FORUM pages 14-18
  La Grande Guerre en photos
  Uniformes

  Un colonel en fin de carrière probable et bien décoré?

 

Pages mémoire: nécropoles - MPLF-MDH : bedaco, 1 utilisateur anonyme et 14 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Un colonel en fin de carrière probable et bien décoré?

n°26983
ALVF
Posté le 27-04-2017 à 17:21:22  profilanswer
 

Bonjour,
 
Un colonel probablement proche de la fin de carrière en 1912, il arbore toutefois de belles décorations:
-au col: commandeur du Dragon d'Annam.
-sur la poitrine:
-chevalier de la Légion d'Honneur.
-médaille commémorative de l'expédition de Chine.
-médaille commémorative du Maroc, agrafes Oudja et Haut-Guir.
-officier du Nichan-Iftikhar.
-officier de l'ordre royal du Cambodge.
-chevalier du Trésor Sacré du Japon.
-croix de Sainte-Anne de Russie.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/Colonel1912.jpg
 
Les lecteurs du Forum le reconnaîtront facilement.
En 1914, les fantassins d'un régiment d'infanterie le porteront sur leurs épaules un jour de triomphe...mais le Capitole est près de la Roche Tarpéienne!
Cordialement,
Guy François.

n°26985
air339
Posté le 27-04-2017 à 17:50:59  profilanswer
 

Bonjour,
 
 
 
En 1912, ce colonel a encore du chemin devant lui, mais celui des Dames lui sera fatal...  
 
 
Cordialement,
 
 
Régis

n°26986
marcus
Posté le 27-04-2017 à 17:53:24  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Indice: Son 2e prénom est Georges, comme plusieurs souverains britanniques...
 
Cordialement,
Marc


Message édité par marcus le 27-04-2017 à 21:01:13
n°26987
badon54
Lorrain je le suis et le reste
Posté le 27-04-2017 à 18:26:02  profilanswer
 

"Comme il parlait peu, on a cru qu'il pensait beaucoup"
 
Je ne sais plus de qui ?


---------------
Salutations
Bernard
n°26988
Skellbraz ​ .
l'idée est debout. Hugo
Posté le 27-04-2017 à 18:27:49  profilanswer
 

Bonsoirs à toutes et tous
En Chine, il s'est occupé des Boxers (1900) ;)  
cordialement
Brigitte


Message édité par Skellbraz . le 27-04-2017 à 18:28:28

---------------
Sommaire "femmes pendant la Grande Guerre : http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t120715
n°26989
Alain 57
Posté le 27-04-2017 à 19:48:54  profilanswer
 

Bonsoir à toutes et à tous,
 
Il n'était pas invalide, loin de là, mais il s'y trouve...........
 
Cordialement
Alain

n°26990
pierreth1
Posté le 27-04-2017 à 20:53:55  profilanswer
 

Bonsoir,
Quelques mois plus tard en janvier 1913 il sera decore par le general Bonneau a Besançon qui lui remettra l'insigne d'officier de la légion d'honneur la photo aurait donc ete prise entre juin 1912 et janvier 1913
Malgre tout il sera fait grand croix de la légion d'honneur en mars 1921! à l'époque car il n'etait pas sujet à l'opprobre comme de nos jours et une place porta son nom jusqu'en 1945 dans sa ville natale, ville qui eut pour maire un de nos presidents de la république..
Cordialement
Pierre


---------------
pierre
n°26992
girodacle
Posté le 27-04-2017 à 22:19:47  profilanswer
 

Bonsoir,
Général de brigade le le 27/10/1914, il sera par la suite au Four (de Paris) et au Moulin (de Laffaux).  
Cordialement
Alain


---------------
Alain
n°26994
ALVF
Posté le 27-04-2017 à 22:53:08  profilanswer
 

Bonsoir,  
 
Le général Nivelle, puisqu'il faut bien l'appeler par son nom, n'a en effet pas toujours été "sujet à l'opprobre" puisqu'il faut attendre vraiment les années 1960 pour assister à cette curieuse évolution historique.
Denis Rolland a écrit une biographie complète du généralissime du début de 1917 et je n'y reviendrai pas.
La photographie en tête du sujet date de 1912 à l'époque où le colonel Nivelle commande le 4e R.A.C de Besançon, régiment formant l'A.D de la 13e D.I du 7e Corps d'Armée (organisé à 3 groupes de 75).
En 1913, il prend le commandement du 5e R.A.C, régiment également en quartier à Besançon et formant l'A.C du 7e Corps d'Armée (organisé à quatre groupes de 75).
En 1914, le colonel Nivelle a le même âge que le général Pétain, tous deux nés en 1856, ce qui signifie que l'année 1914 verra leur mise à la retraite. Nivelle a d'ailleurs été promu colonel en 1911 et Pétain en 1910.
Au début de la guerre, en Alsace près de Dornach, le 5e R.A.C se distingue le 19 août en écrasant un groupe d'artillerie de campagne allemand et en lui capturant 18 pièces de 7,7 cm. Le général Gascouin résume l'affaire dans son livre "L'évolution de l'artillerie pendant la guerre" (Flammarion-1920):
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/Gascouina.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/Gascouinb.jpg
Cette carte-photo, écrite le 26 août 1914, montre quelques uns des 18 canons de 7,7 cm FK.96 capturés le 19 août précédent puis ramenés à Belfort où ils sont exposés:
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/Belfort26aout1914.jpg
                   Les canons de 7,7 cm FK.96 pris le 19 août 1914 exposés à Belfort.
 
La suite est connue, général de brigade, commandant de la 27e brigade et de l'artillerie du 7e Corps d'Armée, général de division, commandant de la 61e D.R, commandant du 3e Corps d'Armée puis de la IIe Armée à Verdun et enfin, le général Nivelle remplace Joffre à la tête des Armées françaises en décembre 1916...
Cordialement,
Guy François.

n°26995
IM Louis J​ean
Posté le 28-04-2017 à 10:37:15  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 

ALVF a écrit :

Au début de la guerre, en Alsace près de Dornach, le 5e R.A.C se distingue le 19 août en écrasant un groupe d'artillerie de campagne allemand et en lui capturant 18 pièces de 7,7 cm.


 
<< On n'est jamais récompensé que dans la personne de ses chefs >>
 
Dans l'Historique des 5e, 205e, 265e régiment d'artillerie de campagne : campagne 1914-1918 sur Gallica :
 
<< En effet, le chef d'escadron Schérer, qui le commande, repère dans l'après-midi toute une ligne de batteries de campagne ennemies en position, c'est un groupe de 77, au complet. Le 3e groupe prend ces batteries sous son feu, un feu roulant d'une précision et d'une rapidité merveilleuse. En un instant, les officiers, les servants allemands sont abattus autour de leurs
pièces qui ont essayé, très timidement, de répondre d'abord mais qui se taisent maintenant. Ce n'est pas tout. Dans la soirée, les avant-trains ennemis s'avancent pour tâcher d'emmener
leurs pièces. Surpris par nos observateurs, ils sont, à leur tour, pris à partie par nos batteries. Plusieurs fois, les conducteurs ennemis doivent reculer, ils reviennent, mais chaque fois, le 75
sème la mort parmi eux. Ils ne peuvent accomplir leur tâche. Tout le matériel du groupe de 77 est pris et emmené par nos attelages. Les dix-huit pièces, tous les chevaux gisaient sur le
terrain; des morts en grand nombre, figés dans l'attitude où notre feu les a surpris. Le tir de la batterie du capitaine Frénal (8e batterie) avait été particulièrement efficace. C'était un beau succès, une des premières prises importante d'artillerie faites dans cette guerre. >>
 
Dans le JMO du 15e bataillon de Chasseurs :
 
