FORUM pages 14-18
  La Grande Guerre en photos
  Divers

  Mandoline de guerre

 

Il y a 67 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Mandoline de guerre

n°10567
Bachamois
Posté le 24-09-2013 à 17:36:33  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Voici un document récupéré recemment. Il s'agit d'une photo stéréoscopique faite maison sur une carte de franchise militaire et montrant un joueur de mandoline. Voici l'annotation au dos: " M...y (il s'agit de Montigny près de Baccarat (54)), cantonnement de repos. Les sous-officiers de la 3e Cie qui ne s'en font pas, l'un d'eux jouant sur une mandoline de guerre".
 
Après recherches, il s'agit de territoriaux de la 3e Cie du 15e RIT, en stationnement dans le secteur à l'automne 1917.
 
http://i1266.photobucket.com/albums/jj526/gus1914/Montigny1reacuteduit_zps0f5b19ea.jpg
 
http://i1266.photobucket.com/albums/jj526/gus1914/Montigny1reacuteduitzoom_zpsec021796.jpg
 
Cordialement        Sébastien

n°10569
Eric Mansu​y
Posté le 24-09-2013 à 18:31:31  profilanswer
 

Bonsoir Sébastien,
 
Le fait est, ces territoriaux ont profité d'un secteur particulièrement peu agité à cette époque, qui leur a donc permis de s'initier au bidon-mandoline. Il n'y ont en effet perdu que 4 tués en un mois : Camille Clouet (19 octobre 1917), Louis Belleville (21 octobre), Paul Leboeuf (1er novembre), François Pain (22 novembre), tous initialement inhumés dans le cimetière militaire de Montigny.  
 
Merci pour cette belle photo.
 
Amicalement,
Eric


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°10574
Ferns
Où vas-tu Paul ? Vers L'Aisne
Posté le 25-09-2013 à 15:00:42  profilanswer
 

Bonjour,
Merci de nous faire profiter de ce beau document. Assurément, ça barde, mais heureusement, d'une autre manière.
Cordialement,


---------------
L'homme en campagne a les mêmes besoins qu'en temps de paix ; ces besoins deviennent même plus impérieux, étant exacerbés par une existence plus active et plus énervante.(Henry Mustière)
n°10575
ae80
Posté le 25-09-2013 à 20:23:20  profilanswer
 

Bonsoir Sébastien,
Extraordinaire votre photo. Cet instrument fabriqué avec un bidon aurait sa place dans l'exposition programmée pour l'année 2014 à l'Historial de Péronne.
MUSIQUE, SONS ET SILENCES
http://www.historial.org/Expositio [...] t-silences
voir aussi
Instrument de musique de fortune réalisé par un soldat allemand avec un casque français
http://www.flickr.com/photos/yanni [...] otostream/
 
Cordialement
Éric Abadie


---------------
Cordialement
Eric ABADIE
n°10583
Bachamois
Posté le 27-09-2013 à 11:08:36  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Merci pour vos commentaires, c'est vrai que ce cliché sort un peu de l'ordinaire. Si il vous semble digne d’intérêt pour une exposition n'hésitez pas à me le faire savoir, je ferai parvenir une copie de bonne qualité sans soucis. Mon but est simplement de diffuser mes trouvailles pour enrichir les données sur mon secteur de Lorraine et pouvoir les partager. Si celles-ci peuvent servir pour des recherches personnelles ou des expos plutôt que de dormir dans un tiroir, tant mieux !
 
Bien cordialement           Sébastien

n°10584
Jean RIOTT​E
Posté le 27-09-2013 à 12:20:43  profilanswer
 

Bonjour Sébastien,
Merci pour cette photo et votre sens du partage.
Cordialement,
Jean RIOTTE

n°10585
Fyrag
Posté le 28-09-2013 à 08:39:04  profilanswer
 

Bonjour Bachamois,
 
Merci pour ce document. Peut être un spécialiste pourra-t-il dire si la compagnie de cette photo, appartenait au bataillon Raphat… qui plus tard rejoint le 141e RIT ?
 
Voici ce qu'indique un JMO de division pour septembre 1917 :
 
"17 septembre Le 1er Baton du 15e RIT relève au CR Ancerviller le 2e Baton du 141e RIT Journée calme. Vers 10 h un avion ennemi est abattu en flammes au sud de Neuf Maisons par un de nos avions. L’appareil est détruit, les deux passagers tués."
 
" 18 septembre
le 2e Baton du 15e RIT relvèe au CR du Grand Bois le 1er Bton du 141e RIT. Vers 7 heures 30 une patrouille ennemie attaque à la grenade un de nos postes de guetteurs en avant du PR6 de ND de Lorette. Le poste renforcé, repousse l’ennemi et le poursuit l’obligeant à abandonner 6 fusils et ses grenades. Un des fusils dont la bretelle est coupée porte des traces de sang. Journée calme."
 
Cordialement,
Fyrag

n°10586
Eric Mansu​y
Posté le 28-09-2013 à 09:47:01  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Pour « rebondir » sur ce sujet, un tué du 141e RIT à cette époque : Jean Goutaille, mort le 17 octobre 1917.
 
Quant aux deux aviateurs allemands, ils ont été inhumés dans la tombe n°43 de Neufmaisons (le pilote étant cité comme l’Oberleutnant Schmidt, du FFA 281, son équipier étant inconnu).
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°10587
Bachamois
Posté le 28-09-2013 à 10:15:49  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Merci Eric et Fyrag pour vos précisions. Si j'avais effectivement déjà noté dans mes tablettes qu'un avion allemand avait été abattu ce jour là près de Neufmaisons, je n'avais en revanche pas de nom quant à l'équipage. C'est donc chose faite grâce à toi Eric.
J'ai jeté un coup d'oeil dans le JMO du 15e RIT et effectivement la 3e Cie appartenait bien au bataillon Raphat. Malheureusement on ne trouve que très peu d'éléments sur la présence du 141e RIT dans ce secteur.
 
Voici ci-dessous deux autres clichés récupérés en même temps que le joueur de bidon-mandoline et présentant des officiers de la 3e Cie du 15e RIT.
 
Tout d'abord le Sous-Lieutenant Huet, dans un boyau du PR15 à Neuviller les Badonviller, le 3 septembre 1917
 
http://i1266.photobucket.com/albums/jj526/gus1914/NeuvillerPR15SsLtHuetreacuteduit_zpsca4eac57.jpg
 
Puis le Sous Lieutenant Valmier, également de la 3e Cie du 15e RIT devant le PR16 situé dans le village de Neuviller, le 2 septembre 1917
 
http://i1266.photobucket.com/albums/jj526/gus1914/NeuvillerPR16SsLtValmierreacuteduit_zps7ab94554.jpg
 
Bien cordialement            Sébastien

n°10608
Fyrag
Posté le 01-10-2013 à 10:55:40  profilanswer
 

Bonjour Sébastien, Eric, et tout ceux qui s'intéressent à la région
 
Le sous-lieutenant "Valmier" a un dossier sur la base Leonore.
Il s'agit d'Alcide Paul Emile Valmier.
 
On apprend :
"Blessé le 14 [ou 19] Juin 1918 par éclat d'obus au flanc droit entre bras et ceinture."* [Est-il au 141e RIT ? - pas sûr]
 
Cité à l'og [?]  du 15e Régiment d'Infanterie territoriale N° 30 du 2 Mars 1916
Cité à l'ordre 54 de la 152e DI le 19 Novembre 1916
 
 
Cordialement
 
Fyrag

n°10609
extraterre​stre
Posté le 01-10-2013 à 11:44:27  profilanswer
 

Fyrag a écrit :

Bonjour Sébastien, Eric, et tout ceux qui s'intéressent à la région
 
Le sous-lieutenant "Valmier" a un dossier sur la base Leonore.
Il s'agit d'Alcide Paul Emile Valmier.
 
On apprend :
"Blessé le 14 [ou 19] Juin 1918 par éclat d'obus au flanc droit entre bras et ceinture."* [Est-il au 141e RIT ? - pas sûr]
 
Cité à l'og [?]  du 15e Régiment d'Infanterie territoriale N° 30 du 2 Mars 1916
Cité à l'ordre 54 de la 152e DI le 19 Novembre 1916
 
 
Cordialement
 
Fyrag


 bonjour à tous  :hello:  
 
le lien vers son dossier
http://www.culture.gouv.fr/LH/LH27 [...] 36V001.htm
 
cordialement  :jap:  


---------------
Jacqueline L.
n°10610
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 01-10-2013 à 13:37:55  profilanswer
 


   Bonjour à tous,
 
   
   Petite synthèse.
 
