nicolas55, 5 utilisateurs anonymes et 59 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  11  12  13  ..  18  19  20  21  22  23
Auteur Sujet :

Rugby et rugbymen pendant la Grande Guerre

n°93961
moitz
Posté le 04-06-2012 à 09:00:39  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Bonjour  
Même si de nos jours il reste quelques zouaves dans le rugby, ceux de 1915 à Clarency doivent être du 8ème.
C'est en effet le seul régiment de Zouaves mentionné dans l'offensive de mai 1915 dans le secteur.

n°93962
laperouse
Posté le 04-06-2012 à 11:38:50  profilanswer
 

Yann LE FLOC'H a écrit :

Bonjour à tous,
 
Je viens de chiner sur un vide-grenier du Comminges cette belle carte photo montrant un groupe d 'artilleurs du 1er Régiment d'Artillerie de Montagne.
 
Lieu de prise de vue : Alsace ? Italie ? L'architecture en arrière plan pourra peut-être nous orienter....
 
La photo nous montre les artilleurs de la 5e ou 3eme pièce (?).  
 
Le chien mascotte prend la pose tandis qu'un soldat semble fièrement tenir un ballon de rugby.
 
Ce type de photo attestant la pratique du rugby si près du front est-il commun ?
 
Cordialement
 
Yann
 
http://i45.tinypic.com/15f50dt.jpg
 


Bonjour, drôle de coïncidence! samedi je faisait quelques menues recherches sur un maréchal des logis (sudiste, "occitan" mais pas commingeois)... du 1er régiment d'artillerie de montagne (transfuge du régiment d'artillerie de Castres, le 9ème) ...mort en 1918 à la toute fin de la guerre en Serbie (actuellement en Macédoine) et donc stationné certainement les mois auparavant dans le secteur de la Macédoine grecque ou dans les limites de la frontière montagneuse de l'ancienne Macédoine serbe!
Je vais pas épiloguer sur la photo, mais il y a tout des mêmes quelques éléments décoratifs qui pourraient corroborer l'hypothèse du secteur macédonien (grec ou près de la frontière).  
Cela répondrait en partie aussi à ma question à Frederic rugby-pioneers au sujet du rugby sur le front d'orient. Bien sur, tout cela reste une ébauche à confirmer, mais c'est très passionnant. Merci! A creuser... Faudra que je fasse des recherches sur ce régiment ou vérifie sur ce forum!
Si c'était confirmé, ça serait la première image de ballon de rugby dans cette zone entre 1915 ou plutôt 1916 et 1918...
Merci encore!


Message édité par laperouse le 04-06-2012 à 11:59:22

---------------
A ma place, ou perdu dans le pacifique Sud.
n°93965
encyclo
Posté le 04-06-2012 à 15:22:01  profilanswer
 

zelaian a écrit :


Bonsoir à tous,
 
Pour compléter et illustrer le message de moitz, je joins à nouveau la photo de nos 3 Biarrots le 1er janvier 1912, jour de leur première sélection (alors qu'ils appartiennent à ce moment là à 3 clubs différents) :
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] rribau.jpg
 
3 futurs internationaux, alors âgés de 17 et 18 ans, réunis sur une même photo de club, six ans avant leur première sélection honorée en commun, le cas est en effet très certainement unique, ou tout au moins rarissime.
 
Nous avons abondamment évoqué Dufau et Larribau, beaucoup moins Ihingoué. Le voici avec le BEC à l'occasion d'un match au Parc des Princes :
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] 98/BEC.jpg
 
Contrairement à ce que l'on sait de ses compères (respectivement au 3e RIC et au 50e RI), j'ignore où il a effectué son service militaire. Peut-être à La Rochelle, car Bodis et Lafond signalent qu'il a également joué au Stade Rochelais, sans préciser l'année.
 
Si quelqu'un a des infos à ce sujet, je suis preneur.
 
à bientôt


 
Bonjour,
 
Selon mes "fiches", Daniel Ihingoué n'avait peut-être pas effectué son service avant la mobilisation de 1914. Après des débuts rugbystiques au Biarritz Stade aux côtés de Larribau et Dufau, alors qu'il étudiait au lycée de Bayonne, il quitta le Pays Basque pour poursuivre ses études aux Etats-Unis. De retour en 1909, on le retrouve à La Rochelle, surveillant d'internat et joueur au Stade Rochelais. L'année suivante, surveillant au lycée de Bordeaux, il est au SBUC. En froid avec son club, il le quitte finalement fin 1911 pour le Bordeaux Etudiants Club avec lequel il sera deux fois international en 1912. C'est l'époque où il dut entamer ses études en faculté de médecine. En 1914, il ne devait pas disposer de suffisamment d'"inscriptions", raison pour laquelle il fut mobilisé en tant que médecin aide major auxiliaire (c'était le lot des étudiants en médecine). Etait-il primitivement ou secondairement au 63ème BTS, je l'ignore?
En ce qui concerne le match d'avril 1917, il s'agissait de la fameuse coupe de la Somme, dont la photo reste à découvrir. De l'équipe prévue par "Rugby", seuls sept joueurs étaient présents sur le terrain, le 8 avril, à Vincennes, à savoir, Pierre Jauréguy, Domercq, Boyau, de Beyssac, Arnal, Monniot et Rouzies.
Amicalement.

n°93968
rugby-pion​eers
Posté le 04-06-2012 à 20:03:53  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Encore des pistes et des renseignements... merci à tous !
 
@Moitz : j'ai précisé le régiment de Zouaves dans le corps de mon message précédent
 
@laperouse : j'ai du mal à remettre la main sur ma correspondance Australienne pour un match à Jérusalem (le mot clé 'rugby" n'y suffit pas....), mais je crois avoir trouvé trace d'une rencontre régimentaire en Macédoine...
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/40eme%20RI%201918.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/40eme%20RI%201918%20back.jpg
 
grand format : face http://farm7.staticflickr.com/6199 [...] bed5_b.jpg et dos (king size !) http://farm7.staticflickr.com/6083 [...] fe92_o.jpg
 
Voici une photo de l'équipe du 40eme R.I. / 9eme Bataillon le 28 avril 1918 au jour d'un match contre le 34eme R.I.
 
Edit 5 juin : je me suis planté dans tout ce qui suit !! Merci à Bernard Labarbe d'avoir relevé mon erreur : si le 40eme était bien engagé en Macédoine, nous avons ici une photo du bataillon d'instruction (34eme Cie) resté en France, du côté de Coulommiers si l'adresse postale se confirme être S.P.208...    
 
Si je lis correctement l'historique du régiment (p14 http://40rigg.voila.net/pdf/Historique_40_RI_oo_1.pdf ) mis en ligne par JM Chardes sur son site consacré au 40eme R.I. http://40rigg.voila.net/index.html (merci à lui !), la partie se joue du côté de Monastir un jour de repos. Cf l'historique du 40eme:
 

Citation :

Dans la nuit du 26 au 27 avril, le 40ème prend un dispositif en profondeur : 1 Btn à Posen, 1 Btn à Gotha et la Plaine, 1 Btn au repos. Il conserve ce dispositif jusqu’à l’offensive générale de septembre. Cette période est assez calme : les deux partis font de fréquentes patrouilles et se constituent un système défensif de plus en plus fort.


 
Les noms de tous les équipiers, emmenés par l'Adjudant Vian, figurent au dos de la carte et vous permettra peut-être de rebondir.
 
Avec quelques réserves, je lis, dans l'ordre en commençant en haut à gauche:
 
1. Cne Crumière
2. Beraud
3. Jeanjean
4. Challaye
5. Adj Vian (cap)
6. Martel
7. Morenas
8. Cal Joanin
9. S/lt de Lavareille
10. Célier
11. Colli... (?)
12. Cal Compadieu
13. Adj Akenza
14. Bonnardel
15. Laurents
16. Bourdel
17. Michel
18. Maurice
19. Cerfdier (?)
 
En première lecture, tous ces hommes seraient revenus du front : je relève des homonymes au nombre des MPF du régiment (Jeanjean, Martel, Bourdel, Michel) mais tous sont tombés en 1914 ou 15...
 
A vérifier...  
 
Un expert pourrait il traduire ce qui vient après "34eme" au dos de la carte. Ces sigles sont tout à fait ésotériques pour moi...
 
Voilà. Sans doute une des traces les plus anciennes du rugby dans cette partie des Balkans... les Anglais sont allés partout, mais jamais trop loin des ports ;-)
 
NB : l'international Toulousain F-X Dutour servait comme véto au 40eme R.I. Mais apparemment pas dans le même bataillon... tant mieux pour ses adversaires du jour...
Dutour est évoqué ici dans notre fil http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t84477
 
@+


Message édité par rugby-pioneers le 05-06-2012 à 09:24:57

---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°93969
moitz
Posté le 05-06-2012 à 08:09:04  profilanswer
 

L'année suivante, surveillant au lycée de Bordeaux, il est au SBUC. En froid avec son club, il le quitte finalement fin 1911 pour le Bordeaux Etudiants Club avec lequel il sera deux fois international en 1912." (Encyclo)
 
Bonjour
Il est assez étonnant qu' Ihingoué ai quitté le SBUC aprés le titre, tout comme Dufau.
Je pensais que Julien avait rejoint Biarritz pour des raisons familliales mais la thèse d'un différent entre joueurs et dirigeants est possible, je vais creuser.
Merci de l'info
 
Bonne chance aux rouges et noirs que les meilleurs gagnent.

Message cité 1 fois
Message édité par moitz le 05-06-2012 à 08:09:44
n°93970
LABARBE Be​rnard
Posté le 05-06-2012 à 08:48:13  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Le match ne s'est pas joué à Monastir, le 34ème R.I. n'était pas en Orient. 9ème bataillon du 40ème, il s'agit du bataillon d'instruction (composé des Cies 33 à 36).
Quant au lieu, après 34ème Cie on lit S.P. (secteur postal) N° 208 (pas sûr du 8), si c'est 208: Voir: http://cartesfm1418.pagesperso-ora [...] sor208.htm
Cordialement,
Bernard

Message cité 1 fois
Message édité par LABARBE Bernard le 05-06-2012 à 08:53:32

---------------
Le blog  et   Le site Mémoire du 57
n°93972
rugby-pion​eers
Posté le 05-06-2012 à 09:20:39  profilanswer
 

LABARBE Bernard a écrit :

Bonjour à tous,
Le match ne s'est pas joué à Monastir, le 34ème R.I. n'était pas en Orient. 9ème bataillon du 40ème, il s'agit du bataillon d'instruction (composé des Cies 33 à 36).
Quant au lieu, après 34ème Cie on lit S.P. (secteur postal) N° 208 (pas sûr du 8), si c'est 208: Voir: http://cartesfm1418.pagesperso-ora [...] sor208.htm
Cordialement,
Bernard


 
Merci Bernard d'avoir corrigé rapidement ma bourde... je ne suis pas fier de moi sur ce coup là  :fou:  
 
Et on attendra encore un peu pour le rugby en Orient  :)  
 
@+


---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°93973
encyclo
Posté le 05-06-2012 à 14:28:04  profilanswer
 

moitz a écrit :

L'année suivante, surveillant au lycée de Bordeaux, il est au SBUC. En froid avec son club, il le quitte finalement fin 1911 pour le Bordeaux Etudiants Club avec lequel il sera deux fois international en 1912." (Encyclo)
 
Bonjour
Il est assez étonnant qu' Ihingoué ai quitté le SBUC aprés le titre, tout comme Dufau.
Je pensais que Julien avait rejoint Biarritz pour des raisons familliales mais la thèse d'un différent entre joueurs et dirigeants est possible, je vais creuser.
Merci de l'info
 
Bonne chance aux rouges et noirs que les meilleurs gagnent.


 
A la même époque, un troisième international, Alphonse Massé quittait aussi le SBUC, pour le SA Bordeaux, en ce qui le concerne. Il devint aussitôt le capitaine de son nouveau club et à la tête de ses troupes eut le bonheur à l'automne 1913 de tenir le SBUC en échec. Il est probable qu'il y ait eu alors un problème entre certains joueurs et les dirigeants. La presse locale comme la Petite Gironde, hélas pas encore en ligne, pourra peut-être nous en apprendre plus.
Amicalement.

n°93974
rugby-pion​eers
Posté le 05-06-2012 à 15:09:47  profilanswer
 

encyclo a écrit :


 
A la même époque, un troisième international, Alphonse Massé quittait aussi le SBUC, pour le SA Bordeaux, en ce qui le concerne. Il devint aussitôt le capitaine de son nouveau club et à la tête de ses troupes eut le bonheur à l'automne 1913 de tenir le SBUC en échec. Il est probable qu'il y ait eu alors un problème entre certains joueurs et les dirigeants. La presse locale comme la Petite Gironde, hélas pas encore en ligne, pourra peut-être nous en apprendre plus.
Amicalement.


 
Après Toulouse cet l'hiver dernier, j'ai prévu un petit "pèlerinage" à Bordeaux en fin d'année... de fait, rien n'est numérisé mais plusieurs gazettes sportives locales (Bordeaux Sports, Petite Gironde) sont archivées... notre collègue MOITZ est déjà passé par là  ;)  
 
Je ne sais pas si c'est à relier avec le "problème" que nous évoquons autour de Ihinougué, Massé et Dufau, mais on se rappellera que le SBUC s'est trouvé dans la tourmente au début de la saison 1911/12 pour avoir passé en Ecosse une annonce visant à recruter un joueur contre la promesse d'un emploi rémunéré (Ô professionnalisme honni !!). Au bilan de toute cette agitation, l'USFSA, sous la pression des "Unions" Britanniques, radia les dirigeants du SBUC et obtint le renvoi de l'entraineur Gallois William Priest en Décembre 1912...
 
Je manque de "billes" pour relier tous les points de l'affaire, mais le "professionnalisme à la Bordelaise" pourrait être une piste à explorer pour comprendre ce qui s'est passé au sein de ce club entre 1911 et 1912... loyauté aux dirigeants mis en cause ? refus de pratiques illicites ? déception de ne pas en "croquer" ?
 
Reparlons-en dans 6 mois... ou avant  :)  
 
Quelques articles "apéritifs"... paru dans un n° de Sporting du 18 dec. 1912... qui honore Gaston LANE en "une" !
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/sporting%201912%20a.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/sporting%201912%20b.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/sporting1912lane.jpg
 
Amusant de songer que ce SBUC champion en 1911 après une décennie de succès (presque...) sans partage a ensuite complètement disparu des tablettes des finales du Championnat de France... rapport de causalité avec notre "problème" ?
 
Et tant que termine ce billet si peu en rapport avec la Grande Guerre, je partage cette jolie photo d'Alphonse Massé (et non Alfred comme le cliché l'indique...) (photo collection John Hood www.ovalballs.com)
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/masse%20ovalballs.jpg
 
@+


---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°93979
zelaian
... sur le plateau
Posté le 05-06-2012 à 19:06:29  profilanswer
 


Bonsoir à tous,
 
J'ai rapidement parcouru l'Aéro sur la période de la fin 1911 (les débuts d'année ne sont pas en ligne).
IHINGOUE apparait bien en tant que joueur du SBUC dans les matches de sélection, contrairement à DUFAU déjà au Biarritz Stade. Leurs cas semblent donc différents.
Le "problème" se situe pour Ihingoué fin décembre, où il apparait pour la première fois avec le BEC le 24 contre le PUC, alors qu'on l'attendait avec le SBUC contre le Racing.
Voici l'explication qu'il donne lui-même sous forme de lettre ouverte au journal Bordelais "Sports", reproduite par l"Aéro du 31 décembre, veille de France-Irlande pour lequel il est sélectionné :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/lettreihingoue1.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/lettreihingoue2.jpg
 
je continue à creuser.
 
à bientôt


---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°94004
zelaian
... sur le plateau
Posté le 07-06-2012 à 09:21:06  profilanswer
 


Bonjour à tous,
 
Je poursuis l'étude du mois d'avril 17. Dans Rugby du 14 (2 jours avant l'offensive Nivelle), ce "papotage" concernant Alfred ELUERE, qui en dit long sur la motivation de nos rugbymen soldats :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/eluere.jpg
 
Alors capitaine au 64e RI (Ancenis), il se trouve avec son régiment dans le secteur de Laffaux, à l'ouest du Chemin des Dames, où nos troupes reprennent position à la suite du retrait allemand sur la ligne Hindenburg (voir : http://crid1418.org/doc/bdd_cdd/unites/DI21.html)
 
Son bataillon est relevé dans la nuit du 7 au 8, et il en profite pour rejoindre ses équipiers pour le match contre l'armée NZ.
Si sa compagnie était restée en première ligne, on voit mal en effet comment il aurait pu la laisser seule au combat.
 
A son retour, il part avec la 21e DI relever la 15e DIC dans le secteur où est tombé IHINGOUE.
 
Voir cet historique succinct du 64e RI où son nom apparait (p7) : http://www.memorial-poiresurvie.fr [...] nterie.pdf
 
Alfred ELUERE sera, bien des années plus tard, président de la FFR
 
cordialement, et à bientôt


---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°94007
rugby-pion​eers
Posté le 07-06-2012 à 12:10:36  profilanswer
 

zelaian a écrit :


Bonjour à tous,
 
Je poursuis l'étude du mois d'avril 17. Dans Rugby du 14 (2 jours avant l'offensive Nivelle), ce "papotage" concernant Alfred ELUERE, qui en dit long sur la motivation de nos rugbymen soldats :
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] eluere.jpg
 
Alors capitaine au 64e RI (Ancenis), il se trouve avec son régiment dans le secteur de Laffaux, à l'ouest du Chemin des Dames, où nos troupes reprennent position à la suite du retrait allemand sur la ligne Hindenburg (voir : http://crid1418.org/doc/bdd_cdd/unites/DI21.html)
 
Son bataillon est relevé dans la nuit du 7 au 8, et il en profite pour rejoindre ses équipiers pour le match contre l'armée NZ.
Si sa compagnie était restée en première ligne, on voit mal en effet comment il aurait pu la laisser seule au combat.
 
A son retour, il part avec la 21e DI relever la 15e DIC dans le secteur où est tombé IHINGOUE.
 
Voir cet historique succinct du 64e RI où son nom apparait (p7) : http://www.memorial-poiresurvie.fr [...] nterie.pdf
 
Alfred ELUERE sera, bien des années plus tard, président de la FFR
 
cordialement, et à bientôt


 
Bonjour,
 
Ce que j'aime avec la balle ovale, ce sont ses rebonds imprévisibles...  
 
A la première lecture de ton billet, Denis, j'ai tiqué sur les dates en me demandant si l'article n'évoquait pas un autre ELUERE... sauf à tomber rapidement sur cette notice de l'ouvrage "Héros du Sport - Héros de France" (cf http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t89609 ) qui m'apprend que notre homme fut "le plus jeune Capitaine de France"... après une jeunesse athlétique qui le vit remporter des trophées en cyclisme, en athlétisme et en boxe !
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/eluere.jpg
(grande taille http://farm7.staticflickr.com/6056 [...] 7f0e_b.jpg )
 
L'hommage est appuyé et certainement mérité... même si, une fois de plus, la rigueur de l'auteur est mise à mal. L'auteur évoque ainsi un "caporal en 1914" et un "capitaine à 21 ans"... pour un homme né en 1893 !! Bon, il est au moins établi qu'il était Capitaine en 1917 avant d'avoir 24 ans... (l'article de Denis)
 
Mes scans de cette "Coupe de la Somme" sont de piètre qualité, il faudra que je revienne aux documents originaux pour proposer des images de meilleure qualité. Pas sûr toutefois que je puisse proposer mieux que cette belle photo ROL mise en ligne par Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] 917.langEN . Mes yeux ne me permettent pas de reconnaître des galons de capitaine sur les képis de ces hommes... Une idée pour reconnaître ELUERE ? debout à gauche entre BRENNUS et CONILH de BEYSSAC ?
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/coupedelasomme.jpg
 
Il y a uelques lignes sur ELUERE sur Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Elu%C3%A8re et sur le site du SCUF dont il fut le capitaine de l'équipe de rugby après guerre http://www.km17.fr/scufrugby/histoire-eluere.htm . Il était du France - USA olympique de 1920 auquel la FFR n'a jamais donné de statut "international"... donc pas de "cap" !
 
J'emprunte au site du SCUF ces deux photos de A.ELUERE (capitaine du SCUF c1920 / Président de la FFR non datée), tirées du livre historique de M.Jean HOSPITAL "SCUF - l'autre rugby"  
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/eluere%20scuf%201920.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/eluere%20ffr%201950s.jpg
 
Et à la relance...
 
Louis ELUERE, le père d'Alfred et d'une fratrie de sportifs, était avant guerre le Président du Stade Nantais Université Club qui jouait alors les premiers rôles en championnat, en particulier sous la conduite de l'international Gallois Percy BUSH. M.ELUERE Père est au dernier rang, au centre, de cette photo dont plusieurs noms vous seront familiers...
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/eluere%20snuc%201911.jpg
grand format : http://www.flickr.com/photos/rugby [...] 234984825/
 
Je me tourne vers les érudits...
 
Question : sait-on si A.ELUERE était licencié au SNUC dans ses années de jeunesse et au moment de ce fameux match de 1917 qui lui vaut la reconnaissance d'International Militaire ?
 
Question : pourrait-il avoir joué un rôle (joué quelques matchs durant ses permissions ?) lors de la saison 1916/17 qui vit le SNUC remporter la Coupe de L'Espérance ?
 
Un dernier faux-rebond..
 
Devant M.ELUERE Père pose le Gallois (ex Lions 1908... même s'il ne joua aucun test) Rowland GRIFFITHS (encore un garçon dont le nom revient quand on parle de professionnalisme...) qu'on retrouvera rapidement au RCF puis à Perpignan comme entraineur-joueur ! Je l'évoquais dans cette note consacrée aux catalans http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t92003  
On y apprenait, sous la plume élogieuse d'A.BAUSIL, que ce GRIFFITHS s'était occupé en 1912-13 de la formation du jeune Aimé GIRAL au poste de demi d'ouverture...
 
@+


---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°94008
encyclo
Posté le 07-06-2012 à 20:21:58  profilanswer
 

rugby-pioneers a écrit :


 
Bonjour,
 
Ce que j'aime avec la balle ovale, ce sont ses rebonds imprévisibles...  
 
A la première lecture de ton billet, Denis, j'ai tiqué sur les dates en me demandant si l'article n'évoquait pas un autre ELUERE... sauf à tomber rapidement sur cette notice de l'ouvrage "Héros du Sport - Héros de France" (cf http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t89609 ) qui m'apprend que notre homme fut "le plus jeune Capitaine de France"... après une jeunesse athlétique qui le vit remporter des trophées en cyclisme, en athlétisme et en boxe !
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] eluere.jpg
(grande taille http://farm7.staticflickr.com/6056 [...] 7f0e_b.jpg )
 
L'hommage est appuyé et certainement mérité... même si, une fois de plus, la rigueur de l'auteur est mise à mal. L'auteur évoque ainsi un "caporal en 1914" et un "capitaine à 21 ans"... pour un homme né en 1893 !! Bon, il est au moins établi qu'il était Capitaine en 1917 avant d'avoir 24 ans... (l'article de Denis)
 
Mes scans de cette "Coupe de la Somme" sont de piètre qualité, il faudra que je revienne aux documents originaux pour proposer des images de meilleure qualité. Pas sûr toutefois que je puisse proposer mieux que cette belle photo ROL mise en ligne par Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000697b.r=rugby+1917.langEN . Mes yeux ne me permettent pas de reconnaître des galons de capitaine sur les képis de ces hommes... Une idée pour reconnaître ELUERE ? debout à gauche entre BRENNUS et CONILH de BEYSSAC ?
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] asomme.jpg
 
Il y a uelques lignes sur ELUERE sur Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Elu%C3%A8re et sur le site du SCUF dont il fut le capitaine de l'équipe de rugby après guerre http://www.km17.fr/scufrugby/histoire-eluere.htm . Il était du France - USA olympique de 1920 auquel la FFR n'a jamais donné de statut "international"... donc pas de "cap" !
 
J'emprunte au site du SCUF ces deux photos de A.ELUERE (capitaine du SCUF c1920 / Président de la FFR non datée), tirées du livre historique de M.Jean HOSPITAL "SCUF - l'autre rugby"  
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] f 1920.jpghttp://images.mesdiscussions.net/p [...]  1950s.jpg
 
Et à la relance...
 
Louis ELUERE, le père d'Alfred et d'une fratrie de sportifs, était avant guerre le Président du Stade Nantais Université Club qui jouait alors les premiers rôles en championnat, en particulier sous la conduite de l'international Gallois Percy BUSH. M.ELUERE Père est au dernier rang, au centre, de cette photo dont plusieurs noms vous seront familiers...
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] c 1911.jpg
grand format : http://www.flickr.com/photos/rugby [...] 234984825/
 
Je me tourne vers les érudits...
 
Question : sait-on si A.ELUERE était licencié au SNUC dans ses années de jeunesse et au moment de ce fameux match de 1917 qui lui vaut la reconnaissance d'International Militaire ?
 
Question : pourrait-il avoir joué un rôle (joué quelques matchs durant ses permissions ?) lors de la saison 1916/17 qui vit le SNUC remporter la Coupe de L'Espérance ?
 
Un dernier faux-rebond..
 
Devant M.ELUERE Père pose le Gallois (ex Lions 1908... même s'il ne joua aucun test) Rowland GRIFFITHS (encore un garçon dont le nom revient quand on parle de professionnalisme...) qu'on retrouvera rapidement au RCF puis à Perpignan comme entraineur-joueur ! Je l'évoquais dans cette note consacrée aux catalans http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t92003  
On y apprenait, sous la plume élogieuse d'A.BAUSIL, que ce GRIFFITHS s'était occupé en 1912-13 de la formation du jeune Aimé GIRAL au poste de demi d'ouverture...
 
@+


 
Puisque Frédéric renvoie la balle, je relance à propos d'Alfred Eluère.
Fils de Louis, industriel et un temps président du SNUC, il apparait en équipe "une" du SNUC en 1911, à 18 ans. Il y reste jusqu'à la mobilisation, pratiquant en outre le cyclisme et avec son frère Robert le demi-fond.
En 1914, il est caporal-fourrier au 64 ème RI. Rapidement remarqué par ses chefs, il est nommé sergent-major puis sous lieutenant le 1er janvier 1915. Le 1er mars il est lieutenant et le 1er juin capitaine. Il garda ce grade jusqu'à la fin de la guerre. En 1918, il est chevalier de la Légion d'Honneur, médaille militaire et croix de guerre. Trois fois blessé et cinq fois cité. Pendant tout ce temps-là il resta licencié au SNUC, mais ne put jouer que quelques rencontres en fonction des permissions et apparemment pas la finale 1917 de la coupe de l'espérance. En 1919, il rejoint Paris et joue au SCUF jusqu'en 1923, au moins.
La fratrie nombreuse et la fréquence du nom Eluère en Loire-Atlantique a conduit Bernard Busson, dans "Héros du sport, héros de France" à quelques confusions. Le coureur de 110 m haies et le boxeur prénommé semble-t-il Xavier, sont des homonymes ou frères du rugbyman.
En 1939, il fut remobilisé comme capitaine. Il fut plus tard commandant et officier d ela Légion d'Honneur (hélas, dossier non accessible sur Leonore).
Beaucoup plus de détails, des photos et mes sources figurent sur ma fiche, que je peux envoyer par mail privé.
Quoiqu'il en soit une carrière militaire remarquable et souvent citée en exemple dans la presse, doublée d'une grande carrière de dirigeant.
Amicalement.

n°94009
rugby-pion​eers
Posté le 07-06-2012 à 20:34:27  profilanswer
 

Merci Francis, c'est limpide !
 
Caporal en août 1914... officier le 1er janvier 1915... capitaine le 1er juin deux mois avant ses 22 ans !  
 
Mes excuses à M.Busson pour avoir ainsi douté de lui !
 
@+


---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°94010
zelaian
... sur le plateau
Posté le 07-06-2012 à 22:15:17  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 

rugby-pioneers a écrit :


... Une idée pour reconnaître ELUERE ? debout à gauche entre BRENNUS et CONILH de BEYSSAC ?


 
Le joueur à cet emplacement me parait plutôt être ARNAL, international en 1914 (voir la photo de France-Irlande, ainsi que celle du Probables-Possibles précédent)
 
Cette autre photo permet peut-être de se faire une meilleure idée :
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t93065
 
Indication complémentaire, les mensurations données par Bodis et Lafond :
 
ARNAL : 1,81 m
DE BEYSSAC : 1,85 m
BOYAU : 1,81 m
ELUERE : 1,79 m
 
Pour ELUERE, j'opterai quant à moi pour le dernier debout à droite. Vos avis ?
 
Au sujet d'ARNAL, voir cette découverte du Chamois : http://chamois.canalblog.com/archi [...] 01741.html
 
à bientôt

Message cité 1 fois
Message édité par zelaian le 07-06-2012 à 22:59:26

---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°94011
moitz
Posté le 08-06-2012 à 15:49:51  profilanswer
 

Bonjour
Est ce que l'un d'entre vous pourrez répondre à cette question?
A combien s'élève la solde d'un soldat engagé et d'un caporal en 1911.
Julien Dufau toujours lui a rendu ces galons de caporal en février.
Et lors de la finale, il est dans la presse soit disant ouvrier d'art alors qu'il est toujours militaire.Pourquoi ce mensonge et qui compensait le manque à gagner? Les joueurs du SBUC étaient ils vraiment amateurs?
Merci d'avance

n°94042
rugby-pion​eers
Posté le 12-06-2012 à 18:20:29  profilanswer
 

zelaian a écrit :


 
Pour ELUERE, j'opterai quant à moi pour le dernier debout à droite. Vos avis ?
 
Au sujet d'ARNAL, voir cette découverte du Chamois : http://chamois.canalblog.com/archi [...] 01741.html
 


 
Bonjour à tous,
 
Denis, j'avoue, après plusieurs allers-retours entre les photos de ELUERE et ARNAL... je suis toujours à hésiter...
 
Je connaissais le billet d'ARNAL sur le site du Chamois (où j'ai passé en revue systématiquement tous les sujets "rugby" et "football"...). Je me permets de le recopier ici intégralement, en remerciant bien sûr l'auteur de ce remarquable site (lien : http://chamois.canalblog.com/archi [...] 01741.html ). Ne manque que la source originale ? le texte n'est pas non plus daté, mais sans doute dans les premiers mois du conflit.
 

Citation :

Aventures de rugbyman par Arnal du Racing
 
Avec les Anglais les bienfaits du sport.- A quoi sert le lancement du poids,
 
Je suis depuis 5 mois bientôt attaché comme interprète à l'armée anglaise et j'ai la chance de me trouver dans un milieu essentiellement sportif. Un de nos lieutenants est champion de boxe du Middland ; un autre est un ex-joueur de rugby du Leicester. Aussi quand l'heure du repos arrive, en profitons-nous pour « sporter », afin de nous maintenir en forme.
 
Cette guerre est assommante au fond. Non pas qu'elle entame notre moral. Mais combien était plus belle, la guerre de Cent ans, où l'on se battait sans cesse corps à corps, où la valeur individuelle parlait.
 
Il est vrai que 100 ans ! ...
 
Je suis « fit and well », quoique légèrement à court d'entraînement pour la course, ce qui est fort explicable : lorsque je ne suis pas à cheval, je rampe dans les tranchées. J'ai maigri. Mais, pour ce genre de guerre, mieux vaut ne pas être gros.
 
Le lancement du poids m'a servi par ici. Les Anglais ont, en effet, des petites bombes explosives rondes. Nous nous amusons à les lancer sur les Boches. On ouvre des concours, on tient des paris : c'est à qui placera le plus grand nombre de ces boules dans la tranchée allemande.
 
