Il y a 48 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  22  23  24  25  26  27
Page Suivante
Auteur Sujet :

les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

n°122018
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 30-04-2017 à 15:03:30  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

demonts a écrit :

Bonne lecture..


Bonjour,
     Bof ! Toujours les mêmes resucées ( on dit copillage )  (Attention ! Ce n'est pas François qui est en cause, mais l'auteur) Hormis une ou deux référence à la Côte-d'Or ( Plombières-les-Dijon,  c'est à préciser) et une citation de Joffre pour faire du poids...... Mais bon, c'est peut-être pour atteindre la parité ....
Cordialement  
Alain


---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
n°122020
air339
Posté le 30-04-2017 à 16:37:08  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
 
Un aperçu des conditions de travail des munitionettes à l'Arsenal de Vincennes, selon L'union des Métaux  (revue de la fédération des ouvriers des métaux), en mai 1916 :  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/union.jpg
 
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4528211h
 
 
Une idée du travail minutieux évoqué dans l'article : la confection des amorces, coupelles de 6 mm de diamètre, à loger ensuite dans le culot de la cartouche. Les dimensions sont proches d'une pile de montre.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/montre.jpg
 
 
Une cartouche chargée à Vincennes (aujourd'hui vide), contemporaine de l'article (2e semestre 1916), trouvée sur le champ de bataille de Verdun.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/avis001.jpg
 
 
 
Cordialement,
 
Régis

Message cité 1 fois
Message édité par air339 le 30-04-2017 à 21:36:44
n°122022
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 30-04-2017 à 21:03:05  profilanswer
 

Alain Dubois-Choulik a écrit :

Toujours les mêmes resucées ( on dit copillage)


Bonjour à toutes et tous
Bonjour Alain,
Il est vrai que plus on avance sur un sujet, plus  on devient exigeant, espérant toujours découvrir des nouveautés, du coup, parfois, seuls quelques détails sont nouveaux.
Pour ma part, après maintenant un petit trio d'années de recherches spécifiques sur ce sujet des "femmes pendant la GG", certains articles me semblent désormais plus "ordinaires" ( je ne dirais pas pour autant "resucés" !!!! ). Il n'empêche que, si j'avais découvert ces mêmes articles dans les débuts de mes recherches, je n'aurais certes pas eu ce sentiment à leur sujet. Ceci étant dit, malgré le constat qu'il y a des redites dans ce que je lis, je conserve tout mon enthousiasme, (parfois, c'est un effort de garder son enthousiasme  ;)) .
Cordialement
Brigitte

Message cité 1 fois
Message édité par Skellbraz . le 03-05-2017 à 15:55:56

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122023
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 30-04-2017 à 21:09:33  profilanswer
 

air339 a écrit :

Un aperçu des conditions de travail des munitionettes à l'Arsenal de Vincennes, selon L'union des Métaux  (revue de la fédération des ouvriers des métaux), en mai 1916


Bonsoir à toutes et tous
Merci Régis : excellentes ces photos postées à titre de comparaison.
Cordialement
Brigitte


---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122025
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 30-04-2017 à 23:22:16  profilanswer
 

Skellbraz  . a écrit :

Il est vrai que plus on avance sur un sujet, plus  on devient exigeant, espérant toujours découvrir des nouveautés, du coup, parfois, seuls quelques détails sont nouveaux.


Bonsoir
     Ce n'est pas le manque de nouveauté, c'est la répétition des poncifs, genre : "Ah tiens les femmes travaillent - maintenant"  (vous vous rendez compte, elles fendent des buches !!??) ; aucune vue comparatives des années qui précèdent, aucune non plus de celles qui vont suivre. Et puis munitionnette, à mettre dans le même panier que Rosalie, ça fait bien dans le discours, ça rend la chose "féminine"  ???? Mais les conditions du travail, les salaires, les horaires, ( ah mince ! on fait quoi des enfants ?), et le renvoi au quasi age de pierre en 1919 ...  Tout cela avec la bénédiction " pour la patrie" ..... Désolé, je n'adhère pas,  ça frise l'exploitation, voire plus .
On a pourtant la preuve dans les pages de ce fil qu'il y a moyen de moyenner ....
Cordialement
Alain


---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
n°122026
demonts
Posté le 01-05-2017 à 09:44:32  profilanswer
 

http://www.persee.fr/doc/pop_0032- [...] 39_6_17983
 
Effets et répercussion de la première guerre mondiale sur la fécondité française  
 
 Patrick Festy  

 
Bonjour,
 
Voici une analyse de Patrick FESTY sur les comportements féconds durant la première guerre mondiale et après...
 
Bonne lecture!
 
