FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire

  Au détour d'un JMO (18) - La 14e Cie du 39e RIT au quotidien, Vosges

 

Pages mémoire: nécropoles - MPLF-MDH : antimoine La Grande Guerre en photos : alaindu512010, 3 utilisateurs anonymes et 42 utilisateurs inconnus
 

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Au détour d'un JMO (18) - La 14e Cie du 39e RIT au quotidien, Vosges

n°74183
Arnaud Car​obbi
Alc ixh xan
Posté le 30-01-2010 à 23:11:48  profilanswer
 

Bonjour à tous,

 

Je vais être bref dans cette publication qui n'était pas prévue. Alors que je travaille sur les RIT, je suis tombé sur une perle : le JMO du 39e RIT. En tout cas celui se trouve dans le dossier du 39e RIT mais qui ne concerne en fait que la 14e compagnie de ce régiment. Rien d'exceptionnel dans tout cela : une compagnie qui est chargée d'aménager un secteur non loin du col de la Schlucht dans les Vosges. Les terribles-toriaux sont peu menacés par les tirs allemands. Ce qui est exceptionnel, c'est que la moitié dudit JMO est composé d'un album de photographies (au total 50 images, toutes légendées) montrant les différents aspects de la vie quotidienne d'une compagnie de travailleurs : après le passage obligé par l'aménagement du camp et les photographies de groupe des officiers et sous-officiers, cet album donne à voir la vie quotidienne dans ce camp, les différents aménagement réalisés, les travaux effectués. De magnifiques vues, très vivantes comme disent les vendeurs de cartes postales. En prime de belles vue qu'on retrouvera peut-être dans le sujet "90 ans après" d'une rubrique voisine. Par contre là, il ne faudra pas se contenter d'un laconique "col part" comme source !
Je ne suis pas plus long et vous souhaite un bon moment à les regarder.

 

JMO de la 14e compagnie du 39e RIT
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] iewer.html
Album photographique à partir de la page 17 (sur 38). Cartes de localisation des travaux en fin de JMO, après l'album.

 

Quelques exemples :
1915, travaux à Donoux (page 17)
http://img718.imageshack.us/img718/1710/39rit01.jpg

 


1915-1916 transport d'un malade par les skieurs norvégiens (page 23)
http://img33.imageshack.us/img33/9893/39rit02.jpg

 

1915-1916 travaux pour la construction d'une route (page 26)
http://img199.imageshack.us/img199/5660/39rit03.jpg

 

1915-1916, travaux de défense au Kerbolz (page 27)
http://img687.imageshack.us/img687/8385/39rit04.jpg

 

1915-1916, entrée du cimetière de la Schlucht (page 30)
 :ouch:  "Aux morts pour la patrie, le 39e régiment territorial d'infanterie".
http://img33.imageshack.us/img33/4631/39rit05.jpg

 

1915-1916, La Schlucht (page 31)
http://img718.imageshack.us/img718/1841/39rit06.jpg

 

Amicalement,
Arnaud


Message édité par Arnaud Carobbi le 31-01-2010 à 10:05:08

---------------
Le parcours du combattant de 14-18 13/02/2017 : Correspondance d'un soldat illettré (1908-1919)
n°74186
dzoler
Posté le 31-01-2010 à 01:42:47  profilanswer
 

Bonsoir Arnaud, bonsoir à tous,
 
Merci de nous faire partager ces magnifiques trouvailles!
 
Pour la première image, Dounoux est une petite commune au sud d'Epinal, je n'arrive pas à situer la prise de vue.
Par contre, pour la photo qui l'accompagne sur la même page de JMO (page 17), grâce à la vision du train au loin, on repère la ligne Blainville-Damelevières - Lure, et en arrière plan à droite, on peut appercevoir ce que je suppose être le Haut du Mont où est implanté le réduit du Bois d'Arches.
Celui-ci est le "rempart" SE de la place d'Epinal, il soutient aussi le fort d'Arches qui a pour tâche de protéger la confluence des vallées de la Moselle et de la Vologne.
 
Les photos sur les organisations défensives de la Place d'Epinal pendant la Grande Guerre sont difficiles à trouver!  
Cependant, celle-ci me conforte dans l'idée qu'il y avait quelques tranchées et ouvrages de campagne autour de la place d'Epinal, j'avait déjà vu quelques photos d'abris je ne sais plus où.
Il subsite encore quelques "vestiges" dans les forêts d'Epinal (Bois de la Vierge, Ste-Barbe, les Détendeur...) mais impossible de les dater.
 