Voici quatre mois que nous bataillons dans les Flandres où, récemment, dans un petit coin perdu, je suis tombé en arrêt devant Sporting. Ce fut une heureuse surprise. J'ai eu également la bonne surprise de rencontrer GAUTHIER, du Stade, et le champion CARPENTIER.
 
Je crois que nous ne tarderons pas à bouger et vivement ; ce sera une façon certaine d'avoir de l'inédit.
 
ARNAL,
 
Racing Club de France.
 
International de rugby.


 
Je garde en réserve de puis longtemps, faute d'avoir fait les scans nécessaires.... - un billet sur le rôle du lancer de poids dans l'enseignement du lancer de grenade avec le Sergent Raoul PAOLI (international du Stade Français... en rugby, aviron, lutte, poids, disque, boxe !!) à la manœuvre... et en couverture de l'édition de guerre de "La Vie Au Grand Air" (15 juin 1917)
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/paoli%20SF.jpg http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/paoli%20grenade.jpg
 
@+


---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°94045
moick
Personne n'est rien
Posté le 12-06-2012 à 21:07:40  profilanswer
 

Quel que soit le sport que l'on aime, il ne faut pas oublier que le monde du football paie un lourd tribut au conflit de 1914-1918. Même s’il est difficile dans le contexte de l’époque, d’établir un état des lieux du football français et de dresser une liste précise des joueurs ayant évolué en équipe de France on recense 89 champions tués aux combats. Dans le journal  « Le Matin » du 23 mai 1909, on peut lire : « Il y a en ce moment tellement d’équipes de France qu’on ne sait vraiment plus à laquelle décerner le titre mirifique de « onze national ». Équipe de France USFSA, équipe de France CFI, équipe de France FSAPF, équipe de France indépendants – j’en oublie peut-être - rencontrent des amateurs, des professionnels, des semi-amateurs, des semi-professionnels, sans jamais combattre entre elles. Comment diable choisir la meilleure, la nec plus ultra, la Nationale ! ».  
Malgré ce contexte délicat, des noms de joueurs de valeur émergent de cette étrange situation.
René Fenouillère, né le 22 octobre 1882 à Porbail dans la Manche, est tué au combat le 4 novembre 1916 au nord de Reims et repose au cimetière de Sillery dans la Marne. Le stade d’Avranches porte son nom.
André François, né le 13 janvier 1886 à Roubaix, incorporé dans le 162e RI, élevé au grade de sergent, il est tué le 17 mars 1915 à Sainte-Menehould dans la Meuse.
Paul Chandelier et Albert Eloy, membres de l’Olympique Lillois ainsi que Charles Géronimi du FEC de Levallois ont tous les trois joué le 8 février 1914 sous le maillot tricolore contre l’équipe du Luxembourg victorieuse de la France par 5 à 4. Ce fut leur dernier match en équipe nationale. Ils furent tous les trois fauchés sur les champs de bataille : Paul Chandelier le 17 octobre 1915, Albert Eloy le 3 juin 1918 et Charles Géronimi le 9 novembre 1918.
Louis Robillard, né le 16 août 1893 à Saint-Brieuc dans les Côtes d’Armor alors Côtes du Nord, évoluait au poste d’arrière dans l’équipe de Lorette Sport dans le Nord. Pendant le conflit, sergent au 71e RI, il jouait avec son frère Henri dans l’équipe de son régiment. Il fut l’objet d’une citation qui prouve la valeur de son courage : « Enterré jusqu’au cou, entre les parois d’une tranchée éboulée à la suite d’une explosion de mines, sa tête émergeant au-dessus du sol, à 15 mètres  de l’ennemi, a donné l’ordre formel aux travailleurs de sauver d’abord les hommes complètement ensevelis et dont on entendait les plaintes. Pendant toute cette opération, lui-même n’a cessé de réconforter ses camarades en chantant des chants patriotiques. » Blessé gravement pendant cette action, Louis Robillard mourut trois jours plus tard le 7 avril 1915 à Habarcq dans le Pas-de-Calais.
Charles Simon est né à Paris le 25 septembre 1882, très investi dans le mouvement sportif français naissant, il devient au sein de la Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France, président de la commission de football association et d’athlétisme puis secrétaire général. C’est en tant que simple soldat du 205e RI qu’il est tué le 15 juin 1915 à Écurie près de Neuville-Saint-Vaast, dans le Nord. En sa mémoire et sous l’impulsion d’Henry Delaunay est créée, le 15 janvier 1917, une compétition ouverte à tous les clubs de football français, 48 clubs participent à cette coupe Charles Simon. Le dimanche 5 mai 1918, la première finale est remportée par l’Olympique de Pantin qui bat le Football Club de Lyon sur le score de 3 à 0. Au lendemain de la guerre, cette compétition se pérennise sous le nom de  Coupe de France de football.  
Bien cordialement à Tous
Moïck, joueur de rugby.
 


---------------
moick
n°94046
moick
Personne n'est rien
Posté le 13-06-2012 à 09:46:06  profilanswer
 

Autre article paru sur ce sujet dans la revue: Guerres et conflits: http://guerres-et-conflits.over-blog.com/
 
Bien cordialement
Moïck


---------------
moick
n°94048
rugby-pion​eers
Posté le 13-06-2012 à 11:17:52  profilanswer
 

moick a écrit :

Autre article paru sur ce sujet dans la revue: Guerres et conflits: http://guerres-et-conflits.over-blog.com/
 
Bien cordialement
Moïck


 
Merci Michel d'élargir ainsi la discussion. Votre article est aussi accessible ici http://www.calameo.com/read/0011262753f8c75b41ed0 directement dans une liseuse.
 
@+


---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°94057
zelaian
... sur le plateau
Posté le 14-06-2012 à 12:26:04  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 

moick a écrit :

Autre article paru sur ce sujet dans la revue: Guerres et conflits: http://guerres-et-conflits.over-blog.com/
 
Bien cordialement
Moïck


Citation :

Broyés dans un apocalyptique charnier, nos aïeux, pour survivre, ont eu le courage, la volonté et la lucidité de chercher et de trouver à travers le sport une petite lueur d’espoir.


 
Denis Lalanne écrivait du rugby : "c'est la plus jolie guerre en temps de paix"
en le paraphrasant, on peut dire que pendant cette période les rencontres, internationales contre les NZ et Britanniques ou plus modestes entre régiments, furent pour nos soldats de "jolies paix en temps de guerre"
 
malheureusement, il n'en était pas toujours de même à l'arrière où le championnat, baptisé "Coupe de l'Espérance", avait repris ses droits avec son lot de débordements (autres que ceux des ailiers).
 
Voir ce "coup de gueule" de Voivenel après les incidents de Perpignan lors du 1/4 de finale opposant le Stade Toulousain au SOP :
 
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/incidentsperpignan.jpg
 
à méditer
 
cordialement


---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°94060
moick
Personne n'est rien
Posté le 14-06-2012 à 14:15:34  profilanswer
 

Bonjour,
"Broyés dans un apocalyptique charnier, nos aïeux, pour survivre, ont eu le courage, la volonté et la lucidité de chercher et de trouver à travers le sport une petite lueur d’espoir." Je connais bien cette citation...
Si on recense de plus en plus  l’hécatombe causée par la Grande Guerre parmi l’élite sportive du pays, on peut penser que le sport n’a pas sa place pendant ce conflit focalisant toutes les énergies.
Contrairement à cette idée, la Première Guerre mondiale a eu comme étonnante conséquence la diffusion du sport dans les couches profondes de notre société: c'est la petite lueur d'espoir.
En effet on peut lire dans La Revue Athlétique du 25 mars 1890 que : « … joué par des mineurs et des ouvriers des grandes usines, gens qui ne passent pas pour avoir l’esprit chevaleresque, le football devient nécessairement brutal et dangereux, joué par des jeunes gens bien élevés, il reste ce qu’il est, un excellent exercice, d’adresse, d’agilité, de force, de sang-froid auquel on peut se livrer sans se départir des règles de courtoisie ». Or on découvre que le football est sur le front l’activité la plus pratiquée par les Poilus.
La guerre a donc permis de passer d’une pratique confidentielle à une pratique de masse dès la fin du conflit.  
Cette dynamique amènera, entre autre, la création le 7 avril 1919 de la Fédération Française de Football, le 12 octobre 1920 de la Fédération Française de Rugby et le 20 novembre 1920 de la Fédération Française d'Athlétisme.  
 