François
 

n°122028
Scolari
Posté le 01-05-2017 à 11:09:45  profilanswer
 

Bonjour
merci à François pour cet article,
voici ma contribution pour la partie sociétale et le thème "les femmes et la Grande Guerre"
lors d'une recherche, j'ai (re)découvert ce délicieux terme : la nuptialité
et cet article : Perturbations de la nuptialité résultant de la guerre 1914-1918 de Louis Henry en 1966.
qui est très particulier à lire et décoder.
 
 Cependant, la nuptialité à son importance par rapport à la nationalité des épouses, donc des femmes car :
 
jusqu'à la loi du 10 aout 1927 :  "Une femme française qui épousera un étranger, suivra la condition de son mari". De ce fait, de par son mariage avec un étranger, une épouse perdait sa nationalité française.
de ce fait, ses futures enfants ne naissent plus avec la nationalité française et par conséquent ne sont plus soumis à la conscription militaire Française, s'il le souhaite à leur 20 ans.
Ce qui après-guerre imposa de changer le code civil pour faire face au futur besoin de recrutement de l'armée.
 
cordialement
Frédéric

Message cité 2 fois
Message édité par Scolari le 01-05-2017 à 12:00:51

---------------
Le soldat et la mort dans la Grande Guerre
n°122034
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 01-05-2017 à 17:25:46  profilanswer
 

Scolari a écrit :


merci à François pour cet article  
voici ma contribution pour la partie sociétale et le thème "les femmes et la Grande Guerre"
lors d'une recherche, j'ai (re)découvert ce délicieux terme : la nuptialité
et cet article : Perturbations de la nuptialité résultant de la guerre 1914-1918 de Louis Henry en 1966.
qui est très particulier à lire et décoder.


Bonjour à toutes et tous
Frédéric, je me joins à vous pour saluer l'article dont François nous a transmis le lien: une étude qui a l'heureuse idée de citer ses sources dès le 1er chapitre!
Merci aussi pour vos recherches sur  :love: "la nuptialité".  
 
 
Nous sommes maintenant à la page 27, les participations de la page 26,  sont indexées dans le sommaire, vous les trouverez à : (nouveau, 1/05/2017). Merci de me signaler les erreurs ou oublis si vous les repérez.
Cordialement
Brigitte


Message édité par Skellbraz . le 02-05-2017 à 14:09:14

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122041
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 01-05-2017 à 21:15:54  profilanswer
 

Scolari a écrit :


 Cependant, la nuptialité à son importance par rapport à la nationalité des épouses, donc des femmes car :
jusqu'à la loi du 10 aout 1927 :  "Une femme française qui épousera un étranger, suivra la condition de son mari". De ce fait, de par son mariage avec un étranger, une épouse perdait sa nationalité française.
de ce fait, ses futures enfants ne naissent plus avec la nationalité française et par conséquent ne sont plus soumis à la conscription militaire Française, s'il le souhaite à leur 20 ans.
Ce qui après-guerre imposa de changer le code civil pour faire face au futur besoin de recrutement de l'armée.


Bonsoir à toutes et tous,
merci Frédéric pour ce rappel qui explique que Marthe Richard, par son mariage avec un anglais n'était plus de nationalité française.  
je cite : "en août 1939, Marthe Richard (qui n'est toujours officiellement que la britannique veuve Crompton) demande la réintégration dans la nationalité française, elle se voit opposer un refus", pourtant, [...] "en 1945, se présentant comme « héroïne des deux guerres », elle est élue conseillère municipale dans le 5ème arrondissement de Paris [...]"  
Pour le moins étonnant!
source : http://blamont.info/textes393.html
 
Clin d'oeil personnel: dans les années 80, j'ai dû me rendre en personne au consulat français de Genève pour signer un document précisant que malgré mon mariage avec un citoyen suisse, je tenais à conserver ma nationalité française. Ceci -dit, je ne connais pas davantage les méandres de la juridiction.  
cordialement
Brigitte


Message édité par Skellbraz . le 01-05-2017 à 21:46:55

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122042
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 01-05-2017 à 23:41:22  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et tous
Voici un extrait d'article qui confirme ce que précisaient Régis (ici) et Alain ( là), au sujet des 36 % de la population féminine active évoqués sur ce post.
 
