FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire

  Caporal SELLIER, 171è R.I., clairon de l'armistice

 

Il y a 45 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Caporal SELLIER, 171è R.I., clairon de l'armistice

n°61161
Danny
Posté le 24-01-2009 à 17:51:45  profilanswer
 

Bonjour,
 
Une photo d'un monument trouvé à Beauwelz, dans la province Belge de Hainaut, et sur lequel est mentionné le caporal Pierre SELLIER du 171ème R.I., clairon de l'armistice.
 
http://www.panoramio.com/photo/18147138
 
Voici le texte figurant sur ce monument:
 
"EN SOUVENIR
DE LA LIBÉRATION DE BEAUWELZ
PAR LES CADETS DE GASCOGNE
LE 09 NOVEMBRE 1918 ([illisible], 20"
 
"À LA MÉMOIRE
DU CAPORAL SELLIER (171ÈME R.I.),
CLAIRON DE LA LIBERTÉ
QUI SONNA ICI L'ARMISTICE
LE 11 NOVEMBRE 1918 À 11 HEURES"
 
"LE 09 NOVEMBRE 1998"
 
Quelques infos complémentaires glanées sur le net.
 
Le 7 novembre 1918, c’est à La Capelle (Aisne) que les plénipotentiaires allemands sont venus négocier l’armistice en franchissant les lignes de front pour rencontrer les premiers soldats français. 90 ans plus tard, lors d’importantes manifestations liées à cet anniversaire, le collège de cette petite ville de 2 000 habitants sera baptisé Pierre-Sellier en hommage au beaucourtois, le caporal clairon du 171e RI qui a sonné le premier cessez-le-feu au soir du 7 novembre (Source: http://www.beaucourt.fr/bex51.pdf)
 
La photo est de Jean-Marie AUBRY de Heppignies (à tout seigneur tout honneur !)
 
Cordialement
 
Danny

n°61162
Laurent59
Mémoire du 72e et 272e RI
Posté le 24-01-2009 à 20:13:10  profilanswer
 

Bonsoir, le clairon se trouve maintenant au musée des Invalides à Paris
 
http://img140.imageshack.us/img140/9018/dsc0052kd6.jpg
 
Laurent  :hello:


---------------
Histoire du soldat François Louchart 72ème RI .  
Site du 72e et 272e RI Régiments Picards dans la grande guerre.
n°61163
Christophe​ Schlegel
Posté le 25-01-2009 à 10:24:48  profilanswer
 

Bonjour à toutes et tous.
Merci à Danny et Laurent pour avoir parlé
d'un des 3 ( reconnu) clairons de l'armistice.
Sur la banlieue sud de Nancy habitait le 3éme clairon.
voici un texte tiré de "l'est républicain"
------------------------
Le Lorrain Georges Labroche  
 
Officiellement donc, Pierre Sellier est le premier clairon à avoir sonné l'armistice. « Ensuite, tous les régiments avaient un clairon qui a sonné le cessez-le-feu général le 11 novembre à 11 h », explique le président du comité. Certes. Mais deux autres figures de clairon se détachent. D'abord, celle du Lorrain Georges Labroche de Chaligny en Meurthe-et-Moselle, clairon au 19e BCP. Il a sonné le cessez-le-feu sur le marchepied de la voiture emportant vers le grand quartier général impérial à Spa en Belgique le capitaine Von Helldorf, chargé de conduire outre-Rhin les conditions de l'armistice. Dans la voiture se trouvait le capitaine Le Lay chargé de faire traverser au convoi les lignes françaises sans encombre.
Enfin, le 11 novembre 1918, à Vrigne-Meuse, c'est le clairon Octave Delalucque qui sonna l'armistice. Cette commune des Ardennes a connu le dernier assaut français ordonné le 9 novembre par Foch. Ce dernier voulait montrer aux Allemands de quoi étaient encore capables les Français. « Quand son capitaine lui a demandé de sonner l'armistice, il lui a dit qu'il ne s'en souvenait plus. Car la dernière fois qu'il l'avait jouée c'était avant 1914. C'est l'officier qui lui a rappelé les notes », confie le général Alain Fauveau, le petit-fils du commandant Charles de Berterèche de Menditte, commandant le 415e RI, régiment auquel appartenait Delalucque.  
Frédéric PLANCARD
8/11/08
---------------------
Le clairon de Georges Labroche devrai prochainement rejoindre le musée lorrain de Nancy.
Au plaisir.