<< Sur la croupe à 800 au s.o de Brunstatt se trouve une batterie allemande de 6 pièces complètement anéantie sous le feu ; beaucoup de servants et d'attelage sont dans la batterie et ses abords ; le Bataillon prend là une trentaine de chevaux qu'il remet au 5e régiment d'Artillerie. De l'autre côté, sud, du chemin de Brunstatt à Bruebach, se trouvent 2 autres batteries, également abandonnées, mais qui paraissent avoir moins souffert que la 1ère. Le Bataillon remet ces 18 pièces au 5e régiment d'Artillerie. >>
 
Cordialement
Étienne
 
 
 


---------------
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
     Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau
n°27003
ALVF
Posté le 30-04-2017 à 08:22:44  profilanswer
 

Bonjour,
 
Certes, Étienne, l'historique imprimé évoque le rôle du Groupe Schérer mais ne souffle mot du rôle des autres Groupes.
Curieusement, les JMO des Groupes et batteries du 5e R.A.C manquent presque tous pour cette période.
Il faut donc se référer au JMO du Régiment (26 N 913/1) pour lire quelques détails mettant en valeur le rôle du colonel.
Il faut reconnaître à Nivelle de grandes qualités d'artilleur, il est un des apôtres du tir masqué et à longue distance.
Si tous les artilleurs et les "Grands Chefs" de 1914 avaient appliqué ces saines méthodes du tir masqué nous n'aurions pas perdu 457 canons de 75 au cours de la seule année 1914 (soit 10% des existants alors que les éclatements sont nuls durant la même période!).
Foch, pourtant artilleur, ne se vante pas de la perte de plusieurs de ses batteries, notamment du 39e R.A.C, en août 1914, bien mal employées ("on" a "limogé" pour moins que ça!).
Les pièces originales valent mieux que des JMO écrits après coup et qui font pourtant le bonheur des "historiens en chambre" car il est plus facile de "consulter en ligne" bien confortablement assis dans son bureau que de se pencher sur de poussiéreuses archives et (ou) sur des documents techniques irréfutables, heureusement préservés.
Cordialement,
Guy François.

n°27004
dominique ​rhety
Posté le 30-04-2017 à 12:37:32  profilanswer
 

Bonjour,
mon grand-oncle a fait son service militaire de 1911 à novembre 1913 au 5e RAC de Besançon.  
En août 1914 il a été mobilisé à nouveau au 5e RAC, 28e batterie.  
Deux groupes (42e, 42e, 43e batteries et 27e, 28e, 29e batteries) avec un groupe du 47e RAC sont affectés à la 57e DR en Alsace puis sur le front d’Orient à partir d’octobre 1915.
 
Le JMO de l’AD/57 ne commence que le 24 septembre 1915. 26 N 373/3
http://www.memoiredeshommes.sga.de [...] m_rotate=F
Une partie de leur périple dans l’Historique du 204e RAC : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6420939p
Et du témoignage d'un officier de la 29e batterie :
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/140/Jaminet.jpg
Cordialement.


Message édité par dominique rhety le 30-04-2017 à 12:39:28

---------------
Dominique Rhéty
Pour ceux de 14-Mémoire bourguignonne de la Grande Guerre
n°27005
ALVF
Posté le 30-04-2017 à 15:13:21  profilanswer
 

Bonsoir,
 
Les unités aux ordres directs du colonel Nivelle en août 1914 sont les quatre Groupes "actifs" du 5e R.A.C composant l'Artillerie de Corps (A.C) du 7e Corps d'Armée donc les Groupes 1 à 4 avec les batteries n° 1 à 12.  
Les autres Groupes et batteries du 5e R.A.C sont des unités mobilisées entrant dans la composition de Divisions mobilisées (de Réserve et Territorale) qui échappent totalement à son commandement au plan de l'emploi (mais ces unités sont rattachées administrativement au 5e R.A.C et à son Dépôt).
Cordialement,
Guy François.

n°27011
dominique ​rhety
Posté le 01-05-2017 à 08:27:08  profilanswer
 

Bonjour,
merci de cette précision.
 
Cordialement.


---------------
Dominique Rhéty
Pour ceux de 14-Mémoire bourguignonne de la Grande Guerre

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  La Grande Guerre en photos
  Uniformes

  Un colonel en fin de carrière probable et bien décoré?