Je cite:  
« Si la Première Guerre mondiale a bien été l’occasion d’un début d’émancipation féminine en France en contribuant à augmenter le taux d’activité salariée des femmes, « c’est une légende de dire que la guerre a remis les femmes au travail, indique Évelyne Morin-Rotureau ; ce taux atteignait presque 37 % avant 1914, ce qui est plus qu’entre les deux guerres. Par exemple, dans l’industrie métallurgique, 7 à 10 % de la main-d’œuvre était féminine. Il atteindra 25 % en 1917 et jusqu’à un tiers en région parisienne avec même un taux de 60 % de femmes chez Citroën. »
Plus importante est la mutation des secteurs concernés par le travail des femmes : agriculture, domesticité, couture à domicile, bureaux, le travail féminin a débuté avant guerre, comme en atteste le recensement de 1906. En 1911, 7 millions de femmes (sur 39,6 millions d’habitants) sont sur le marché du travail salarié. »

 Source : http://www.nvo.fr/0-0-2563-1914-19 [...] des-femmes
 
bon, la source des chiffres n' y est pas non plus citée (à part le recensement de 1906). Le pourcentage des femmes qui travaillaient sans avoir de fiche de paie n'est pas calculable, me semble-t-il.
 
cordialement
Brigitte


Message édité par Skellbraz . le 03-05-2017 à 15:08:52

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122045
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 02-05-2017 à 12:46:41  profilanswer
 

bonjour à toutes et tous
 
Femmes en grève
 Paris, printemps 1917 : grèves contre la misère et les difficiles conditions de travail.  
Les mouvements féminins de grève du printemps 1917, sont majoritairement  spontanés, très peu le sont à l’initiative des syndicats qui sont essentiellement des syndicats d’hommes.
 
En réaction à la décision prise par des maisons de couture d’arrêter le travail le samedi après-midi sans compensation de salaire, les couturières / « midinettes » de la maison Jenny  située sur les Champs Elysées, se mettent en grève le 11 mai 1917 et défilent dans les rues. Elles sont suivies, le  19 mai, par les modistes de la Maison Lewis. Du 11 au 28 mai, 33 grèves débutent, du 29 au 31 mai on en compte 54. Le mouvement prend de l’ampleur et les incidents se multiplient. Les revendications des couturières portent sur la  baisse de leur pouvoir d’achat et sur le repos hebdomadaire.  
Les grèves ont d’abord été celles du secteur de l’habillement, puis de nombreuses autres professions féminines de Paris reprennent à leur compte les revendications des midinettes: les confectionneuses, les caoutchoutières, les brodeuses, les lingères, les ouvrières de l’usine de lampes Iris à Issy-les-Moulineaux, les fleuristes-plumassières, les employées de la Société Générale, les confectionneuses de la Belle Jardinière.
A la mi- juin, les mouvements de grève sont désormais conduits par les employées des usines de guerre. Le plus souvent les hommes qui sont employés dans ces usines ne font pas grève.
Selon l’auteur Jean Louis Robert, la violence de la répression policière contre les femmes a fait l’objet de protestations. Matraquages, morsures de chiens policiers, emprisonnements furent dénoncés.
 Sources :  
*Jean Louis Robert « les Ouvriers, la Patrie, la Révolution » Paris 1914- 1919 ( Annales littéraires de l’université de Besançon N°592, Série Historiques, N°11. Extraits lisibles ICI  
* http://www.gauchemip.org/spip.php?article6949
 
La loi du 11 juin 1917 qui organisera le « repos du samedi après-midi » (la semaine anglaise) dans l’ industrie du vêtement, est le fruit de ce mouvement de grève engagé par les couturières parisiennes. Source : https://www.cairn.info/revue-l-homm [...] age-63.htm
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17061/grevedesmidinettes.png
cordialement
Brigitte
PS , rappel par Régis de la pénibilité du travail à cette époque  : ICI


Message édité par Skellbraz . le 02-05-2017 à 19:16:32

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122047
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 02-05-2017 à 15:13:27  profilanswer
 

re-  (suite du sujet " femmes en grève" )  
en province : 1917-1918, la Touraine
 
Dans cet article : https://larotative.info/1917-1918-l [...] -1886.html,  il est question de la Poudrerie du Ripault, en Indre et Loire. Elle est spécialisée dans la production de  « coton-poudre » qui n’est pas comme je l’imaginais... un produit féminin pour se maquiller ou se démaquiller mais un produit explosif (comme quoi, il n’est jamais trop tard pour s’instruire !  http://www.universalis.fr/encyclopedie/coton-poudre/ )
 
L’Indre et Loire est historiquement concerné par ce type de poudrerie : « La poudrerie du Ripault fut créée à la veille de la Révolution en 1781 par Antoine Lavoisier sur la commune de Monts en Indre-et-Loire, en remplacement d'une tréfilerie. Elle fut le siège d'une dramatique explosion tuant 74 personnes le 18 octobre 1943 mais resta en fonction jusqu'à sa fermeture en 1959 et la reprise du site par le CEA pour la Direction des applications militaires (DAM) en 1961. »
 
* https://fr.wikipedia.org/wiki/Poudr [...] du_Ripault  
*  http://www.monts.fr/maville/histoi [...] du-ripault
 
En bas de page de cet article de "la rotative", on a accès à un extrait du bulletin des usines de guerre:  "problème de la main d’œuvre, note sur l’utilisation de la main d’œuvre féminine" ,  
intéressant !
 https://larotative.info/home/chroot [...] 916_-2.pdf
 
cordialement
Brigitte


---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122054
demonts
Posté le 03-05-2017 à 08:37:44  profilanswer
 


Bonjour!
 
https://www.rtbf.be/14-18/thematiqu [...] id=8367196
 
La mode en guerre : être et paraître - une thématique de la RTBF.
 
Bonne lecture!
 
François

n°122055
demonts
Posté le 03-05-2017 à 08:40:35  profilanswer
 

https://www.rtbf.be/14-18/thematiqu [...] id=8275116
 
 La vie intime et conjugale pendant la guerre - thématique de la RTBF - par Marie CAPPART - historienne.
 
Bonne journée.
 
François

n°122061
air339
Posté le 03-05-2017 à 14:02:55  profilanswer
 

Bonjour,
 
 
 
Entre deux revendications des munitionnettes, un peu de légèreté avec l'hebdomadaire  "La vie parisienne", souvent évoqué dans les récits, notamment pour ses illustrations qui ornent les cagnas.
 
 
Chronique élégante et légère de la société parisienne depuis 1863, la publication s'arrête d'elle-même le 8 août 1914, en s'excusant de la frivolité de ses pages à l'heure de la guerre, et promet son retour à l'issue de la guerre qui, comment chacun le croit, doit durer quelques mois.  
En fait la publication reprend le 5 décembre 1914, avec des articles de Colette, d'Abel Hermant, des illustrations de Sem, et bien d'autres écrivains et dessinateurs à la mode. A sa façon, la revue célèbre un idéal de la femme parisienne !
 
Quelques illustrations au hasard des numéros :  
 
 
5 décembre 1914 - une pointe d'humour sur la mode  :heink:  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/VP5dec14.jpg
 
 
mai 1915 - des images "grivoises"   :o  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/8mai15.jpg
 
 
13 mai 1916 - les feuilletons illustrés  :ouch:  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/13mai16.jpg
 
 
30 juin 1917 - marraines demandées, "jeunes, gaies et gentilles"   :love:  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/30juin17.jpg
 
 
12 octobre 1918 - les pleines pages : couverture, publicité, thématique.  :pt1cable:  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/12oct18.jpg
 
 
Vendue 60 cts, la revue représente pour un soldat 12 jours de solde en 1914  :( , plus que 3 à partir d'octobre 1915  :) .
 
Source : Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb328892561/date&rk=21459;2
 
 
 
 
Cordialement,
 
 
régis

Message cité 1 fois
Message édité par air339 le 03-05-2017 à 14:04:36
n°122062
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 03-05-2017 à 14:36:07  profilanswer
 

bonjour à toutes et tous
Merci Régis
Il y a des perles dans ce journal.
 Je redonne le lien pour y accéder : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/c [...] rk=21459;2  ( en remplaçant le smiley par " : " puis " /",  (sans espaces) cela fonctionne.
Merci aussi pour ceci : " Vendue 60 cts, la revue représente pour un soldat 12 jours de solde en 1914,  plus que 3 à partir d'octobre 1915" ( est-ce la solde du soldat qui a augmenté ou bien le prix de la revue qui a baissé?)
cordialement
Brigitte


Message édité par Skellbraz . le 03-05-2017 à 15:31:43

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122064
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 03-05-2017 à 15:19:04  profilanswer
 

suite:  
Régis, j'ai fait des captures d'écran (afin d'insérer ces articles dans le sommaire, directement au paragraphe "Marraines de guerre" )  
 
lien : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/c [...] rk=21459;2
 
30 juin 1917 - marraines demandées, "jeunes, gaies et gentilles" http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17061/marrainesdeguerre.png
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17061/marraines2.png
cordialement
Brigitte


Message édité par Skellbraz . le 03-05-2017 à 18:01:35

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122065
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 03-05-2017 à 15:30:17  profilanswer
 

air339 a écrit :

Chronique élégante et légère de la société parisienne depuis 1863, la publication s'arrête d'elle-même le 8 août 1914, en s'excusant de la frivolité de ses pages à l'heure de la guerre, et promet son retour à l'issue de la guerre qui, comment chacun le croit, doit durer quelques mois.[...] En fait la publication reprend le 5 décembre 1914,


Les excuses concernant la frivolité n'ont pas tenu bien longtemps  :D, il me semble que la vêture de ces dames évolue, elle devient de plus en plus légère au fil des années  :sol:.
Y aurait-il un lien avec le fait que le soldat, à partir de 1915, avait davantage de facilités pécuniaires pour se procurer la revue?
cordialement
Brigitte
 ps : avec cette information que nous a donnée Régis : [...] " l'hebdomadaire  "La vie parisienne", souvent évoqué dans les récits, notamment pour ses illustrations qui ornent les cagnas" [...] , je pense qu'il y a bien un lien.
 [:ar brav:8] probablement "émoustillée" par les illustrations, je n'ai pas remercié François pour ses participations, shame on me!