Message édité par Christophe Schlegel le 25-01-2009 à 10:26:22

---------------
Christophe Schlegel
n°61164
michelneuf​45
le chasseur
Posté le 27-01-2009 à 22:41:29  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2989/img654.jpg
 
Voici un article parue dans le journal « La République du Centre « en 1962, intitulé :
Quelques instants avec le caporal André VIOLETTE, Clairon de l’Armistice
 
« Dis donc, VIOLETTE, vas-y, c’est fini… Mais qu’est que tu fais, vas y… »
Ces quelques mots toujours présents à la mémoire du caporal André VIOLETTE, ancien Chasseur au 4e Bataillon, furent prononcés le 11 novembre 1918, à 11 heures du matin, par le lieutenant JOLAIN, à Theilt, en Belgique.
Cet ordre, adressé au caporal Violette, devait annoncer la fin de la Grande Guerre. Et au même instant où le caporal SELLIER sonnait l’Armistice sur le front Français, un petit caporal de Briare (Loiret) accomplissait le même geste en territoire ami.
Lors des manifestations du jumelage de Jemappes avec Briare, le « cessez-le-feu » du caporal Violette a été, à plusieurs reprises évoqué. M. DERUELLES, sénateur – Bourgmestre, à d’ailleurs regretté la modestie de ce héros légendaire ne lui a pas permis d’être présent au pied du monument, lors des manifestations du 11 novembre.
Nous avons retrouvé le caporal VIOLETTE dans le petit pavillon qu’il habite avec se femme, route de Paris, à Briare. Au milieu de ses souvenirs, le caporal de l’Armistice profite aujourd’hui d’une retraite bien gagné puisqu’au retour de la guerre, il travailla jusqu’à ces dernières à la manufacture Bapterosses où il a laissé  de très bons amis.
Dans la salle à manger du modeste appartement, à la place d’honneur, nous retrouvons le fanion du 4e bataillon de Chasseurs à pied et naturellement un clairon brillant de tout son cuivre.
Très gêné, M. VIOLETTE accepte cependant de nous raconter cette journée du 11 novembre 1918 : « notre bataillon était alors incorporé au 35e corps d’armée commandé par le général MANGIN. Nous étions devenus par le hasard des astuces du contre-espionnage le bataillon d’une division Marocaine… Depuis quelques jours, nous avions passé la frontière pour nous diriger vers l’Escaut. Arrivé là, notre bataillon fut contraint de demeurer sur place, car il était pratiquement impossible de traverser ce Fleuve large en cet endroit…
« Notre bataillon, nous subissons de lourdes pertes sans pouvoir espérer changer de position. Pas de tranchés, bien entendu, car chez les Chasseurs il fallait toujours progresser.
« Le 9 novembre, alors que nous étions à Gavèle, nous reçûmes l’ordre descendre au repos à Thielt, cependant que les régiments Belges prenaient la relève. Mais ce repos n’était que très relatif puisque nous demeurions en première réserve, prêt à remonter en ligne. Ceci ne nous réjouissait d’ailleurs pas car nous avions besoin d’un peu de calme.
« Aussi, le 11 novembre 1918, étions-nous en état d’alerte. Sur la place de Thielt, notre bataillon attendait, cependant que les faisceaux étaient formés.
« Certes, on parlait d’un armistice possible. Nous avions ordre de ne pas tirer si des parlementaires se présentaient… Mais après quatre années de guerre, je ne croyais plus beaucoup au miracle.
« Et puis à 11 heures, j’ai vu arriver le lieutenant JOLAIN… Vous connaissez la suite. J’ai sonné comme jamais je n’avais sonné. Ce fut d’abord le grand silence et puis la joie indescriptible des camarades et de la population Belges qui ne pouvaient maintenir leur enthousiasme.  
« Quelques instants plus tard, notre commandant est arrivé, a fait rompre les faisceaux avant de dire, « Chasseurs, mes amis, la guerre est finie. » Et s’adressant à nos officiers : « Faites présenter les armes pour tous nos camarades qui sont tombés pour nous permettre de vivre ce beau jour. »
Le caporal André VIOLETTE se souvient également de l’après-midi de ce 11 novembre 1918 et du véritable désire qui suivit l’annonce de l’Armistice. Ce jour-là, héros, anonymes parmi tant d’autres héros, ce petit soldat de chez nous venait d’annoncer à nos amis Belges la fin d’un cauchemar. Et ce souvenir –là reste le plus beau que puisse connaître un Poilu de la Grande Guerre.
 
Michel Chantriaux
Le 8e toujours debout


---------------
le chasseur
n°61165
michelneuf​45
le chasseur
Posté le 27-01-2009 à 23:41:35  profilanswer
 

