FORUM pages 14-18
  La Grande Guerre en photos
  Divers

  Pont sur barques

 

23 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Pont sur barques

n°6301
Sylvain Ha​lgand
Posté le 05-10-2012 à 11:37:19  profilanswer
 

Bonjour,
 
suite au dépôt de cette photo : http://www.collection-appareils.fr [...] _photo=431 représentant un pont de barques, je me suis demandé depuis quand existait le principe de bateaux pliants. Visiblement, les côtés sont en toiles et la rigidité est assurée par des barres, servant également au portage.  
 
 
 
http://www.collection-appareils.fr/centenaire_14-18/images/1349366857.jpg


---------------
Cordialement,
Sylvain ( http://www.1418effroyableboucherie.fr  et http://www.collection-appareils.fr )
n°6348
armand
Posté le 07-10-2012 à 11:52:19  profilanswer
 

Bonjour
 
Les ponts flottants existent au moins depuis 1858 (modèle 1858 - support flottant bois - classe 4 tonnes)
Louis le Begue nous confirmera si il s'agit ici d'un modele 1858 ou 1901.
 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] _199_1.htm
 
Cdt
Armand


Message édité par armand le 07-10-2012 à 11:59:32

---------------
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4" )
n°6349
Sylvain Ha​lgand
Posté le 07-10-2012 à 12:10:13  profilanswer
 

Bonjour
 
Merci Armand. Ma question portait sur les bateaux pliants et non les ponts.


---------------
Cordialement,
Sylvain ( http://www.1418effroyableboucherie.fr  et http://www.collection-appareils.fr )
n°6350
ALVF
Posté le 07-10-2012 à 16:00:15  profilanswer
 

Bonjour,
 
Les ponts de bateaux français ont été successivement des modèles 1829 (équipage de pont de réserve), modèle 1839 (équipage de pont d'avant-garde), modèle 1853 puis modèle 1901 (toujours en service en 1914).Une tentative de ponts démontables, réalisés à la demande de l'Empereur Napoléon III à l'issue de la Campagne d'Italie (modèle 1866), n'a pas eu de succès car les demi-ponts démontables étaient difficiles à assembler de nuit et de surcroît étaient plus coûteux que les robustes ponts d'équipage modèle 1853, aussi, ils ont été abandonnés après 1875.
Aucun matériel pliant de cette dimension n'a été adopté en France avant 1914 à ma connaissance.
A l'étranger, les espagnols, dès 1584 (!) ont inventé des passerelles en tablier de toile, imaginées par le général d'artillerie Don Louis Velasco.Elles étaient réalisées en coutil ou toile à voile bâtie sur des cordes.On fixait ce tablier léger sur des poutrelles légères et le tout était supporté par des barques légères.
Il revient aux anglais, à l'époque moderne, d'avoir créé en 1879 des équipages de ponts d'infanterie sur bateaux pliants en toile pour utilisation dans les campagnes coloniales.Les ingénieurs militaires de Chatam ont inventé des bateaux pliants en toile de 50 kg seulement, formés de 7 membrures en bois, ils supportent un tablier de planches légères, autorisant un poids de charge de 507 kg au centre du tablier entre deux bateaux.
Les allemands ont créé aussi des bateaux légers démontables en 1881.
Pourriez-vous préciser la date du cliché et l'Armée utilisatrice car il me semble distinguer à l'arrière plan un tracteur automobile, genre Latil et il est certain que le bateau du premier plan est d'un poids beaucoup plus considérable que les bateaux pliants anglais de 1879.
Sources:
-Capitaine Thival Louis "Passages des cours d'eau dans les opérations militaires"-Dumaine-1881.
-Capitaine Meurdra "Ponts militaires et passages de rivières"-Dumaine-1861
.
Cordialement,
Guy François.

n°6354
Sylvain Ha​lgand
Posté le 07-10-2012 à 19:41:08  profilanswer
 

Bonsoir
 
merci beaucoup. Tout ce que je sais au sujet de la photo est sur la page donnée en référence. Le dépôt est une série de photos prêtée par son propriétaire et qui date de la première guerre. C'est pauvre comme informations.


---------------
Cordialement,
Sylvain ( http://www.1418effroyableboucherie.fr  et http://www.collection-appareils.fr )
n°6358
pierreth1
Posté le 08-10-2012 à 11:09:05  profilanswer
 

Bonjour,  
Pour moi les ponts de bateaux existent depuis plus longtemps:
A la bataille de Fleurus 1622 il semblerait que l'armee francaise ait capture un equipage de ponton hollandais en fer blanc
 
Martinet du Roi Infanterie aurait inventé (en fait perfectionné) un systeme de ponton en cuivre qui sera utilise notamment pendant la guerre de hollande de 1672
ces pontons auraient été réformés par la loi du 12 floreal an 11 pour les remplacer par les "pontons d'avant garde"
 
la loi du 28 floreal an 3 cré à partir des deux compagnies de matelots du Rhin le corps de pontonniers
 
L'un de ces bataillons (le premier) fort de 7 compagnie accompagne l'empereur lors de la campagne de Russie. A orch le 19 novembre 1812 du fait diu manque d'attelages pour l'artillerie, Napoleon ordonnera la destruction du matrériel des pontonniers (dependant de l'artillerie) et malgre les demandes du général dEblé (qui demande à conserver 15 bateaux) 60 bateaux, les agres etc sont brulés.
ces ponts de bateaux etaient fait à partir de des pontons (bateaux à fond plat et à l'extrémité équarrie)  
Evidemment il y a aussi les barques de requisition etc.
 
Donc si l'on se base sur la creation du corps des pontonniers, on peut dire que l'armee francaise utilise des les campagnes de la revolution de sponts de bateaux "reglementaires" si tant est que durant cette periode les reglements fiurent respectes autrement que sur le papier
 
on peut voir une realisation de CBG mignot fabrique celebre de soldats de plomb une interpretation d'un atellage tractant un bateau et ses madriers  http://www.ateliersdefrance.fr/pon [...] p1782.html
 
Lors du siege de Bayonne en 1814 par les allies un pont de bateau est jete sur l'adour par les anglaisle 23 fevrier mais la place ne cessera le combat que le 5 mai apres l'abdication de l'empereur
 
En outre il me semble que dans "ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS" de Diderot, il est fait reference aux ponts de bateaux:  
"Ponts de bateaux, c'est dans l'Artillerie, des ponts qui se forment sur les rivieres avec des bateaux ou des pontons pour le passage des armées.
Ces ponts se font avec les bateaux qu'on trouve sur les rivieres, ou avec des pontons qui font toujours partie de l'équipage de l'artillerie de l'armée. On place les bateaux ou les pontons à la distance d'environ neuf piés les uns des autres, de maniere que leurs bords soient paralleles aux deux côtés de la riviere. Ils sont bien amarrés ou attachés ensemble par un gros cable qui traverse la riviere, qui se nomme cinquenelle, lequel est solidement attaché sur les bords opposés, & bien tendu par le moyen d'un cabestan. Pour contenir les pontons dans une situation fixe, on amarre deux cordages en sautoir d'un ponton à l'autre; on attache de même les pontons au rivage avec de forts & solides piquets. Lorsqu'on ne contient point les pontons de cette maniere, on les arrête par deux cinquenelles qui traversent la riviere: ils y sont attachés par l'avant & l'arriere.  
On pose des poutrelles ou de petites solives de sapin sur les bateaux ou pontons; elles font une espece de chassis sur toute l'étendue de la largeur de la riviere: on couvre ces poutrelles d'un assemblage de fortes planches de sapin qui forment l'aire ou le plancher du pont.  
Le nombre des bateaux ou des pontons nécessaires pour la construction d'un pont, dépend de la largeur de la riviere. Un ponton doit en couvrrir environ dix piés, ou ce qui est la même chose, soutenir environ dix piés de la longueur du pont.  
 
 
hors du domaine militaire Arles sous l'empire romain possedait un pont de bateaux....
 
 
 
Cordialement
Pierre


---------------
pierre
n°6359
ALVF
Posté le 08-10-2012 à 11:22:08  profilanswer
 

Bonjour,
 
Je n'ai mentionné dans mon sujet précédent que les ponts d'équipage français réglementaires, c'est à dire composés de matériels tous semblables, car, bien entendu, les ponts de bateaux français sont très anciens.
Le livre du Capitaine Thival recense les principaux passages de fleuves et de rivières depuis l'antiquité!
Pour la France (au sens large!), la première mention du passage d'un fleuve sur pont de bateaux remonte à Charlemagne en 792 dans une campagne contre les Huns lors de la traversée du Danube!.
On pourrait continuer longtemps l'énumération car il y en a 452 pages plus un volume de planches!
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 08-10-2012 à 11:25:18
n°6361
11Gen
Posté le 08-10-2012 à 12:30:45  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Bonjour Guy François, en ce qui concerne la Cavalerie, je ne ferai que citer un extrait de votre message: http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] 1.htm#t775

ALVF a écrit :

En 1914 "Chaque régiment de cavalerie était doté en propre d'un matériel de pont ultra-léger, le pont VEYRY, dont les deux bateaux démontables étaient portés par un seul haquet.Ce matériel était mis en oeuvre par les Sapeurs de la Cavalerie".
Plus loin, il est indiqué "Le modèle de pont, spécial aux Divisions de Cavalerie, dit pont DELACROIX modèle 1914, pouvait livrer passage aux cavaliers tenant leurs chevaux en main, aux canons et caissons de 75 attelés, aux voitures attelées d'un poids total de 2200 kg dont 1200 sur l'essieu le plus chargé".
J'en déduis que les Sapeurs de la Cavalerie étaient surtout destinés à mettre en oeuvre ces ponts.


La Cavalerie était formée à passer les cours d'eau par eux-mêmes et avec un matériel transportable.
La suite des échanges sont également bien intéressants. Mais je ne sais pas si le pont DELACROIX était démontable.
 
Afin de compléter le sujet global sur les ponts "démontables", j'avais ouvert un sujet qui n'a pas été poursuivi :  
Photo. Soissons. Pont à Tonneaux  http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] _223_1.htm
 
S'agirait-il donc du Pont VEYRY?
 
Bien cordialement
Geneviève


---------------
Wittgenstein Ludwig (1889-1951). "La philosophie est la lutte contre l'ensorcellement de notre entendement par les moyens de notre langage" P.I. § 109
n°6373
le begue
Essayons
Posté le 10-10-2012 à 06:37:54  profilanswer
 

Bonjour à tous,
La photo dévoile un pont type 1901 renforcé. La photo date donc à minima de 1907, date des 1ère expériences de renforcement du tablier.
La bateau au 1er plan est une nacelle 1901.
 
Quant aux ponts d'équipage, ils existent de façon réglementaire dans les armées françaises depuis l'adoption du système Gribeauval vers 1770.
 On ne faisait que suivre l'Autriche qui s'était équipé du pont Birago, de bien meilleur facture.
 
Enfin, pour Gen11, je n'ai pas oublié les ponts Very, mais j'ai levé le pied depuis deux ans sur le sujet, un peu absorbé par un ouvrage que je viens d'achever sur le NBC... Enfin, le pont Delacroix ne verra le jour qu'à partir de 1916, dénommé aussi pont spécial, c'est le "père" du pont mod 1935.    
 
Cordialement,
Louis


Message édité par le begue le 10-10-2012 à 06:39:06
n°6380
pierreth1
Posté le 10-10-2012 à 13:02:01  profilanswer
 

Bonjour,  
Je suis en parfait acciord avec notre camarade Le Begue nous avions deja des materiels "reglementaires" de franchissement sur pont de bateau à la révolution et les equipages de pontonniers de Napoleon emportent avec eux un materiel "normalisé" même si il est fait aussi appel aux requisitioons (ce qui en terre enemie veut dire pillage...)
Ce que je voulais faire remarquer c'est que nos grands anciens (ancien regime, revolution empire pour ce qui est des armees regulieres) avaient deja bien souvent pense à nombres de materiels maintenant usuels et d'apparition "massive durant le premier conflit  (cuisine roulante, pont de bateau, guerre des mines, etc.) la grande difference vient de la revolution industrielle qui permet la production de masse normalisee à moindre cout  
Cordialement
Pierre


---------------
pierre
n°6381
ALVF
Posté le 10-10-2012 à 15:54:43  profilanswer
 

Bonjour,
 
Gribeauval a bien codifié quelques dimensions de matériels de pont mais, ainsi que l'écrit le colonel Favé (aide de camp de l'Empereur Napoléon III et éminent artilleur à une époque où le matériel de pont dépendait de l'artillerie et non du génie) dans son livre "Etudes sur le passé et l'avenir de l'Artillerie, ouvrage continué sur le plan de l'Emperur"-Tome 4-Paris-Dumaine-1863:
"Quoique Gribeauval n'ait pas fait faire aux équipages de pont militaire des progrès aussi grands que ceux du matériel de campagne, il en a néanmoins perfectionné les éléments...".On ne peut considérer les matériels de ponts "Gribeauval" comme des éléments réglementaires aussi rigoureux que ceux de son système d'artillerie.Il n'y a pas de tables pour tous les composants même si un modèle de bateau et les agrès font l'objet de tables de construction.
D'ailleurs, Favé, désormais général, écrit dans son oeuvre précitée, Tome 5-Paris-Dumaine-1871:
"Les imperfections de ce matériel (Favé évoque les ponts Gribeauval) étaient si bien reconnues  que dès 1817 les officiers d'artillerie qui servaient dans les pontonniers reçurent l'ordre de s'occuper du perfectionnement de leur matériel.Alors, pour la première fois, toutes les questions qui se rattachent à la détermination d'un pont militaire furent soumises à des calculs théoriques, à des expériences et à des discussions éclairées...".
C'est donc sous l'autorité des écrits du général Favé, auteur éminent mais souvent passé sous silence car "confident et âme damnée" de l'auteur du coup d'état du 2 décembre 1851, que j'ai nommé comme premiers matériels strictement réglementaires le matériel d'équipage de pont modèle 1829, suivi ensuite par l'équipage de pont d'avant-garde modèle 1839.Sur ces deux matériels tous les composants font l'objet de tables de construction, ce qui n'était pas le cas des matériels précédents.
Cordialement,
Guy François.

n°6382
ALVF
Posté le 10-10-2012 à 16:16:36  profilanswer
 

Bonjour,
 
Concernant la nacelle des ponts d'équipage modèle 1901, l'aspect "les côtés sont en toile" relevé dans le message initial de Sylvain s'explique par l'ajout d'un accessoire car les nacelles sont bien des bateaux rigides.
L'Instruction sur les ponts d'équipage en matériel modèle 1901-Lavauzelle-1934 écrit:
"La nacelle peut comporter de plus 4 ceintures d'insubmersibilité en kapok: 2 sont fixées à l'intérieur et 2 à l'extérieur des bordages par des cordelettes".Voici le schéma afférent:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/img096.jpg
                                      Nacelle, pont d'équipage modèle 1901.
Cordialement,
Guy François.

n°6386
le begue
Essayons
Posté le 10-10-2012 à 21:18:17  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Bonjour Guy,
 
Je ne doute pas un cours instant de la justesse du jugement du Colonel Favé. Mais cela n'engage que lui.  
Beau jeu de reprocher à Gribeauval d'avoir mal initié le système.  
Pas beau joueur d'oublier les tergiversations de la Commission d'Artillerie et de passer sous silence les modèles 1822, 1827, 1833, 1842, 1848, résultats de cahiers de charges mal ficelés et intrigues, résultantes  d'intérêts personnels.
 
Vous n'êtes pas sans ignorer qu'il était de bon ton, à cette époque, de faire de grandes affirmations et, par bouquin interposé, de glisser ici et là quelques coups de rapière...
Sur ce sujet, les écrits de Drieu et Caziot donnent un bon aperçu de la situation générale en matière de pontage à cette même époque.
 
D'autre part, les travaux universitaires du Lcl J-L Riccioli (300 ans de pontage dans l'armée française, deux tomes, 600 pages, faculté de Montpellier) ne sont pas dénués d'intérêt !
Il éclaire tout particulièrement sur le rôle des membres de la Commission d'artillerie, plus affairés par les guerres intestines et/ou d'influence à tous niveaux pour faire aboutir leurs projets qu'a obtenir de réels résultats.  
Ceci explique que les modèles "réglementaires" cités ci-dessus ne dépassaient pas les 5 ans alors que les avancées techniques n'étaient pas flagrantes...
Même l'armée américaine qui achètera, par affection ?  des pont d'équipage mod 1858 se dépêchera de s'en séparer quand commence la Guerre de Sécession.
 
Au demeurant, il faudra attendre 1896 et le transfert de la mission pontage au Génie pour voir les choses avancer enfin et se stabiliser.  
 
Donc certes, j'entends bien la prise de position, sans doute fondée, du Col Favé... mais concernant son argumentation "à des expériences et à des discussions éclairées...",  
je pense prudent de modérer le propos et que somme toute, considérer le pont Gribeauval comme le premier pont d'équipage de l'armée française n'est pas forcément une hérésie...  
 
Quant au terme "pliant", prenons garde...
le bateau "pliant" d'autrefois est aujourd'hui dit "articulé". Il faut donc comprendre "bateau en plusieurs morceaux" (pardon pour le barbarisme).
 
A ne pas confondre avec le Pont Veyrie, qui lui, stricto sensu, est pliant, car bien qu'en un seul morceau, son bord constitué de toile de voile goudronnée est tendu par des membrures pliables.
C'est exactement le principe des lits pliants de nos bambins quand nous partons en voyage.
 
Les russes tentèrent, entre 1820 et 1840, des expériences avec des outres réalisées à partir de peau de vache. Les essais ne furent pas concluants et le projet est abandonné.
 
 
Cordialement,
Louis.


Message édité par le begue le 10-10-2012 à 21:46:18
n°6387
ALVF
Posté le 10-10-2012 à 22:30:02  profilanswer
 

Bonsoir Louis,
 
Je veux bien admettre le rôle de Gribeauval comme créateur du premier pont d'équipage!
Je ne connais pas la thèse du lt-cl Riccioli qui, compte-tenu de son volume, doit être riche en détails de toute sorte sur cette importante question.
Je voudrai bien aussi lire l'argumentaire concernant le Comité de l'Artillerie, institution si critiquée mais pourtant responsable de belles avancées (le 75, etc...) sous la direction d'éminents Présidents qui ont souvent fait de l'ombre aux ministres eux-mêmes!
Si d'ailleurs, un décret illégal a supprimé le Comité de l'Artillerie le 22 octobre 1910, lequel tenait pourtant son existence d'une loi (celle du 18 Floréal An III), c'est bien pour amoindrir le rôle d'un "état dans l'état", surtout quand les derniers présidents demandaient la création d'obusiers légers, de canons de côte à grande portée, bref des demandes qui n'émanaient pas seulement de "vieilles badernes" mais d'officiers remarquables et visionnaires.Les rares présidents du Comité de l'Artillerie dont le rôle a été justement critiqué ont surtout oeuvré dans les sinistres années 1900 à 1907, années charnières où la politique a définitivement coupé tout espoir de renouveau de l'équipement de l'Armée française!
Cordialement,
Guy François.


Message édité par ALVF le 11-10-2012 à 08:19:13
n°6399
La Boussol​e
Posté le 13-10-2012 à 18:43:57  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
 
Pour rebondir sur vos propos, voici ce que j'ai en ma possession concernant l'historique des ponts de bateaux :
 
"Si la Régence ne connut qu’une courte guerre, le règne de Louis XV en connut deux : celle dite de Succession d’Autriche de 1740 à 1748, et la guerre de Sept Ans de 1756-1763. C’est probablement   au cours de la seconde que furent mis en services les premiers « Ponts de Bateaux de Bois transportés sur des Haquets ».  
C’est un officier de la Maréchaussée Générale de l’Île-de-France, nommé Guillote, qui mit au point ce nouveau procédé. Le 10 juillet 1748 il le présenta devant un jury de l’Académie Royale des Sciences. Les rapporteurs en furent Messieurs d’Alembert, de Vaucanson et de Courtivon, qui rendirent leurs conclusions le 9 août 1748. Un exemplaire de ce rapport fut contresigné par M. Grand Jean de Fouchy, secrétaire perpétuel de l’Académie Royale :  il  devint  ainsi  une  « source » autorisée dans la  partie du « Dictionnaire Raisonné  des  Sciences,  Arts  et  Métiers » de  Diderot de d’Alembert traitant des ponts.  
L’officier Guillotte tint compte des remarques formulées par le jury pour améliorer l’accessibilité à l’ouvrage et son ancrage aux rives. Il  avait  manifesté  une  totale  confiance dans  son «appareillage», conçu  comme une « machine inébranlable » faite « pour durer sous plusieurs  rois » et non pas « que le temps d’un règne ».  
Cet « artifice » novateur présentait de nombreux avantages : substitués aux pontons de cuivre, les bateaux étaient facilement transportables sur des haquets manœuvrables ; les intervalles entre bateaux, élargis, laissaient mieux passer les corps flottants transportés par les eaux, les étraves permettaient une meilleure résistance aux courants et aux chocs, la stabilité de l’ouvrage était tout   à fait assurée ;  la résistance à l’enfoncement dans l’eau, procurée par les bateaux, permettait un passage aisé des pièces lourdes d’artillerie. Le pont de bateaux nécessitait moins d’ancres et d’agrès que celui en pontons de cuivre. Enfin, du point de vue de son concepteur, la maîtrise du  montage, du démontage et du transport s’avérait aisée pour des hommes formés à cette manœuvre : «Quoique le mécanisme de ce pont soit si  simple qu’il puisse se construire et se retirer par toutes sortes de bras indistinctement, il ne faut pas s’attendre à la dernière promptitude d’exécution de la part de gens inhabiles à manier des instruments, des outils et des bois. Il serait donc important que, de même qu’on a formé des canonniers lors de l’invention des canons, on formât un corps de pontonniers à qui le mécanisme du pont ne fût pas étranger, qui eut un exercice réglé, à qui l’on fit faire cet exercice en temps de paix, et qui fut presque toujours à portée de construire à sa Majesté un passage sûr lorsqu’il lui plairait de traverser des rivières dans des endroits où il n’y aurait point de ponts.»
En outre ce type d’ouvrage pouvait constituer un efficace palliatif en cas d’indisponibilité temporaire d’un pont fixe, il pouvait donc rendre des services «civils » appréciables."  

n°6400
La Boussol​e
Posté le 13-10-2012 à 19:10:17  profilanswer
 

Pour ce qui est du cliché en lui-même et pour aller dans le sens de le begue, le bateau au 1ier plan est effectivement une nacelle 1901 et ceux au second plan semblent des bateaux métalliques dont voici quelques infos que je possède :
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/11535/SoldatsaViennevers190001.jpg
 
"Les bateaux sont remplacés au début des années 1900 par des engins métalliques. Si la silhouette et les caractéristiques changent, il y a toujours la distinction entre le bateau, corps de support d’ouvrage, et la nacelle. Le bateau a gagné en symétrie mais il a toujours un sens d’emploi, un avant bec et un arrière avec support de gouvernail. Innovation : une quille en bois de faible hauteur qui ressemble à un long patin. Outre la ligne générale modifiée, le bateau est raccourci, passant de 9,43 m à 8,55  m. Largeur et hauteur sont  très proches des anciennes cotes. Le bateau reste à fond plat, ce qui, dans un premier temps, le fait positionner à plat sur le haquet. Assez rapidement le Génie trouvera l’intérêt à poser les bateaux sur  des traverses, fond tourné vers le ciel.
Caractéristique singulière : l’enfoncement dans l’eau est donné à 12,5 cm pour 1000 kg et 76,5 pour 9 tonnes ! Or le bateau à vide pèse environ 800 kg. Cela offre un potentiel de passage de charges très lourdes pour un pont construit sur de tels bateaux. La nacelle métallique marque une évolution identique de silhouette. Raccourcissement de 2 mètres à 7,065 m, largeur extérieure réduite de 11 cm, hauteur au milieu de 50 cm. Pour améliorer la  sécurité du personnel, elle est équipable d’une ceinture d’insubmersibilité en toile bourrée de soie kapok (ce qui semble la description de notre première embarcation...)."  
 
Bonne soirée à toutes et à tous !!!

n°6401
La Boussol​e
Posté le 13-10-2012 à 19:20:13  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/11535/SoldatsaViennevers190002.jpg
 
Une petite photo juste pour illustrer les bateaux métalliques posés sur des traverses avec le fond tourné vers le ciel...  
 
Bonne soirée !!!

n°6410
Sylvain Ha​lgand
Posté le 14-10-2012 à 21:39:00  profilanswer
 

Bonsoir
 
Très intéressant, merci


---------------
Cordialement,
Sylvain ( http://www.1418effroyableboucherie.fr  et http://www.collection-appareils.fr )
n°6449
auguste11
Posté le 18-10-2012 à 09:54:57  profilanswer
 

Bonjour, :hello:  
Voici une photo intitulée: Passerelle sur la Meuse.
Cordialement.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/9420/Meuse%20Passerelle%20sur%20la%20Meuse.jpg


Message édité par auguste11 le 18-10-2012 à 09:56:44

---------------
Auguste11
n°26893
ecomusee d​es hommes
Posté le 19-04-2017 à 19:15:13  profilanswer
 

ALVF a écrit :

Bonjour,
 
Les ponts de bateaux français ont été successivement des modèles 1829 (équipage de pont de réserve), modèle 1839 (équipage de pont d'avant-garde), modèle 1853 puis modèle 1901 (toujours en service en 1914).Une tentative de ponts démontables, réalisés à la demande de l'Empereur Napoléon III à l'issue de la Campagne d'Italie (modèle 1866), n'a pas eu de succès car les demi-ponts démontables étaient difficiles à assembler de nuit et de surcroît étaient plus coûteux que les robustes ponts d'équipage modèle 1853, aussi, ils ont été abandonnés après 1875.
Aucun matériel pliant de cette dimension n'a été adopté en France avant 1914 à ma connaissance.
A l'étranger, les espagnols, dès 1584 (!) ont inventé des passerelles en tablier de toile, imaginées par le général d'artillerie Don Louis Velasco.Elles étaient réalisées en coutil ou toile à voile bâtie sur des cordes.On fixait ce tablier léger sur des poutrelles légères et le tout était supporté par des barques légères.
Il revient aux anglais, à l'époque moderne, d'avoir créé en 1879 des équipages de ponts d'infanterie sur bateaux pliants en toile pour utilisation dans les campagnes coloniales.Les ingénieurs militaires de Chatam ont inventé des bateaux pliants en toile de 50 kg seulement, formés de 7 membrures en bois, ils supportent un tablier de planches légères, autorisant un poids de charge de 507 kg au centre du tablier entre deux bateaux.
Les allemands ont créé aussi des bateaux légers démontables en 1881.
Pourriez-vous préciser la date du cliché et l'Armée utilisatrice car il me semble distinguer à l'arrière plan un tracteur automobile, genre Latil et il est certain que le bateau du premier plan est d'un poids beaucoup plus considérable que les bateaux pliants anglais de 1879.
Sources:
-Capitaine Thival Louis "Passages des cours d'eau dans les opérations militaires"-Dumaine-1881.
-Capitaine Meurdra "Ponts militaires et passages de rivières"-Dumaine-1861
.
Cordialement,
Guy François.


 
Bonjour Guy,
Voilà plusieurs jours que j'ai la tête farcies de tout ce que j'apprends sur les ponts dressés avec accouplement de bateaux, vous revenez sur le sujet avec brio bon nombre de fois, permettez moi de vous interpeler svp ?
peut être avez vous lu notre présentation ?  
Notre Ecomusée des hommes du fleuve Somme va reconstituer une péniche ambulance, chose relativement facile car c'est une adaptation d'un de nos deux bateaux de type Freycinet.  
Pour ce qui concerne deux autres éléments que nous avons à réaliser, en revanche, les choses sont bien différentes :
- Réalisation d'une canonnière fluviale du type A,B,C ou D, une des quatre qui ont été affectées sur notre fleuve.
- Réalisation de la construction d'un pont par accouplement de bateaux
Sur ce dernier point vous semblez exceller, sauriez vous nous aider svp ?
Ne désirant parler que du fleuve Somme, nous arrivons à douter de l'intervention du génie dans ce domaine chez nous !
Nous nous demandons également si d'autres ponts, sur pilotis par exemple, n'ont pas existé ?
Il nous importe d'en construire un au Musée, il enjamberait un bras mort du canal, nous n'avons aucune données de nature à le fabriquer.
Voilà la triste vérité, merci de nous confier des pistes, nous vous souhaitons une agréable journée
Stéphane
Président de l'association

n°26895
Yannickckc​k
Posté le 19-04-2017 à 23:04:22  profilanswer
 

Bonjour,
 
En accès libre sur gallica :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] ie%20ponts
 
Titre :     Ecole d'application de l'artillerie et du génie. Cours de construction. Ponts militaires (génie) : 3 leçons / par R. Pujol,...  
Éditeur :  Lithographie de l'école d'application de l'artillerie et du génie  
Date d'édition :     1904  
 
avec de nombreux schémas.
 
Cordialement,
Yannick LG


Message édité par Yannickckck le 19-04-2017 à 23:07:14

---------------
http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr
06/12/2016 dernière mise à jour du site.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  La Grande Guerre en photos
  Divers

  Pont sur barques