Bien cordialement.  
Moïck  
 
 
 
 


---------------
moick
n°94129
zelaian
... sur le plateau
Posté le 18-06-2012 à 18:08:11  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Ce n'est certes pas le lieu pour commenter l'actualité sportive récente, mais je rappelle juste que le Stade Toulousain est devenu le 2e club à réaliser l'exploit de remporter le titre à 100 ans d'intervalle, après le Stade Français (1903-2003).
Avec comme point commun entre 1912 et 2012 la présence dans l'équipe d'un joueur nommé SERVAT (le 1er, Joseph, est MPF : voir plus haut)
 
On peut imaginer (rêver ?) que l'Aviron fasse aussi bien l'an prochain, avec un IGUINIZ sur le terrain comme en 1913.
l'international de l'époque, caporal au 49e RI, est MPF le 20 septembre 1914 à Craonne.
 
5 jours plus tôt, son coéquipier LABASTE, sergent dans le même régiment, était blessé dans ce même endroit par schrapnell :
 
http://www.culture.gouv.fr/LH/LH10 [...] 140319.htm
 
il sera plus tard, à DOUAUMONT en 1916, touché par un éclat d'obus qui entraînera l'amputation de la jambe gauche.
 
Voir ce document où il est cité, faisant allusion à ses talents de tireur (déjà connus ici) :
 
http://archive.org/stream/bulletin [...] 9/mode/2up
 
L'article est écrit par son officier DUHOURCAU, celui-là même qui lui remettra plus tard la Légion d'Honneur
 
cordialement


---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°94130
rugby-pion​eers
Posté le 18-06-2012 à 18:23:10  profilanswer
 

Bonjour,
 
Voici un portrait d'Eugène LABASTE pour illustrer le propos de Denis. Au printemps 1913 quand sont prises ces images (carte postale et presse sportive), notre homme (classe 1910) termine son service militaire comme caporal au 49eme RI (déduction d'après les notes manuscrites de ce joli trombinoscope des champions 1913 que je joins aussi au débat  :)  )
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/labaste%201913%20b.jpg http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/labaste%201913%20c.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/ab%201913.jpg
 
@+


---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°94140
moick
Personne n'est rien
Posté le 18-06-2012 à 21:51:46  profilanswer
 

Bonjour,
Beaucoup d'ironie justifiée dans le propos de P. Mercadal, mais sur ce forum dédié au rugby, il faut bien admettre que le football est d’un abord facile et demande peu de moyens matériels. Sa pratique, ouverte à tous, met rapidement en situation de jeu.  
De tout temps, il a cristallisé des exacerbations sans limites, c’est un creuset où se mêlent les passions et les haines. Les raisons profondes de toutes ces tensions sont multiples et difficilement identifiables.  
Effectivement, si le référentiel du sport demeure formateur avec ses principes d’égalité, de respect de l’adversaire et ses règles, il est constamment remis en question par les enjeux humains et financiers.  
En réalité, on touche à la capacité contradictoire du sport à promouvoir d’authentiques valeurs et à illustrer en même temps leur dénégation dans un certain nombre de comportements déviants observés lors de ses divers championnats et manifestations.  
Mais malgré les poussées de fièvre récurrentes qu’il déclenche, le football reste un merveilleux sport pratiqué en permanence par des millions de sportifs qui ont pour seule motivation, comme l’ont très bien compris les Poilus, de vivre avec des amis un moment d’échange et d’amitié sincère.  
C’est ce football qu’on aime.
Bien cordialement
Moïck


---------------
moick
n°94152
zelaian
... sur le plateau
Posté le 19-06-2012 à 18:20:15  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 

rugby-pioneers a écrit :

joli trombinoscope des champions 1913 que je joins aussi au débat  :)  )


Le même est reproduit (pas tout à fait en entier) dans un ouvrage consacré à l'histoire de l'Aviron (j'ignore lequel et ne peux donc citer la source). Les joueurs MPF, tous déjà évoqués ici, sont marqués d'une croix, LABASTE portant quant à lui la mention "mutilé" :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/MPFAB1913.jpg
 
J'ai omis de signaler qu'une rue d'Anglet porte son nom, dans le quartier des Cinq Cantons où il habitait et exerçait la profession de boulanger.
 
sur la carte proposée par Frédéric, outre les 15 champions 1913 figurent 4 remplaçants, dont LARROUY.
Plusieurs MPF de ce nom sur MDH (dont 10 du 64). Sans le prénom, impossible de déterminer si le joueur en fait partie.
 
Si vous avez des infos sur lui ...
 
d'avance merci
 
cordialement
 


---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°94153
moick
Personne n'est rien
Posté le 19-06-2012 à 18:32:16  profilanswer
 

Bonjour,
Plus que tout autre sport, le rugby est touché cruellement par les tueries du conflit. Cent vingt et un des meilleurs rugbymen français laissent leur vie dans la boue des tranchées, et toutes les équipes déplorent un nombre important de joueurs tombés sous les balles ennemies.
La section de rugby du Stade Toulousain compte à elle seule 81 de ses joueurs tombés sous les balles ennemies.  
On peut lire sur cette émouvante  liste le nom des trois frères Roumengou, Paul, maréchal des Logis au 18e RA tombé le 22 août 1914, Marc, sous-lieutenant au 30e RI tombé le 20 août 1917, et Pierre, sergent au 417e RI tombé le 20 juillet 1916.  
Figurent aussi les frères Moulines André et Paul. Ils étaient deux des meilleurs joueurs du Stade Toulousain et furent, avec ce club, champions de France en 1912. Le 11 février 1917, l’avion d’André s’écrase en période d’entraînement à Lansquinet dans les Landes. Quant à Paul, il est abattu aux commandes de son biplace le 26 mars 1918 au-dessus des lignes allemandes en Champagne.
 
Cordialement.
Moïck


---------------
moick
n°94158
rugby-pion​eers
Posté le 19-06-2012 à 19:56:28  profilanswer
 

moick a écrit :

Bonjour,
Plus que tout autre sport, le rugby est touché cruellement par les tueries du conflit. Cent vingt et un des meilleurs rugbymen français laissent leur vie dans la boue des tranchées, et toutes les équipes déplorent un nombre important de joueurs tombés sous les balles ennemies.
La section de rugby du Stade Toulousain compte à elle seule 81 de ses joueurs tombés sous les balles ennemies.  
On peut lire sur cette émouvante  liste le nom des trois frères Roumengou, Paul, maréchal des Logis au 18e RA tombé le 22 août 1914, Marc, sous-lieutenant au 30e RI tombé le 20 août 1917, et Pierre, sergent au 417e RI tombé le 20 juillet 1916.  
Figurent aussi les frères Moulines André et Paul. Ils étaient deux des meilleurs joueurs du Stade Toulousain et furent, avec ce club, champions de France en 1912. Le 11 février 1917, l’avion d’André s’écrase en période d’entraînement à Lansquinet dans les Landes. Quant à Paul, il est abattu aux commandes de son biplace le 26 mars 1918 au-dessus des lignes allemandes en Champagne.
 
Cordialement.
Moïck


 
Bonjour Michel, Bonjour à tous,
 
Les Toulousains tombés ont déjà été évoqués dans les premières pages de cette discussion (qui devient difficile à suivre... près de 500 interventions sur 12 pages...)
 
liste des MPF publiée en 1919 (programme du match joué en leur honneur): http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t82701
inauguration de l'Herakles: http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t84477
frères Moulines : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] htm#t84483
 
Quand au total des rugbymen disparus, ce forum pourrait contribuer à un décompte précis en se limitant aux clubs jouant en "Excellence" (la première division avant guerre...). Décompte peu intéressant à mon goût, mais que j'ouvre tout de même... à compléter au fil de nos (re) lectures...
 