 
Pour finir...Quid des skieurs norvegiens :??: La Croix Rouge? J'ai du mal à voir le brassard?  
 
Encore merci :hello:  
Cordialement,
Amaury.


Message édité par dzoler le 31-01-2010 à 17:49:04

---------------
"terrain conquis,terrain gardé"
http://www.panoramio.com/user/4048317
n°74191
Eric Mansu​y
Posté le 31-01-2010 à 08:42:21  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Merci Arnaud pour cette mise en ligne. J'en profite pour "rendre à Alix...", qui nous avait signalé l'existence de ce JMO "illustré" sur ce forum en 2007, alors qu'elle achevait son Master 1 sur la correspondance d'un territorial du 39e R.I.T.  
 
A la page 27, il s'agit du Kerbolz.
 
Pour répondre à Amaury, c'est de fin janvier au 10 avril 1916 que trois sections de skieurs-brancardiers norvégiens (9 hommes chacune) ont été réparties entre le Gaschney, Oberlauchen et le Collet.  
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°74195
Arnaud Car​obbi
Alc ixh xan
Posté le 31-01-2010 à 10:04:42  profilanswer
 

Bonjour Eric,
Bonjour à tous,

 

J'ai fait une recherche sur le 39e RIT dans le forum qui n'a rien donné de probant. Donc je me suis lancé. Grâce à ton indice (Lix), j'ai retrouvé une discussion récente où il était question de ce JMO :
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t22936

 

Ah ! 2007, époque des soirée tranquilles, des couchés à 22h30, c'était avant la mise en ligne des JMO et des heures passées à tourner frénétiquement les pages...  :pt1cable:  :lol:
Merci en tout cas pour ce coup de projecteur sur la discussion précédente et tes explication sur les Norvégiens.

 

Amicalement,
Arnaud


Message édité par Arnaud Carobbi le 31-01-2010 à 17:22:36

---------------
Le parcours du combattant de 14-18 13/02/2017 : Correspondance d'un soldat illettré (1908-1919)
n°74235
dzoler
Posté le 31-01-2010 à 18:04:19  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Merci Eric pour votre réponse sur les skieurs-brancardiers  Norvegiens.
Cependant, dépendaient-ils de le Croix-Rouge?
J'ai du mal à comprendre du fait de la neutralité de la Norvege durant le conflit. Biensûr il ne s'agit pas ici d'unités combatantes, mais j'ai tout de même l'impression qu'il s'agit de soldats sur cette photo (page 23).
 
Pardonnez mon ignorance et excusez moi Arnaud pour cette petite digression.
 
Bien cordialement,
Amaury


---------------
"terrain conquis,terrain gardé"
http://www.panoramio.com/user/4048317
n°74268
Eric Mansu​y
Posté le 01-02-2010 à 09:39:17  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Bonjour Amaury,
 
Voici le peu que je sais sur le sujet.  
C’est fin 1915 que des Norvégiens de Paris ont souhaité que des skieurs-brancardiers de leur pays puissent servir sur le front aux côtés des Français. Une fois ce projet approuvé par le Ministre de Norvège à Paris (le baron de Wedel-Jarlsberg), puis par les autorités norvégiennes, 19 Norvégiens sont venus se joindre à 8 autres déjà présents à Paris, et ont donc constitué les trois sections de skieurs susmentionnées. Il semble que ces hommes aient été plus proches du Club Alpin Français que de la Croix-Rouge, pour le (très) peu que j’en sais.
Côté technique, les évacuations étaient effectuées à l’aide de « skikjaelk », du modèle « Krogh-Peters » ou du modèle « Nansen modifié », ce dernier étant plus connu sous le nom de « skikjaelk suisse ».  
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°74314
dzoler
Posté le 01-02-2010 à 21:17:46  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Merci Eric pour ce complément d'information.
Je vais aller fouiller un peu plus!
 
Bien cordialement,
Amaury


---------------
"terrain conquis,terrain gardé"
http://www.panoramio.com/user/4048317
n°74466
Yv'
Posté le 04-02-2010 à 12:52:47  profilanswer
 

Bonjour Arnaud,
 
Merci de nous faire partager cette trouvaille. Je suis en train de dévorer le JMO du 3e Bataillon territorial de chasseurs à pied, qui se trouve au même endroit en novembre 1914 !
 
Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager à mon tour une découverte concernant le ski (c'est de saison) : l'école de ski de la Schlucht !
 
<< 5 janvier [1915]
 
Une école de skieurs sera organisée à partir du 6 janvier dans chacun des groupes de Plainfaing et de la Schlucht sous la direction d'un officier de chasseurs alpins assisté de 4 moniteurs. Chaque Cie de chasseurs et d'infanterie enverra à cette école 4 séries de 8 chasseurs ou soldats pour une durée de 8 jours d'instruction.
Un service de courriers skieurs fonctionnera à partir du 8 janvier entre la Schlucht et Gérardmer.
M. le Lt Roche, officier d'approvisionnement du 12e Bat. de chasseurs dirigera l'école de ski de la Schlucht.
8 chasseurs par Cie soit 32 chasseurs du 3e Bat. territorial sont désignés pour suivre les cours de ski. Ils sont choisis parmi les plus jeunes et les souples, comme encore aptes a priori à l'exercice de ce sport. Aucun d'eux n'a pratiqué autrefois la marche à skis, dont l'introduction dans l'armée française date de .....
 
- Nous notons ici après un mois les résultats caractéristiques obtenus dans cet enseignement du ski à des territoriaux. Sur 32 élèves, quelques-uns sont immédiatement éliminés comme totalement inaptes. Ils sont remplacés en nombre égal par les derniers candidats que le Bataillon puisse encore présenter comme susceptibles de réussite dans ce sport. En fin de compte 6 chasseurs seulement arrivent à posséder une pratique moyenne, plutôt médiocre du ski. Ils peuvent rendre des services sur route ou sur piste très facile, sans sac.
>>
 
Quand des territoriaux apprennent à skier, ça ne doit pas être triste  :)  
 
Cordialement.

n°74467
Gilles ROL​AND
Posté le 04-02-2010 à 13:17:35  profilanswer
 

Bonjour,
 
Ce qui serait amusant, c’est de voir les skieurs confirmés d’aujourd’hui, skier avec le matériel de l’époque ! :lol:  
 
Cordialement
 
Gilles [:gilles roland]  


---------------
-Ca sent le macchab, dit Le Moal. -J’te crois, y en a plein par ici. Jean Berthaud « 1915 sur les Hauts-de Meuse en Champagne »  
VESTIGES.1914.1918 MAJ le 10 novembre 2015
n°74468
chanteloub​e
Posté le 04-02-2010 à 14:58:38  profilanswer
 

Bonjour,
 
C'est tout a fait faisable  et pas si compliqué que ça. ( Dans les années 10950 la matériel n'était pas trés différent et beaucoup de gens skiaient)  
En 1914 le ski était surtout pratiqué pour marcher, monter, avec les peaux....et on évitait de descendre dans le sens de la pente. Ceux qui savaient le faire avaient mis au point une technique entre pas tournant et télémark.......
"le gros problème" était la chaussure....et sa fixation sur le ski.
 
Cordialement

n°74470
Gilles ROL​AND
Posté le 04-02-2010 à 16:07:22  profilanswer
 

Bonjour,
 
C’est sûr que c’était faisable puisqu’ils l’ont fait. Quand je vois en décoration dans les fermes vosgiennes le matériel (même des années 30), je pense que beaucoup, aujourd’hui, y laisseraient une cheville, les chaussures étaient trop basses pour le tibia.
 
Cordialement
 
Gilles


---------------
-Ca sent le macchab, dit Le Moal. -J’te crois, y en a plein par ici. Jean Berthaud « 1915 sur les Hauts-de Meuse en Champagne »  
VESTIGES.1914.1918 MAJ le 10 novembre 2015
n°83294
Fyrag
Posté le 14-12-2010 à 20:42:15  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Bonjour Eric,  
Vous citez dans une réponse :  
 
" Merci Arnaud pour cette mise en ligne. J'en profite pour "rendre à Alix...", qui nous avait signalé l'existence de ce JMO "illustré" sur ce forum en 2007, alors qu'elle achevait son Master 1 sur la correspondance d'un territorial du 39e R.I.T. "
 
Est-il possible d'avoir le lien ? Des extraits de son travail ?
 
Merci
 
François

n°83308
Eric Mansu​y
Posté le 15-12-2010 à 08:39:52  profilanswer
 

Bonjour François,
 
Une réponse suit en privé.
 
Bien sincèrement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire

  Au détour d'un JMO (18) - La 14e Cie du 39e RIT au quotidien, Vosges