Pages 14-18 : Les arts et la guerre : Inouk44, 1 utilisateur anonyme et 30 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Suivante
Auteur Sujet :

Le mutisme des anciens "poilus" après guerre

n°96298
Eric15
Posté le 11-11-2012 à 23:50:53  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Bonsoir,
 
"A l’inverse, une chose qu’il ne faut surtout pas dire aujourd’hui : l’évènement vécu ne fut pas, dans une très large mesure, ce drame paroxystique continu pendant 4 années que nous imaginons, ou « fantasmons » aujourd’hui avec notre hyper-sensiblerie si complaisante à l’ego de chacun, mais quelque chose de beaucoup plus banal, de quotidien accoutumé, ennuyeux, etc… "
 
Bon dieu , Achache...que ce que vous dites est vrai !!!!
 
Mon arrière grand père que je n'ai pas connu évoquait cette période uniquement entre anciens combattants et bien souvent avec une bouteille pour compagne...Ma grand mère me racontait qu'elle et se soeur se cachaient pour écouter leurs récits...
 
Il faut dire aussi que 8 millions de soldats avaient été mobilisés, 4 millions avaient connu le combat...
Pour beaucoup ce qu'ils avaient vécu étaient partagés par bon nombre...donc leur récit leur paraissait peut être banaux ???...
 


---------------
« Les hommes pour la plupart n’étaient pas gais ; ils étaient résolus, ce qui vaut mieux. »
Marc Bloch
n°96304
pierreth1
Posté le 12-11-2012 à 14:40:38  profilanswer
 

Bonjour,  
Ce sujet m'a fait "refléchir" SI SI cela peut arriver..
Comme je l'ecrivais je transcris actuellement les lettres de mon grand pere et en même temps je transcrits les carnets ecrits par ma tante (soeur de ma mere) . lors de l'invasion de la Tunisie par les allemands elle avait 16 ans et a tenu à jour un carnet quotidiennement jusqu'en octobre 1944 annee de son bac ensuite c'est plus espacé.  
La relation? mes grands parents habitaient à 2 km dans l'axe du terrain des avions logistique allemands, et ils ont passé des jours dans leur tranchee ou a la cave du fait de bombardements, la liste de leurs connaissances tuees est importante  Hors que ce soit ma mere, sa soeur ma grand mere aucune n'en a reellement parle (j'ai juste quelques notions) , Ma tante professeur de son etat tenait toujours "le crachoir" dans les reunions de famille parlait de tout tout le temps mais n'abordait pas le sujet de la guerre (deux ou trois fois) et je me rends compte que j'ai plus de notions de la vie de smes grands parents dans leur jeunesse par le biais de la masse de documents que je possede que par dessouvenirs de ce qu'elle m'aurait raconté (mis a part quelques annecdotes comme la venue du kaiser à Ribeauville) J'ai interroge une cousine et mon cousin germain et nous nous sommes rendu compte qu'en final nous n'avions pas beaucoup d'information, cote paternel il en est de m^me (et cela ne concerne pas que les periodes de la guerre..) Et pourtant concernant la Tunisie je pensais avoir reçu moults informations il n'en etait rien!
Aussi en dehors du contexte de nevrose de guerre, de pudeur a s'exprimer (je mets hors jeu un "barrage" de la langue car un breton ne parlant que breton ou un alsacien comme j'en ai connu ne parlant qu'alsacien avait la possibilite de s'exprimer oralement dans sa famille) en fait le manque de "communication" entre les générations ne viendrait il pas tout bonnement du fait que l'on ne discute de sujet "memoriels" qu'avec ceux qui ont vecu des experiences similaires??  
Il serait interessant que chacun d'entre nous s'interroge sur les informations reçues de ses parents, grands parents en ce qui concerne leur mode de vie leur enfance etc.. je ne serai pas surpris que pour la majorite d'entre nous ce soit relativement succint. Interrogeons nous avons nous décrits à nos proches (enfants epouse, epoux) notre enfance, etc.. la réponse sera immédiatement OUI mais après réflexion avons nous dit grand chose?? L'être humain transmet il aussi facilement des souvenirs "privés"?? pas sur et dans ce cas la pudeur des anciens combattants pourrait en partie ressortir du m^me processus
Cordialement
Pierre


---------------
pierre
n°96413
monique05
Posté le 16-11-2012 à 18:04:36  profilanswer
 

Laurent59 a écrit :

Bonsoir à tous, je remercie tous les participants à ce sujet, les réponses, aussi diverses qu'elles soient sont intéressantes à tous points de vue.  
 
laurent  :hello:


bonjour laurent.suite un peu tardive à votre question.mon pere est reste en argonne pendant toute la guerre de 12 à 16 ans.lorsque notre gendre lui a demande son impression le 11 nov.1918 il a repondu"un grand silence!"le grand pere de notre gendre avait fait verdun.il n'aimait pas en parler dcd presque centenaire ses souvenrs etaient douloureux.cordialement.monique05.

n°96426
chanteloub​e
Posté le 17-11-2012 à 15:54:22  profilanswer
 

bonjour à toutes et à tous.....
Le soldat Olive dont j'ai étudié dans les moindres détails,  et édité à compte d'auteur la correspondance ( 568 lettres de 1913 à 1918), écrit le 30/8/15:
d’ailleurs tous ceux d’ici croyons que le civil s’y est habitué maintenant à la guerre, vous verrez que quand dans un quartier comme Mazargues sera passé une centaine de permissionnaires le moral de l’arrière ne sera plus le même car tous ceux qui retournent disent pareil, qu’à l’arrière on a patience, espoir, confiance, enfin tout ce qui faut pour que la guerre dure des années, alors que nous nous croyions que le civil en avait marre nous nous sommes bien trompés, enfin quoique ça il faut espère que leur bourse baisse en peu,
il se peut que ces propos éclairent un peu ce qui s'est passé au retour des soldats. Silence et probablement un peu de rancœur
A bientôt.
CC

n°98640
Shark26048​6
Posté le 29-03-2013 à 15:27:00  profilanswer
 

Bonjour,
 
Sujet très intéréssant que voila. Je suis hélas trop jeune pour avoir pu parler à des combattants de la premiere guerre, j'aurai écouté je pense avec silence et intêret. Lorsque j'ai vu il y a quelques années que les derniers poilus disparaissait j'ai senti qu'un pan de l'histoire disparaissait avec eux. Je me rends donc compte que lorsque ce sera la même chose pour les combattant de la seconde guerre et ceux d'algérie et d'indochine, les informations télévisuel en parlerons beaucoup plus. Mais pourquoi attendre la fin pour écouter? Oui j'entends, "c'est triste il faut aller de l'avant", "Ne recassons pas le passé", "Ce qui est fait et fait".  Je peux affirmer que l'on peut écouter l'écho du passé et aller de l'avant. C'est parfois triste de penser leurs vécu, de croire approcher la vérité mais c'est comme un devoir de mémoire. La première guerre mondiale pour moi c'est une génération de sacrifié, mort ou vivant après la guerre et cela aurait pu être notre génération.  
 
Pour ces poilus qui ne sont plus aujourd'hui le risque de sombré dans l'oublis ne sera véritable qu'après "l'anniversaire" de la guerre. Des gens seront curieux oui avec de l'angouement pour certain, éphémere pour d'autre, économique (horreur) pour certain. Et après?
 
Je finirai par une citation qui me tiens à coeur, une citation de Roland Dorgelès :  
 
"Avez vous crié, ce soir là mes camarades! J'espérais bien mentir, en vous parlant ainsi. Et cependant...c'est vrai, on oubliera. Oh! Je sais bien, c'est odieux, c'est cruel, mais pourquoi s'indigner : C'est humain... Oui il y aura du bonheur, il y aura de la joie sans vous car, tout pareil à un etang transparents dont l'eau limpide dort sur un lit de bourbe, le coeur de l'homme filtre les souvenirs et ne garde que ceux des beaux jours. La douleur, les haines, les regrets éternels, tout cela est trop lourd, tout cela tombe au fond...On oubliera. Les voiles de deuil, comme des feuilles mortes, tomberont. L'image du soldat disparu s'effacera lentement dans le coeur consolé de ceux qui l'aimaient tant. Et tous les morts mourront pour la deuxieme fois..Mes morts, mes pauvres morts, c'est maintenant que vous allez souffrir, sans croix pour vous garder, sans coeur où vous blottir. Je crois vous voir rôder avec des gestes qui tâtonnent, et chercher dans la nuit éternelle tous ces vivants ingrats qui déja vous oublient"
 
Cordialement,
Shark


Message édité par Shark260486 le 29-03-2013 à 16:21:45
n°98642
arvellavi
Posté le 29-03-2013 à 19:07:52  profilanswer
 

Bonjour à tous
J'ai eu la chance de connaître mon grand-père alors que j'avais 9 ans. Il m'a beaucoup parlé de "sa guerre" quand nous étions tous les deux. Une de ses phrases qui revenait souvent, m'a poursuivi toute ma vie. Il me montrait ses mains et me disait : "Tu vois Dédé ce sont des mains de criminel" et il se mettait à pleurer. Il m'a parlé de ses misères, de ses combats, du village de Coincy où il a été gravement blessé en juillet 18 et où il n'a du sa survie qu'aux premiers soins prodigués par un Allemand.
Pour lui la guerre était finie.
Bien des années plus tard rassemblant mes souvenirs et me servant de la mémoire familliale qui était bien maigre, j'ai écrit un récit sur "sa guerre". Et surprise mon père (son fils), mon frère ainé et ma soeur ainée ont appris des choses sur lui qu'ils ignoraient complétement. Il ne leur en avait donc pas parlé !
Pourquoi en avoir parlé qu'à moi, peut être que j'étais plus réceptif ?
Peut être parce que j'étais le plus jeune et se sentant sur 'le grand départ" voulait-il une dernière fois se confier et laisser un message ?
C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je parle de lui et de ses camarades et celà je le ferai tant que je le pourrai.
Cordialement à tous Martin.


---------------
Martin
n°98645
fred S
Posté le 29-03-2013 à 20:12:36  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Chez les quelques combattants de 14/18 que j'ai rencontré jeune et chez ceux de 39/45 (quelque soit la nationalité), d'Indochine, d'Algérie ou des guerres françaises plus récentes j'ai fais le même constat, même s'il n'est représentatif que d'un infime échantillon: Peu en parlait à leur famille mais tous n'avait aucun problème à évoquer le sujet avec une personne étrangère au cercle familial, en "dosant" parfois les détails. En parlant, certains souvenirs enfouis remontent et il m'est arrivé d'être face à des hommes de 80 ou 90 ans fondant en larmes.
 
Pour la famille, pas facile pour un père de famille de raconter à ses enfants, ses parents, sa femme qu'on a tué de ces mains un autre homme, qu'on a pataugé dans une fange où se trouvait parfois les restes d'un camarade.
 
Je fais actuellement des recherches sur un officier sorti du rang (9ème Chasseur à cheval et 83RI) dont je connais la fille: On se met autour d'une table pendant 2 ou 3 heures de temps en temps et on discute, des détails ressurgissent de sa mémoire, précis. Son père parlait peu ou quasiment pas des 2 guerres à la maison (Il avait rempilé pour39/40), parfois avec son jeune frère qui était au 83 également. En revanche il gardait précieusement la photo d'une famille allemande prise en 17 et la sortait de temps en temps pour la regarder: dessus figurait un jeune homme qu'il avait tué de sa main, il n'en a pas dit plus à son entourage, j'ai eu cette photo entre les mains, sacrée pour la famille.Très "carré" dans son travail ou lors de ces périodes militaires entre 1919 et 1939, il était plus bohême dans le privé et éprouvait le besoin d'être seul, ou dans des endroits où il pouvait retrouver ceux qui y étaient (cafés, salles de billard). En parler, mais pas aux proches.


Message édité par fred S le 29-03-2013 à 20:16:34

---------------
Cordialement,
Fred.
n°98646
elie56
Posté le 29-03-2013 à 21:47:33  profilanswer
 

bonsoir,
dans ma famille personne ne savait que mon arrière grand père avait fait la grande guerre,pas meme mon grand père,ce n'est que grace à mes recherches que j'ai su.

n°123288
Yv'
Posté le 06-09-2017 à 09:49:56  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Je fais remonter ce sujet après avoir vu un documentaire intéressant (encore disponible quelques jours sur le site d'Arte).
https://www.arte.tv/fr/videos/07138 [...] editaires/
 
Cordialement,
Yves

n°123298
monte-au-c​reneau
Maudite soit la guerre
Posté le 07-09-2017 à 08:37:03  profilanswer
 

Bonjour Yv' et merci, j'ai enregistré le docuTV. Je pense que la méthode EMDR sera abordée.


---------------
- "Honte à la gloire militaire, honte aux armées, honte au métier de soldat, qui change les hommes tour à tour en stupides victimes et en ignobles bourreaux."  (Henri Barbusse)
n°123299
zabmarcus
Posté le 07-09-2017 à 09:51:50  profilanswer
 

Merci Yves,
Pour La remonte de ce post ancien ,que j'ai zappé, bien que très intéressant  
Je me reconnais en plusieurs écrits de chacun,
aucune conversation en famille de mon argp avec les siens,mais son capitaine venait à la maison (étant resté  bon ami)après guerre.que se racontaient ils? Je ne le saurai jamais.
Selon mon gp ( son fils) et mon père (son petit fils) il n'en parlait pas,sans doute pour oublier,ne pas remuer le couteau dans la plaie ,il parlait de l'usine pour l'un ,des labours et des betes pour mon argp,
De plus c'était un homme droit,craint ( pas dans le sens violence,non,non)mais juste.
 
Une tante me dit se souvenir de lui en ces mots"le pépère ?  Juste un regard,aucune parole et tu l'avait compris "elle n'avait qu'une dizaine d'année à l'époque ,mais se souvient très bien.....
Pour mon pere"le pépère était très, voir trop gentil,mais alors,il fallait pas le faire ch.er! "( excusez ce dernier mot,mais c'est la bonne expression)
 
C'est très complexe,ce mutisme,je constate que c'est dans bien des familles......ce n'est q'une bride de réponse.  
Je ne saurai donc jamais " sa guerre"
A bientôt  
Marc


---------------
Sois le changement que tu veux voir dans le monde (ghandi)
n°123306
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 07-09-2017 à 12:06:14  profilanswer
 

bonjour à toutes et tous,  
Pour parler de mutisme:  
dans mon entourage familial, certes tous les homme sont revenus vivants mais tous sérieusement "amochés" voire handicapés. Bref, ils sont morts jeunes, je ne les ai pas connus.  
Le seul qui a résisté un peu plus longtemps et que j'ai connu, est revenu sourd (une balle). Dialogue impossible, c'est grâce à ce forum que j'ai pu retracer son vécu de poilu. De toute façons personne ne parlait de la 1ère guerre.  
En revanche les témoignages ne manquaient pas sur l'occupation par les nazis pendant la 2nde guerre.  
Cordialement
Brigitte


---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°123307
stcypre
retraité et Handicapé
Posté le 07-09-2017 à 13:53:31  profilanswer
 

Bonjour,  
Voici mon expérience:
 
- Mon GP avait commencé à parler de sa guerre, mais les rapides "tais-toi Pépé tu nous ennuies avec ta guerre"... av ait eu raison de son désir.  
-Puis un jour il a esquissé le fait d'avoir bu "son urine au fort de Vaux" qui lui valut "le pépé a perdu la tête"... et même mon oncle avait dit: "c'est le canard qui lui fait raconter n'importe quoi".. Le canard est la façon de mettre de l'eau de vie dans un peu de café....
Alors comment voulez vous qu'il raconte sa guerre...
M. Genevoix l'avait bien compris lorsque il disait: "Nous avons connu l’incommunicable".
Enfin pendant des années j'ai eu le grand honneur d'amener à Verdun (Pèlerinage national de Ceux de Verdun) le pépère Viviès, dernier survivant du fort de Vaux... qui me racontait sa guerre ... car "moi je le comprenais"...
A méditer.
J. Claude


---------------
la vérité appartient à ceux qui la recherchent et non à ceux qui croient la détenir.
n°123316
zabmarcus
Posté le 07-09-2017 à 19:48:36  profilanswer
 

Bonjour,Jean Claude
Pouvez vous en quelques phrase ci c'est possiblenous ecrire ce que disait donc le pépère vivies.?
Car je n'ai que des lectures,pas de récits d'homme.
A bientôt Marc


---------------
Sois le changement que tu veux voir dans le monde (ghandi)
n°123357
Ex 18 Drag​ons
Posté le 09-09-2017 à 16:34:18  profilanswer
 


Bonjour à Tous
 
J'ai connu quelques anciens Poilus et c'est vrai, ils ne disaient pas grand-chose.  
Un jour, voulant en savoir un peu plus, j'ai essayé de questionner un G.i.G, de mon quartier, qui avait une grosse infirmité à une jambe. Comme à ce moment-là j'avais 16 ou 17 ans, après avoir un peu hésité, il m'a dit " c'est lors de l'attaque d'une tranchée ennemie, en plantant ma rosalie dans mon adversaire que j'ai reçu une rafale qui m'a broyé la jambe".
Il a terminé là son récit et j'ai vu dans ses yeux qu'il ne souhaitait pas en dire plus.  
J'ai toujours pensé que n'étant pas membre de sa famille, il m'avait répondu.
Par la suite, on parlait de tout mais plus de la G.G. Il est décédé à plus de 80 ans.
 
