Rutilius Forum Pages d’Histoire: aviation : claude 14, 2 utilisateurs anonymes et 31 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Suivante
Auteur Sujet :

Un morceau de cloche de Reims

n°121122
vpah51
Posté le 02-02-2017 à 20:02:08  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Regardez l'extrémité inférieure visible sur la dernière photo on aperçoit bien un élargissement  
Cdlt  
Richard


Message édité par vpah51 le 02-02-2017 à 20:02:57
n°121123
michelstl
Posté le 02-02-2017 à 21:38:33  profilanswer
 

Bonjour Richard

 

Revoir l'ouvrage que je suggérais plus haut
vue 27
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5724439q/
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/9438/majeur.jpg

 

Salutations
Michel

 

Edition

 

page 183-184 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57260285

 

«Enfin la question locale qui passionna profondément les administrateurs de Saint-Jacques, en 1805, ce fut le vote des cloches. D'après un procès-verbal du 5 pluviôse an VII, 24 janvier 1799, l'église de SaintJacques avait deux cloches : «. une cloche de 2.000 livres qui sert aux incendies pour la basse ville — une autre provenant de la magdelaine, de 1.600 livres, sous les voûtes du clocher de Saint-Jacques. » Revenues après le 4 juillet 1802 à leur destination chrétienne, elles composaient toute la sonnerie de la paroisse. Or, dans la séance de la fabrique, on disait, le 2 thermidor an XIII, 21 juillet 1805 : « Les cloches laissées par la Révolution sont discordantes. Une sonnerie plus fournie augmenterait les revenus de l'église. Il fallait, se procurer cinq cloches donnant une quinte majeure. Les deux anciennes seraient fondues. On se procurerait facilement du métal de cloches auprès de la fabrique de Saint-Remi ; elle en avait une forte quantité qu'elle céderait à 30 sols la livre, se contentant de mille livres payées à la livraison et concédant un terme de dix ans

 

L'organiste de 1805 était Briffoteau, luthier.

 

— 184 —
pour acquitter le reste. » Telle était la pensée des partisans d'une sonnerie nouvelle. Une vigoureuse opposition combattait leur projet : en voici également le résumé : « Accueillir cette transformation, c'était engager une dépense de plus de sept mille francs ; c'était obérer pour de longues années la fabrique sans dédommagements suffisants. On pouvait maintenir l'état de choses actuel tandis que par cet onéreux projet bien des dépenses urgentes seraient forcément retardées. Les dépenses de cloches ne concernaient point les fabriques. Enfin une fabrique n'était pas autorisée à emprunter. »
Cependant le vote des cinq cloches réunit la majorité.
Dans la séance du 21 fructidor an XIII, 8 septembre 1805, les frères Cavillier, fondeurs de cloches à Carrepuis, près Roye, furent chargés de l'opération. La fonte fut pratiquée à Reims « près de la croisée de la Couture où était l'ancien cimetière de Saint-Jacques », dit Povillon-Piérard. Il ajoute que les nouvelles cloches « sont cinq cloches du même calibre et presque du même son que leurs devancières (1) ».
D'ordinaire, la bénédiction des cloches est l'un de ces événements dont on garde la trace dans les Archives de la Paroisse et sur les parois des cloches elles-mêmes. Ni sur le flanc des cloches ni dans les Registres de SaintJacques ne se trouve la date de cette cérémonie. El même, bien que dans sa réunion du 21 septembre 1805, le Conseil de fabrique ait inscrit sa résolution d'avoir une assemblée régulière « le premier jeudi
— 185 —
de chaque mois" aucune de ses délibérations n'a été sauvegardée entre cette époque et le décès de M. Savar, en avril 1819. »

 


Message édité par michelstl le 02-02-2017 à 22:18:10

---------------
Le 95e R.I. :  http://www.michelsl.com/95e_RI/Bou [...] 14-18.html
n°121124
gaspard
Posté le 02-02-2017 à 22:53:57  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
Un bravo pour votre participation à ce sujet, même si celui-ci commence à friser avec les limites du forum...
On en redemande ! Le travail de recherche sur un objet archéologique sorti de son contexte devrait être une science à part entière.
 
Encore merci
Amicalement
Gaspard

n°121567
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 11-03-2017 à 20:01:51  profilanswer
 

Bonsoir
  On n'a pas eu le fin mot ( celui de la fin)  :??:  :??:  
Cordialement
Alain


---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
 Page :   1  2
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse