FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  autre

  Toto porte-bonheur

 

demonts, 2 utilisateurs anonymes et 53 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Toto porte-bonheur

n°86093
Ferns
Où vas-tu Paul ? Vers L'Aisne
Posté le 27-03-2011 à 22:20:15  profilanswer
 

Bonsoir,
 
         Je viens de tiquer sur l'avatar de Mounette, que j'ai vu des dizaines de fois : Toto Porte Bonheur. J'ai retrouvé dans un album une carte postale qui reprend ce thème, associé à d'autres symboles.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2200/Porte%20bonheur.jpg
Ma question est toute bête, depuis quand et pourquoi associe-t-on ce parasite à un porte-bonheur ? Et puis ce terme, toto, quelle est donc son origine ? Était-ce vraiment employé par les soldats ou c'est une trouvaille littéraire de certains auteurs ? Je ne me rappelle pas avoir croisé ce mot dans un témoignage de combattant. En revanche, je me souviens bien avoir lu qu'il y en avait de plusieurs espèces dont une avec une croix sur le dos. Alors folklore de tranchée de l'arrière ou véritable usage linguistique.
                 Notons l'air ravi de la dame qui va recevoir un fer à cheval, un rat et un pou dans le prochain colis !!  
 
A bientôt,
 
Cordiales salutations,
 
                             Jé
 
 
 


---------------
L'homme en campagne a les mêmes besoins qu'en temps de paix ; ces besoins deviennent même plus impérieux, étant exacerbés par une existence plus active et plus énervante.(Henry Mustière)
n°86095
mounette_g​irl
"Toto français, Porte-Bonheur"
Posté le 27-03-2011 à 22:54:46  profilanswer
 

Ferns a écrit :

Je viens de tiquer sur l'avatar de Mounette...

Re-bonsoir à tous,
Bonsoir "Jé" !
 
Voici la CP d'époque qui a donné naissance à mon avatar.
Si le mot "toto" est, paraît-il, d'origine champenoise, mon grand-père, lui, d'origine ardennaise, parlait des "tontons" des poilus. Je le maintiens !...
 
Bien amicalement
 
Mounette
[:mounette_girl]  
 
 
http://img692.imageshack.us/img692/6058/totod.jpg
 
 
Uploaded with ImageShack.us


---------------
"Tes yeux brillaient moins aujourd'hui /Dis-moi, dis-moi pourquoi chère âme /Dis-moi quel chagrin, quel ennui /Mettait un voile sur leur flamme." - Sergent Ducloux Désiré, dit Gaston - 146° RI
n°86096
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 27-03-2011 à 23:25:13  profilanswer
 


   Bonsoir à tous,
 
   « Si le mot " toto " est, paraît-il, d'origine champenoise, ... »
 
   ■ « Dictionnaire culturel en langue française», sous la direction d’Alain Rey, Dictionnaires Le Robert, Paris, 2005, T. IV., p. 1.462 :    
 
   « 2  TOTO, n. m. (1889, répandu pendant la guerre de 1914-18, tous-tous 1653 isolément ; mot champenois vulgarisé par la guerre de 1914-1918, formation par redoublement).
 
  Arg. fam. POU. [...] »
   _______________________
 
   Bien amicalement à vous,
   Daniel.

n°86097
christian ​baroin
Posté le 28-03-2011 à 02:16:00  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Dans "L'Argot des Tranchées, d'après les lettres des poilus et les journaux du front", Lazare Sainéan donne cette définition :
Toto, pou. Proprement toutou, petit chien (cf. loulou). Appellation enfantine.
 
Ce livre reproduit le n°20 du Rigolboche d'août 1915 (sans les dessins) qui contenait un reportage exclusif : "Une France inconnue - Quelques jours chez les Sauvages", suivi d'un lexique POILU-FRANCAIS où l'on trouve cette autre définition de "toto" qui rejoint l'idée de porte-bonheur.
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5621/totos.jpg
Mention spéciale pour l'éthymologie de "Râb" et de "Tôb", ainsi que pour la déclinaison de "mézigue".
 
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54554698/f124.image.r=l'argot+des+tranchees.langFR
 
Cordialement
Christian


---------------
Christian Baroin
"Pourvu qu'ils me laissent le temps"
n°86098
bebooz
Posté le 28-03-2011 à 07:32:52  profilanswer
 

bonjour,

Citation :

Je ne me rappelle pas avoir croisé ce mot dans un témoignage de combattant


 
extrait du carnet de mon GP sergent au 132e septembre 1918:
Durant la matinée à 10 heures il y a douche et nous allons tous commencer la toilette délaissée depuis le 7 août. Nous recevons les ballots individuels que nous avions laissés à LUCHY.
Je jette pour mon compte chemise, caleçon. C'est avec une brosse que j'attaque les saletés accumulées sur mon corps.  
40 minutes sous la douche savonné et lavé plusieurs fois. Je remets une chemise propre, un caleçon.je garde une salopette et ma capote et je fais bouillir ma veste qui pourrait malgré la chasse quotidienne contenir encore quelques totos
"
 
cordialement
 
 
"

n°86123
Ferns
Où vas-tu Paul ? Vers L'Aisne
Posté le 28-03-2011 à 21:40:32  profilanswer
 

Bonsoir,
 
       Merci Mounette, ch'uis des Ardennes aussi ! Merci à tous. Août 1915, je retiens. Je vais essayer de remonter un peu plus dans le temps. Il est tout de même curieux que cette saleté soit devenue un porte-bonheur.Faudrait aller chercher chez les anthropologues pour expliquer une pareille initiative.  
   A bientôt,
 
Cordialement,
 

 


---------------
L'homme en campagne a les mêmes besoins qu'en temps de paix ; ces besoins deviennent même plus impérieux, étant exacerbés par une existence plus active et plus énervante.(Henry Mustière)
n°86126
mounette_g​irl
"Toto français, Porte-Bonheur"
Posté le 28-03-2011 à 22:58:42  profilanswer
 

Ferns a écrit :

Merci Mounette, ch'uis des Ardennes aussi !


Bonsoir à tous, bonsoir Jé !
 
Je me permets une petite précision : Quand mon grand-père disait "tontons", il évoquait les poux du corps (autrement dits : "morpions" !) et non pas les poux des cheveux. Alors, était-ce lui seul qui baptisait ces petites bêtes ainsi, ou bien était-ce généralisé chez les poilus ardennais ?? Je ne sais. Ce serait intéressant de mener une petite recherche là-dessus localement. Mais hélas, je ne suis plus dans les Ardennes !
 
Amicalement.
 
Mounette.
 
[:mounette_girl]


---------------
"Tes yeux brillaient moins aujourd'hui /Dis-moi, dis-moi pourquoi chère âme /Dis-moi quel chagrin, quel ennui /Mettait un voile sur leur flamme." - Sergent Ducloux Désiré, dit Gaston - 146° RI
n°86127
gaspard
Posté le 28-03-2011 à 23:19:16  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Je me permets une réflexion un peu macabre..., pardonnez moi!
 
Il me semble que ces parasites ne vivent que sur des organismes "vivants" ; par conséquent, en avoir, devait peut-être être une preuve de chance dans le contexte de cette époque.
Serait-ce une possibilité d'explication pour cette légende ?
 
Bien humblement
Gaspard

n°86128
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 28-03-2011 à 23:30:19  profilanswer
 

Bonsoir,

 

Bonne remarque, Gaspard; pourquoi pas...

 

Je pense pour ma part à une explication d'application plus générale: par "compensation", ou pour se consoler de certains désagréments, on les érige en "porte-bonheur". Ainsi, on dit aussi que marcher dans la m..... "ça porte bonheur"...

 

Bien à vous,

 

[:achache:1]


Message édité par Achache le 28-03-2011 à 23:55:11

---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°86141
Guitardier​e
Posté le 30-03-2011 à 11:48:27  profilanswer
 

Bonjour,
En 1916, le grand-père écrivait qu'il avait "toutes les peines du monde à faire bon ménage avec une bande de totos qui veulent le dévorer." Il était au Mort-Homme et ne devait pas avoir souvent l'occasion de se laver ... cordialement - Juliette


---------------
Guitardiere
n°87656
marpie
Posté le 31-05-2011 à 22:09:46  profilanswer
 

Bonsoir à tous , Bonsoir Jé
Extrait du Vocabulaire du Poilu et locutions du Front (1917 )
Les totos existaient bien
Bien amicalement  
Marpiehttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/6916/Argot.jpg

n°87686
Ferns
Où vas-tu Paul ? Vers L'Aisne
Posté le 02-06-2011 à 23:04:02  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
        Merci Marpie, à bientôt,
 
Bien cordialement,
 


---------------
L'homme en campagne a les mêmes besoins qu'en temps de paix ; ces besoins deviennent même plus impérieux, étant exacerbés par une existence plus active et plus énervante.(Henry Mustière)
n°87712
Hotchkiss6​2
La mémoire avant tout.
Posté le 04-06-2011 à 07:11:08  profilanswer
 

[quotemsg=86098,5,6735]bonjour,

Citation :

Je ne me rappelle pas avoir croisé ce mot dans un témoignage de combattant


 
Extrait de "mon carnet de route" de Louis Delsabres 128éme RI:
"Le camarade à coté de moi se gratte furieusement en grognant, visiblement les totos troublent son sommeil"
 
Pour ma part, j'avais entendu dire que ce se sont plus les gens de l'arriére qui surnommérent le Toto, le porte bonheur, car le Poilu revenant en permission donnait parfois des totos à sa famille, et ces derniers se grattant, indiquaient qu'il avaient eu la joie de revoir leur gars... Donc du bonheur...
 
Aprés, ce n'est qu'une explication parmis tant d'autre toute aussi valable!
 
Cordialement.


---------------
Recherche tout objets ou photos du 8éme RI, 33 RI, 162éme de Ligne en 1914-15, et le 11éme esc du train de 16 à 18; Recherche également Photos et objets du front de l'Artois; Merci.
n°87882
Ferns
Où vas-tu Paul ? Vers L'Aisne
Posté le 14-06-2011 à 00:36:20  profilanswer
 

Bonsoir,
En voilà une idée intéressante ! Ils ne les envoyaient donc pas par la Poste !!!  
Merci,
Cordialement,


---------------
L'homme en campagne a les mêmes besoins qu'en temps de paix ; ces besoins deviennent même plus impérieux, étant exacerbés par une existence plus active et plus énervante.(Henry Mustière)
n°123822
jack 86
Posté le 11-10-2017 à 08:52:00  profilanswer
 

Ces histoires de totos m'ont aussi intrigué. Je m'y suis intéressé pour rédiger une Chronique de la Grande Guerre publiée dans La Nouvelle République de la Vienne le 6 octobre 2017. Elle avait pour titre : Des Totos dans la guerre, au front et à l’arrière. Toto, gamin de l’arrière, fait moins rire avec ses blagues, le père encore moins quand il ramène du front des totos.
Le journal satirique Le Rire rouge note le 18 août 1917 : « Toto, depuis trois ans, écoute son grand-père lire le communiqué quotidien ». Depuis 1869, un livre, Les Farces de Toto Carabi, circule avec une référence à la chanson Compère Guilleri. Et, chez l’éditeur Hetzel, Monsieur Toto est associé aux aventures de Mademoiselle Lili. Construit par redoublement syllabique, le terme générique Toto figure sur des images d’Epinal, des cartes postales et chromos publicitaires.
La Baïonnette, dans sa revue de presse le 28 mars 1918, cite Le Canard enchaîné : « C’est curieux combien, depuis la guerre, les petits garçons qui s’appellent Toto ont baissé dans l’estime des autres petits garçons. » Gamin de l’arrière, Toto ne blague pas au front dans les canards. En effet, le vocabulaire poilu s’est étoffé d’un autre toto pour désigner le pou de corps. Cet envahisseur des tranchées prospère dans la vêture. Le Rire rouge a publié le 3 mars 1917 un poème du docteur Emile Roudié : « Le Toto, c'est le Pou… mais non le pou hideux, / Qui dort bourgeoisement, sur les vestons miteux / Des embusqués craintifs qui restent à l'arrière. / Non, c'est le pou vaillant, à l'allure guerrière ».
La guerre n’en finit pas. Les poilus aimeraient retrouver leur famille et les enfants leur père. Les femmes doivent en tout assurer. Par décret, les pâtisseries devant fermer les mardis et mercredis, Le Rire rouge le 10 mars 1917 publie une saynète. Une mère est confrontée à un enfant capricieux : « Toto, mange ta soupe. / Ze la manzerai pas, na! / Tu seras privé de dessert / M’en fiche, c’est aujourd’hui mardi ». Le mercredi, le père arrive en permission de Verdun, s’emporte devant les dires de Toto : « Tiens, voilà une tarte, sale gosse! ». Le sketch de Fernand Raynaud, Bourreaux d’enfants, débute ainsi en 1959 mais la fin diffère.
L’interjection « Vas-y Toto ! » est dans Soldat de Maurice Fombeure en 1935. Dans ce livre, il raconte son temps de service militaire. En 1936, Aimé Souché, prolixe auteur de manuels scolaires, fait paraître La méthode rose, nos amis Lili et Toto. En 1937 est à la vente dans la presse enfantine, Le Journal de Toto. Des histoires, des blagues de Toto se diffusent encore.
Jacques Chauvin, Université Inter-Ages Poitiers
D'autres précisions sont apportées par les notes, mais l'essentiel est dans le texte.
 


---------------
jacques ch
n°123824
jack 86
Posté le 11-10-2017 à 11:14:33  profilanswer
 

Bonjour. Désolé pour les italiques qui n'apparaissent pas dans mon message précédent. J'ai ouvert un nouveau dossier concernant les porte-bonheur et prépare une Chronique de la Grande Guerre pour 2018. La question des porte-bonheur a pris une importance considérable au front pendant la Grande Guerre. C'est une gestion de la chance et des croyances, superstitions, avec port de médailles, objets fétiches. Dans les correspondances de poilus, on trouve, entre autres, des trèfles à 4 feuilles. La carte postale s'est emparée de ce thème, avec au dos plus ou moins de commentaires manuscrits. Au final, le porte-bonheur mobilise au moins deux personnes, celle qui envoie une carte, fait don d'une médaille de protection (insigne du sacré-cœur) et le poilu qui la reçoit. Pourquoi devrait-il se priver de cette tendre attention à son égard ? La question n'est pas d'y croire mais de revenir indemne des combats.
En ce qui concerne les totos porte-bonheur, c'est en dérision. De l'humour.
J. Chauvin
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/20155/recadree.jpg


---------------
jacques ch

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire
  autre

  Toto porte-bonheur