Cordialement à Tous.

n°123363
stcypre
retraité et Handicapé
Posté le 10-09-2017 à 06:23:23  profilanswer
 

Bonjour Marc,  
on parlait de son combat dans le fort et avant la bataille du fort.
Par exemple un jour, avec un groupe, on était devant l'entrée d'une sape (près la Haute-Chevauchée) et je décrivais comment les soldats y entraient. Le pépère dit alors: oui c'était comme cela, on descendait à l'intérieur à reculons... Puis tout à coup, il lève les yeux et il dit: ils sont beaux les arbres ici...
Lors du retour à l'hôtel je lui pose la question de savoir pourquoi n'a t il pas continué de parler... Il me dit que lui est revenu le souvenir de trois camarades enterrés dans la sape suite à l'explosion d'un obus au-dessus... Un avait été sauvé, les 3 autres sont restés à jamais dans le sol de Champagne...
Il racontait la vie dans le fort, le combat, qu'il avait vu les hommes boire leur urine, la "gentillesse"(sic) des soldats allemands, mais la dureté des boches à l'arrière lors de son départ pour les camps d'Allemagne, etc...
Employé dans une ferme près de Sagan en Silésie, il racontait sa vie auprès de la femme et de la fille de la ferme, avec qui il avait eu "quelques privautés", mais qu'il nourrissait ....
J. Claude  
J. Claude


---------------
la vérité appartient à ceux qui la recherchent et non à ceux qui croient la détenir.
n°123366
zabmarcus
Posté le 10-09-2017 à 09:29:52  profilanswer
 

Bonjour Jean Claude,  
Quelle phrase surprenante,mais oh combien bien révélatrice et descriptive de ce qu'il a vécu
"Il sont beaux les arbres ici"ceci révèle bien que les récits que nous ( je ,ci je l'avais pu)attendions ne sont pas venus
Tête baissé, nous voulons voir la sape,alors que ce mr,lui voulait en sortir,et voir dehors,les beaux arbres jadis présent.  
Ils ( les soldats de retour) voulaient retrouver leurs vie d'avant ,les champs de blé, la noirâtre qui a mis bas,les pommes au verger,ect ect. .....tous ce qui avait disparu pendant 4 ans.
D'où  ma petite réflexion
Pour mon cas familiale  
Pourquoi mon argp ,en voyant ce qui allait arriver à son fils ( mon gp)en 39,n'à t'il pas parlé de sa guerre? Sans doute pour ne pas effrayer ce fils qui partait tout comme lui 20 ans auparavant......
Oui ,c'est une reflexion très complexe.
A bientôt  
 


---------------
Sois le changement que tu veux voir dans le monde (ghandi)
n°123377
garance.
Posté le 11-09-2017 à 08:49:16  profilanswer
 

Bonjour
pour rester sur ce thème mélancolique je vous invite à (re) lire les derniers paragraphes à la fin du livre de Nobécourt (Les Fantassins du Chemin des Dames)
Il exprime çà aussi d'une façon poignante
cdt  Garance


Message édité par garance. le 11-09-2017 à 08:51:28
n°123398
arvellavi
Posté le 11-09-2017 à 23:23:41  profilanswer
 

Bonsoir
Comme il a déjà été dit ils ne parlaient pas de la guerre car on ne voulais pas les entendre. Combien de fois dans les repas de famille on entendait: il va encore nous em.... avec sa guerre. Ce n'est pas les jours de commémorations qu'il fallait leur en parler, il étaient entre eux les survivants et en communion avec ceux qui n'étaient pas revenus,nous étions de trop. Il fallait accepter de les entendre quand il voulaient en parler mais étions nous capables de nous rendre disponible à ce moment. Les récits des guerres nous dérangent et leur histoire sera toujours plein de manque.
Cordialement Martin.


---------------
Martin
n°123399
arvellavi
Posté le 11-09-2017 à 23:25:35  profilanswer
 

Bonsoir
Comme il a déjà été dit ils ne parlaient pas de la guerre car on ne voulais pas les entendre. Combien de fois dans les repas de famille on entendait: il va encore nous em.... avec sa guerre. Ce n'est pas les jours de commémorations qu'il fallait leur en parler, il étaient entre eux les survivants et en communion avec ceux qui n'étaient pas revenus,nous étions de trop. Il fallait accepter de les entendre quand il voulaient en parler mais étions nous capables de nous rendre disponible à ce moment. Les récits des guerres nous dérangent et leur histoire sera toujours plein de manque.
Cordialement Martin.


---------------
Martin
n°123400
zabmarcus
Posté le 12-09-2017 à 04:38:22  profilanswer
 

Bonjour ,garance  
Merci  pour votre réponse ,le bouquin étant prévu à la lecture prochainement, nous pourrons en reparler à ce moment là.  
A bientôt


---------------
Sois le changement que tu veux voir dans le monde (ghandi)
 Page :   1  2
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse