FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  autre

  François BRUGIÈRE : il y a 100 ans, les émeutes de Beuvarde...

 

23 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

François BRUGIÈRE : il y a 100 ans, les émeutes de Beuvarde...

n°122324
cecmio
Posté le 01-06-2017 à 18:31:35  profilanswer
 

                                                              http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/14741/IMG43152.jpg
 
                                                                                           François BRUGIÈRE
 
                                                                      22 mai 1886 Tauves –17 février 1918 Orléanville
                                                                  matricule 1415, classe 1906 ,recrutement de Clermont-Ferrand  
                                                                                                  signalement
                                                                                     Cheveux et sourcils : bruns
                                                                                   yeux : gris           front : carré
                                                                                 nez moyen         bouche moyenne
                                                                                  menton : rond     visage : ovale
                                                                                                  taille : 1 m 58
                                                                                              degré d'instruction : 3
 
   François BRUGIÈRE voit le jour le 22 mai 1886 dans la ferme de ses parents, à Puy-Germaud, un hameau de la petite commune de Tauves ( Puy-de-Dôme )
   Il est le sixième d'une grande fratrie qui comptera jusqu'à douze enfants.
 
   En octobre 1907, il est incorporé au 30ème bataillon de chasseurs alpins à Grenoble.
   Un certificat de bonne conduite lui est accordé ; il est envoyé dans la disponibilité  en septembre 1909.
 
   En août 1914, à la mobilisation, François et six de sept frères rejoignent leur régiment respectif, privant ainsi leurs parents déjà âgés d'une aide précieuse.
 
   François est désormais au 70ème BCA, le bataillon de réserve du 30ème et son parcours suivra le déplacement du bataillon au fil des combats : Alsace, Lorraine, Vosges, Somme...
 
Très tôt cependant, la guerre atteint la famille BRUGIÈRE.  
 
En effet, le 3 septembre 14, Jean, chasseur au 13ème BCA, âgé de 24 ans, décède à Mandray  
dans les Vosges.  
                                         http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/14741/jeanbrugiere.jpg
 
Le 17 février 1915, l'aîné Pierre Jean Joseph, est gravement blessé à Sept-Saulx. Trépané, amputé de doigts, il sera renvoyé dans ses foyers.
 
Le 3 mars, c'est au tour du plus jeune des garçons, Marcellin, d'être porté disparu. Le jeune homme a vingt ans et sert au 127 RI. La famille lancera un appel auprès de la Croix-Rouge et recevra un avis négatif avant  qu'il ne soit déclaré mort par jugement du 3 décembre 1920.
 
        http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/14741/fichecicrBrugiereEugeneMarcellin1.jpg
                                                                                 http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/14741/eugenemarcellinBrugiere1.jpg
 
Son corps sera retrouvé ultérieurement. Marcellin est inhumé à la Nécropole Nationale de la ferme de Suippes.
                                               http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/14741/BRUGIEREEugeneT371021.jpg
                                                                                                    ( Photo Girodacle )
 
François, lui passe l'année 1915 dans les Vosges. Il est cité pour les combats du Linge en juillet.                                                                                                      
Cité à l'ordre de la brigade n° 60 «  Lors de l'attaque du 20 juillet a établi avec sang froid la liaison téléphonique entre la parallèle de départ et la colonne montant à l'attaque » au 16 septembre 1915
En 1916, le bataillon est pour l'essentiel dans la Somme où François sera blessé et cité de nouveau.
                                                http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/14741/F.BrugiereFM2.png
Blessé le 26 septembre en avant de Cléry ( Somme )
Cité à l'ordre du Bon n° 80 du 9 novembre 1916. Blessé se portant courageusement à l'assaut des positions ennemies fortement défendues et organisées
 
D'autres deuils touchent la famille : le père décède accidentellement en 1916, la mère meurt peu après.
 
En mars 1917, François est en permission à Tauves pour le décès de son frère Jules comme en atteste le certificat de décès de ce dernier sur lequel il est noté témoin.
 
Quand il rejoint son bataillon, voilà plus de trente mois qu'il est en guerre.
 
Il est pris, sans qu'on connaisse plus de détails le concernant dans les émeutes de Beuvardes du 2 juin 1917. Ces dernières s'inscrivent dans le cadre plus large des mutineries de 17 et s'apparentent à une séance de beuverie au cours de laquelle des insultes seront lancées et des coups de feu tirés une partie de la nuit.
  Dégrisés, un peu plus vingt hommes seront traduits devant la justice militaire.
  Trois sont condamnés à mort. Deux d'entre eux, le Caporal Joseph Dauphin de Tauves ( Puy-de-Dôme ) et le chasseur Arthur Renauld de Saint Amand ( Nord ) sont passés par les armes le 12 juin 1917 à la ferme de Faité entre les villages Roucy ( Marne ) et de Ventelay ( Aisne ). Le troisième, Libert, père de plusieurs enfants, voit sa peine commuée en travaux forcés à perpétuité.
  Une douzaine d'autres soldats sont condamnés à des peines de Travaux Publics pour « révolte à main armée en réunion de personnes »  
  Les peines vont de 5 ans de travaux forcés à perpétuité et la destination pour la plupart est l'Algérie.
 
François BRUGIÈRE lui est condamné à une peine de 7 ans.
 
La tradition familiale voudrait qu'il ait été condamné pour avoir refusé de participer au peloton d'exécution des deux condamnés à mort, le Caporal Dauphin étant un camarade, originaire comme lui de la commune de Tauves.
 
Aujourd'hui, cette thèse semble peu crédible mais on ne peut néanmoins s'empêcher de penser à ce que furent  l'amertume et la tristesse de François et de tous les autres soldats condamnés après la mort terrible des soldats fusillés,  
On ne peut qu'imaginer ce que fut leur angoisse face à l'avenir incertain qui les attendait de l'autre côté de la Méditerranée.
 
En juillet 17, comme en témoigne sa dernière lettre, François est à Oran après un passage à Marseille. Il attend d'être transféré à Orléanville. Il y sera écroué le 4 septembre.

                                                                                    Oran le mercredi 11 juillet 17
 
                                                                                                  Chère sœur,
 
Je viens encore une fois te faire part de mes nouvelles qui sont toujours bonnes. Je suis arrivé à Oran hier matin à sept heures. Nous y restons deux ou trois jours, je ne sais pas à quand que nous partons pour Alger, en tous cas, ils nous promènent bien. Je crois que nous irons par voie ferrée, comme ils voudront.
Hier après mon arrivée, j'ai fait partir une lettre à Thérèse. Je ne sais si elle l'a reçue car je crois que d' Oran à Marseille, il n'y a qu'un courrier par semaine. Si cela vous arrivait de rester sans nouvelles, ne vous faites pas de chagrin pour cela car moi je ne suis pas à plaindre.
Je ne reçois rien de vous ni de mes frères mais comme je suis souvent déplacé, mes lettres n'arrivent pas vite.
Ecrivez-moi toujours à Marseille car les lettres doivent nous suivre. Si j'avais resté à Marseille, je les recevrais déjà bien mais vu que j'ai un grand parcours à faire, il me manque plus qu'une auto puis quelques fioles de pinard, je ferai le marchand de vin.
Il fait toujours beau où je suis, s'il fait pareil temps à Tauves, vous devez bien avoir votre travail car voilà bientôt le 14 juillet. Je ne boirai pas le champagne cette année. Tant pis, après la guerre on le boira à Tauves. Peut-être il y aura la vie ce jour-là. En attendant, les américains vont faire la guerre pour moi, tant mieux. Pour le moment, on attend une victoire finale et non une paix boiteuse.
Dans vos lettres, vous pouvez me parler de tout mais rien au sujet de la guerre, de mes frères car je ne leur écris pas par ces temps.
Si je n'ai pas le temps, et puis mes lettres doivent mettre longtemps pour vous parvenir, ne vous faites pas de mauvais sang.
Pour moi, je m'en fais pas du tout. Je dois bien occuper les belles langues de Tauves mais cela ne me dérange pas.
Votre lettre partira demain ou après-demain. Dans mes retours, tu me marqueras la date de mes lettres reçues car je me rappelle la date que je vous écris.
Je finirai la lettre demain.
 
                                                                                                  À demain,  
                                                                                               chère Antoinette.
 
Je viens continuer la lettre. Je pense la faire partir ce soir par les fantassins qui partent du fort. Je suis toujours à Oran, je ne sais pas à quand que je partirai pour  plus loin et je ne sais pas où ils nous amèneront ; pourvu que ce ne soit pas voir les boches. Je ne crois pas, il nous ont bien éloignés, à 950 km de Marseille. Je suis toujours avec mes camarades de Baton, on travaille pas trop, pourvu que cela dure. On a bien le temps de faire la chasse aux totos.
Tu voudras bien faire part de mes nouvelles à mes frères et sœurs ainsi qu'à Mme Ducoin et toute sa famille, à tous ceux qui demanderont de mes nouvelles.
Je ne sais pas si tu pourras lire mes lettres car j'écris sur mon genou et je suis un peu pressé, le crayon est bien attendu par plusieurs de ceux qui sont avec moi.
 
                                                                          Reçois d'Algérie mon bon souvenir.
                                                                                                 
                                                                                        Je vous embrasse
 
                                                                                              François
 
                                                                                    mon adresse provisoire
 
                                                                                    Brugière 70 Bton passager
                                                                                      fort St Nicolas Marseille

 
Des mois qui suivirent, nous ne savons rien… Un télégramme viendra avertir sa famille de son transfert à l'hôpital militaire d'Orléanville où il décédera le 17 février 1918.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/14741/telegramme1.jpg
 
Nous faisons le choix, Alain Orrière, Jean-Marie S. ( neveu de François BRUGIERE ) et moi-même de publier la dernière lettre de François BRUGIÈRE aujourd'hui, veille du  2 juin, date anniversaire du centenaire des émeutes de Beuvardes.
 
Nous ne prétendons aucunement apporter de quelconques éléments à la compréhension des événements du 2 juin 1917 puisque aucune allusion dans ce courrier  n'y est faite.  
 
On se reportera pour cela au JMO du 70ème BCA et à l'excellente transcription que l'on en trouve sur le site chtimiste :
 
http://www.chtimiste.com/regiments [...] eries5.htm
 
 
On se reportera aussi aux analyses de plusieurs historiens  ( Nicolas Offenstadt   Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Ed. Odile Jacob, 1999. Denis Rolland La grève des tranchées Imago 2005 )
 
Notre volonté est de sortir de l'ombre François BRUGIÈRE, relégué la plupart du temps au second rang derrière le Caporal Dauphin fusillé le 12 juin 17 ( Nous n'oublions pas le soldat  Renauld lui aussi tombé sous les balles françaises le même jour et dont le cas a été nettement moins débattu )  
 
Nous souhaitons plus largement évoquer le cas de tous les  soldats happés par un système pénitentiaire particulièrement dur dont beaucoup ne revinrent pas.
 
Ce rappel biographique est le fruit d'échanges et de rencontres entre Alain Orrière, Jean-Marie S. le neveu de François Brugière  et moi-même.
 
Jean-Marie a aujourd'hui 97 ans. Il est le fils de la plus jeune des sœurs BRUGIERE. Il a toujours eu à cœur de faire connaître l'histoire de sa famille et de son oncle  Il  aimerait néanmoins en savoir plus, savoir ce que purent être les derniers mois de son oncle, savoir à quoi ressemble la tombe dont on lui a dit, après renseignements pris auprès des autorités municipales d'Orléanville, qu'elle serait dorénavant mieux entretenue.  
 
Sur le monument aux morts de la petite ville de Tauves, figurent le nom du Caporal Dauphin et des trois frères BRUGIÈRE. À deux pas, se trouve une récemment nommée « rue des fusillés de 17 »
                                                                                                          http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/14741/IMG42901.jpg
                                           
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/14741/IMG42921.jpg          
                                     
 
 
                                                Nous remercions  toutes celles et tous ceux qui auront pris la peine de lire ce long post.
                         Nous remercions aussi par avance toutes celles et tous ceux qui pourront peut-être fournir des pistes relatives aux questions posées.
 
