FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  autre

  présentation

 

Pages 14-18 : Les arts et la guerre : Inouk44, 1 utilisateur anonyme et 31 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

présentation

n°123121
philippe f​rondorient
Posté le 30-08-2017 à 16:41:23  profilanswer
 

Bonjour et merci de m’avoir accepté dans ce groupe.
A la suite de rangement de papiers de famille j’ai découvert très récemment le livret militaire de mon grand-père paternel, Henri Auvrignon, né en 1896 et décédé en 1969 alors que j’avais 9 ans. Je n’ai donc pas beaucoup connu cet homme peu bavard ni beaucoup pu discuter avec lui. Avec ce livret, il y avait quelques pages relatant très sobrement certains lieux où il était passé entre 1914 et 1919. Le déchiffrage de ces quelques pages et le mystère des lieux évoqués ont suscité ma curiosité et donné envie d’en savoir plus.
J’ai beaucoup appris grâce au forum et à internet. Néanmoins n’ayant jamais vraiment été intéressé par cette période de l’histoire, j’ai beaucoup de choses à découvrir et à comprendre. Merci de vos éclaircissements éventuels.
 
Quelques dates et points clés et questions de ma part sur des morceaux de phrases que je ne comprends pas :
 
Incorporé en avril 1915 au 32ème régiment d’infanterie. Puis entre mars 1916 à septembre 1916 au 66ème RI.
 
Affecté le 27 mars 1916 à la 36ème Compagnie, quand il arrive à Chaumont en Vexin. (de quel régiment ? 66ème ?)
A accompli un stage de mitrailleur (armurier) au centre d’instruction de Chaumont du 5 au 26/05/1916 (mitrailleuse St Etienne).
Stage de mitrailleur (armurier) au centre d’instruction de Chaumont du 1 au 8/07/1916 (mitrailleuse Hotchkiss).
Quel était le rôle d’un armurier mitrailleur ? Pour information mon grand-père était armurier de formation.
 
Le 25 juillet il est près de Tracy le Mont , Oise. Le 23 aout parti aux boyaux (..nom illisible..), 2 km ouest Tracy le Mont. Le 28 à Ollecourt.  
Puis à Vic sur Aisnes, aux grottes de Chapeaumont.
 
Affecté au 136 RI de septembre 1916 à juin 1917.
Le 24 septembre  départ pour Berny (Berny-Rivière ?). par suite de la relève de la division ( ?)
Le 2 octobre préparatifs pour le renfort du 136  (?).
Le 4 arrivée au 13ème bataillon ( ?) à Aubvillers, Somme.
Le 7 départ pour le régiment ( ?) .
À 9h arrivée à Plessis Rosiers (Somme- pas trouvé cette ville). Le 9 au soir prise des tranchées 1ere ligne Boche.
Passé à Bray Somme. Le lundi embarquement en auto jusqu’au bois des Ballons. Le 28 départ pour les ligne devant Chaulnes. Pendant la relève, violent feu de barrages.
Le 30 novembre 1916 à 5h par suite d’un feu de barrage, blessé.
Le soir évacué sur Hargicourt.
 
J’ai parcouru le JMO du 136 RI qui ne me donne que peu d’aide. De plus, l’historique du 136è RI n’est pas non plus très détaillé. En consultant la liste des morts dans cet ouvrage, on parle en page 29 de combats à Chaulnes aux dates concernées.
 
J’ai des informations précises sur les hôpitaux où il est passé ainsi que de nombreux documents médicaux. Un des documents mentionne qu’il appartenait à la 2ème compagnie de mitrailleuses au moment de son accident et j’avoue être un peu perdu entre les bataillons, compagnies, régiments mentionnés depuis le début…. 
 
Proposé pour changement d’arme (artillerie de campagne) par la Commission de réforme de St-Lô du 24/05/1917 pour : » plaie postérieure épaule gauche gênant encore légèrement les mouvements du bras et le port du sac. » Il est donc passé d’une compagnie de mitrailleuse où il était armurier à l’artillerie de campagne (2ème canonnier servant en novembre 1918). Je ne mesure pas bien l’impact.
 
Il est ensuite parti pour l’armée d’Orient, embarqué sur le navire Odessa à Tarente le 27 mars 1918. J’ai retrouvé trace de ce bateau sur Internet ainsi que le forum.
Il est affecté au 43ème régiment d’artillerie coloniale du 2/05/1918 au 19/09/1919. Je retrouve beaucoup d’information détaillées sur les lieux où il est passé et les évènements grâce au JMO très détaillées cette fois-ci.
Il est affecté à la 49ème Batterie à son arrivée.
Le 15 septembre, il participe à la bataille des hauteurs de Kravitza.
Il quitte le front d’Orient le 28 mai 1919.
Je me suis beaucoup « amusé » à retrouver tous les lieux grâce à Google Map même si c’est c’est un travail de fourmi (transcription des noms de ville, langues différentes....)
 
J’ai surement été un peu trop long, j’en suis désolé.
 
Si vous avez un peu d’éclairage à me donner sur la période 1916…
 
Merci encore pour toutes les informations que l’on peut trouver sur votre forum . De plus je ne maitrise pas encore la recherche d’information sur ce dernier. Certains sujets ont peut-être déjà été traités.
 
Bien cordialement
 
Philippe

n°123126
b sonneck
Posté le 30-08-2017 à 18:26:27  profilanswer
 

Bonjour Philippe,
 
Il serait utile, pour ne pas dire indispensable, de nous pourvoir du moyen d'accéder à la fiche matricule de ce grand-père : bureau de recrutement et numéro de matricule.
 
A vue de nez : étant de la classe 1916, il a normalement été appelé en avril 1915 et, affecté au 32e RI, a dû rejoindre le dépôt du régiment, à Châtellerault. Le décompte des campagnes devrait permettre de savoir à quelle date il est parti aux armées, rejoindre le régiment lui-même, après la période d'instruction initiale.
La 36e compagnie était, si j'ai bonne mémoire, une compagnie du bataillon de passage, le 9e bataillon, situé dans la zone des armées. Bataillon qui servait à la fois de centre d'instruction et de réservoir d'effectif pour la division dont faisait partie le régiment.  
Pour la "deuxième compagnie de mitrailleuses", il doit s'agir de celle affectée au 2e bataillon du régiment, lorsque le régiment a été aligné sur la structure à bataillons comportant 3 compagnies d'infanterie et 1 compagnie de mitrailleuses.
 
Pour le reste, difficile d'y voir clair sur des renseignements épars issus de documents que l'on n'a pas sous les yeux.
 
Cordialement
Bernard

n°123130
philippe f​rondorient
Posté le 30-08-2017 à 22:03:06  profilanswer
 

Bonjour Bernard et merci pour votre retour rapide.
Je suis d'autant plus impardonnable que j'ai une copie de sa fiche matricule, à laquelle je ne suis pas sur de tout comprendre, tellement il y a d'information. Je vous envoie le lien. Si vous préférer la copie d'écran je peux vous la faire parvenir.
 
http://archinoe.com/cg79/visualise [...] 920&h=1080
 
Merci encore pour votre aide
Cordialement
Philippe

n°123131
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 30-08-2017 à 22:30:47  profilanswer
 

philippe frondorient a écrit :

Bonjour Bernard et merci pour votre retour rapide.
Je suis d'autant plus impardonnable que j'ai une copie de sa fiche matricule, à laquelle je ne suis pas sur de tout comprendre, tellement il y a d'information. Je vous envoie le lien. Si vous préférer la copie d'écran je peux vous la faire parvenir.

Bonjour ( Bonsoir)
     Faute  d'harmonisation, il vaut toujours mieux utiliser les liens pérennes, quand ils existent
et donner le matricule car parfois les AD ont de ces trucs d'accès qu'on se demande si ce n'est pas  volontaire.
Bref, matricule 1152, classe 1916, Niort. 3 pages pour cause de retombes à partir de 233/794.
Cordialement
Alain
Faute de lien pérenne, ouvrir la page des AD79, puis le lien de Philippe et aller à la bonne page. Pourquoi faire simple !


Message édité par Alain Dubois-Choulik le 31-08-2017 à 15:34:21

---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
n°123133
philippe f​rondorient
Posté le 30-08-2017 à 22:46:36  profilanswer
 

Effectivement le lien ne semble pas fonctionner. Matricule 1152, année de naissance 1896 (les fiches sont classées dans le 79 par années de naissance et pas par classe) page 233.
Cordialement
Philippe

n°123134
michelstl
Posté le 31-08-2017 à 01:04:01  profilanswer
 

Bonjour Philippes
Vous écrivez dans votre présentation

Citation :

Il est affecté au 43ème régiment d’artillerie coloniale du 2/05/1918 au 19/09/1919. Je retrouve beaucoup d’information détaillées sur les lieux où il est passé et les évènements grâce au JMO très détaillées cette fois-ci.


peut-être ici une simple coquille de votre part ... mais sur sa fiche matricule il est écrit 13ème régiment d’artillerie coloniale dans la colonne des corps d'affectation et dans la case de détail des services. J'espère simplement que vous avez parcouru le bon JMO.
 
           http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/9438/13ergt.jpg
           http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/9438/13ergt1.jpg
Salutations
Michel
 
P.S.: l'armurier est  responsable des accessoires (caisses d'outillages, chiffons, etc) et rechanges, remplacement de pièce, lubrification, etc / il est en quelque sorte le «mécanicien» comme pour remédier à un enrayage par exemple... (je ne suis pas expert... quelqu'un vous répondra sans doute mieux)
Quelques aspects de ses responsabilités se rencontrent ici et la dans l'ouvrage  
«Aide mémoire sur les mitrailleuses françaises d'infanterie et sur la mitrailleuse allemande» (1917)  
//mot clef «armurier»//  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65524083


Message édité par michelstl le 31-08-2017 à 23:07:31

---------------
Le 95e R.I. :  http://www.michelsl.com/95e_RI/Bou [...] 14-18.html
n°123136
b sonneck
Posté le 31-08-2017 à 09:32:50  profilanswer
 

Bonjour Philippe,

 

Voici ce qu'on peut reconstituer de son parcours au vu des renseignements de la seule fiche matricule :

 

Appelé de la classe 1916, incorporé le 10 avril 1915 au 32e RI, arrivé le même jour au dépôt du régiment à Châtellerault.
Parti aux armées le 26 mars 1916 pour rejoindre le 66e RI.
Passé au 136e RI le 3 octobre 1916.
Blessé par éclats d’obus à l’épaule gauche et à la fesse gauche le 30 novembre 1916, à Chaulnes (dans la Somme). Evacué sur l’intérieur ; il continuera à bénéficier de la campagne double jusqu’au 30 novembre 1917 (pendant un an) au titre de sa blessure de guerre.
Rentré au dépôt (du 136e, à Saint-Lô) le 16 avril 1917.
Proposé pour un changement d’arme (artillerie de campagne) le 24 mai 1917 par la commission de réforme de Saint-Lô, la plaie à l’épaule gauche gênant encore les mouvements du bras el le port du sac (rédhibitoire pour un fantassin).
Passé au 7e régiment d’artillerie (dépôt à Rennes) le 30 juin 1917.
Passé au 38e régiment d’artillerie (dépôt à Nîmes) le 31 janvier 1918.
Parti pour l’armée d’Orient le 16 mars 1918.
Passé statutairement dans la réserve de l’armée active le 10 avril 1918 (au terme des 3 ans de service actif prévus par la loi de 1913) ; mesure administrative sans incidence pratique sur sa situation car il est maintenu sous les drapeaux du fait de la mobilisation générale.
Passé au 13e régiment d’artillerie coloniale le 5 mai 1918.
Nommé brigadier le 9 avril 1918.
Cité à l’ordre du régiment le 6 novembre 1918 (croix de guerre avec étoile de bronze).
Nommé maréchal des logis le 8 août 1919.
Rentré d’Orient et démobilisé le 19 septembre 1919 à Parthenay par le dépôt du 20e régiment d’artillerie (sic - le dépôt du 20e était normalement à Poitiers).
Diverses affectations de mobilisation, comme réserviste.
Convoqué le 27 août 1939 au centre mobilisateur d’artillerie numéro 9 (Poitiers, avec annexes à Angers et Niort) et affecté au 91e régiment régional (Poitiers faisait partie de la 9e région militaire, celle de Tours). Maintenu sous les drapeaux par décret le 1er septembre 1939. Renvoyé dans ses foyers le 31 octobre 1939. Placé « sans affectation ».
Médaille militaire le 6 mai 1954 (JO du 8 mai).

 

Les autres indications auxquelles vous faîtes allusion proviennent de sources complémentaires, dont je ne puis rien dire sans les avoir sous les yeux.

 

Cordialement
Bernard

 


Message édité par b sonneck le 31-08-2017 à 09:42:23
n°123147
philippe f​rondorient
Posté le 31-08-2017 à 21:47:16  profilanswer
 

Merci infiniment Bernard pour cette transcription et surtout pour tous les commentaires associés qui me permettent de mieux comprendre.
En ce qui concerne les autres indications, il est vrai que mon message initial n'était peut-être pas très clair car il mélangeait, sans clairement les différencier, des éléments provenant de sources officielles avec certains éléments transcrits à partir du carnet de route de ce grand-père.
Je me permets de joindre les 3 pages de ce carnet concernant la période 1914-1916 à mon répertoire d'image. Je ne sais pas si vous y aurez accès en fait.
J'ai aussi la transcription que j'en ai faite en fichier Word mais je ne sais pas comment la joindre.
 
Cordialement
Philippe

n°123148
philippe f​rondorient
Posté le 31-08-2017 à 21:51:28  profilanswer
 

Je n'ai pas trouvé d'autre moyen que de copier le texte dans ce message.
 
Carnet de route 1914-1916
 
"Inscription le 7 décembre 1914.
Révision le 3 février 1915
Incorporation le 30 Avril.
Visite de mes parents à un mois d'intervalle.
1ère perm de 24 h le 13 m
Départ pour saint Nicolas de bourgueil le 19 juin
Arrivée à Benais (Indre et Loire) le 8 juillet.
Séjour a l’infirmerie du 30 juillet au 10 avril.
Je suis reconnu porteur de germe de la Diphtérie.
Pendant mon séjour au Maupas, perm pour me rendre à Parthenay pour voir Auguste revenu du front. Agréable journée et excellente soirée de famille.
Sorti des contaminés le 12 décembre
Le 16 agréable surprise 4 jours de perm.
Le 29 également 4 jours.
 
1916
 
Perm de 24h le 30 janvier, 6 février, 13 février.
Entré aux élèves clairons au commencement du mois de janvier.
1ère garde comme clairon le 16 février.
Perm de 24h le 27 février
Perm de 4 jours du 11au 14 mars.
Départ de Benais pour Châtellerault le 24 mars 1916.
Départ de Châtellerault pour Tours le 25 mars.
Départ de Tours le 26 au matin.
Arrivé à Chaumont en Vexin (Oise) le 27 mars. Affecté à la 36ème Compagnie.
Même service qu’à Benais mais un peu plus dur. Marche de bataillon le 30 mars. Une autre le 6 avril par Gisors. Le 13 marche sur Magny en Vexin, tir de guerre. Le 14 exercice de nuit ace fusées éclairantes.
Le 20 avril marche Loconville Fleury Fresnes
23 jour de paques, quartier libre.
Lundi revue d’un général. Le 28 marche par Loconville Fleury Neuvillette Liancourt.(estimé à 25km) Défilé devant les généraux Micheler et Chevert et dans Chaumont.
 
A la gare de Rethondes. Le 25 (juillet ?) changement de résidence. Logés au carrefour des Princesses (près Tracy le Mont , Oise). Le 23 parti aux boyaux ????, 2 km ouest Tracy le Mont. Le 28 changement. Même boulot mais au serv. d’Ollencourt. Eperon de C…..le 31 changement, retour à T…sur Aisne. Le 10 retour dans les bois toujours … boulot. Le 28 au-dessus d’Ollecourt repérés par l’artilleur. 6 obus près de nous. 1 non éclaté. Le 29 tir, violent a rage au retour. Le 31 violente canonnade dans la Somme. Le 1 septembre pose de fils barbelés dans Ollecourt. Patelin assez endommagé. Le 4 septembre travaux au carrefour Bailly.
Le 7 novembre permission. Le 8 départ de Rethondes (?) passage à Crépy-Juvisy Orléans Tours Saumur. Le dimanche promenade avec Yvonne. Le lundi denier chez Mme …Le jeudi sorti chez … le samedi départ. Ai vu l’oncle Victor (Belliard) à Juvisy. Arrivée à Rethondes. Diner dans le bois.
A Vic sur Aisnes à 9 heures aux grottes de Chapeaumont à 10h30.
……..Arrivé à  Parthenay le 9 septembre. Départ le 16
 Le 24 à 9h départ pour …..par suite de la relève de la division.
Le 2 octobre préparatifs pour le renfort du 136. Le 3 départ de Chapaumont. Embarquement à Compiègne. Très fatigué par les 28 km du parcours. Le 4 arrivée au 13ème bataillon à Aubvillers Somme (sud d'Amiens et sud ouest de Chaulnes). Le 7 départ pour le régiment. À 9h arrivée à Plessis Rosiers (Somme- pas trouvé cette ville). Le 9 au soir prise des tranchées 1ere ligne Boche.
Le 9 novembre grand repos à Royaucourt jusqu’au 26 jour départ.
Passé à Bray Somme (est d'Amiens, ouest de Peronne). Le lundi embarquement en auto jusqu’au bois des Ballons. Le 28 départ pour les ligne devant Chaulnes. pendant la relève violent feu de barrages.
Le 30 à 5h par suite d’un feu de barrage blessé.
Le soir évacué sur Hargencourt ( ?). le 11 arrivée à l’hôpital à Beauvais. Le 17 départ de cette ville. Le 28 opéré. Le 18 janvier jusqu’au 15 …….le 2 février, arrivée à ……"

n°123149
philippe f​rondorient
Posté le 31-08-2017 à 22:10:57  profilanswer
 

Michel,
Je pensais avoir répondu à votre message mais ne le retrouve plus dans le fil de discussion.
 
Je suis sur qu'il s'agit bien du 43ème :
- noté sans ambiguïté dans son carnet de route
- les lieux et dates citées dans le dit-carnet coïncident exactement avec les informations du JMO du 43ème
- dans la citation à l'ordre du régiment, du 6 novembre 1918, il est cité comme 2ème canonnier servant de la 49ème batterie du 43ème régiment...
- dans une liste tapé à la machine où ses régiments sont notés
 
Il me semble que la coquille est le registre de matricule. Est-ce fréquent ?
Cordialement
Philippe

n°123150
JeanMiche
Picarde maudissant la guerre.
Posté le 31-08-2017 à 22:18:14  profilanswer
 

Bonsoir Philippe,
 
A mon avis, il doit falloir lire dans votre récit les localités suivantes : Le Plessiers Rozainvillers (À 9h arrivée à Plessis Rosiers) Hargicourt, (Hargencourt) villages situés dans le sud de Moreuil.

Message cité 1 fois
Message édité par JeanMiche le 01-09-2017 à 08:40:56

---------------
  Cordialement               Jean Michel
n°123151
b sonneck
Posté le 31-08-2017 à 22:58:30  profilanswer
 

Bonjour,

 

Il se confirme donc qu'à son arrivée au 66e RI aux armées, le 27 mars 1916, il n'a pas rejoint directement le régiment lui-même (dont les compagnies étaient numérotées de 1 à 12), mais la 36e compagnie, donc le 9e bataillon. Ce bataillon de passage créé au printemps 1915 à raison d'un par division d'infanterie accueillait ceux qui arrivaient des dépôts des régiments de la division ; ils y poursuivaient leur instruction en attendant d'être appelés pour faire partie d'un renfort.
Problème : le passage de ce bataillon au régiment proprement dit ne faisant pas mutation et, n'entraînant pas de modification des droits à campagne (les 9e bataillons étaient implantés en retrait du front, mais dans la zone des armées), il est toujours difficile de savoir à quelle date l'intéressé passe de l'un à l'autre.

 

Cordialement
Bernard


Message édité par b sonneck le 31-08-2017 à 23:00:37
n°123155
philippe f​rondorient
Posté le 01-09-2017 à 11:45:32  profilanswer
 

JeanMiche a écrit :

Bonsoir Philippe,
 
A mon avis, il doit falloir lire dans votre récit les localités suivantes : Le Plessiers Rozainvillers (À 9h arrivée à Plessis Rosiers) Hargicourt, (Hargencourt) villages situés dans le sud de Moreuil.


Merci pour cette aide au déchiffrage.
Cordialement
Philippe

n°123156
philippe f​rondorient
Posté le 01-09-2017 à 11:48:31  profilanswer
 

[quotemsg=123151,12,13170]Bonjour,
 
Il se confirme donc qu'à son arrivée au 66e RI aux armées, le 27 mars 1916, il n'a pas rejoint directement le régiment lui-même (dont les compagnies étaient numérotées de 1 à 12), mais la 36e compagnie, donc le 9e bataillon. Ce bataillon de passage créé au printemps 1915 à raison d'un par division d'infanterie accueillait ceux qui arrivaient des dépôts des régiments de la division ; ils y poursuivaient leur instruction en attendant d'être appelés pour faire partie d'un renfort.  
Problème : le passage de ce bataillon au régiment proprement dit ne faisant pas mutation et, n'entraînant pas de modification des droits à campagne (les 9e bataillons étaient implantés en retrait du front, mais dans la zone des armées), il est toujours difficile de savoir à quelle date l'intéressé passe de l'un à l'autre.  
 
Cordialement
Bernard[/
 
Merci Bernard.
Cependant je ne comprends pas ce que vous voulez dire (trop technique pour moi) :
- "ne faisait pas mutation et n'entraînant pas de modifications des droits à campagne..."
Pouvez-vous m'éclairer ,
Merci
Philippe

n°123159
b sonneck
Posté le 01-09-2017 à 14:16:19  profilanswer
 

Bonjour Philippe,
 
Ne faisant pas mutation : n'entraînait pas la mutation à un autre régiment. De ce fait, ne figure comme nouvelle affectation signalée dans la fiche matricule, avec une date du genre "passé le... au ... régiment".
 
Pas modification des droits à campagne : au 9e bataillon, on faisait campagne double, comme tous ceux présents dans la zone des armées. Le fait de rejoindre les bataillons "de guerre" du régiment, en première ligne, ne change rien de ce point de vue. En conséquence : pas de changement de statut inscrit dans la case "campagnes" de la fiche matricule, avec une date.
 
Cordialement
Bernard
 

n°123165
philippe f​rondorient
Posté le 01-09-2017 à 16:16:11  profilanswer
 

b sonneck a écrit :

Bonjour Philippe,
 
Ne faisant pas mutation : n'entraînait pas la mutation à un autre régiment. De ce fait, ne figure comme nouvelle affectation signalée dans la fiche matricule, avec une date du genre "passé le... au ... régiment".
 
Pas modification des droits à campagne : au 9e bataillon, on faisait campagne double, comme tous ceux présents dans la zone des armées. Le fait de rejoindre les bataillons "de guerre" du régiment, en première ligne, ne change rien de ce point de vue. En conséquence : pas de changement de statut inscrit dans la case "campagnes" de la fiche matricule, avec une date.
 
Cordialement
Bernard
 


 
Merci,
Ces explications éclairent un peu le béotien que je suis.
J'ai trouvé aussi cela, qui m'a éclairé sur d'autres termes, notamment celui de  campagne  
 
http://combattant.14-18.pagesperso [...] 7ZIZA.html
 
Bon weekend
Philippe

n°123172
b sonneck
Posté le 01-09-2017 à 18:28:55  profilanswer
 

re-bonjour,
 
Les explications, très détaillées, qui figurent sur le site dont vous rappelez le lien, peuvent être complétées par la précision suivante :
- campagne simple : un jour de campagne donne droit à un jour de bonification pour le décompte de la durée des services lors du calcul des droits à pension ;
- campagne double : un jour de campagne donne droit à deux jours de bonification.
 
D'où le soin (théorique) apporté dans la rédaction des fiches matricules aux dates délimitant les campagnes, en distinguant bien les campagnes simples des campagnes doubles.
 
Cordialement
Bernard


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  autre

  présentation