Stade Toulousain : 81
Stade Français : 40
Stadoceste Tarbais : 25
USP / ASP (Perpignan) : 49  
 
PS : rien qu'avec ces quatre clubs, nous avons déjà plusieurs doublons, un dirigeant non joueur et trois britanniques... ce ne sera pas facile d'être rigoureux !
 
@+


Message édité par rugby-pioneers le 19-06-2012 à 19:56:47

---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°94188
rugby-pion​eers
Posté le 21-06-2012 à 19:40:42  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/bosf1911.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/BOSF%201916.jpg  
 
Bonjour,
 
Je me répète, je suis supporter du Stade Français depuis 1892  :)  
 
Le Stade Français, grand club omnisports, a très tôt (1903 de mémoire) entrepris de proposer un "Bulletin Officiel" qui donne hebdomadairement aux Stadistes les résultats de la semaine passée, les rendez-vous des semaines futures et tous les messages qu'un club bien organisé se doit d'envoyer, le plus souvent sous la plume de son dévoué et inamovible Secrétaire Général Maurice MATHIEU (au poste de 1898 à 1928!).
 
Durant les années de guerre, Maurice MATHIEU, trop âgé pour être appelé, s'est retrouvé à peu près seul pour continuer de faire vivre le club et à trouvé les ressources pour rédiger et faire paraître le Bulletin Officiel sur une base - à peu près - mensuelle.
 
Ma première photo (pas très réussie... 14 janvier 1911 http://farm2.staticflickr.com/1028 [...] 4d5_b.jpg) rappelle la contribution du SF au premier succès de l'Equipe de France en 1911, la seconde (31 juillet 1916 http://farm8.staticflickr.com/7056 [...] a5b1_h.jpg ) montre que le Bulletin est aussi devenu un moyen de liaison s'informer du destin des Stadistes partis au front.
 
Sur cet exemplaire, trois rugbymen sont évoqués : l'aviateur Francis MOURONVAL (Champion de France 1908, international 1909), prisonnier après la chute de son appareil, ainsi que deux blessés : Bernard GALICHON (Champion 1908) et le jeune Alexandre de COUMBARY. Je reviendrai bientôt sur ce COUMBARY (citoyen Russe) car j'ai reçu de sa famille plusieurs documents et coupures de presse sur sa pratique du rugby entre 14 et 16, avant qu'il réussisse à s'engager et serve au 84eme Régiment d'Artillerie.
 
Teaser...
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/coumbary.jpg
 
Un dernier mot pour les historiens amateurs que nous sommes tous un peu... Le Stade Français, contrairement à l'immense majorité des clubs, a vite compris l'importance de conserver cette mémoire et a soigneusement conservé tous ses Bulletins Officiels, reliés et rangés par ordre chronologique dans ses archives au Stade Géo André... S'agissant des années de guerre, j'ai tout photographié  :D ... mais encore rien trié ni indéxé  :fou:  
 
@+


Message édité par rugby-pioneers le 21-06-2012 à 19:43:04

---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°94355
laperouse
Posté le 30-06-2012 à 11:09:32  profilanswer
 

zelaian a écrit :


sur la carte proposée par Frédéric, outre les 15 champions 1913 figurent 4 remplaçants, dont LARROUY.
Plusieurs MPF de ce nom sur MDH (dont 10 du 64). Sans le prénom, impossible de déterminer si le joueur en fait partie.

 

Si vous avez des infos sur lui ...


Voilà un nom qui rappelle la grande époque (récente) de la mêlée des zèbres où Larrouy (et consorts...) pliait beaucoup d'adversaires de proD2 et du top 14 (honte à ceux qui ont abusé de la règle de la carence pour éviter l'humiliation (j'ai les noms!). Quand Larrouy (on prononce larouillh, je crois) est parti il avait rejoint le club de saint jean de luz... donc pas très loin de Bayonne. Peut-être est-il toujours dans ce coin. Il faudrait donc lui demander si les mplf sont de sa famille et à qui s'adresser pour en savoir plus. C'est une piste légère mais je peux pas plus, certains d'entre vous sont plus près de lui que moi.


Message édité par laperouse le 05-07-2012 à 15:38:18

---------------
A ma place, ou perdu dans le pacifique Sud.
n°94357
laperouse
Posté le 30-06-2012 à 12:20:52  profilanswer
 

moick a écrit :

Bonjour,
En effet on peut lire dans La Revue Athlétique du 25 mars 1890 que : « … joué par des mineurs et des ouvriers des grandes usines, gens qui ne passent pas pour avoir l’esprit chevaleresque, le football devient nécessairement brutal et dangereux, joué par des jeunes gens bien élevés, il reste ce qu’il est, un excellent exercice, d’adresse, d’agilité, de force, de sang-froid auquel on peut se livrer sans se départir des règles de courtoisie ». Or on découvre que le football est sur le front l’activité la plus pratiquée par les Poilus.
La guerre a donc permis de passer d’une pratique confidentielle à une pratique de masse dès la fin du conflit.  
Cette dynamique amènera, entre autre, la création le 7 avril 1919 de la Fédération Française de Football, le 12 octobre 1920 de la Fédération Française de Rugby et le 20 novembre 1920 de la Fédération Française d'Athlétisme.  
Moïck


Je n'avais pas compris, avant que ça devienne clair dans les messages suivants, qu'il s'agissait du football-football et non pas du football rugby puisque le sujet qui nous rassemble est le rugby. Dans un message de ces 12 pages rugbypioneers affirme que le rugby était le sport phare en France. C'est intéressant car relègue le football football derrière. La citation de Moick affirme donc que le foot est l'activité la plus pratiquée sur le front. Ce qui parait acquis c'est que le football a pris ensuite (surtout dans les années 30 je pense) un essor considérable pour devenir un sport de masse par excellence. Pour diverses raisons, le rugby est resté un sport de culture, de transmission quasi patrimonial (bien que cela ne se restreigne pas à un groupe socio professionnel mais puisse concerner l'ensemble de la société sans distinction sociale). Un jour sur les ondes un journaliste affirmait que le football était un sport de culture. Bien sur mon avis et mes arguments n'ont pas plu parce qu'ils ne valorisaient pas assez le football football (il s'agissait d'une émission de football dont le responsable déteste le rugby...). Mon témoignage était assez représentatif de ma région où on vit, on découvre le rugby dans un cadre familial alors que le football "s'impose" médiatiquement, de facto, en dehors du cadre familial ou social.


---------------
A ma place, ou perdu dans le pacifique Sud.
n°94439
laperouse
Posté le 04-07-2012 à 22:47:36  profilanswer
 

Yann LE FLOC'H a écrit :
...Je viens de chiner sur un vide-grenier du Comminges cette belle carte photo montrant un groupe d 'artilleurs du 1er Régiment d'Artillerie de Montagne.
 
Lieu de prise de vue : Alsace ? Italie ?  
http://i45.tinypic.com/15f50dt.jpg
...
Mon message du 4 juin:
menues recherches sur un maréchal des logis du 1er régiment d'artillerie de montagne (transfuge du régiment d'artillerie de Castres, le 9ème) ...mort en 1918 à la toute fin de la guerre en Serbie (actuellement en Macédoine)  
Personne pour infirmer mon hypothèse gréco macédonienne??? Faudrait connaitre un spécilaiste du 1er régiment d'artillerie de montagne que je ne suis pas, malheureusement. Si vous en connaissez demandez leur ce qu'ils en pensent.


---------------
A ma place, ou perdu dans le pacifique Sud.
n°94463
zelaian
... sur le plateau
Posté le 05-07-2012 à 21:40:07  profilanswer
 

Bonsoir à tous

martinez renaud a écrit :

Dans son livre "Les Héros perdus de Gabrielle", Hélène Legrais suggère que Jack soit le propre Bauzil.
Amicalement
Renaud


 
Merci Renaud de m'avoir fait découvrir ce livre, dont j'ai entamé la lecture passionnante.
Hélène Legrais y reprend plusieurs extraits du "Cri Catalan", dont cette émouvante lettre ouverte adressée par Jack/Bausil à Aimé Giral et publiée dans le numéro du 14 novembre 1914 (collection accessible ici : http://mediatheque-patrimoine.perp [...] cat&cat=55).
Je ne résiste pas au plaisir de vous la faire partager :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/jack1.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/jack2.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/jack3.jpg
 
On comprend que Gabrielle ne puisse retenir ses larmes à la lecture du texte de Bausil, d'autant plus émouvant à postériori pour nous qui connaissons le destin tragique du jeune demi d'ouverture, héros de la finale quelques mois plus tôt.
 
