FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  autre

  Combat 16 Sept 1914,Seine Maritme (Neuf-Marché)

 

Il y a 46 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Combat 16 Sept 1914,Seine Maritme (Neuf-Marché)

n°114392
normand
Posté le 27-09-2015 à 21:27:37  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
Dans la presse locale est paru,cette semaine,cet article:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4060/combatRougeMare.jpg
Je ne connaissais pas cet épisode, de la 1ere Guerre Mondiale,qui s'est déroulé le 16 Septembre 1914,sur la commune de Neuf-Marché,exactement au Hameau des Flamants.
Historique de la 3eme Légion de Gendarmerie[b][/b]:Raid Allemand sur la Seine:
''Le 16 Septembre 1914,le maréchal des logis chef territorial CROSNIER,commandant la Brigade de Gournay en Bray,était informé par Mme Delacour que cette dernière venait d'être arrêtée,puis relâchée,par des soldats Allemands dans la forêt de Lyons,à proximité de Neuf-Marché.Immédiatement le maréchal des logis CROSNER téléphonait ce renseignement au commandant de la brigade voisine de Mainneville et lui fixait rendez vous urgent.
Arrivé en automobile à 14h au hameau de Rougemare avec les deux gendarmes PRAETS et Lebas,le chef apprenait par les habitants que les Allemands se trouvaient cachés à 200m environ de la lisière de la forêt.Le maréchal des logis chef CROSNIER se porta de suite à leur rencontre,suivi de ses gendarmes et du conducteur de la voiture automobile,en tirailleurs.Apercevant une sentinelle ennemie,il lui commanda ''haut les mains!'';une salve lui repondit et tua le gendarme PRAETS.Le maréchal des logis chef CROSNIER et le gendarme Lebas ripostèrent et tuèrent la sentinelle.Une 2eme salve,tirée par des ennemis cachés dans une carrière sous des branchages,les tua tous les deux.Le conducteur de leur voiture automobile fut blessé mortellement et succomba dans la nuit suivante.Seul,un jeune instituteur de Gournay,qui avait accompagné le maréchal des logis CROSNIER,put se sauver et donner l'alarme.Les Allemands abandonnèrent alors leur refuge,traversèrent en deux automobiles les communes de Mainneville,Etrépagny,Ecouis,Fleury sur Andelle et se réfugièrent dans la forêt de Boos (...)
(...) Le détachement se composait d'un capitaine,d'un sous-officier et de 11 pionniers,d'une limousine portant la plaque du préfet de police d'Aix la Chapelle et d'un chariot automobile contenant plus de 500 kgs d'explosifs.Le capitaine reconnut qu'il avait pour mission de faire sauter les ponts du Manoir et d'Oissel''
 
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4060/photo1.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4060/photo2.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4060/photo3.jpg
 
Extraits JMO du 18eme Bataillon de Sapeurs Sarrois[b][/b]
''Lors d'une halte de la Journée du 17/09 (en réalité le 16/09) dans un petit bois prés des Flamants,la patrouille fut surprise à quatre heures de l'après midi (heure Allemande) par quatre gendarmes Français (en réalité 3 gendarmes et 1 civil).Quelques coups de feu du capitaine Tilling et de l'adjudant Schulze en allongèrent trois dans l'herbe.L'un d'entre eux s'enfuit blessé,dans un buisson (Fernand Blocher).Le sapeur Krampitz,un des nôtres,tomba (inhumé dans un premier temps dans le cimetière de Neuf-Marché puis en 1938 transférés au cimetière Allemand de Rancourt (Somme) ).Maintenant,il s'agissait,malgré la lumière du jour,de regagner rapidement Trouville (Tourville la Rivière) en passant par Etrépagny,Ecouis,Fleury,la Neufville,Camp d'Oissel (Champ de Oissel).''
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4060/CrosnierJules.jpg
Il nait à Menars;Loir et Cher le 05/07/1867.Gendarme à Gaillon puis à Louviers puis Brigadier à Etrépagny.Maréchal des Logis à Darnétal.Puis Maréchal des Logis Chef à Louviers puis le Havre.Retraite début 1914.Agé de 47 ans il es rappelé au début du conflit commandant la brigade de gendarmerie de Gournay en Bray.Cité à l'ordre de l'armée et reçoit la Croix de Guerre avec étoile de vermeil et Légion d'Honneur à titre posthume.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4060/LebasEugene.jpg
Nait à Ambrumesnil le 31/07/1871 (Seine Inférieure).Agé de 43 ans,il est affecté en tant que gendarme réserviste à la 3eme Légion de Gendarmerie en poste à Gournay en Bray.Arrivé depuis 10 jours,il faisait sa 1ere sortie.Médaille Militaire.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4060/PraetsEugene.jpg
Nait à Floing le 24/06/1853 dans les Ardennes.Agé de 61 ans,il avait contacté un engagement pour la durée de la guerre Médaille Militaire.
FERNAND BLOCHER,blessé mortellement à l'estomac et au foie.Il fût transporté en voiture jusqu'à Gournay où il expira le 16/09/1914 à 11h30.Inscrit sur le MAM de Gournay en Bray.
 
Citation à l'ordre de la Légion du 18 Septembre 1914:
''Tués sur le champ de bataille à Neufmarché (Seine Inférieure) le 16 Septembre 1914;il n'ont pas hésité à se porter à la recherche d'Allemands qui leur avaient été signalés dans la forêt de Lyons (Eure) et sont tombés mortellement frappés par les balles ennemies,aprés aoir ouvert le feu sur une sentinelle prussienne qu'ils ont tuée.Serviteurs modèles lorsqu'ils appartenaient à l'armée active,ils sont restés les mêmes lorsque le Pays a eu besoin de tous ses enfants.''
Bien cordialement,
Laurent.

n°114393
garance.
Posté le 28-09-2015 à 09:13:41  profilanswer
 

Bonjour,
merci pour ce rappel
je crois qu'on l'avait évoqué au cours de la discussion  "Allemands frôlant Paris" quand on essayait de savoir (aussi) jusqu'où ils étaient allés vers l'Ouest de la France
cdt  garance

n°114401
Yannickckc​k
Posté le 29-09-2015 à 00:49:22  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Ce commando allemand circulant en voitures a été stoppé par des GVC en poste à Tourville la Rivière à proximité de Rouen, et gendarmes , tout près de son objectif (pont de chemin de fer à faire sauter)
 
sujet évoqué sur ce forum dans les discussions suivantes :
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 9637_1.htm
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] w=0&nojs=0
 
Ce commando allemand de militaires en uniforme circulant en voitures sur les arrières des lignes françaises en marge de la première bataille de la Marne en 1914, avec mission de détruire des ouvrages d'art sur les voies de chemin de fer. L'un des documents les plus riches sur le sujet est disponible en ligne par ce lien http://shgbe.free.fr/n16p19.pdf travaux de M. Jacques HEUILLARD de la Société Historique et Géographique du Bassin de l’Epte ( SHGBE ) les références des sources sont également bien répertoriées dans ce document concernant en particulier l'épopée du commando Tiling.
 
Un ouvrage plus récent du Docteur Germain GALERANT publié en 1989 aux éditions Bertout Luneray et intitulé "Un western entre Beauvais et Rouen pendant la guerre 1914-1918" apporte des précisions au texte ci-dessus :
- la sentinelle renversée par les autos de nuit à Montdidier est un GVC
- les gardes qui stoppent par les armes le commando Tiling aux portes de leur objectif sont les GVC du poste de Tourville-la-Rivière près de Rouen renforcés de GVC de postes voisins. Malheureusement ce petit ouvrage ne liste pas ses sources si ce n'est les travaux de M. HEUILLARD évoqués ci-dessus.
 
Cordialement,
Yannick LG


---------------
http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr
06/12/2016 dernière mise à jour du site.
n°114402
Yannickckc​k
Posté le 29-09-2015 à 01:08:25  profilanswer
 

Re,
 
En complément : un article assez complet largement inspiré du petit livre du Docteur Germain GALERANT :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Comba [...] s_Flamants
 
Cordialement,
Yannick LG


---------------
http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr
06/12/2016 dernière mise à jour du site.
n°114404
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 29-09-2015 à 07:58:15  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
 
   Par arrêté du Ministre de la guerre en date du 12 mars 1921 (J.O. 6 déc. 1921, p. 3203 et 3211), Jules Arsène CROSNIER fut inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur dans les termes suivants :
 
                                                                                       http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/CROSNIERJulesArseneL.O..png
   
 
 
   A noter qu’il se trouvait rappelé au service au moment des faits, puisque, par décret en date du 21 avril 1914 (J.O. 28 avr. 1914, p. 3.840), lui avait été accordée une pension de retraite à compter du 11 février 1914.
 
                                                                                       
                                                                                       http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/CROSNIERJulesArsenePension..png


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°114405
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 29-09-2015 à 08:35:32  profilanswer
 


   Re,
 
                                                                                                  Le Matin, n° 19.359, Lundi 21 mars 1917, p. 2.
 
 
                                                                                                     http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/DELACOUROctavieDeces..jpg
 
 
                                        Conseil général de l’Eure, Procès verbal des délibération, Session de Mai 1938, Imprimerie René Bauche, Évreux, 1938, p. 117.
 

                                                                        http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/DELACOUROctavieSepulture..jpg


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°114406
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 29-09-2015 à 09:13:10  profilanswer
 


   Re,
 
 
   Il y a 86 ans aujourd'hui :
 
 
          Inauguration du monument commémoratif par le général Augustin MARIAUX, gouverneur de l'Institution nationale des invalides (29 septembre 1929).

 
                                                                                              Le Matin, n° 16.630, Lundi 30 septembre 1929, p. 4.
 
 
                                                                                                 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/MEMORIALL.M.30IX1929..jpg
 
 
   V. surtout : Le Journal de Rouen, n° 273, Lundi 30 septembre 1929, p. 3.
 
    —> http://recherche.archivesdeparteme [...] x_in_visu=  [Image 3].
 
 


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°114488
normand
Posté le 04-10-2015 à 20:59:49  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
Vous trouverez dans se message la suite des évenements après l'accrochage à Neuf-Marché:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4060/neufMarche.jpg
Ce récit est tiré du livre de Yves Fache:''histoire des ponts de Rouen et de sa région'' aux Editions Bertout.
''Dans la nuit,le détachement Allemand se rapproche de Oissel et passera la journée dans le bois des Authieux sur le Port Saint Ouen.L'alerte avait été donnée dans le département et en particulier à Oissel où les ponts,comme ailleurs,sont gardés.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4060/oissel.jpg
Le sergent Leroy (il sera promu Adjudant,le lendemain) donne son témoignage:
''Etant à la gare de Oissel,je fus avisé que deux automobiles avec des Allemands circulaient dans la région.Immédiatement,à pied,je prévenais les postes de Tourville la Rivière et de Sotteville sous le Val.Je rentrais à mon poste quand,me trouvant à l'extrémité du pont sur la Seine,côté Oissel,vers 22h30,nous aperçumes une lumière donnant de fortes projections intermittentes et suivie d'une autre plus faibles.Ces lumières venaient de la route descendant la côte des Authieux,se dirigeant vers Tourville la Rivière.
Je fis demi-tour,prit un fusil,des cartouches au poste de l'île aux Boeufs.Trois hommes de ce poste me suivirent.Arrivé à 800m du viaduc de Tourville la Rivière,j'entendis les sommations faites par les sentinelles de ce poste aux Allemands.Des coups de feu se succédèrent.
Au même moment deux automobiles se dirigeaient sur nous,très vite.Nous avons ouvert le feu dans la direction des lumières qui s'éteignirent.Mais les voitures,au lieu de se diriger vers le pont de Oissel,virèrent vers Bédanne et rallumèrent les phares.J'allais à la gare de Tourville pour téléphoner à Saint Aubin lès Elbeuf et,pensant que les Allemands allaient rebrouser chemin sans essayer de passer à Elbeuf,je renforçais mon groupe de tireurs et installais une embuscade sur la route,à la bifurcation de la route du Val Renoux (Val Renoux,territoire de Sotteville sous le Val à la bifurcation de la route qui longe la Seine vers Igoville et de la route qui monte la Côte vers Tourville la Rivière et les Authieux).
Un quart d'heure plus tard,les deux autos Allemandes se dirigeaient sur nous.Il était 1h du matin.Aprés les sommations d'usage,nous avons fait feu sur les deux autos,puis nous courûmes derrière.La première voiture fit fausse route en passant sous la 2eme arche du viaduc.Elle bouscula la sentinelle et s'enlisa un peu plus loin.Mes hommes et du renfort,une quinzaine,mirent baïonnette au canon.Des lanternes éclairaient la scène.L'officier Allemand,blessé au bras et à la cuisse,se rendit et me remit son revolver chargé de huit balles.Cinq hommes,en uniforme Allemand,sortirent de la voiture.Ils furent désarmés et conduits à la gare de Oissel pour interrogatoire.La deuxième voiture suivit la bonne direction,sur la route.Nous la perdîmes dans la nuit.J'appris,vers 2h du matin,qu'elle était arrêtée à Igoville,prés du calvaire.A l'intérieur du véhicule,il y avait une grande quantité d'explosif,des outils de pionniers de toutes sortes,des fusils et un Allemand grièvement blessé.''
    Quatre Allemands s'étaient sauvés de la camionnette.L'un fut blessé dans le bois de la Sahatte par un gendarme de Pont de l'Arche et mourut à l'hôpital d'Elbeuf,le 19 Septembre.Deux fugitifs se rendirent peu après à la gendarmerie.Le quatrième nommé Weingartner ne fut jamais retrouvé et regagner les lignes Allemandes.On apprit ultérieurement qu'employé avant la guerre comme ingénieur chimiste dans l'industrie rouennaise ,il connaissait admirablement la région (...)(il fut fait prisonnier en 1916 et reviendra dans la région pour y être interné)  
(...) Le pont de chemin de fer de Oissel remplira son office.Les 20 et 21 Septembre 1914,on comptera 42 trains de militaires qui passeront pour rejoindre le Nord de la France.
Bien cordialement,
Laurent.

n°114501
Yannickckc​k
Posté le 05-10-2015 à 22:49:02  profilanswer
 

Bonjour,
 
Pour avoir une idée des effectifs de GVC dans le secteur à la disposition du sergent Leroy, s'agissant simplement des postes évoqués dans son témoignage :
 
La section de garde des voies de communication du secteur est identifiée Section B, correspondant au territoire de la 6e subdivision militaire (chef-lieu Rouen Sud) de la 3e région militaire, pour voir une carte situant cette section :
http://gvc.14-18.pagesperso-orange [...] reGVC.html
 
les postes évoqués appartiennent au groupe 5 de cette section :
 
commune de Oissel :

  • le poste 6 en gare de Oissel compte un effectif de mobilisation de 36 soldats GVC, plus 1 caporal et 1 sergent (sans doute le sergent Leroy)


Tourville-la-Rivière compte 2 postes de GVC :

  • poste 5 : 27 soldats 1 caporal 1 sergent
  • poste 4 : 36 soldats 1 caporal 1 sergent


Sotteville-sous-le-Val compte 2 postes

  • poste 3 : 27 soldats 1 caporal 1 sergent
  • poste 2 : 27 soldats 1 caporal 1 sergent


En permanence 24h sur 24, en gros un quart de l'effectif est de faction sur les voies et les ponts de chemins de fer (sentinelles fixes ou patrouilles)
 
Cordialement,
Yannick LG


---------------
http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr
06/12/2016 dernière mise à jour du site.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  autre

  Combat 16 Sept 1914,Seine Maritme (Neuf-Marché)