FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire

  Kommando Allemand dans l'Eure en 1914

 

Forum Pages d’Histoire: marine : NIALA Pages mémoire: nécropoles - MPLF-MDH : antoine4213000000 et 41 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Kommando Allemand dans l'Eure en 1914

n°310
Terraillon​ Marc
Posté le 31-10-2004 à 06:11:55  profilanswer
 

Bonjour
 
Au cours de mes recherches, j'ai trouvé le récit de la poursuite d'un "kommando" allemand dans l'Eure au début de la guerre dont voici le récit :
 
"Lorsque furent installés les postes des G.V.C., la gendarmerie ne ralentit pas sa surveillance des voies de communication, des lignes télégraphiques et téléphoniques. C'est grâce à l'esprit de sacrifice du chef de brigade de 2° classe territorial CROSNIER et des gendarmes PRAETS et LEBAS, de la brigade de Gournay (Eure), que nous avons conservé les communications entre Paris, Rouen, Le Havre et Dieppe, à un moment où leur interruption aurait pu entraîner les plus graves conséquences. Le 16 septembre 1914, le chef de brigade de 2e classe territorial CROSNIER était informé que trois voitures automobiles, occupées par des soldats allemands, avaient traversé, vers 4 heures, la commune de Neufmarché où, par suite d'une panne, ils avaient abandonné une voiture.
 
Pressentant le but des Allemands, CROSNIER  téléphonait ce renseignement au commandant de la brigade de Mainneville, en lui fixant un rendez-vous à Matatgny (Eure). Arrivé à 14 heures dans cette localité, avec deux gendarmes, PRAETS et LEBAS, CROSNIER apprenait par une femme DELACOURT que les Allemands se tenaient cachés à 200 mètres environ de la forêt de Lyons. Sans attendre l'arrivée des militaires de la brigade de Mainneville, CROSNIER se portait à la rencontre des ennemis. Apercevant la sentinelle, il lui commanda : «Haut les mains!» Une salve lui répondit qui tua le gendarme PRAETS. Le chef de brigade et le gendarme LEBAS ripostèrent et tuèrent la sentinelle. Une deuxième salve allemande les tua tous les deux ; le conducteur de la voiture automobile fut blessé mortellement et succomba la nuit suivante. Seul, un jeune instituteur de Gournay, qui avait accompagné les gendarmes, put se sauver et donner l'alarme. Les Allemands, prévoyant qu'ils allaient être découverts, abandonnèrent leur refuge, traversèrent les communes de Mainneville, Etrépagny, Ecouis, Fleury-sur-Andelle. Pris pour des Anglais, ils ne furent nulle part inquiétés, mais au contraire fêtés. Informé par le préfet, le commandant de la compagnie de l’Eure donna l'alarme aux brigades des arrondissements voisins et aux postes de G.V.C. Quand, vers 23 h 45, les deux voitures, descendant la falaise de Trouville-la-Rivière, furent aperçues, les gardes de ce poste n'eurent aucune hésitation et firent feu sur elles, ce qui obligea les Allemands à éteindre leurs phares et permit aux gardes de Sotteville-sous-le-Val de les arrêter. Le détachement se composait d'un capitaine, d'un sous-officier et de onze pionniers, d'une limousine portant la plaque du préfet de police d'Aix-la-Chapelle et d'un chariot automobile contenant plus de 500 kilogrammes d'explosifs."
 
 :?:  QUESTION :  
 
Quel était la cible privilégiée de ces "commandos" (ponts, chemins de fer, lignes téléphoniques, ...) ?
Dans le cas présent, pour quelles raisons le "commando" a réalisé un parcours aussi long alors que plusieurs objectifs apparemment stratégiques étaient plus proches de la frontière (par exemple les ponts sur la Seine) ?  
A t on des témoignages d'actions réussies en territoire français ?
 
(J'espere que j'aurais plus de succés avec ce sujet que le précédent)  
 
Cordialement
M. TERRAILLON  :wink:

n°314
Stephan @g​osto
Posté le 31-10-2004 à 09:03:32  profilanswer
 

Bonjour Marc,
 
Cette histoire est plus longuement relatée dans un livre, datant de quelques années, et dont le titre exact m'achappe, mais il est du genre "un western entre Paris et Rouen", ou quelque chose d'approchant... Quelqu'un pourra peut-être vous le préciser.
 
Elle est également évoquée sur plusieurs pages, dans le livre "Rouen 1914-1918". Si une copie vous intéresse...
 
En revanche, je ne saurais répondre à vos question...
 
Désolé.
 
Bonne journée.
 
Cordialement,
 
Stéphan

n°353
Frederic A​venel
Posté le 01-11-2004 à 21:20:51  profilanswer
 

Bonsoir,
 
"C'est grâce à l'esprit de sacrifice du chef de brigade de 2° classe territorial CROSNIER et des gendarmes PRAETS et LEBAS, de la brigade de Gournay (Eure), que nous avons conservé les communications entre Paris, Rouen, Le Havre et Dieppe, à un moment où leur interruption aurait pu entraîner les plus graves conséquences."
 
Une hypothèse qui n'a peut-être rien à voir avec les intentions réelles du commando mais qui pourrait être plausible:
 
L'endroit où le commando a été arrêté est situé à proximité d'un important pont de chemin de fer métallique sur la Seine, à Oissel, sur la ligne Rouen-Paris. La première version de ce pont a été achevée à la fin du XIXe siècle (il a constitué une cible privilégiée lors du 2nd conflit mondial faisant l'objet de plusieurs bombardements le neutralisant).
Sa destruction (et les 500 Kgs d'explosifs y auraient vraisemblablement suffit !...) aurait interrompues les communications par voie ferrée entre Le Havre, Dieppe, Rouen et Paris.
 
Il ne s'agit là que d'une pure hypothèse...
 
Bien cordialement,
 
Frédéric Avenel

n°400
normandie-​1914-1918.​com
Posté le 04-11-2004 à 23:03:05  profilanswer
 

:shock:  
il s'agit plutot de Tourvville la rivière à proche d'Elbeuf
crdt

n°401
Guy CAPDEV​ILA
Posté le 05-11-2004 à 08:07:38  profilanswer
 

Bonjour à tous.
 
Pour une fois que Stéfan n'a pas la référence d'un livre, j'en profite.
Le titre du livre est : "LE COMBAT DE LA ROUGEMARIE. UN WESTERN ENTRE BEAUVAIS ET ROUEN PENDANT LA GUERRE 1914 1918" par le docteur Germain GALERANT de la société Française d'histoire de la médecine aux éditions Bertout Luneray.
 
Cordialement.
 
Guy CAPDEVILA

n°406
Frederic A​venel
Posté le 05-11-2004 à 18:21:42  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Merci pour cette référence que je vais essayer de me procurer.
 
Il semble que cet épisode soit également relaté dans l'article suivant:
 
chef d'escadron Jean-Paul LEFEBVRE-FILLEAU  
" Le combat de la Rougemare. [1914] "  
2000  
Revue de la Gendarmerie nationale, n°194, pp.101-110

 
Quelqu'un dispose-t-il de cet article?
 
Par ailleurs, le Net est peu bavard sur le sujet, mais il semblerait que ma première hypothèse soit la bonne, c'est du moins ce qu'il en ressort sur le site suivant...
 
http://rouenlehavre.free.fr/rouen/ [...] stoire.htm
 
Pour visualiser l'ouvrage en question:
 
http://www.structurae.info/fr/stru [...] /index.cfm
 
à bientôt,
 
Frédéric Avenel

n°414
Terraillon​ Marc
Posté le 05-11-2004 à 20:48:26  profilanswer
 

Bonsoir
 
Merci pour toutes ces infos, le week end va etre studieux ...
 
Cordialement
 
M. TERRAILLON

n°30522
vincent le​ calvez
Posté le 24-11-2006 à 13:31:12  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Bonjour Marc,
 
Je reprends un de tes messages datant de 2004 !!
 
Concernant ces gendarmes tués lors de l'attaque d'un commando, leurs noms figurent sur le monument aux morts de Gournay-en-Braye, séparés des autres tués, en haut à gauche :  
 
http://vlecalvez.free.fr/mam_gournay3.jpg
 
Bien cordialement
 
Vincent

n°30530
*ludovic*
Posté le 24-11-2006 à 15:41:26  profilanswer
 

Bonjour,
vous aurez du mal à trouver ce petit livret que je possède et qui relate cette histoire rocambolesque. A titre d'info, la caserne de la compagnie de gendarmerie de ROUEN se nomme caserne Crosnier en hommage au MDL/Chef CROSNIER.
GOURNAY EN BRAY se trouve en Seine-Maritime et non dans l'Eure.
Pour ceux que ça intéresse, je pourrais leur scanner l'histoire. Cependant en ce moment je suis en plein déménagement qui devrait intervenir à compter du 07 décembre et ce livret se trouve déjà dans un carton, il faudra donc attendre mi-décembre.
Ludovic


---------------
Montmirail, Croix du Drapeau, Fusiliers marins, De Gironde, Cigognes, etc... :   http://bravouresetgrandeursmilitaires.wifeo.com/
n°30532
grain
Posté le 24-11-2006 à 18:47:40  profilanswer
 

Bonsoir à tous.
Dite donc il etait pas jeune le gendarme Eugene PRAETS!
Cdlt
Martial

n°30533
grain
Posté le 24-11-2006 à 18:54:14  profilanswer
 

Pourquoi le 4eme tué BLACHER Fernand c'est pas sur MDH ??
Cdlt
Martial

n°30536
Jean RIOTT​E
Posté le 24-11-2006 à 20:58:49  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
Bonsoir Frédéric,
Dès lundi matin je fais le nécessaire pour obtenir une photocopie de l'article paru dans la Revue de la Gendarmerie Nationale n° 194.
Je vous tiens au courant.
Cordialement.
Jean RIOTTE.

n°30537
vincent le​ calvez
Posté le 24-11-2006 à 21:26:26  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
bonsoir Martial,
 
Je crois que la fiche de Fernand Blacher est là :  
 
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] -847951530
 
Bonne soirée
 
Vincent
 
PS : on peut voir les photos des gendarmes tués sur le site de Mémorial Gen Web, monument aux morts de Gournay.

n°99814
IM Louis J​ean
Posté le 03-06-2013 à 13:59:45  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Il est écrit dans un article de L'Ouest-Eclair qu'un monument a été implanté sur les lieux du combat en forêt de Lyons :
 
http://gallica.bnf.fr/proxy?method=R&ark=bpt6k6594051.f1&l=5&r=2744,78,586,323
 
Existe t'il encore aujourd'hui ? Edité pour ajouter : oui, ici et
http://perso.nordnet.fr/mariefrance.laine/lessimons/monument-w.gif
 
Cordialement
IM Louis Jean
sesouvenir


Message édité par IM Louis Jean le 03-06-2013 à 14:15:01

---------------
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
     Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Forum Pages d'Histoire

  Kommando Allemand dans l'Eure en 1914