à bientôt


---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°94475
martinez r​enaud
fortes creantur fortibus
Posté le 06-07-2012 à 15:57:25  profilanswer
 

Bonjour Denis, bonjour à tous
Tout d'abord, Denis, je voudrai vous féliciter, ainsi que les autres intervenants de ce fil, pour la qualité de vos interventions.
Je pense que ce livre, lorsque vous l'aurez terminé vous laissera le même goût qu'à moi : une somptueuse aventure terminée tragiquement, mais glorieusement.
Hélène (que je connais désormais très bien) s'est longuement servi de mon livre car, vous le savez, 4 des champions de France ont donné leur vie au sein de "mon" régiment.
Bien d'autres y ont servi, joueurs et "staff" et sont heureusement revenus. Je vous laisse imaginer le désaroi au 53ème RI lorsque SCHOULLER, FOURNIE, LIDA et enfin NAUTE sont tombés. Tout le monde les connaissait
Amicalement et encore merci
Renaud


---------------
Gloire aux 53ème et 253ème RI
n°94482
zelaian
... sur le plateau
Posté le 07-07-2012 à 12:28:44  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
et merci Renaud

zelaian a écrit :

J'ai également trouvé dans "Avec la 67e DR" cet autre passage où Voivenel s'insurge contre ce qui se passe à l'arrière :
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] archer.jpg


 
tirée du Cri Catalan, voici cette fameuse lettre, co-signée par Mouniq, Dugès et Courrégé, à laquelle Hélène Legrais fait également référence :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/tribune%20libre%202.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/tribunelibre2.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/tribunelibre3.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/tribunelibre4.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/tribune%20libre%206.jpg


---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°94512
zelaian
... sur le plateau
Posté le 09-07-2012 à 23:14:01  profilanswer
 


Bonsoir à tous,
 
L'opinion du capitaine Félix BARBE, exprimée quelques jours auparavant :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/felix.jpg
 
Comme quoi on peut jouer côte à côte au centre d'une ligne de trois-quarts, sans forcément partager les mêmes idées !
 
à bientôt


---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°94516
rugby-pion​eers
Posté le 10-07-2012 à 14:39:33  profilanswer
 

Bonjour
 
Merci Denis pour ces beaux textes.  
 
Je retiens sous la plume de Felix Barbe, parlant du Rugby "connaissant les avantages qu'il procure à ceux qui le pratiquent, nous désirons qu'il reste, plus que jamais, le Sport National"
 
A contrario, l'idéal sportif de Paul Voivenel, même emporté par son patriotisme, est parfois un peu abrupt : "Nous ne reconnaissons au Sport qu'un but : préparer à la défense du Pays"...  
 
Sinon, au jeu des devinettes, que savez-vous des X,Y ou Z planqués à l'arrière évoqués par Voivenel ?  
 
Je me souviens d'une discussion ancienne où je présumais que « tel arrière trop fameux, d’allure herculéenne, commis-voyageur matiné de lutteur de foire, réformé « pour faiblesse d’un bras » (sic)… » était Jean Caujolle du Stado… même sans preuves!!!
 
Vos avis ??
 
@+


---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°94519
zelaian
... sur le plateau
Posté le 10-07-2012 à 19:35:25  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Il s'agit bien de Caujolle, directement cité à la fin de la lettre.
 
Concernant l'international X, automobiliste, ce pourrait être Fernand FORGUES (à confirmer toutefois)
Dans la compo de l"équipe pour affronter l'armée NZ en février 18, il est présenté comme "sergent autos" :
 
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5748496j.image
 
Il fut après la guerre (à la suite de M. Célestin Gambade, son beau-père), directeur d'un grand garage à Bayonne, concessionnaire Peugeot :
 
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] %22.langFR
 
Pour Y et Z, je sèche ...
 
à bientôt


Message édité par zelaian le 10-07-2012 à 20:46:00

---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
n°94527
moitz
Posté le 11-07-2012 à 08:43:57  profilanswer
 

Bonjour
Paul Voivenel n'était pas un cas isolé. L'esprit de revanche en France suite à la guerre de 70/71 était bien réel.
Certainement aussi puissant que celui qui anima les "spieler von rugby" outre Rhin au lendemain de la guerre de 14.
Et l'on sait ce que cela à donné.
Pour preuve ce match organisé par les Patriotes aiguillonnais.
Agur
MOITZ
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/8961/Revanche.jpg5..jpg


Message édité par moitz le 11-07-2012 à 08:57:03
n°94557
rugby-pion​eers
Posté le 13-07-2012 à 16:51:54  profilanswer
 

Bonjour,
 
le Tour de France est en train d'arriver à Annonay dans l'Ardèche... ça me donne l'opportunité de partager cette splendide carte postale (qui ne m'appartient pas, je l'ai "raté" sur Delcampe...)
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7143/rugby%201916%20CSA%20Annonay%20Delcampe%206%20juin%2012.jpg
 
La photo montre l'équipe du CS Annonay, en novembre 1916, prête à partir pour St Vallier... 20 km plus loin dans la Drôme.
 
Superbe témoignage du sport, loin du front, dont parlait Felix Barbe et que dénonçait Paul Voivenel dans nos échanges précédents !
 
Et quelques brassards noirs aux bras de ces jeunes gens...
 
@+
 
 


---------------
Frédéric
www.rugby-pioneers.com
n°94559
zelaian
... sur le plateau
Posté le 13-07-2012 à 17:23:32  profilanswer
 

Bonsoir à tous,

martinez renaud a écrit :

Je pense que ce livre, lorsque vous l'aurez terminé vous laissera le même goût qu'à moi : une somptueuse aventure terminée tragiquement, mais glorieusement


J'ai terminé "Les Héros perdus de Gabrielle", et je partage l'avis de Renaud.
Hélène Legrais a très bien su mêler l'intrigue romanesque aux faits historiques.
 
Pour aller plus loin, je parcours les pages du Cri Catalan et y découvre les lettres du front des aspéistes, dont celles qui ont lancé la polémique au sujet des matches de l'arrière.
En voici un épisode supplémentaire :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/tribune%20libre%208.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/tribunelibre7.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/tribunelibre8.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/tribunelibre9.jpg
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/7998/tribunelibre10.jpg
 
Les archives de La Dépêche ne sont malheureusement pas en ligne pour l'instant et il nous faudra patienter pour connaître la teneur de l'échange d'amabilités auquel Voivenel fait référence ...
 
Il est question de Voivenel et du Tour de France (merci Frédéric pour cette transition opportune)
Heureuse coïncidence, l'étape de dimanche, la première des Pyrénées, traversera le village ariégeois cher à "La Sélouze" : Capoulet-Junac en vallée de Vicdessos, où un musée honore sa mémoire.
Les coureurs auront-ils le temps de jeter un regard sur le très beau Monument aux Morts sculpté par Bourdelle ?
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monum [...] t-et-Junac
 
Quelques jours plus tard, au passage du Tourmalet, nous aurons une pensée pour Octave Lapize, le premier au sommet en 1910, Mort pour la France le 14 juillet 1917.
 
PS (16/07) : il y a 100 ans, le 16 juillet 1912, LAPIZE abandonnait au cours de l'étape Perpignan-Luchon :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6120318q/f1
 
à bientôt


Message édité par zelaian le 16-07-2012 à 18:00:23

---------------
DENIS
"Voyageur, souviens-toi du Moulin de Vauclerc" (d'après Louis ARAGON)
 Page :   1  2  3  4  5  ..  11  12  13  ..  18  19  20  21  22  23

Aller à :
Ajouter une réponse