regardait passer l'orage sans baisser la tête".Capitaine de Mazenod "Dans les Champs de Meuse" page 86.
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 21-09-2013 à 18:21:29
n°70485
ALVF
Posté le 18-11-2009 à 18:27:38  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Toujours dans les photos de Georges X.... du 44ème R.A.C., Groupe de Renforcement, 28ème Batterie, quelques photos de la mort du village de Ville-en-Woëvre:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img647.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img648.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img645.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img646.jpg
                      Un village et une église encore presque intacte à l'automne 1914.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img649.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img650.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img651.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img652.jpg1..jpg
      L'église de Ville-en-Woëvre sous le bombardement d'un mortier de 21-cm le 3 mars 1915.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img653.jpg1..jpg
               L'église de Ville-en-Woëvre après le bombardement du 3 mars 1915.
"Le malheureux Pintheville déjà à moitié détruit,...Riaville voyait 'effondrer ses dernières maisons...Fresnes et Ville, recevaient également leur distribution quotidienne!"  Capitaine de Mazenod "Dans les Champs de Meuse", page 253.
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 21-09-2013 à 17:38:04
n°70607
GdeJ
Posté le 20-11-2009 à 22:54:14  profilanswer
 

Bonsoir,
Le clocher de Ville en Woëvre a été détruit le 5/04/1915 d'après le carnet de mon GP, lieutenant à la 26e Bie du 31e RAC qui voisine avec le 44e :
" 5 avril 1915. De la position "Aviatik Station" comme dit le 46e, le spectacle de la Woëvre est captivant. Pauvres villages au trois quart détruits comme Maizeray, Marcheville, Chauffour, à quand les répis et la résurrection ? Au delà, des éclatements, bande mouvante, les lueurs des batteries boches, les fumées de leurs trains et sur les routes la poussière de leurs autos ou l'imperceptible trace de leurs colonnes.
Un village est étenducalme au soleil. La lumière et la distance empêchent d'y remarquer le vide et  la trace des obus. Mais soudain, un énorme nuage de fumée, arrivée d'une grosse marmite. Le nuage met du temps à se dissiper, et lorsqu'il s'efface, on constate que ce qui était le clocher de Ville en Woëvre a entièrement disparu, sans que plus rien ne marque dans le paysage l'emplacement où il s'élevait".

n°70633
ALVF
Posté le 21-11-2009 à 18:51:30  profilanswer
 

Bonjour,
 
Il y a là une petite énigme car, si l'on ne peut mettre en doute le carnet journalier d'un officier qui constitue une base chronologique indiscutable, les photos de Georges sont toutes notées "Bombardement du 3 mars 1915" alors que la plupart de ses photographies ne portent pas de date.Il est certain que cette série de photographies prise à une centaine de mètres d'un bombardement par obus de 21 cm a dû marquer sérieusement notre témoin car il était à la merci d'un pointeur allemand déplaçant son volant de pointage latéral pour se trouver dans une fâcheuse posture!
Compte-tenu des bombardements journaliers, il n'est pas impossible que l'obus observé par votre GP ait mis définitivement à bas le clocher de Ville-en-Woëvre dont il restait encore la tour après le bombardement photographié par Georges?
Dans les photos de Georges que j'essaie de "faire parler", il y en a deux qui posent aussi problème, il s'agit de clichés montrant des Tirailleurs Marocains, elles portent au verso la mention "Lieutenant Montagne en manteau marocain" pour la première et "Tirailleurs Marocains du Lt Montagne" pour la seconde.Ce photos sont malheureusement très pâles.Les arbres n'ont pas de feuilles, ces photos n'ont donc pas été prises à Verdun à l'été 1916 où est engagé le Groupe de renforcement du 44ème R.A.C.Je n'arrive pas à situer ces photos dans le temps et l'espace.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img654.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img655.jpg
             Le lieutenant Montagne et ses tirailleurs marocains, date et lieux inconnus.
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 21-09-2013 à 17:48:41
n°70634
mikado
Posté le 21-11-2009 à 19:23:32  profilanswer
 

Bonsoir
 
Voici les images améliorées grâce à Photoshop.
Suite à une erreur, j'ai transformé la deuxième en version colorisée.
On pourrait s'attendre à une véritable photo couleur. Heureux hasard.
 
Cordialement
Mjhttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2584/img631.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2584/img632.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2584/img632c.jpg

n°70650
GdeJ
Posté le 22-11-2009 à 10:29:24  profilanswer
 

Bonjour,
Sympa de pouvoir croiser les informations.
Voici ce que dit mon GP le 8/05/1915 :
"Nous partons à 14 heures pour la cote 372 "Surles Cotes de Mouilly" comme dit la chanson. J'ai été la veille reconnaître nos emplacements. Nous serons sur le "chemin des 210", dans le coin le plus repéré d'une position repérée à fond.  
Sur la Tranchée de Calonne, nous traversons tout un grouillement de Marocains et Tirailleurs algériens (burnous de repos, musique, vociférations, mules et ânes)."
Il indique plus loin pour le même jour que le groupe du 44 est avec eux.
Amitiés
Guillaume


---------------
Guillaume
n°70655
ALVF
Posté le 22-11-2009 à 12:05:51  profilanswer
 

Bonjour,
 
Merci Guillaume pour cette information précieuse!
L'arrière plan des photos de Tirailleurs Marocains est en effet assez semblable à celui des photos prises à Bernatant (Tranchée de Calonne) à la même époque.
Cordialement,
Guy.


Message édité par ALVF le 22-11-2009 à 12:06:21
n°71677
ALVF
Posté le 10-12-2009 à 17:52:09  profilanswer
 

Bonsoir,
 
A défaut de citations de P.Lintier ou de P.de Mazenod, je joins quelques unes des rares légendes rédigées au dos de ses photographies par notre témoin Georges X...:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img656.jpg
                               Echelon de la 28e batterie du 44e R.A.C.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img657.jpg
     "La forge de la 28e batterie après huit mois de guerre.Ils ont encore la force nécessaire"
.Nous sommes donc à Ville-en-Woëvre vers mars 1915, ces sarthois représentent un corps de métier particulièrement important dans leur département d'origine.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img658.jpg2..jpg
"La 2ème pièce de la 28 (28ème batterie) en batterie et venant de tirer sur les boches, à droite le chef de la 2ème (pièce) Chaudet".
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img659.jpg1..jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img660.jpg1..jpg
     "Ma cuisine.Vue extérieure!Un groupe d'amis et l'entrée de notre abri au fond à droite".
Cette photographie date d'après le 1er avril 1917 puisque le béret, encore à la mode, porte le nouveau numéro du 231ème R.A.C créé pour "engerber" les Groupes de renforcement dont celui du 44ème R.A.C.
Nos sarthois ne "se rincent pas à l'eau claire" comme le montre l'agrandissement de la bouteille!
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 21-09-2013 à 18:18:58
n°73891
NVUJ
Posté le 24-01-2010 à 14:42:24  profilanswer
 

Bonjour,
Mon grand-père affecté à la 29ème batterie du 44ème puis 231ème parle dans son journal de campagne de la mort de Lintier " Lintier est tué par un 105 qui entre par l'embrasure de la casemate entre la roue de la pièce à laquelle il brise quelques raies et le montant de l'abri, il vient percuter dans la circulaire de la pièce, Lintier reçoit la décharge en pleine poitrine, même il a la figure brûlée et une artère dans l'aine gauche coupée, il succombe presque sur le coup, le tireur Lesaulnier a la rotule du genou touchée par un éclat, un brancardier Chauveau a les yeux brûlés, mais cette brûlure est superficielle ........"  
Toutes informations sur cette 29ème batterie du 231ème RAC seront les bienvenues...
Bonne soirée  
Cordialement  
Jacques


---------------
Jacques
n°74328
dominique ​rhety
Posté le 02-02-2010 à 08:03:51  profilanswer
 

Bonjour Jacques,
 
je viens juste de découvrir votre message que j'avais raté en son temps.
 
Je suis très intéressé à échanger nos informations et vous ai adressé un message privé.
 
Bien cordialement.


---------------
Dominique Rhéty
Pour ceux de 14-Mémoire bourguignonne de la Grande Guerre
n°77944
le tommy
Posté le 24-05-2010 à 12:41:27  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
quelqu'un sait-il ou Lintier est enterré? Cimetière militaire ou caveau familial?
 
Cordialement
 
Nicolas

n°77948
dominique ​rhety
Posté le 24-05-2010 à 17:03:06  profilanswer
 


Bonjour,
 
la réponse est la photo ici
 
Cordialement.


---------------
Dominique Rhéty
Pour ceux de 14-Mémoire bourguignonne de la Grande Guerre
n°77951
le tommy
Posté le 24-05-2010 à 21:37:04  profilanswer
 

Bonjour Dominique,
 
merci pour votre réponse très complète.
 
Cordialement
 
Nicolas

n°84849
Pierrrick
Posté le 03-02-2011 à 18:15:02  profilanswer
 

Bonjour à Guy François,
 
merci pour ces précisions précieuses sur le 31ème RAC, où mon grand-père Pierre Bourgault était artilleur. Il a rédigé jour après jour un petit carnet dont je décrypte les indications géographiques, avant de le publier sur ce blog au cas où il intéresserait l'un des participants. J'ai également des photos. Pierre Bourgault a été blessé gravement le 28 juillet 1917, comme indiqué sur le JMO du 2e groupe du 231 RAC :
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] s/8608/JMO 2e groupe du 231 RAC 28 06 1917.jpg[/img]
 
Je serais ravi de découvrir les photos dont vous parlez, mais elles n'apparaissent pas sur ce site.
 
à bientôt,
Pierrick Bourgault

n°98876
Raphael Ju​lde
Posté le 11-04-2013 à 14:11:32  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Je me permets de rouvrir ce fil de discussion, parce que je me suis vu confier un carnet ayant appartenu à mon arrière-grand-père maternel Jean-Baptiste CHABRUN, qu'il a tenu de 1915 à 1919. Mon aïeul était lui aussi au 231e RAC, 28e Batterie. A la déclaration de guerre, il était au 44e RAC et, après la dissolution du 231e, il s'est retrouvé comme Pierre de Mazenod au 31e RAC. Le carnet qu'il tenait est extrêmement lapidaire, il s'est contenté la plupart du temps de noter le nom des villes par lesquelles passait son régiment. Puis il a noté une série de chansons que devaient chanter les soldats (parmi lesquelles une est intitulée "231e Bouseux" ).
 
La découverte de ce carnet m'aura en outre permis de découvrir l'existence de Paul Lintier, que j'avais d'autant moins d'excuses à ne pas connaître que je suis moi-même mayennais !
 
Je suis intéressé par les photos qui malheureusement n'apparaissent plus sur cette page, concernant notamment la 28e Bie du 231e RAC, ou par d'autres photos concernant ce régiment que l'on pourrait trouver sur Internet par exemple... Par ailleurs, j'aimerais savoir si les livres de Pierre de Mazenod se trouvent encore facilement, ce dont je doute... (Pour info, le livre de Paul Lintier "Le Tube 1233" est consultable sur Gallica).
 
Merci à vous de faire vivre l'Histoire,
Raphaël Juldé

n°98889
ALVF
Posté le 11-04-2013 à 22:56:34  profilanswer
 

Bonjour,
 
Je reprendrai ultérieurement ce sujet car il n'est pas facile de réintégrer ces photographies à leur emplacement original.
Les deux livres de Lintier se trouvent facilement, ceux de Mazenod sont plus rares mais on peut les dénicher chez les libraires anciens en cherchant bien.
En attendant voici deux photographies, malheureusement non légendées, comme c'est le cas de beaucoup de photographies de l'album de "Georges X..." que je n'ai pu identifier en dehors de son prénom:
D'abord une photographie de cadres et d'hommes du Groupe de Renforcement du 44e R.A.C du Mans, prise vers fin 1915-début 1916:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img203.jpg4..jpg
                                      Groupe de Renforcement du 44e R.A.C.
Une photographie, prise manifestement pour "arroser" la Croix de Guerre de notre poilu "Georges", assis au centre, entouré de ses amis de l'échelon, l'un d'entre eux est un cycliste, photographie prise après le 1er avril 1917 puisque nos artilleurs portent le numéro "231" du 231e R.A.C au col:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img204.jpg4..jpg
                                    28e Batterie du 231e R.A.C vers 1917.
Nota: à l'agrandissement, la bouteille est du "Saint-Emilion", nos "bouseux du 231e" ont tout de même bon goût!
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 11-04-2013 à 23:06:47
n°98904
Raphael Ju​lde
Posté le 12-04-2013 à 13:49:33  profilanswer
 

Merci beaucoup.

n°98906
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 12-04-2013 à 14:13:42  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   Mais quel dommage que les nombreuses photographies qui illustraient le présent sujet soient désormais effacées ! Ce qui en diminue à l'évidence l'intérêt...
 
 
   V. également ici —>  http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 8814_1.htm


Message édité par Rutilius le 12-04-2013 à 14:17:26

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°98980
meaudre
Posté le 19-04-2013 à 17:21:12  profilanswer
 

Bonjour,
 
Je reviens  sur la seconde photographie postée par  ALVF.  
 
L'homme à droite, en calot ,présente une petite " barre" sur la poitrine gauche.
 
De quoi s'agit il?
 
Je pose cette question car sur la seule photographie  que nous ayons de mon grand-père (dragons) , apparait exactement le même "appendice".
 
Bonne soirée à tous.
 
Gérard

n°98988
air339
Posté le 20-04-2013 à 07:42:54  profilanswer
 

Bonjour,
 
 
Voici un extrait du "tube 1233" de Paul Lintier (page 101) :
 
"Encore un carrefour.  
Un capitaine est là.  
— 44e? Je ne sais pas! La batterie du capitaine de Mazenod, peut-être? "
 
 
Et quelques lectures en ligne :
- Paul Lintier "Le tube 1233" sur Gallica
http://gallica.bnf.fr/ark/12148/bp [...] ier.langFR
 
- Paul Lintier "Ma pièce", sur archive.org (Toronto)
http://ia600209.us.archive.org/19/ [...] 00lint.pdf
 
- De Mazenod "Les étapes du sacrifice" sur CRID 1418
http://www.crid1418.org/doc/textes [...] ce%201.pdf
http://www.crid1418.org/doc/textes [...] ce%202.pdf
 
- L'historique du 44e RAC sur Gallica
http://gallica.bnf.fr/ark/12148/bp [...] ier.langFR
 
Cordialement,
 
Régis


Message édité par air339 le 20-04-2013 à 07:44:25
n°98989
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 20-04-2013 à 07:55:09  profilanswer
 

meaudre a écrit :

Bonjour,
 
Je reviens  sur la seconde photographie postée par  ALVF.  
 
L'homme à droite, en calot ,présente une petite " barre" sur la poitrine gauche.
 
De quoi s'agit il?
 


 
Bonjour,
 
Il s'agit d'un "rappel" ou barrette de décoration = extrait du ruban d'une décoration dont il faut identifier les couleurs pour identifier aussi cete décoration (probablement Croix de Guerre).
 
Bien à vous,
 
 [:achache:1]


---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°99023
meaudre
Posté le 21-04-2013 à 19:09:45  profilanswer
 

Bonsoir ACHACHE,
 
Merci pour votre réponse.
 
Je suppose  que ce rappel ne se portait  que sur la tenue "de sortie" et pas sur la  tenue de combat.  
 
Bonne soirée.  
 
Gérard.


Message édité par meaudre le 21-04-2013 à 19:11:42
n°101408
ALVF
Posté le 21-09-2013 à 18:32:13  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Les livres de Paul Lintier ont été réédités (voir un message particulier dans le sujet "Pages du Bibliophile" )...mais pas encore ceux du capitaine de Mazenod, c'est d'ailleurs bien dommage car ils valent beaucoup mieux que la 3ème catégorie "moyenne" de Norton-Cru (qui n'aime pas, c'est vrai, les officiers d'active surtout quand ils sont catholiques!).
J'en profite pour remettre en ligne les photographies effacées de ce sujet déjà ancien et en ai rajouté quelques unes.
J'ai aussi développé la biographie du capitaine de Mazenod, en effet, j'ai trouvé ses affectations en 1939-1940 dans l'historique imprimé du 2ème R.A.M de 1939-40.
Je compléterai le premier message non encore réédité puis rajouterai quelques photographies supplémentaires, tirées de l'album de Georges X...dont je ne connais toujours pas le nom de famille!
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 21-09-2013 à 18:34:36
 Page :   1  2
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  autre

  En campagne avec Paul Lintier et Pierre de Mazenod