gizmo02, 3 utilisateurs anonymes et 27 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Honte

n°121172
FAB1
Posté le 07-02-2017 à 12:56:22  profilanswer
 

Bonjour
Durant la guerre en Angleterre, les femmes offraient un plume blanche symbole de la honte, aux hommes qui ne s'étaient pas engagés. Article du Courrier International du 02/05/2014.
Pouvait on observer un phénomène plus ou moins identique en France ?
Cordialement
FABRICE

n°121173
pierreth1
Posté le 07-02-2017 à 13:45:42  profilanswer
 

Bonjour,  
Un point important jusqu'en janvier 1916 l'armee d eterre britannique est une armee de volontaires donc ceux qui restent "civils" le veulent (tout au moins ceux qui sont aptes physiquement) en France l'homme en age de porter les armes n'a pas le choix, personne ne lui demande son avis, ensuite il peut bien entendu se faire exempter, pistonner pour avoir un emploi à l'arriere, etre detache comme indispensable a la defense nationale dans son emploi, etc.(et donc devenir un "embusqué" )
Donc faire "pression" sur un francais non incorpore n'aurait pas eu le même interet
Cordialement
Pierre


---------------
pierre
n°121174
b sonneck
Posté le 07-02-2017 à 13:47:54  profilanswer
 

Bonjour,
 
Cette pratique en Angleterre ne datait pas de la Grande Guerre mais remontait à plus loin. J'ai le souvenir d'un film vu il y a très longtemps, dont le point de départ était justement des plumes blanches remises par des jeunes officiers à un de leur camarades qui avait démissionné au moment où leur régiment était désigné pour aller au Soudan, lors de l'insurrection du Mahdi, au début des années 1880. Le titre était évocateur : "Les quatre plumes blanches".
 
Cordialement
Bernard

n°121175
michelstl
Posté le 07-02-2017 à 14:57:04  profilanswer
 

Bonjour

 

Intéressant, merci d'avancer le sujet.

 

Sans répondre à votre question
En choisissant donc les mots clefs en anglais «white feather», on retrouve plusieurs articles.
Au début de la GG: «Order of the White Feather»

 

Entre autres, pour commencer, un article wikipédia
https://en.wikipedia.org/wiki/White_feather

 

Salutations
Michel


Message édité par michelstl le 07-02-2017 à 14:58:01

---------------
Le 95e R.I. :  http://www.michelsl.com/95e_RI/Bou [...] 14-18.html
n°121176
FAB1
Posté le 07-02-2017 à 15:20:09  profilanswer
 

Bonjour
Merci à tous pour vos commentaires.
Pierre, j'ai souvenir de mon grand père qui encore dans les années 1960 continuait d'insulter "les embusqués". Dans son bistrot favori tenu par un ex Poilu, il y avait ceux qui avaient le privilège d'avoir un deuxième verre de Beaujolais gratuit offert par le patron et les autres qui payaient tous leurs verres.
Petite anecdote révélatrice, il y avait ceux "qui l'avaient faite" et les autres.
Cordialement
FABRICE

Message cité 2 fois
Message édité par FAB1 le 07-02-2017 à 15:21:27
n°121177
michelstl
Posté le 07-02-2017 à 15:33:58  profilanswer
 

re-Bonjour
Il y aurait l'ouvrage de Charles Ridel,
«Les embusqués en France pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), figure et politique d’un refus de la guerre.
Un article «critique» en lien ici
http://www.crid1418.org/bibliograp [...] uscien.htm
Salutations
Michel

 

P.S. aussi : les planqués
      On peut aussi constater des notions sur le sujet (embusqués- planqués) en lisant quelques article sur le concept du «consentement patriotique» concernant la GG


Message édité par michelstl le 07-02-2017 à 16:01:44

---------------
Le 95e R.I. :  http://www.michelsl.com/95e_RI/Bou [...] 14-18.html
n°121180
pierreth1
Posté le 07-02-2017 à 17:07:42  profilanswer
 

FAB1 a écrit :

Bonjour
Merci à tous pour vos commentaires.
Pierre, j'ai souvenir de mon grand père qui encore dans les années 1960 continuait d'insulter "les embusqués". Dans son bistrot favori tenu par un ex Poilu, il y avait ceux qui avaient le privilège d'avoir un deuxième verre de Beaujolais gratuit offert par le patron et les autres qui payaient tous leurs verres.
Petite anecdote révélatrice, il y avait ceux "qui l'avaient faite" et les autres.
Cordialement
FABRICE


 
Bonjour,
 
C'est évident mais outre les embusques  même quand on a participe au conflit il ya le distingo entre ceux des tranchées et ceux de l'arriere donc effectivement on regarde d'un "mauvais oeil" ceux qui evitent la conscription, mais aussi ceux qui se trouvent hors d ela zone battue par l'artillerie adverse
 
Le problème est different en France et en Grande Bretagne, le fait d'avoir une conscription permet à l'embusqué d'avoir une excuse "ce n'est pas de sa faute si il n'a pas ete incorpore, lui aurait bien voulu..." alors que dans une armée basée sur le volontariat si vous n'êtes pas soldat c'est que vous n'avez pas été volontaire et donc que vous êtes lâche...(tout au moins cela peut etre perçu ainsi).
 
Par ailleurs au début ce mouvement était plus ou mons encadré
 
Concernant la pratique de la remise d'une plume blanche cela remonte à la grande guerre,
 
Chez les les britanniques "“Showing the white feather" est un symbole de lacheté (sans doute depuis le XVIII siecle), l'origine en reviendrait aux combats de coqs, quelques coqs de combat ayant des plumes blanches au croupion et donc les montraient lorsqu'ils rompaient le combat (pour d'autre ce serait un signe de croisement et rendrait le coq inapte au combat), il s'agit donc d'une expression populaire, mais cette expression "showing the withe feather" n'implique pas que l'on donne une plume blanche mais que le suspect de couardise a montre ses plumes blanches.  
 
En 1902, en pleine guerre des Boers, un écrivain britannique E.W.Mason ecrit un roman: "The Four Feathers" en français "les quatre plumes blanches", (Au cours du 20eme siécle ce roman sera le scénario de 6 films!) ce roman fait un "carton" d'autant plus que pendant la guerre des boers  l'armee professionnelle britannique a des difficultés a recruter des soldats. ce roman a à l'epoque un tel retentissement que en 1908,  les deux plus importantes publications  pour garçons, le "Boy's Own Paper" et le "Captain" ont toutes deux publié des feuilletons intitulés "The White Feather". Dans le "Captain", P.G.Wodehouse, y transpose le thème de "The Four Feathers" dans une "public school"  
Aussi quand fin aout 1914 un amiral en retraite Charles Penrose Fitzgerald reunit une trentaine de femmes à Folkestone pour distribuer des plumes blanches à tous les hommes en civil la presse s'en fait l'echo et tout le monde connaissant le sens des plumes blanches cette coutume s'est très vite propagée (ce qui paradoxalement n'arrangeait pas les autorités britanniques), car la pression morale faisait que certains hommes nécessaires au fonctionnement de l'état (ce que les britanniques appellent les "civil servant" ) se sentaient obligés de quitter leur emploi pour rejoindre l'armée ce qui desorganisait l'etat. Le systeme de conscription evite ce probleme les personnes utiles au fonctionnement de l'etat n'etant pas mobilisables ou étant mobilisées sur place.  
 
Afin de limiter cette campagne des publications telles le comic  "the Union jack" publient un conte de noel "thewhite feather" (edition du 26 decembre 1914) dans lequelle la jeune fille qui epingle la plume ignore que le jeune homme veut s'engager mais que c'est son père qui refuse "egoistement",  de même la préface d'un livre intitulé "The Minor Horrors of War"de Sir Shipley, A. E.  1861-1927 (traitant des poux et autres désagréments etc.) publié en 1915 il est fait référence aux  "dames à demi hystériques qui offrent des plumes blanches aux jeunes dont le cœur se brise parce que le médecin-officier après le médecin-conseil leur a refusé le désir de leur jeune cœur de servir leur pays"
Ce sera aussi le theme de: "The Man who Stayed at Home" (l'home qui reste à la maison de  Lechmere Worrall  J. E. Harold Terry pièce en 3 actes jouée en 1915 le héros  Christopher Brent feint d ene pas comprendre ceux qui lui disent de rejoindre l'armée or c'est un espion dans une scene une jeune femme  lui donne une plume blanche; Il  nettoye sa pipe, puis la lui rend. le spectateur sait qu'il s'agit d'un héros et que la jeune femme a ete stupidement trompée par les apparences. A cette époque (14-15) circulent en Grande Bretagne nombre d'annecdotes de ce type: plume blanche remise à un homme assis dans le tram qui se leve lorsqu'il la reçoit ce qui permet aux "temoins" de constater qu'il a perdu une jambe au combat ce qui se retourne contre la femme le spassagers prenant fait et cause pour le mutile etc.. Nombre d'annecdotes du même accabit se terminent bien évidemment par le mariage du soldat avec la distribueuse de plume.                                                                                                                                                                                                                                  ces annecdotes prouvent que cette campagne n'a pas entraine une adhesion pleine et entière,  
 
 
Cordialement.
 
Pierre


Message édité par pierreth1 le 07-02-2017 à 18:44:56

---------------
pierre
n°121197
monte-au-c​reneau
Maudite soit la guerre
Posté le 08-02-2017 à 15:53:54  profilanswer
 

Bonjour,

 

J'ai un vague souvenir qui me dit que 1 mobilisé sur 2 n'est jamais allé en première ligne... (pour les Français et leur 8 millions de mobilisés). Alors ?

 

NOTA : je rajoute que les estimations sont bien sûr beaucoup plus faible. Mais c'est un chiffre qui me reste, sans doute d'une très vieille lecture...


Message édité par monte-au-creneau le 08-02-2017 à 15:57:49

---------------
- "Honte à la gloire militaire, honte aux armées, honte au métier de soldat, qui change les hommes tour à tour en stupides victimes et en ignobles bourreaux."  (Henri Barbusse)
n°121199
monte-au-c​reneau
Maudite soit la guerre
Posté le 08-02-2017 à 17:32:01  profilanswer
 

" Côte d'Azur (déjà en 14/18) et Cote 304 : ces messieurs dames vont aux Eaux. Nous autres, on retourne aux feu" :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4294/embusq.png


---------------
- "Honte à la gloire militaire, honte aux armées, honte au métier de soldat, qui change les hommes tour à tour en stupides victimes et en ignobles bourreaux."  (Henri Barbusse)
n°121203
stcypre
retraité et Handicapé
Posté le 09-02-2017 à 06:08:58  profilanswer
 

Bonjour,  
Je ne sais plus où je l'ai, mais il a existé une carte postale, au motif de "la médaille des embusqués ?".
J. Claude


---------------
la vérité appartient à ceux qui la recherchent et non à ceux qui croient la détenir.
n°121204
FAB1
Posté le 09-02-2017 à 10:54:00  profilanswer
 

Bonjour
Il y avait aussi un Bulletin de la Ligue Nationale contre les Embusqués voir
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k949855c
Cordialement
FABRICE

n°121234
alaindu512​010
Posté le 13-02-2017 à 20:25:25  profilanswer
 

Bonsoir Fab  
la gazette des ardennes(propagande   allemande )  
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/d [...] 536050ebb8
cordialement
alain


---------------
alaindu 512010
n°121237
FAB1
Posté le 14-02-2017 à 12:03:47  profilanswer
 

Bonjour Alain
Merci pour le lien
Cordialement
FABRICE

n°121357
Cuchlainn
Posté le 24-02-2017 à 19:16:03  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Petite anecdote sur les embusqués... ceux d'entre vous qui ont le livret Men-at-arms consacré à l'armée française 14-18 ont sans doute remarqué que l'uniforme du Service automobile était illustré par un jeune homme au sourire colgate, uniforme impeccable, bottes rutilantes, tenant sa cigarette au bout des doigts dans une posture au raffinement de bellâtre. Sans aucun doute une allusion à la réputation de l'époque de l'unité du Service automobile attachée à la ville de Paris, réputée point de chute de tous les "fils de" qui tenaient là la planque idéale. Cette réputation est notée dans un Jacques Meyer je crois.
Amusant petit tacle cent ans après à ces jeunes gens qui constituaient, on l'imagine, l'archétype de l'embusqué odieux au P.C.D.F.
 
Cdlt
Cyrille


---------------
"Sur un banc étaient rangés quinze ou vingt bonshommes qui avaient bien une douzaine de jambes à eux tous." (Duhamel)
n°121358
garance.
Posté le 24-02-2017 à 19:20:15  profilanswer
 

FAB1 a écrit :

il y avait ceux "qui l'avaient faite" et les autres.


Oui
et pour Conan, il y a ceux comme lui et 3000 autres qui l'ont gagnée, et tous les autres qui l'ont faite


---------------
"Il pleuvait en cette nuit de Noël 1914, où les Rois Mages portaient des Minenwerfer."

Aller à :
Ajouter une réponse