gizmo02, 1 utilisateur anonyme et 42 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5  6  7
Page Suivante
Auteur Sujet :

Liste de fusillés par régiments

n°103538
Pierre M
Posté le 27-12-2013 à 04:08:19  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Bonjour au modérateur.
Je suis désolé d'avoir malencontreusement édité deux fois le même message sans parvenir à éffacer le doublon.
Je sollicite l'aide du modérateur pour aider un "boulet" du clavier.
Merci.
Bien cordialement.
Pierre M.
 
C'est fait !  ;)  Arnaud, modérateur.


Message édité par Arnaud Carobbi le 27-12-2013 à 08:36:37
n°103539
extraterre​stre
Posté le 27-12-2013 à 07:18:56  profilanswer
 

bonjour Pierre  :hello:  
 
même sans modérateur : vous éditez votre message, vous validez l'option "effacer" , vous validez, et c'est magique plus de message   :pt1cable:  
 
bonne journée   :jap:


Message édité par extraterrestre le 27-12-2013 à 07:19:41

---------------
Jacqueline L.
n°103545
RobertBFR
Posté le 27-12-2013 à 12:57:40  profilanswer
 

Bonjour Pierre,
 
Petite curiosité, car je pense que vous avez une identité complète, pouvez-vous nous dire si le sergent à survécu à cette guerre?
 
Le 12 févier 1915 un autre soldat n'a pas eu la même issue à son procès (L'affaire du pantalon rouge).
 
Merci pour ce partage.
 
Cordialement
Robert
 
 
 


---------------
Robert B.
n°103547
Pierre M
Posté le 27-12-2013 à 14:48:29  profilanswer
 

Bonjour RobertBFR.
Hélas, non je ne connais pas l'identité de ce sergent passé au Conseil de Guerre.  Si le carnet de guerre de mon grand-père est une mine d'information pour moi le grand regret, c'est que très souvent les noms sont remplacés soit par l'initiale, soit par "x" ou "y". Je suis même surpris qu'il ait précisé la petite église de Dommartin pour ce Conseil de Guerre. Certes, certains villages sont idéntifiès mais pas tous.  Même les noms de ses bons camarades de front sont identifiés  par une initiale. J'ai voulu apporter une précision à la fin de son récit en indiquant que le Colonel "M" était en fait probablement Monthoven car ce nom revient tout de même quelques fois dans ses carnets et le récit de ce Conseil de Guerre à Dommartin le laisse supposer.
Pourquoi cette discrétion ? Je n'en sais rien. Sans doute pour ne pas risquer de compromettre ces personnes au cas ou ses carnets tomberaient entre des mains indélicates, c'est ce que je suppose. Autre exemple: le bois d'"H"", plusieurs fois cité, la lecture des JMO  correspond au bois d'Hauzy. Peut être, craignant d'être fait prisonnier, ne voulait-il pas que des informations tombent entre les mains de l'ennemie.
Mon aïlleul a quelque fois écrit phonétiquement des noms de lieux tel "Ekcriennes" pour Ecriennes, alors qu'en temps qu'instituteur il maniant la langue française excellemment bien, (pas comme moi). Là, je suppose que les panneaux d'identité de villages avaient disparu depuis belle lurette parmi les ruines et qu'il écrivait ces noms tels qu'il les entendait n'ayant pas de carte d'Etat major sous les yeux.
Une exception toute fois à sa discrétion dans l'identité des personnages, c'est au cours de ses passages en plusieurs ambulances et hôpitaux, suite à sa blessure, là, il encense le personnel soignant en le nommant souvent.
Je regrette comme vous cet état de fait, mais ses carnets restent tout de même pour moi d'une grande valeur historique et familiale. Et puis internet m'autorise souvent à retrouver les noms des lieux ou des Officiers. Ce n'est pas bien difficile.
De part ce courrier, une petite bouteille à la mer, je manque d'information sue le Lt Colonel Cambay, le Capitaine Maillard et le Colonel Monhoven, (cité dans le texte), tous du 23e RIC.  Si un membre du forum peut m'apporter des précisions, je suis preneur.
Bien cordialement.
Pierre M.

n°103548
Tanker
Posté le 27-12-2013 à 16:40:23  profilanswer
 

Bonjour,
 
Concernant Aloïse Monhoven, il est Lieutenant-Colonel au moment des faits que vous citez.
Il passe Colonel le 24 Juin 1916.
Le 1° Novembre 1916, il est affecté à l'Artillerie Spéciale et devient l'adjoint du Général Estienne.
Il est nommé Général de Brigade la 18 Avril 1918, et restera dans l'Artillerie Spéciale jusqu'en Avril 1919.
 
Son dossier Légion d'Honneur de la base Leonore comprend un état détaillé de ses Services
 
Bonne suite de recherche - Michel


Message édité par Tanker le 27-12-2013 à 16:47:38
n°103550
Pierre M
Posté le 27-12-2013 à 18:28:42  profilanswer
 

Bonjour TANKER.
Merci de vos précision sur AloÏse Monhoven.
Le témoignage de mon grand-père  sur le rôle d'une extrème dureté durant ce Conseil de Guerre me surprend d'autant plus que les sentiments de son régiment à son égard sont très reconnaissants de sa personne.
Je cite:
Un autre chef estimé sans réserve était le Colonel Monhoven. Assez grand, très simple et noble de manières, il ne se détenait jamais d'une grande courtoisie envers les hommes. Il écoutait froidement les réclamations ou les demandes même les plus modestes et les solutionnait avec le plus parfait esprit d'équité.
Il était sobre de paroles, mais tâchait de se rendre compte de tout par lui-même.
Par les nuits froides, dans les tourmentes de pluie ou de neige, il paraissait soudain dans les tranchées de première ligne ou même dans les petits postes les plus avançès...
Ses inspections de jour et de nuit tenaient les Officiers en éveil...
Il s'en prenait toujours aux chefs, des défaillances constatées auprès des hommes et à l'occasion se montrait sagement sévère. Il contrôlait lui même l'execution de ses ordres, toujours concis et clairs et s'entendait à distribuer l'éloge ou le blâme, témoignant d'une ténacité peu ordinaire.
Il ne se gênait pas pour faire recommencer jusqu'à complete satisfaction les travaux de campagne prescrits.
Je puis dire qu'il donnait sans compter de sa personne et toujours ses éfforts visaient la sécurité et le confort du Régiment... Lui aussi faisait un cas extrème de la vie des hommes.  
Fin de citation.
En tout cas, les renseignements que vous m'apportez, semble confirmer une belle carrière militaire.
Quoiqu'il en soit, les historiens s'accordent souvent à dire que la France ne s'est jamais vraiment relevé de la Grande Guerre, je ne sais si celà est vrai, mais ce qui est sûr c'est que ces condamnations pour l'exemple, à tord ou à raison, commuées ou non en grace laisseront encore très longtemps des traces conscientes ou inconscientes pour encore des générations dans les mèmoires collectives de bien des familles.
Bien cordialement.
Pierre M.

n°104941
WELLES
Moteur !
Posté le 06-03-2014 à 08:29:17  profilanswer
 

Charraud Jerome a écrit :


Bonjour,
Je suis très nouveau sur ce forum.
Scénariste et réalisateur, (je travaille beaucoup pour France 3 en fictions), je cherche à savoir si il y a eu des cas de vengeance de la part de familiers des exécutés ? Un père ? Un frère ? Une femme ? En fait je cherche une histoire forte à proposer à mes producteurs, traitant des mutineries de 17 mais d'une manière intimiste. Je n'aurai pas les "moyens" de Losey pour "POUR L'EXEMPLE" ni de Kubrick pour "LES SENTIERS DE LA GLOIRE".
Donc un sujet intimiste : ex: un affrontement en champ clos entre un officier et qq soldats, la vengeance d'un familier qui vient retrouver l'officier qui a ordonné l'exécution, un procès connu ?... Etc... Un sujet FORT !
Merci de vos conseils éclairés.
PS : pouvez-vous diffuser cette recherche dans le forum ? Je ne sais pas comment on fait.
Pour plus de simplicité (pour moi), je vous donne mon mail : bgantillon@wanadoo.fr
Encore merci.  
 