Inauguration du monument
 
Le 7 novembre 1918, l’avant-garde de l’armé Française, dans son avancée victorieuse, fait halte à la « Pierre d’Haudroy ». Attendus à 16 heures, c’est finalement à 20 heures 20 que les parlementaires allemands se présentent au 1er bataillon du 171e régiment d’Infanterie de  Belfort pour négocier les conditions de l’Armistice.
Ils arboraient un drapeau blanc, qu’ils avaient confectionné à Fourmies, où ils s’étaient restaurés, à l’aide d’un bambou et un morceau de drap. C’est le caporal-clairon Pierre Sellier, originaire de Beaucourt (près de Belfort) qui grimpé sur le marche pied de la première voiture allemande, ouvrira la route au convoi en sonnant le « cessez le feu » au clairon.
L’Officier qui reçoit le général von Winterfeld est le capitaine Lhuillier, commandant le bataillon.
Il sera finalement signer le 11 novembre 1918 à 5 heures à Rethondes, quartier général  de Foch. Il doit prendre effet six heures plus tard. Ce même jour à 11 heures, le caporal-clairon Sellier, sonne le « cessez-le-feu » de la Pierre d’Haudroy marquant la fin officielle de cette guerre si meurtrière.
Un monument en granit des Vosges sera élevé à cet emplacement et inauguré le 5 novembre 1925.
Depuis cette date jusqu’à sa mort en 1948, le clairon Sellier sonnera sur place chaque année le « cessez-le-feu » en commémoration.
Le monument à été dynamité par les allemands le 14 août 1940, puis reconstruit et inauguré à nouveau le 14 novembre 1948. La pierre centrale utilisée pour reconstruire le monument a été rapportée par Ernest Gernez du chantier du Ravena Brücke en Allemagne.
 
Michel Chantriaux
Le 8e toujours debout
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2989/img655.jpg


---------------
le chasseur
n°61166
Danny
Posté le 28-01-2009 à 20:19:55  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Merci à tous ceux qui ont eu la gentillesse de communiquer des informations complémentaires ainsi que ces magnifiques photos de Pierre SELLIER et de son clairon.
 
Cela donne envie de créer de nouveaux fils ;-)

n°61167
- Joel Hur​et -
Administrateur
Posté le 29-01-2009 à 06:18:40  profilanswer
 

Ce sujet a été déplacé de la catégorie Pages mémoire: nécropoles - MPLF-MDH vers la categorie Forum Pages d'Histoire par - joel Huret -


---------------
Histoire d'une collection : musée du costume militaire
n°63005
bruno17
1er RTA: Toujours le premier!
Posté le 16-03-2009 à 17:51:21  profilanswer
 

Le caporal clairon Pierre Sellier.
Durant le conflit, le caporal clairon Sellier a été blessé cinq fois et cité trois fois à l’ordre du régiment et de la division en 1917, 1918 et 1919. Son titre de clairon de l’Armistice est consacré par sa dernière citation à l’ordre du régiment (N°873) signée par le lieutenant-colonel Mangematin, commandant le 171ème régiment d’infanterie et datée du 11 mars 1919 : « Pierre Sellier, caporal clairon du 1er bataillon, excellent gradé, brave et énergique, chargé lors des récentes offensives de ravitailler en munitions les unités de son bataillon, a accompli sa mission d’une façon parfaite, même dans les moments les plus difficiles, sous les tirs de l’artillerie et des mitrailleuses ennemies ».


Message édité par bruno17 le 16-03-2009 à 17:52:02

---------------
Bruno BAVEREL - Romans: "Lieutenant indigène", "Étienne et les sirènes" (2007 et 2009 La Découvrance éditions) - "Le tombeau des quatre ours" (2015 Éditions du Croît-Vif) - "La vie sexuelle des alligators" (2017 Amazon Kindle Publishing)
n°65366
Eric15
Posté le 24-05-2009 à 16:19:42  profilanswer
 

Bonjour
 
A noter que Sellier a repris du service en 1944 en rejoignant le maquis du Lomont dans le Doubs et ensuite en s'engagea au 3ème RTA ( 1ère Armée Française) .Il terminera adjudant.Il décédera en 1949.


---------------
« Les hommes pour la plupart n’étaient pas gais ; ils étaient résolus, ce qui vaut mieux. »
Marc Bloch
n°65379
alain
L'As de Coeur
Posté le 24-05-2009 à 20:29:14  profilanswer
 

Bonsoir à tous
Quelqu'un saurait il où il est inhumé ?
Salutations
Alain

n°65381
Chasseur
Hauts les coeurs
Posté le 24-05-2009 à 20:37:22  profilanswer
 

Bonsoir,
Sauf erreur il est inhumé en franche-comté (doubs ou territoire de Belfort)
Cor dialement


---------------
L'alpin
n°65383
Eric Mansu​y
Posté le 24-05-2009 à 21:07:32  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Pierre Sellier repose à Reppe (90).
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°65386
vincent le​ calvez
Posté le 24-05-2009 à 21:47:51  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Concernant le 171e RI, deux documents.  
 
Un classique :  
 
http://vlecalvez.free.fr/171/171a.jpg
 
et un moins classique : la musique du 171e RI en 1917 :  
 
http://vlecalvez.free.fr/171/171b.jpg
 
Bonne soirée
 
Vincent


Message édité par vincent le calvez le 24-05-2009 à 21:48:58

---------------
Site Internet : Adolphe Orange du 28e RI http://vlecalvez.free.fr
En ce moment : le 28e RI à Sissonne en octobre 1918 http://vlecalvez.free.fr/nouveaute.html

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire

  Caporal SELLIER, 171è R.I., clairon de l'armistice