 
   — VALMIER Alcide Paul Émile, né le 16 septembre 1876 à Beauvais (Oise) et décédé accidentellement le 1er avril 1934 à Paris (XVIIe Arr.), au 97, avenue de Villiers, son domicile. Fils de Pierre Émile Eugène VALMIER, sous-chef de musique au 51e Régiment d’infanterie de ligne, et de Sylvie Alexandrine CHOLET, sans profession, son épouse. Inhumé à Marseille (Bouches-du-Rhône). Courtier en marchandises.
 
   ▪ Blessé le 14 juin 1918 par éclat d’obus au flanc droit, à l’entre-bras et à la ceinture.
 
   ▪ Cité en ces termes à l’ordre du 15e Régiment d’infanterie territorial, n° 30 du 2 mars 1916 :
 
   « Du 21 au 29 février, sous le feu de bombardements intenses et ininterrompus, n’a cessé de faire preuve de courage et a toujours témoigné d’une énergie et d’un sang-froid remarquables ; est ainsi parvenu à maintenir l’ordre parmi sa troupe toujours rassurée par le calme de son attitude. »
 
   ▪ Cité en ces termes à l’ordre 54 de la 152e Division d’infanterie, le 19 novembre 1916 :
 
   « Officier courageux et très énergique, ayant une grande autorité sur ses hommes. Dans la nuit du 1er au 2 novembre 1916, chargé avec son peloton de ravitailler en munitions un régiment en ligne, a su maintenir tous ses hommes en main et exécuter ainsi intégralement sa mission sur un terrain difficile et battu par le tir de l’artillerie et les feux des mitrailleuses. »  
   
   ▪ Par décret en date du 5 novembre 1928 (J.O., 9 nov. 1928, p. 11.891), nommé en ces termes chevalier dans l’ordre national de la Légion d’honneur au titre du ministère de la Guerre :
 
                                         http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/VALMIER%20Alcide%20Paul%20Emile%20-%20L.O.%20-%20J.O.%209%20-%20XI%20-%201928..jpg
 
   ▪ Ironie du sort : après avoir échappé durant toute la guerre à la mitraille, meurt accidentellement dans son lit !
 
 
                                  Le Petit Parisien – éd. de Paris –, n° 20.853, Mardi 3 avril 1934, p. 1.
 
 
              http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/VALMIER%20Alcide%20-%20L.P.P.-%203%20-%20IV-%201934%20-%20I..jpg        http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/VALMIER%20Alcide%20-%20L.P.P.-%203%20-%20IV-%201934%20-%20II.jpg
 
              ______________________________________________________________________________
 
 
              http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/VALMIER%20Alcide%20-%20L.P.P.-%203%20-%20IV-%201934%20-%20III.jpg       http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/3512/VALMIER%20Alcide%20-%20L.P.P.-%203%20-%20IV-%201934%20-%20IV.jpg


Message édité par Rutilius le 01-10-2013 à 13:39:31

---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°10611
Fyrag
Posté le 01-10-2013 à 14:49:37  profilanswer
 

Bonjour Rutilius
 
Est-ce le faire part de décès dans la base Leonore qui vous a permis de découvrir cet article ?  
Belle perspicacité de votre part.
 
Cordialement
Fyrag

n°10612
Fyrag
Posté le 01-10-2013 à 14:56:49  profilanswer
 

(suite du message de Rutilius)
 
Si vous googlisez sur "Georges Valmier" vous découvrirez, que le frère du Lieutenant, est un excellent peintre, qui mérite d'être davantage connu.
 
Bravo Rutilius.

n°10613
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 01-10-2013 à 15:15:18  profilanswer
 


   Bonjour Fyrag,
 
   J'ai en effet été intrigué par le décès accidentel simultané des époux Valmier, tel que sommairement énoncé par le faire-part figurant dans le dossier « Légion d’honneur » du mari. J'ai donc voulu en retrouver les circonstances exactes.
 
   Quant à Georges Valmier, « artiste peintre » et frère du de cujus, j'avais trouvé à son propos la notice biographique suivante dans une encyclopédie collaborative bien connue et m'apprêtais à faire état de cette parenté.
 
   —> http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Valmier


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°10615
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 01-10-2013 à 20:51:57  profilanswer
 


   Re,
 
 
   Voir à propos de la musique au front le remarquable ouvrage de Claude RIBOUILLAUD : « La Musique au Fusil avec les poilus de la Grande Guerre », éd. du Rouergue, Rodez, Octobre 1996, 288 p. – I.S.B.N. : 2 84156 042 2.
 
   Voir spécialement en Troisième partie, « Un guide des chants de bataille », les photographies d’instruments dus à la « lutherie populaire de la Grande guerre », selon l’excellente expression de l’auteur : violon réalisé avec une caisse (p. 158) ; guitare-banjo marquée « Bois d’Ailly 1915 » et réalisée en bois (p. 160) ; beau violon fabriqué en Mai 1918 à Moivron  (Meurthe-et-Moselle) par le soldat Médéric Bodin (p. 160) ; tambourin (p. 164) ; violon fabriqué en Juillet 1917 à Verdun par le soldat Lignaire au moyen d’une gourde militaire et une boîte de sardine (p. 168) ; guitare à deux corde (p. 170) ; violon plat réalisé au couteau (p. 172 et 176) ;  « violon-boîte-à-cigares » (p. 184 et 188) ; mandoline réalisée avec un casque français (p. 192).
 
   Ouvrage déjà mentionné ici —> http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] _264_1.htm


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°10616
Bachamois
Posté le 01-10-2013 à 22:47:41  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Alors là, je suis bluffé ! Un grand bravo pour vos différentes interventions, tout ça en partant de quelques données... C'est un vrai travail de détective qui permet de connaitre la triste fin du Sous Lieutenant Valmier mais également le travail créatif de son frère. Un vrai régal !
 
Mille mercis et chapeau !
 
Bien cordialement          Sébastien

n°10627
Fyrag
Posté le 03-10-2013 à 21:17:47  profilanswer
 

Bonsoir,
Trouvé la réponse pour Valmier et Huet.
Jmo 15e RIT - Jeudi 28 février 1918
 
- à 10 heures détachement pour le 54e RIT sous les ordres de MM les lieutenants Huet, Valmier et Traversier.
Effectif présent : 87 hommes, dirigé sur Pexonne.
 
JMO 54e RIT au 1er mars : Valmier Alcide Paul ; Huet Eugène Paul ; Traversier Gaston Louis sous lieutenants à TT sont affectés au 54e.
M Pupin Charles Alexandre, Capitaine à TD, venant également du 15e RIT.
 
Ils ne sont donc pas au 141e RIT, après la dissolution du 15e.
 
Cordialement
Fyrag
 

n°10817
Fyrag
Posté le 21-10-2013 à 20:41:42  profilanswer
 

Bonsoir
 
Le lieutenant Jean Fourny du 15e RIT n'a pas entendu que le son de la mandoline le 5 décembre 1917 à  13h30 en allant sur le poste des mitrailleurs N° 84 à l'eglise de Neuviller.
 
Voir certificat d'origine de blessure de guerre sur :
http://www.culture.gouv.fr/LH/LH14 [...] 418145.htm
 
C'est de son lit de l'hôpital Buffon à Paris qu'il a du apprendre sa mutation au 141e RIT fin février 1918.
Les mitrailleurs cités dans le certificat ont du être mutés dans d'autres régiments ou services.
 
Quand au 2e Bataillon Godet (Fernand)  du 15e RIT qui travaille avec celui de Raphat, à l'époque de la photo de Sébastien, on trouvera son dossier de la légion d'honneur ici :
http://www.culture.gouv.fr/LH/LH08 [...] 54v001.htm
 
Fernand Godet passe à la dissolution du 15e RIT au 81e RIT, puis au 71e RIT, et enfin au 67e RIT. Le 16 juin 18, évacué (blessé brûlure par gaz).
Je ne sais pas si tout le bataillon l'a suivi à ce moment là. Les JMO du 71e et 67e RIT ne vont pas jusqu'à cette date.
 
Cordialement
Fyrag


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  La Grande Guerre en photos
  Divers

  Mandoline de guerre