                                                 Nous avons pu échanger et mener à bien ce travail grâce au Forum :  
                                                                   un grand merci à Joël HURET son fondateur !
                                                                                                       ***
                                                                                                   Sources :
                                                     → Photos et documents : collection personnelle Jean-Marie S.                
                                                     → Sites : Mémoires des hommes
                                                                   Archives départementales 63
                                                                   Centre Internationale de la Croix Rouge
                                                     → Photos : Girodacle cecmio
                                                                                                                 
                                                   Merci à Maurice Cruchet pour ses relectures et ses précieuses remarques.
 
                                                                       Bonne soirée à toutes et à tous
 
                                                                                      Cordialement
 
                                                                                           Cécile

n°122327
p Lamy
çà marmitte par ici !
Posté le 02-06-2017 à 13:42:38  profilanswer
 

Bonjour Cécile,
 
merci de ce post, qui rappelle la mémoire de tous ces pauvres chasseurs du 70e BCA. J'ai eu la chance d'en connaître un, il m'avait parlé de cette mutinerie, qui n'avait pas affecté sa compagnie (Cie de mitrailleuses). Le 70e BCA a été de tous les coups durs et une soirée trop arrosée, alimentée par des rumeurs  et ensuite revendicative s'est terminée en drame pour certains chasseurs de ce bataillon, dont François Brugière.  
Le président du tribunal militaire avait voulu mener cette affaire "rondo" et faire des exemples....Avec 3 chasseurs condamnés et deux fusillés, sans parler de François et des autres.
 
Bien cordialement.
P. Lamy

n°122330
air339
Posté le 03-06-2017 à 08:30:51  profilanswer
 

Bonjour,
 
 
 
 
Merci pour le partage de cette page d'histoire d'une famille durement touchée.
 
Cette étude sérieusement menée montre également la mémoire vivace de ces événements.
 
Cordialement,
 
Régis

n°122356
cecmio
Posté le 09-06-2017 à 21:21:24  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Merci à vous, Patrice et Régis pour vos retours positifs.
 
Pour ce qui me concerne, je suis tombée sur les cas de Brugière et Dauphin en faisant de recherches sur les parcours de mon arrière-grand-père et de son frère eux aussi chasseurs au 70ème  ( Antonin et René Grenier morts en 1915 dans les Vosges ). J'avais entrepris de répertorier ( à partir de la liste des tués de l'historique ) tous les MPLF du 70ème originaires comme eux du département du Puy de Dôme. J'ai été étonnée par le nombre assez important d'hommes venant de Tauves ( je réside à 50 km de cette petite bourgade ) Ils sont 5 au total :
-Achand Paul
-Brugière François  
-Casson Michel  
-Chauvet Jean
-Dauphin Joseph
 
La fiche MDH de Joseph Dauphin m'a amenée jusqu'à François Brugière ( qui lui n'a pas de fiche MDH ) et je me suis par la suite intéressée aux émeutes de Beuvardes, me disant qu'Antonin et René auraient pu, s'ils n'avaient pas été fauchés dès 1915, figurer au nombre des mutins...
 
Je trouve un peu contradictoire de voir figurer les noms des deux de Tauves sur l'historique, le chasseur Renault fusillé le même jour que Dauphin n'y est pas mais il a une fiche MDH.
Par ailleurs, sur la fiche matricule de François Brugière les mois  passés en Algérie sont compris dans la période "campagne contre l'Allemagne"
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/14741/F.BrugiereFM21.png
 
Nous continuons à chercher avec Alain Orrière des informations sur les autres "mutins " et les parcours qui ont pu être les leurs après leurs condamnations. Nous sommes aidés par Maurice Cruchet.
 
Nous aimerions aussi en savoir plus sur ce que pouvaient être les conditions d'existence dans ces "ateliers de travaux publics "  
 
Je vous souhaite une bonne soirée  
 
Cordialement  
 
Cécile


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  autre

  François BRUGIÈRE : il y a 100 ans, les émeutes de Beuvarde...