 
Salut Olivier
Moi par principe paysan, je suis toujours prudent.
Pour ceux qui ont accès je conseille la lecture du CR de rencontre avec le chef du SHD sur le site Genemil et la diffusion de données via le forum Genemil et son thesaurus. (chapitre diffusion de données)
Pourquoi les fiches ne sont elles pas en ligne? Il suffit d'un clic sur la base de données, les scans sont prêts, et hop, elles apparaissent en ligne.
Le site du MDH est plus complexe que l'on croit. Rappelez vous les premières fiches de super qualité, elles ont disparues et ont été remplacées par les fiches d'une trentaine de kilos octets (pas besoin de plus). Ne vous inquiètez pas, tout a été scanné et est prêt a être difusé.
Je rappelle trois fichiers existent, deux sont diffusés pas le 3e (NMPF).
Les dossiers de ces soldats sont ils encore protégés par la loi? Oui ou non?
Idem, les fiches qui sont modifiées suite à des ajouts ou corrections ne sont que des copies, l'original (en tant que pièce historique) existe toujours.
Tout a été prévu, seule manque l'autorisation OFFICIELLE de diffusion.
 
Le problème n'est pas de savoir si j'ai 502 fiches de fusillés en stock, mais plutôt qu'est ce que j'encours si je les diffuse?
Et la dessus, je ne me contenterais pas d'un probablement, peut-être. Je suis trop pétochard pour cela et je tiens trop au forum pour embarquer l'équipe la-dedans :lol:  :lol:  :D  
 
Pour Martial: oui, tous les types d'unités ont été impactés: Artillerie, Cavalerie, Génie, Tirailleurs, ...
 
 
Amicalement
Jérôme Charraud


n°105549
Sebastien ​04
Posté le 13-04-2014 à 07:55:35  profilanswer
 

Auriez-vous des informations complémentaires sur le cas de Jules Chevallier, Basses-Alpes, fusillé le 21 octobre 1914 (pièces du procès, raisons de la condamnation [et non motif officiel], livret militaire, etc.).
Les informations de base sont sur la Libre pensée du 04 :  
http://librepensee04.over-blog.com [...] 06766.html

n°107450
EDUEN58-71
Posté le 12-07-2014 à 11:55:38  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Quelqu'un pourrait-il m'indiquer s'il y a eu des "fusillés pour l'exemple"  dans le 13e Régiment d'Infanterie?
 
Merci d'avance
Jean-Claude

n°107451
LABARBE Be​rnard
Posté le 12-07-2014 à 12:52:51  profilanswer
 

Bonjour,
Aucun fusillé du 13ème RI
Cordialement,
Bernard


---------------
Le blog  et   Le site Mémoire du 57
n°107455
meaudre
Posté le 12-07-2014 à 17:35:32  profilanswer
 

Bonjour à tous,  
 
En complément de la question de Jean-Claude, j'aimerais savoir s'il y a  eu des fusillés au sein du 6ème régiment de dragons.?
 
Merci et bon week-end à tous.
 
Gérard
 
 PS: où peut on consulter ces fameuses fiches NMPF?

n°107459
RobertBFR
Posté le 12-07-2014 à 18:32:57  profilanswer
 

Bonjour à Toutes et Tous,
Bonjour Gérard,
 
Aucun fusillé du 6e Dragons.
 
Pour la liste des NMPLF, je consulte :
 
http://www.genealogie.com/recherch [...] 8-199.html
 
mais ce site est payant.
 
Il semble que Mémoire des Hommes va mettre à disposition en fin d'année les fiches NMPLF à confirmer.
 
Cordialement


Message édité par RobertBFR le 12-07-2014 à 18:43:40

---------------
Robert B.
n°107504
meaudre
Posté le 14-07-2014 à 16:21:31  profilanswer
 

Bonjour Robert, bonjour à tous,
 
Merci pour votre réponse à propos du 6ème dragons et aussi pour le lien.
 
Si je comprends bien, pas de possibilité de recherche sans  avoir  un nom.
 
Y a t il malgré tout une possibilité de recherche par régiment etc ?
 
Cordialement.
 
 Gérard.
 
 
 
 
 

n°107744
benv
Posté le 27-07-2014 à 10:28:55  profilanswer
 

Bonjour,
 
Le site du Chtimiste publie le carnet du caporal Ovide DARRAS du 272e RI.
 
http://www.chtimiste.com/carnets/Darras.htm
 
Il faisait parti du peloton d'exécution des deux soldats du 128e RI fusillés le 12 septembre 1914.
 
Benoît


---------------
Le blog du 84e RI en France et en Orient
http://84eri.canalblog.com/
n°107745
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 27-07-2014 à 10:46:41  profilanswer
 

Bonjour,
 
Merci Benoît pour cette info.
 
J'en prends occasion pour dire combien je trouve regrettable que ces carnets (pas seulement celui là) nous soient présentés de façon aussi peu "objective", avec des surlignages, des notices disproportionnées et uniquement sur certains thèmes (mutineries, etc...) ; bref : bien regrettable que ces carnets soient "tirés" dans le sens du courant à la mode...
Pas très honnête, vis à vis d'un auteur, que de souligner dans un texte autre chose que ce que lui même a ainsi écrit.
Mais... l'instrumentalisation des fusillés, trêves, mutineries et autres tartes à la crème du révisionnisme émotionnel est sans vergogne par définition...
 
En l'occurrence, pourquoi n'avoir pas sou-ou-sur-ligné la conclusion de l'auteur lui-même : Tant pis, chacun doit faire son devoir.
 
Bien à vous,
 
 [:achache:1]


Message édité par Achache le 27-07-2014 à 13:34:02

---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°107747
Marc1905
Pro Patria et Humanitate
Posté le 27-07-2014 à 12:14:26  profilanswer
 

Bonjour à tous
 
Ma question est relative à ce post bien qu'un peu différente du propos initial.
Je suis intrigué dans la bande dessinée "La faute du midi" de voir que pour le procès du chasseur Odde (24e BCA), les auteurs ont fait figurer un défenseur qui a l'apparence d'un prêtre. D'après d'autres sources le défenseur était le lieutenant Veillon du 6e BCA.  
Qu'en est-il exactement?
A noter que le personnage du prêtre de la BD est présenté comme assez peu sympathique et inefficace comme défenseur. Voulait-on démontrer quelque chose?
Merci
Marc

n°108795
MARRAKCHI
Posté le 04-10-2014 à 20:58:14  profilanswer
 

Bonjour
 
Je viens de lire le livre de Frédéric MATHIEU, je n'y recherche pas la plume d'un universitaire ou pas; mais seulement des renseignements qui puissent alimenter le fichier sur lequel je travaille depuis de nombreuses années.
Je recense tous les militaires morts au Maroc pendant la pacification entre 1907 et 1934.
Mes sources sont nombreuses et variées: Les livres, Les J.M.O; les cimetières militaires français au Maroc dont le registre est détenu par le Service des Anciens Combattants et Victimes de Guerre à Casablanca, les archives du SHD et pour finir, les deux fichiers du SGA (l'officiel des MPLF et l'autre plus clandestin des NON MPLF).
En "surfant" sur les sujets du forum 14/18, j'ai lu que vous teniez un fichier des soldats suicidés pendant la Grande Guerre, je me propose donc de vous envoyer; si vous le souhaitez; les fiches des 138 militaires suicidés au Maroc entre 1914 et 1919, en sachant que sur les 24233 soldats morts au Maroc pendant la période de la pacification le nombre total des suicidés est de 312.
De même si vous aviez de la documentation qui pourrait compléter mes recherches, je serai heureux d'échanger avec vous.
Je vous transmets mon adresse mail personnelle sur laquelle je souhaiterais que vous me répondiez car je ne vais pas régulièrement sur le forum 14/18 tandis que je vais sur ma boite personnelle tous les jours
Cordialement et en espérant vous lire bientôt

n°108799
Jean RIOTT​E
Posté le 05-10-2014 à 10:37:56  profilanswer
 

Bonjour Pierre,
Je constate que tu poursuis inlassablement ce travail de bénédictin dans lequel tu t'es lancé voilà bien des années. Bravo! Si je comprends bien tu touches au but... si tant est qu'un jour on obtient une liste exhaustive.
Tu peux toujours compter sur moi pour alimenter, compléter, ou préciser tes données au hasard de mes recherches et lectures.
Bien amicalement,
Jean RIOTTE

n°118993
EDUEN58-71
Posté le 19-09-2016 à 19:15:57  profilanswer
 

Bonjour,
 
Je reviens sur ce cas que je viens de découvrir certes tardivement mais il m'intéresse car cette famille est installée dans un petit village de la Nièvre proche de chez moi nommé POIL.
Il aurait été encore plus simple d'aller voir la fiche matricule 2058 classe 1915 du recrutement de Blois pour y apprendre que Stanislas de BODIN de GALEMBERT a  été considéré comme déserteur et condamné car manquant à l'appel du 31 mai 1918, en fait il avait été fait prisonnier par les bulgares et interné au camp de SEVLIEVO où il est mort d'épuisement le 21 août 1918
Je précise par ailleurs qu'il a été acquitté à l'unanimité par jugement contradictoire du 22 février 1922 du Conseil de Guerre du Gouvernement Militaire de Paris, et qu'il a été reconnu non coupable de désertion à l'ennemi.
Je pense que cette information contrôlable (elle) mettra un terme à cette malheureuse histoire et permettra de voir Stanislas Marie Louis Edgar de BODIN de GALEMBERT sous un tout autre jour.
 
Une histoire mal engagée qui se termine bien
Je reste à votre disposition
Bonne soirée à tous
 
Jean-Claude


---------------
Jean-Claude 58
n°118994
EDUEN58-71
Posté le 19-09-2016 à 19:26:30  profilanswer
 

Bonjour,
 
Je reviens sur ce cas que je viens de découvrir certes tardivement mais il m'intéresse car cette famille est installée dans un petit village de la Nièvre proche de chez moi nommé POIL.
Il aurait été encore plus simple d'aller voir la fiche matricule 2058 classe 1915 du recrutement de Blois pour y apprendre que Stanislas de BODIN de GALEMBERT a  été considéré comme déserteur car manquant à l'appel du 31 mai 1918, en fait il avait été fait prisonnier par les bulgares et interné au camp de SEVLIEVO où il est mort d'épuisement le 21 août 1918
Je précise par ailleurs qu'il a été acquitté à l'unanimité par jugement contradictoire du 22 février 1922 du Conseil de Guerre du Gouvernement Militaire de Paris, et qu'il a été reconnu non coupable de désertion à l'ennemi.
Je pense que cette information contrôlable (elle) mettra un terme à cette malheureuse histoire et permettra de voir Stanislas Marie Louis Edgard de BODIN de GALEMBERT sous un tout autre jour.
 
Une histoire mal engagée qui se termine bien... Il vaut mieux être prudent et contrôler ses sources plutôt que d'extrapoler et nuire par ignorance.
 
Bonne soirée à tous
 
Jean-Claude


---------------
Jean-Claude 58
n°119004
Charraud J​erome
Posté le 20-09-2016 à 11:53:40  profilanswer
 

Bonjour

EDUEN58-71 a écrit :

.. Il vaut mieux être prudent et contrôler ses sources plutôt que d'extrapoler et nuire par ignorance.


 
En parlant de sources, il ne faut pas s'arrêter à certaines, il faut regarder le dossier dans sa globalité.
S'il fut effectivement acquité par le GMP, il n'en demeure pas moins que la "réhabilitation" (usage volontaire de guillemets) ne fut jamais complète:
Voici ce que vous trouverez dans le dossier Galembert (5 YE 146235) en date de 1923, dont après le jugement du GMP de 1922.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/12/CaptureJC50.jpg
 
Cordialement
Jérôme Charraud


Message édité par Charraud Jerome le 20-09-2016 à 12:53:03

---------------
Facebook: Indre Grandeguerre Twitter: @indre1418
Les RI et le département de l'Indre le blog - Les soldats de l'Indre le blog
n°119702
Faure
Posté le 03-11-2016 à 21:19:54  profilanswer
 

Bonsoir!
Je cherche en cours d'étude pour un ouvrage local ,des renseignements sur le Soldat Seguin Michel du 153° R.I. (Passé par les armes comme l'indique sa fiche SGA) à Elverdinghe.Y a il une sépulture ?et une trace de cette condamnation?(Motif)
Merci!
Cordialement
Michel

n°119703
Annie
Posté le 03-11-2016 à 22:06:15  profilanswer
 

Bonsoir Michel,
 
Aucune trace de tombe de Michel Seguin en Belgique.
Pour la condamnation (abandon de poste par mutilation volontaire) voir ci dessous :
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] 34&debut=0
Cordialement,
Annie

n°119828
Faure
Posté le 08-11-2016 à 23:16:57  profilanswer
 

Bonsoir!
Merci Annie pour cette info,y a il un carré militaire dans cette région et les fusillé inhumés anonymement? Car le tribunal semblait se tenir souvent dans cette région?
Bonne soirée

n°119846
Annie
Posté le 09-11-2016 à 16:00:10  profilanswer
 

Bonjour Michel,
 
Pas de cimetière français actuel à Elverdinge. Si cimetière il y avait encore après la guerre, car Elverdinge qui se situe près d'Ypres a été bombardée pendant tout le conflit, les corps ont du être regroupés à Potijze (Ypres) ou Kemmel, éventuellement Lorette.
Cordialement,
Annie

n°119852
Charraud J​erome
Posté le 09-11-2016 à 17:15:57  profilanswer
 

Annie a écrit :

Bonjour Michel,
 
Pas de cimetière français actuel à Elverdinge. Si cimetière il y avait encore après la guerre, car Elverdinge qui se situe près d'Ypres a été bombardée pendant tout le conflit, les corps ont du être regroupés à Potijze (Ypres) ou Kemmel, éventuellement Lorette.
Cordialement,
Annie


 
Bonjour
Pendant le conflit de 14 à 18, 26 soldats ont été fusillés en Belgique. Seules 9 sépultures sont connues et correspondent systématiquement à des nécropoles ou des cimetières militaires.
Seguin fut exécuté dans le parc du château, il peut très bien avoir été inhumé sur place et y être encore ou avoir été inhumé ailleurs. Ce lieu n'est pas connu dans les sources actuellement trouvées.
Les sépultures de fusillés furent rarement considérées par l'autorité comme des sépultures comme les autres. L'oubli de leur position l'emporta rapidement.
 
Cordialement
Jérôme Charraud


Message édité par Charraud Jerome le 09-11-2016 à 17:24:48

---------------
Facebook: Indre Grandeguerre Twitter: @indre1418
Les RI et le département de l'Indre le blog - Les soldats de l'Indre le blog
n°119855
Faure
Posté le 09-11-2016 à 18:06:42  profilanswer
 

Merci Jérôme!
Je me doutais bien qu'ils se débarrassaient dans tous les sens du terme et surtout de la mémoire de "lâches encombrants"

Message cité 1 fois
Message édité par Faure le 09-11-2016 à 18:07:04
n°119856
Charraud J​erome
Posté le 09-11-2016 à 18:56:04  profilanswer
 

Bonsoir

Faure a écrit :

Merci Jérôme!
Je me doutais bien qu'ils se débarrassaient dans tous les sens du terme et surtout de la mémoire de "lâches encombrants"


 
De mon point de vue, il faut relativiser cet état de fait concernant l'abandon des sépultures de fusillés.
Au niveau du Prisme1418, sur les 657 cas de fusillés aux Armées, nous connaissons la localisation de 281 sépultures soit 42%.
Si je prend un exemple hors champ des fusillés, sur tous les soldats du département de l'Indre, sur les 6151 cas aujourd'hui traités sur le blog http://indre1418soldats.canalblog.com, nous connaissons 1996 sépultures (Bien évidemment, je n'inclue pas les plaques "En mémoire de" que l'on trouve dans nos cimetières). Le ratio n'est alors que de 32%.
 
En Belgique, le ratio n'est que de 9 par 26 soit 34% soit un taux inférieur à ceux connus pour le nombre global des fusillés (32 au lieu de 42%)
Bien sûr, ces sépultures n'étaient pas tout à fait comme les autres. Ils ont été inhumés souvent sur place ou dans les environs. Il existe des témoignages de soldats se rendant sur les sépultures pour assurer leur fleurissement, mais avec le temps, bien souvent ces sépultures isolées furent "perdues" et ce d'autant que les unités ne restaient pas perpétuellement dans le secteur . En Belgique, la zone fut bombardée régulièrement et comme pour les sépultures de soldats ordinaires, bon nombre furent les disparitions de tombes, sans oublier le grand chambardement que fut la mise en place de la nécropole de Potyze (Voir http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 6969_1.htm )
 
Une anecdote révélatrice: Le 27/12/1914, à Poperinghe, les soldats Garcault et Chochoi furent exécutés (Ils furent réhabilités en 1925). La dépouille de Chochoi est la N°1211 à Saint charles de Potyze. La position de celle de Garcault, donc exécuté le même jour, à la même heure, est inconnue.
Vraisemblablement, il est dans le secteur, mais où ?
 
Cordialement
Jérôme Charraud


Message édité par Charraud Jerome le 09-11-2016 à 19:16:50

---------------
Facebook: Indre Grandeguerre Twitter: @indre1418
Les RI et le département de l'Indre le blog - Les soldats de l'Indre le blog
n°119858
Faure
Posté le 09-11-2016 à 19:17:19  profilanswer
 

Merci pour ces très intéressantes infos.
Cordialement
Michel

n°119989
HarryJohan​n
Posté le 16-11-2016 à 15:36:33  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
En suivant le parcours d'un soldat de mon village, je lis dans le J.M.O. du 285e RI à la date de 14 décembre 1915, que 3 soldats de la 17e Cie disparus, sont condamné par un conseil de guerre spécial à mort par contumace pour abandon de poste devant l'ennemi.
Qu'est ce qu'on a fait après retrouver les hommes?
À mon avis c'est impossible de se cacher. Peut-être ils sont fait prisonnier par les Allemands?  
Quand même il faut retourner à France d'après la guerre.
Je pense la livre ne donne pas une solution?
 
Harry

n°122598
alexandre
Posté le 18-07-2017 à 14:54:03  profilanswer
 

Bonjour à tous ,
Hier , en ouvrant le registre d'état-civil du 53 ème BCA , j'ai découvert que le chasseur Ernest Macken avait été fusillé le 7/9/1914 à Vanémont , commune de la Houssière , à une quinzaine de kms de St -Dié. Il était né le 3/11/1889 à St Denis /Seine . Seule la mention "fusillé " est mentionnée en marge de l'acte .
Bien cordialement,


---------------
Alexandre
n°122601
alexandre
Posté le 18-07-2017 à 15:16:05  profilanswer
 

En complément de mon message précédent , on peut lire sur son registre matricule (classe 1909/n°1062 / Allier - Moulins) qu'il était enfant assisté du département de la Seine , domestique agricole à Garnat/Engièvre (Allier ).Il a été condamné par le Conseil de Guerre de la 28 ème D.I pour "désertion en face de l'ennemi" et éxécuté le 7/9/1914.
Bien cordialement,


---------------
Alexandre
n°123709
RADET Fred​eric
Verdun 1914-1918.
Posté le 02-10-2017 à 19:44:38  profilanswer
 

Bonjour,
 
on me parle d'un ou de plusieurs soldats ayant été fusillés à Issoncourt (Meuse) sur la Voie Sacrée.  
Malgré mes recherches je ne trouve rien. Si quelqu'un a des infos.  
 
Cordialement,
Frédéric


---------------
Courage on les aura !
http://www.ouvragedelafalouse.fr/
n°123714
Charraud J​erome
Posté le 02-10-2017 à 21:39:37  profilanswer
 

Bonsoir
 
Frédéric, pas de mention concernant Issoncourt dans les fichiers Prisme1418. Donc si tu trouves quelque chose, nous sommes bigrement intéressés.
Peut-être un cas de sommaires, plus que de fusillés "traditionnels".
 
Cordialement
Jérôme Charraud


Message édité par Charraud Jerome le 02-10-2017 à 21:40:21

---------------
Facebook: Indre Grandeguerre Twitter: @indre1418
Les RI et le département de l'Indre le blog - Les soldats de l'Indre le blog
n°123737
RADET Fred​eric
Verdun 1914-1918.
Posté le 03-10-2017 à 19:17:56  profilanswer
 

Bonsoir,
 
merci Jérôme pour l'info.  
Il s'agit là et comme souvent de la parole d'un habitant du village, mais la famille est là de longue date, donc sait-on jamais...  
 
Je vais creuser une autre piste et s'il y a du concret je te fais signe.
 
Cordialement,
Frédéric  


---------------
Courage on les aura !
http://www.ouvragedelafalouse.fr/
 Page :   1  2  3  4  5  6  7
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse