FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire

  Au détour d'un JMO (15) - Le respect des morts de l'ennemi

 

Pages mémoire: nécropoles - MPLF-MDH : antimoine La Grande Guerre en photos : alaindu512010, 3 utilisateurs anonymes et 44 utilisateurs inconnus
 

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Au détour d'un JMO (15) - Le respect des morts de l'ennemi

n°70294
Arnaud Car​obbi
Alc ixh xan
Posté le 15-11-2009 à 00:01:36  profilanswer
 

Bonjour à tous,

 

Histoire courte sans question.
En tournant au hasard les pages du JMO du 220e RI (26 N 718/11), je suis arrivé à un cliché et un mot. Ce n'est qu'après que j'ai lu un message posté en mars dernier sur le forum qui évoquait ces documents.

 

Les voici :

 

http://img194.imageshack.us/img194/8131/marret01.gif
http://img509.imageshack.us/img509/3620/marret02.jpg
http://img43.imageshack.us/img43/1935/marret03.jpg

 
Citation :

Nous avons l'honneur de vous envoyer une photographie du tombeau du commandant Marret tombé et enterré par nous le 7 avril 1915 et prions à adresser cette photographie à sa famille. L'inscription de la croix c'est veut dire :
Ici repose le Français commandant Marret [...] ses braves soldats [...]
Nous espérons que [nos] camarades qui sont tombés devant vos tranchées seront enterrés avec les mêmes honneurs.
Vos adversaires

 

La tombe n'est pas celle d'un officier du 220e, mais celle d'un officier du 211e RI. On trouve sa trace dans le fichier MDH et dans le JMO du 211e RI ( http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] iewer.html ) dans les pertes du 9 avril. A part l'erreur de date des soldats allemands qui ont inhumé le commandant Marret (due à une confusion probable entre les deux attaques, celle du 7 et du 9 avril), rien d'anormal. A part que le JMO du 211e RI ne donne aucune information sur sa disparition.
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/SrvImg/SrvImg.php?_B=1&_I=/izEVjhVRAPqfnAEzmokEQ==&_C=2600616069

 

Extrait du JMO du 211e RI :
http://img137.imageshack.us/img137/2665/marret04.gif

 

Je me suis donc lancé dans une petite recherche sur les circonstances qui ont conduit à ce mot.

 
  • Avril 1915, est de Lacroix-sur-Meuse :


Début 1915, la 133e Brigade d'infanterie stationne dans le secteur autour de Lacroix-sur-Meuse. Elle est composée des 211e, 214e et 220e RI. En avril 1915, le secteur est agité : des attaques françaises sont déclenchées les 7 et 9 avril afin de déboucher du bois de la Sélouze (aussi orthographié Sélouse) vers le bois de Lamorville occupé par la première ligne allemande. Elles furent vaines et meurtrières.
Le 9 avril, le front d'attaque est divisé en deux : un secteur droit avec un bataillon du 220e RI en première vague, deux compagnies du 211e RI en deuxième vague. Et un secteur gauche avec un bataillon du 220e RI en première vague et deux compagnies du 302e en deuxième vague.
Or, le commandant Marret n'est pas tombé dans le secteur de droite où était son régiment (le 211e), mais dans le secteur de gauche.
L'explication vient d'une attaque annulée la veille, le 8 avril, mais où l'artillerie française, non touchée par le contre-ordre, a commencé la préparation à l'heure prévue. Le contre barrage allemand n'a pas tardé et a touché les lignes françaises mal protégées et remplies de troupes. A ce moment, le commandant du bataillon du 220e RI devant attaquer à gauche fut tué.
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/SrvImg/SrvImg.php?_B=1&_I=xinOVtZSTAMWflHD1mAMEQ==&_C=855719439

 

Le lendemain, après la préparation d'artillerie précédée de deux préparations de diversion, à 17h00, les troupes s'élancent.
C'est justement dans les pages qui concernent cette période qu'ont été glissés les deux documents.

 

http://img5.imageshack.us/img5/5945/cartemarret.gif

Citation :

A gauche, les 23e et 24e compagnies, très vigoureusement enlevées, peuvent arriver jusqu'à proximité immédiate des tranchées allemandes. Mais, là aussi, les cadres sont fauchés : tous les officiers, tous les chefs de section de ces deux unités tombent. Malgré tout, quelques éléments de chacune de ces compagnies se regroupent autour de quelques gradés énergiques, peuvent sauter dans les tranchées. Le commandant Maret, du 211e, qui, le matin même, est venu remplacer dans son commandement le commandant de la Harpe, tué la veille, pénètre dans l'ouvrage ennemi en même temps que ces éléments et y est tué.

 

Pour résumer :
16h45 : début de la préparation d'artillerie
17h00 : début de l'assaut
17h15 : mort du chef de bataillon Marret
17h40 : retour ans les tranchées françaises
Pertes du jours : 21 officiers, 1000 soldats (bilan proche de l'attaque du 7 avril d'ailleurs)

 

Les circonstances de la mort du commandant et la suite des opérations expliquent que le corps ait pu être inhumé ainsi par les Allemands : il est tombé dans leur tranchée, rapidement évacuée par les soldats français. Elles expliquent aussi la citation du commandant Marret à l'ordre de la 1ère Armée demandée par le 220e RI :

 
Citation :

4 mai 1915, 6e bataillon, cité par le 220e Régiment d'infanterie
Ordre général n¨167 de la 1ère Armée. MARRET Henri François, chef de bataillon. A l'attaque du 9 avril a entraîné son bataillon avec un élan admirable et a sauté des premiers dans la tranchée allemande, où il a trouvé une mort glorieuse.

 

Tout comme sa présence parmi les pertes du 211e RI : sa nomination a-t-elle été faite officiellement ou s'agissait-il d'une nomination temporaire afin de fournir un chef de bataillon à un bataillon prévu pour une attaque ? En tout cas, il appartenait toujours au 211e RI. D'ailleurs ce changement d'affectation n'est pas mentionné dans le JMO du 211e RI.

 
  • Epilogue 1 :


Qu'est devenue la tombe du commandant Marret après la guerre ? A-t-elle été perdue ? Son corps a-t-il été transféré par la famille ? La seule certitude est qu'il ne repose pas dans une Nécropole nationale.

 
  • Epilogue 2 :


Pages 78-79 du JMO du 220e RI.

Citation :

Dans la nuit du 25 au 26 [octobre] une patrouille de la 22e compagnie ramène dans nos lignes les corps de M. le sous lieutenant Sarramiac et du soldat Briaud, tués le 9 avril.


le lieutenant Serramiac
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/SrvImg/SrvImg.php?_B=1&_I=2Cy0VrhfEAIYdxwNdmVGEQ==&_C=4072153753
le soldat Briaud
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/SrvImg/SrvImg.php?_B=1&_I=oiJ2UVZSZANmdigCUmakEQ==&_C=1000753104

 

A la semaine prochaine,
Arnaud

 

PS : un remerciement à Hervé Toulotte pour sa carte qui m'a été bien utile.


Message édité par Arnaud Carobbi le 15-11-2009 à 00:08:41

---------------
Le parcours du combattant de 14-18 13/02/2017 : Correspondance d'un soldat illettré (1908-1919)
n°70308
marcel cle​ment
Posté le 15-11-2009 à 11:53:04  profilanswer
 

Bonjour à tous et bonjour Arnaud,
 
Très rare moment d'humanité et de respect pendant cette guerre.  
 
Merci pour cette belle histoire, si bien présentée par Arnaud. :jap:  
 
 
Amicalement,
 
Alain MC


Message édité par marcel clement le 15-11-2009 à 11:53:58
n°70309
monte-au-c​reneau
Maudite soit la guerre
Posté le 15-11-2009 à 11:56:59  profilanswer
 

Bonjour,
 
Une belle histoire, digne d'une petite séquence de film de télévision : Nos ennemis ont enterrés nos morts avec respect, honneur et avec l'intention de prévenir la famille... Et ce ne devait pas être souvent le cas !
 
Mais quelques interrogations subsistent :
    - la photo de la tombe a t-elle été remise à la famille, comme le souhaitaient les Allemands ? A priori : Non, puisque cette photo se trouve toujours incluse dans le JMO.
    - Corollaire : La famille a t-elle su où était enterré le Cdt Marret ? A t-elle pu récupérer sa dépouille ? Ou bien la tombe a t-elle disparu par la suite ? Si la croix a disparu (ou, plus simplement l'inscription du patronyme), il est possible que sa dépouille ait été relevée en tant qu'"INCONNU"... A moins que ce soldat fasse partie des 600000 restés en terre sans jamais avoir été retrouvé...
    - La tache, au milieu de la feuille: énigme...
 
Au revoir.
   Sylvain
 
AUF VIEDERSEHN, FRANZ MAJOR MARRET !


Message édité par monte-au-creneau le 15-11-2009 à 12:30:26

---------------
Les paysages ne sont que des squelettes, sur quoi s'accroche la chair vivante des souvenirs (Louis Guiral)
n°70313
monte-au-c​reneau
Maudite soit la guerre
Posté le 15-11-2009 à 12:11:33  profilanswer
 

".... a entraîné son bataillon avec un élan admirable et a sauté des premiers dans la tranchée allemande, où il a trouvé une mort glorieuse."
 
Image du milieu :
Voilà la dernière vision d'horreur que pouvait avoir un soldat (ici : Français) avant de mourrir (et qu'aucun soldat n'a jamais pu photographier) et qui correspond bien à l'expression "a sauté dans la tranchée..."
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/4294/002.jpg Extrait de l'album de Tardi, Le der des ders (Casterman 1997) pour illustrer le présent message
 
Au revoir.
   Sylvain


Message édité par monte-au-creneau le 15-11-2009 à 12:20:04

---------------
Les paysages ne sont que des squelettes, sur quoi s'accroche la chair vivante des souvenirs (Louis Guiral)
n°70316
Frederic R​ADET
Ouvrage de La Falouse 1906-08
Posté le 15-11-2009 à 13:08:11  profilanswer
 

Bonjour à tous, bonjour Arnaud,
 
Briand et Serramiac ont été inhumés dans un cimetière provisoire  au bois de la Champelle.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/759/1Plancim.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/759/3liste.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/759/2Plansituation.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/759/4PlanLamorville.jpg
 
Malheureusement je ne trouve pas trace de Marret et de l'Harpe, ni en tombes isolées ni dans un des nombreux cimetières provisoires du secteur.
Bien cordialement,
Frédéric


Message édité par Frederic RADET le 15-11-2009 à 13:16:23

---------------
On ne passe pas !
n°70317
saintchamo​nd
Posté le 15-11-2009 à 13:09:47  profilanswer
 

Bonjour Arnaud,
 
Merci une nouvelle fois pour cette histoire, qui me rappelle un autre moment de "chevalerie", cette fois au 36e, avec l'histoire de l'adjudant Houette : http://36ri.blogspot.com/2008/07/l [...] uette.html
 
Bonne journée,
 
Jérôme


---------------
Le 36e RI dans la Grande Guerre : http://36ri.blogspot.fr/ - La revue de presse sur le compte Twitter @36regiment
n°70321
Alain Dubo​is-Choulik
Tchiot quinquin de ch'nord
Posté le 15-11-2009 à 15:58:39  profilanswer
 

Bonjour
 Il semble même que (page 46)  un drapeau français dessiné sur papier ait été joint au courrier, dont l'histoire ne dit pas comment ( quand?) il est parvenu aux Français  ?
Cordialement
 Alain


Message édité par Alain Dubois-Choulik le 15-11-2009 à 15:59:24

---------------
http://civils19141918.canalblog.com http://ggfamille4d.canalblog.com http://theywerethere.canalblog.com "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling
n°70339
Arnaud Car​obbi
Alc ixh xan
Posté le 15-11-2009 à 21:43:02  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Merci à tous pour vos interventions.
Je n'avais pas compris ce qu'était ce troisième morceau de papier. Un drapeau tricolore évidemment. Comme les autres documents, il est en mauvais état (le trou au centre du mot n'est pas un tache).  
Pour la sépulture, le temps a dû la faire disparaître (le front est resté assez semblable longuement. Le corps a-t-il été relevé ? Qu'a fait la famille ?
Je regrette que l'Historique du régiment ne soit pas encore numérisé, il nous aurait peut-être appris un peu plus, peut être un portrait ?
Sur Google Books, une allusion probable à ce commandant :  
L'Archer‎ - Page 137, 1938

Citation :

"Ceux qui savent me lire ont compris l'admiration toute spéciale, et presque l'
envie, que je marque dans mes notes pour le commandant Marret, du 6e bataillon..."


Il n'y a hélas, rien de plus.
Le sujet est ouvert : si à l'occasion vous trouvez une piste  ;) .
 
Respect des corps des camarades aussi : aller chercher ainsi les corps plusieurs mois après dans le no man's land...
 
Amicalement,
Arnaud


---------------
Le parcours du combattant de 14-18 13/02/2017 : Correspondance d'un soldat illettré (1908-1919)
n°70375
croc-5962
Fils d'un Poilu du 220° R.I.
Posté le 16-11-2009 à 19:36:06  profilanswer
 


Bonsoir à tous
 
J’ai entièrement recopié le JMO du 220° R.I.. En voyant ces photos et les messages concernant le commandant Marret, je ne pensais pas que cela aurait eu autant d'interêt de votre part. (je dois avouer que je nage pour envoyer des photos sur le net).
Mon père a participé à ces opérations. Il était au 5° bataillon, (compagnie de mitrailleuses).
Le commandant du 5° bataillon devait être le commandant Berducou
Le commandant du 5° bataillon devait être le commandant était le commandant Frédéric de L’Harpe  
 
Voici le bilan des pertes du 220° R.I., que j’ai relevé dans le JMO, pour les 8 et 9 avril:
   
8 avril 1915
Blessés:    34
Tués :        3
Disparus:   0  
Prisonniers: 0
 
9 avril 1915
Blessés:    433
Tués :       207
Disparus:   174
Prisonniers: 44 (dont 3 blessés)
 
Total des pertes pour le seul 220°:  895 hommes
 
Décrochage dans la nuit du 9 au 10 avril 1915  
 
Une question: où peut-on trouvé des cartes?
 
A bientôt
 
Fernand

n°90822
zelaian
... sur le plateau
Posté le 30-11-2011 à 23:44:16  profilanswer
 


Bonsoir à tous,
 
Pour faire suite à la citation relevée par Arnaud : la revue l'Archer publie par épisodes, dans les années 30, les souvenirs de guerre du Dr Voivenel intitulés "Avec la 67e DR".
La revue est consultable sur Gallica, voici une page qui confirme le passage du Cdt MARRET du 211e au 220e RI :
 
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5658245k/f91
 
Voivenel était médecin au 6e bataillon du 211e, commandé par le Cdt MARRET. Il avait à ses côtés pour l'assister le joueur du Stade Toulousain et international MOUNIQ.
 
Cordialement
 


---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°90824
rugby-pion​eers
Posté le 01-12-2011 à 13:21:17  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Je suivais avec intérêt et émotion le fil de cette histoire quand est apparu la carte avec le Bois de la Sélouze... j'étais parti pour ajouter un mot sur le Dr VOIVENEL jusqu'à m'apercevoir que Denis/Zelaian avait déjà dit l'essentiel... ;-)
 
Je me permet de rajouter une note "ovale", à savoir que le Dr VOIVENEL fut un éminent dirigeant du Stade Toulousain, du Comité des Pyrénées et du Rugby Français. Toute sa vie, il garda le surnom acquis durant ces dures années : "la Selouze"
 
Le voici ici en 1917, dans sa hutte du Bois de la Selouze
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/voivenel%20ww1.jpg
 
crédit photo "Musée Paul VOIVENEL" : Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Voivenel et http://www.cheminsdememoire.gouv.f [...] dLieu=2271
 
On doit à VOIVENEL l'édification de l'Herakles, momument à la gloire des membres du Stade Toulousain disparus http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t84477
 
Sincèrement


Message édité par rugby-pioneers le 01-12-2011 à 13:22:59

---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire

  Au détour d'un JMO (15) - Le respect des morts de l'ennemi