Message édité par Skellbraz . le 03-05-2017 à 15:51:57

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122067
demonts
Posté le 03-05-2017 à 16:06:07  profilanswer
 


La mode en 1914 vu par Femina -  
http://modesperdues.blogspot.fr/20 [...] -mode.html
Beaucoup d'élégance!!!
François

n°122068
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 03-05-2017 à 16:11:53  profilanswer
 

Alain Dubois-Choulik a écrit :


Bonsoir
     Ce n'est pas le manque de nouveauté, c'est la répétition des poncifs, genre : "Ah tiens les femmes travaillent - maintenant"  (vous vous rendez compte, elles fendent des buches !!??) ; aucune vue comparatives des années qui précèdent, aucune non plus de celles qui vont suivre. Et puis munitionnette, à mettre dans le même panier que Rosalie, ça fait bien dans le discours, ça rend la chose "féminine"  ???? Mais les conditions du travail, les salaires, les horaires, ( ah mince ! on fait quoi des enfants ?), et le renvoi au quasi age de pierre en 1919 ...  Tout cela avec la bénédiction " pour la patrie" ..... Désolé, je n'adhère pas,  ça frise l'exploitation, voire plus .


Bonjour à toutes et tous,  
bonjour Alain
Après moult relectures de votre post et le temps de la réflexion, je suis d'accord avec vous.
 
Je me dis qu'il en était ainsi à l'époque de la GG (et plus tard, avec la régression dont vous parlez) : il fallait bien mettre la femme en lumière puisqu'on avait sérieusement besoin d'elle, il fallait ensuite les remettre à leur place... maternités etc.  
Nous ne pouvons pas refaire l'histoire mais, son étude devrait nous aider à évoluer (ok, elle ne le fait pas tellement,  :ange: mais un chouia peut-être?)
 
En revanche, à notre époque, ce même discours pompeux à l'égard des femmes, me donne de l'urticaire. Nous sommes tout simplement "l'autre pôle" de l'humanité, ni plus ni moins ( ni moins, ni plus) . Quand ce sera intégré, par les unes comme par les uns, les choses seront plus saines.
Cordialement
Brigitte
 


---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122069
air339
Posté le 03-05-2017 à 16:28:52  profilanswer
 

Bonjour Brigitte,
 
 
la solde du poilu en 1914 est de 1 sou (5cts), il lui faut donc 12 jours pour acheter la revue. En octobre 1915 la solde passe à 5 sous (25 cts), rendant la revue plus abordable.
 
Quelques autres "perles" :
 
Un projet de certificat provoquant, qui a dû faire grincer des dents, et d'autres annonces savoureuses : "Moi aussi, je désire une marraine parisienne, jeune et jolie ...", "Un sauvage désire marraine pour l'apprivoiser ..." :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/viep.jpg
 
A noter que sous leur aspect léger, ces illustrations sont dues à la plume de dessinateurs parmi les plus talentueux, qui en ont inspiré d'autres : à gauche, la reproduction d'un dessin réalisé dans une creute par un pionnier allemand, en janvier 1918 (in "Les creutes" G. Lachaux, 2005). A droite, une série de portraits tirée d'un numéro de la Vie Parisienne de 1916.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/00138.jpg
 
 
Cordialement,
 
Régis

n°122070
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 03-05-2017 à 16:33:56  profilanswer
 


bonjour à toutes et tous
si nous inscrivons sur ce blog :  "année 1915, année 1916" nous avons accès à d'autres illustrations
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/17061/clic.png
 
Merci François
Avec tout ça, dans le sommaire, je crois qu'il va me falloir ouvrir un paragraphe spécifique à la "mode féminine".  
:D  :D : je constate que la majorité ( si ce n'est la totalité) des apports sur la mode, nous vient des messieurs!
D'ailleurs, la majorité des interventions sur ce fil  est également masculine. Simple constat: nul jugement à l'égard de quiconque ( :love:)
 C'est logique : un forum sur la guerre est davantage lu par les messieurs que par les dames lu par un plus grand nombre de messieurs. ;) j'ai corrigé  ;)  
 
Cordialement
Brigitte


Message édité par Skellbraz . le 05-05-2017 à 15:05:40

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122071
demonts
Posté le 03-05-2017 à 16:45:58  profilanswer
 

http://www.20minutes.fr/mode/14773 [...] comme-1914
 
Belle comme en 1914... Anne DUMOULIN..
 
Les produits de beauté cultes en 1914...
 
bonne soirée.
 
François

n°122072
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 03-05-2017 à 16:48:09  profilanswer
 

Merci François pour les recherches et leur transmission.
 

air339 a écrit :

la solde du poilu en 1914 est de 1 sou (5cts), il lui faut donc 12 jours pour acheter la revue. En octobre 1915 la solde passe à 5 sous (25 cts), rendant la revue plus abordable.


Merci Régis pour ces précisions.  
Une solde 5 fois plus importante! (je ne critique pas). Je me dis simplement que ce fut un sacré coût pour un Etat qui, pendant les années de guerre, a galéré avec tout : la production industrielle, les besoins alimentaires...
 
J'ai également été sensible à la qualité graphique des illustrations... :love: C'est la raison pour laquelle, le lien que vous nous avez transmis, mérite amplement le détour.  
Cordialement
Brigitte
ps : le certificat de patriotisme conjugal et son illustration, sont savoureux!


Message édité par Skellbraz . le 03-05-2017 à 18:26:13

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122073
demonts
Posté le 03-05-2017 à 17:15:19  profilanswer
 
n°122074
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 03-05-2017 à 17:18:50  profilanswer
 

Bonjour à toutes et tous,  
En accédant à ce lien, (les produits de beauté)  j’ai bien à l’esprit qu'il ne faut pas confondre "coton-poudre" et... « poudre de riz » [:arnaud carobbi:2]  
bien à vous
Brigitte


Message édité par Skellbraz . le 03-05-2017 à 18:09:10

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122075
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 03-05-2017 à 17:45:11  profilanswer
 

re- bonjour à toutes et tous,
Cette journée est prolixe, le WE prolongé du 1er mai a été mis à profit. :ange:  
 
J'ai décidé de faire un petit résumé d'un article accessible sur ce lien transmis par François.
Il va de soi qu'il n'est pas hors-sujet de traiter du couple sur ce fil de discussions.
 
« le couple pendant le Grande Guerre ». Doctorante à l’EHESS,  Clémentine Vidal a écrit cet article à l'occasion d'un colloque.  
« en 1987, Michelle Perrot invitait l’historien à écrire une histoire du lien amoureux et conjugal pendant la Grande Guerre, les couples,déjà formés ou en devenir, n’échappent pas au désastre". Mme Vidal précise que " la séparation des couples fut une préoccupation dès le début de la guerre".
 
Elle fait état des lois, votées pendant la guerre, destinées à sauvegarder le mariage, dont celle du 4 avril 1915 qui autorise le mariage par procuration. Elle précise aussi que la crise du mariage était présente avant la guerre…
 
Les réflexions de Clémentine Vidal concernent bien d’autres domaines que je vous invite à découvrir sur ce lien que François nous a transmis
cordialement
Brigitte


Message édité par Skellbraz . le 04-05-2017 à 11:09:26

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122081
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 04-05-2017 à 17:56:12  profilanswer
 

Bonjour à toutes et tous
Régis  
Frédéric, je reviens sur votre post : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t122028 . Il concerne la nuptialité.  
 
Rappel du lien que vous avez transmis pour accéder au document: http://www.persee.fr/doc/pop_0032- [...] 21_2_13178 , il mérite une lecture approfondie.  
Comme vous l'avez précisé, son décodage n'est pas aisé  :pt1cable: , néanmoins sa lecture a quelque peu bousculé ce que "je croyais savoir"
encore merci pour vos interventions
Cordialement
Brigitte

Message cité 1 fois
Message édité par Skellbraz . le 04-05-2017 à 19:38:51

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122083
Scolari
Posté le 04-05-2017 à 19:32:49  profilanswer
 

Bonjour

Skellbraz  . a écrit :

Régis, je reviens sur votre post : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t122028 . Il concerne la nuptialité.  
 
Rappel du lien que vous avez transmis pour accéder au document: http://www.persee.fr/doc/pop_0032- [...] 21_2_13178 , il mérite une lecture approfondie.  
Brigitte


oui, moi c'est Frédéric  :pt1cable:   :lol:  :na:


---------------
Le soldat et la mort dans la Grande Guerre
n°122085
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 04-05-2017 à 19:38:09  profilanswer
 

argh  [:ar brav:8]  
désolée Frédéric!
Aïeaïeaïe,  mes crayons s'emmêlent et mes neurones aussi: ( allo docteur?)
C'est donc à Frédéric que je dois cette lecture fort intéressante sur la nuptialité.
cordialement,
Brigitte


---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122094
hector
Posté le 06-05-2017 à 08:49:01  profilanswer
 

Bonjour,
Pendant sa guerre, Etienne Valentin, Poilu et Artiste a dessiné 50 femmes et aucun cadavre.  
Bonne journée. G
https://sites.google.com/site/gener [...] s-en-14-18
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3642/LaFemme2017.jpg


---------------
https://sites.google.com/site/gener [...] -de-voyage
n°122099
air339
Posté le 06-05-2017 à 13:04:47  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
 
 

Citation :

Une solde 5 fois plus importante! (je ne critique pas). Je me dis simplement que ce fut un sacré coût pour un Etat qui, pendant les années de guerre, a galéré avec tout : la production industrielle, les besoins alimentaires...


 
 
Pour répondre à cette remarque, une plongée dans les textes donne matière à réflexion.
 
La solde journalière est fixée par le décret du 11 janvier 1913 et attribue :  
 
- soldat : 5 ct
- caporal : 22 ct
- caporal fourrier : 52 ct
- sergent : 72 ct
 
- adjudant : 3 fr
- sous-lieutenant : environ  8 fr
- lieutenant : environ 10 fr
- capitaine : environ 13 fr
 
Ainsi, à partir du grade de sergent, "La vie parisienne" ne représente qu'un jour de solde.
 
Par comparaison, un soldat allemand touche 64 ct, un soldat anglais, 1fr20 - mais il s'agit d'un soldat de métier et non d'un appelé.
 
 
Pour permettre au soldat d'améliorer son sort, une proposition de loi est déposée le 27 mai 1915 pour augmenter de 50 ct toutes les soldes. L'augmentation étant jugée trop élevée, elle est rabaissée à 20 ct , dans un rapport présenté à la Chambre le 26 août 1915 qui met en parallèle les indemnités d'entrée en campagne des officiers :  
 
- général de corps d'armée : 8 000 fr
- général de brigade : 4 000 fr
- colonel : 1 200 fr
- chef de bataillon : 900 fr
- capitaine : 600 fr
- lieutenant : 400 fr
 
A ces sommes s'ajoutent des indemnités spéciales (décret du 13 novembre 1914) accordant 3 fr par jour à tout officier, 1fr50 pour les sous-officiers. Ajoutons encore les indemnités de frais de service pour les officiers (décret du 11 novembre 1914, allouant par exemple 100 008 fr au Généralissime), une haute-paye pour les engagés (décret du 16 janvier 1915), le traitement administratif, l'indemnité de vivre journalière pour les officiers, etc.
 
Il faut attendre la loi du 28 septembre 1915 pour que la solde du poilu soit portée à 25 ct.  
 
L’État ne se ruine pas pour autant : la somme de 43 millions est demandée pour le restant de l'exercice 1915, soit une dépense supplémentaire d'environ 14 millions par mois. Rapportée aux dépenses totales de guerre - une moyenne de 20 milliards par an - cette mesure représente moins de 1% des dépenses.
 
 
Sources : Impressions, Chambre des Députés, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb41372946v/date1915
 
 
 
Bien cordialement,
 
 
Régis


Message édité par air339 le 06-05-2017 à 13:14:15
n°122121
air339
Posté le 08-05-2017 à 17:33:24  profilanswer
 


 
 

Citation :

Dans cet article : https://larotative.info/1917-1918-l [...] -1886.html,  il est question de la Poudrerie du Ripault, en Indre et Loire. Elle est spécialisée dans la production de  « coton-poudre » qui n’est pas comme je l’imaginais... un produit féminin pour se maquiller ou se démaquiller mais un produit explosif (comme quoi, il n’est jamais trop tard pour s’instruire !  http://www.universalis.fr/encyclopedie/coton-poudre/ )


 
 
 
Bonjour Brigitte,
 
 
 
Du coton en poudre, de la poudre de coton ?
 
 
Un aperçu des risques sanitaires liés au travail dans les poudreries, en distinguant les 3 grands types de poudres utilisées.  
 

A
- Pour propulser les projectiles (balles, obus), on emploie des poudres progressives, à décomposition graduelle. On y trouve :  
 
- Le coton-poudre (CP, nitro-cellulose, fulmicoton).
Produits utilisés : coton, acide sulfurique, acide nitrique.  
Toxicité : lors du brassage et de l'essorage du coton dans les cuves d'acides, les opérateurs sont exposés aux vapeurs, pouvant provoquer des lésions respiratoires ou oculaires.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/nitrocell.jpg
 
 
- la poudre B (poudre sans fumée). La poudre B est le résultat d'un second travail du coton-poudre.
Produits utilisés : CP, alcool, éther, stabilisant (diphenylamine, aniline).
Toxicité : à celle du coton-poudre s'ajoutent les vapeurs d'alcool et d'éther.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/BF.jpg
 
 

B
- Pour faire éclater les projectiles, on emploie les poudres brisantes à décomposition instantanée. Quelques grands types :  
 
- la Mélinite, pour le chargement d'obus.
Produits utilisés : Phénol, acide sulphurique, acide nitrique.
Toxicité: le phénol est un toxique qui provoque des brûlures et des anomalies génétiques, les acides sont aussi responsables de brûlures et d'intoxications.  
Le produit fini, la mélinite, teinte la peau en jaune : les munitionnettes qui manipulaient ces poudres étaient reconnaissables du fait de cette propriété !  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/meline.jpg
 
 
- la Cheddite, pour le chargement de grenades.
Produits utilisés : chlorate de potasse, vaseline, paraffine.
Toxicité : le chlorate de potasse est reconnu comme nocif.
 
- l'explosif P: ammoniaque, acide perchlorique, nitrate de soude, paraffine
Toxicité : brûlures de la peau, lésions oculaires, intoxications par inhalation...
 
 
 
C - Pour amorcer les poudres précédentes, on emploie principalement :
 
-la poudre noire :  
Produits utilisés : charbon, soufre, salpêtre.
Toxicité : le soufre provoque des brûlures, des lésions oculaires, il est toxique par inhalation.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/pn.jpg
 
 
- le fulminate de mercure :  
Produits utilisés : mercure, acide nitrique, alcool à 95°
Toxicité : le mercure est un toxique grave, mortel par inhalation, son intoxication entraine des effets sur les foetus ; l'acide nitrique est responsable de brûlures et lésions oculaires.
 
 
 
On voit, par ce rapide tour des matières premières, à quels risques étaient exposées les munitionnettes, même si un décret du 21 mars 1914 leur interdit l'accès aux locaux affectés à la fabrication de l'aniline, du chlore, de l'acide nitrique, de l'acide picrique, du fulminate de mercure en raison des vapeurs qui se dégagent au cours des réactions.  
Pendant la guerre, les femmes de plus de 18 ans, pourront être affectées à la fabrication de la crésylite, semblable à celle de la mélinite, et aux diverses nitrations qu'exige la production du coton-poudre... et l'âge minimum des munitionnettes sera abaissé à 16 ans.
 
 
Peut-être existe-t-il une étude toxicologique sur les conséquences pour les femmes de leur activité en poudreries : à suivre.
 
 
 
Pour finir, un poème de 1846, dénonçant les méfaits à venir de la nouvelle invention :  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5009/cotonpoeme.jpg
 
 
 
Cordialement,
 
 
Régis

n°122138
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 09-05-2017 à 23:05:49  profilanswer
 

Bonjour à chacune et chacun,
merci pour toutes les interventions.  
Juste pour vous dire que vais être moins présente  dans les semaines à venir.  
cordialement
Brigitte


---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122168
demonts
Posté le 13-05-2017 à 10:05:40  profilanswer
 


Bonjour,
http://actu.orange.fr/societe/vide [...] 1q5Ak.html
 
La Grande Guerre et les femmes au travail
un reportage de France TV Info.  
Bonne journée à tous.
 
François

n°122215
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 16-05-2017 à 22:11:43  profilanswer
 

bonsoir à toutes et tous
Merci à toi François pour ce lien.
Merci aussi à Alain Dubois-Choulik qui m'a communiqué ce document concernant les infirmières canadiennes décédées pendant la GG. Je vous convie à prendre connaissance du document sur ce  lien qu'Alain m'a communiqué : http://cefresearch.ca/phpBB3/viewt [...] =3&t=14754
 
Mes occupations concernant actuellement à 200 pour cent, la sphère privée, je serai par conséquent moins présente sur le Forum, j'en suis désolée. Néanmoins je continue à vous lire avec fidélité, plaisir et attention.  
(Pour ce qui concerne mes écrit, ils sont prioritairement destinés à mes réponses aux mp.) :ange:  
 :hello: Bien à vous
Brigitte


Message édité par Skellbraz . le 16-05-2017 à 22:30:13

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°122217
Piou-Piou
jusqu'au bout
Posté le 16-05-2017 à 22:44:24  profilanswer
 

Bonsoir Brigitte,
 
Au plaisir de vous retrouver à bientôt.
 
Cordialement.
Phil.


---------------
Phil.
 Page :   1  2  3  4  5  ..  22  23  24  25  26  27
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse