FORUM pages 14-18
  Soldats de la Grande Guerre

  L'ABBE COLLE DE MENIL SUR BELVITTE

 

Il y a 94 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus, cliquez ici

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

L'ABBE COLLE DE MENIL SUR BELVITTE

n°4963
vitrier78
Posté le 19-05-2007 à 20:56:55  profilanswer
 

bonsoir,je viens de terminer ce fameux livre de l'abbé collé sur les combats de la mortagne et de la chipotte,que je cherchais depuis si longtemps.je rend tous les hommages à cet homme qui a donné autant de sa personne, pendant la periode des combats sur ce secteur des vosges, en tenant la main des mourrants en aidant aux soins des blessés ,en retournant les papiers et objets aux familles qui attendaient des nouvelles de leurs proches.Regroupant les cadavres et les identifiant le plus rapidement possible avant que les effets personnels qu'ils avaient sur eux ne soit detruits ou illisibles.Malgré les accusations de detrousseur de cadavre proferées par certaines personnes de peu de scrupules,celles-là qui etaient surement les premieres à se servir et qui devaient etre génées par le travail de l'Abbé et des soldats qui lui donnaient un serieux coup de main.Défendant la veuve et l'orphelin dans le village de ménil pendant l'occupation allemande pour eviter les exactions des envahisseurs il a tenté de sauver ce qui etait encore possible de l'église bombardée du village afin d'eviter que la charpente ne s'écroule,allant même,par la suite, jusqu'à creer son propre  petit musée à l'interieur de l'église .Il a glané aux alentours les effets ,équipement et materiels ,souvenirs des soldats Français et Allemands tombés dans les bois et les champs afin de leur rendre hommage et pour qu'on ne les oublie pas.Mais là encore des lettres  furent envoyées en dénonçant le fait qu'il détenait des armes, des explosifs, et differents objets militaires qui ne lui appartenaient pas...Heureusement ces lettres furent sans conséquence . Le musée fût malheureusement détruit pendant la 2GM par les allemands.On peut dire également qu'il n'oublia jamais les ceremonies et les inaugurations  qui suivirent l'armistice .Il fit le necessaire pour que les cimetieres  militaires des environs et celui de ménil ne soient pas deplacés et pour que les familles puissent continuer à se recueuillir sur les tombes restées dans les secteurs d'origine.Aprés cette lecture, je me suis mis en quête de renseignements sur le site de ménil sur belvitte pensant y trouver un hommage du village à ce grand homme qui a tellement fait pour lui et bien rien !!  :non: quel manque de savoir vivre , comment peut-on oublier ?? s'il y a quelqu'un qui meriterait que l'on continue à l'honorer comme un grand personnage historique ,c'est bien lui ! Alors si par hasard une personne de la mairie lisait ce texte faite en sorte de réparer cette injustice car les héros ne sont pas si nombreux pour que l'on se permette de les oublier !!!!!http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/1634/ABBECOLLEDEVANTLEGLISEDEMENILSURBELVITTE.JPG[/img]


---------------
VITRIER78
n°4966
rohmer
Posté le 19-05-2007 à 21:27:13  profilanswer
 


Bonsoir à Toutes et Tous,
 
http://images.mesdiscussions.net/p [...] LVITTE.JPG
 
Je pense que le lien envoyé devrait s'ouvrir....!
 
Pouvez-vous préciser les coordonnées du livre que vous décrivez ?
Merci.
 
Bien cordialement.
Evelyne.

n°4971
belge
Pugna Nobilis Princeps
Posté le 20-05-2007 à 05:45:22  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Serait-ce un nouvel exemple de ce que "Nul n'est prophète en son pays "?...d'autant plus qu'il y a, dites-vous, été bassement attaqué...
Cordialement


---------------
Clansman
n°4979
vitrier78
Posté le 20-05-2007 à 10:00:45  profilanswer
 

bonjour,
merci pour votre aide au niveau de la photo,il faudra m'expliquer comment inserer les photos dans un texte, car la réference est inclue et non l'image...je ne suis pas un pro de l'informatique, je le reconnais.
sinon le livre s'appelle:LA BATAILLE DE LA MORTAGNE, la Chipotte,Ménil et ses environs.par l'ABBE ALPHONSE COLLE librairie Vitte à Lyon.1925.
cdt Bruno.


---------------
VITRIER78
n°4981
rohmer
Posté le 20-05-2007 à 13:14:08  profilanswer
 

Bonjour Bruno,
 
Voici ce qu'Annie nous avait expliqué, devant nos lacunes......persistantes...!
 
 
Posté le 25-03-2007 à 03:06:24    
Bonsoir Evelyne,  
 
Très rapidement car il est tard.  
Je vous rappelle ce lien pour insérer une image :  
 
http://forum.pcastuces.com/sujet.asp?f=20&s=324  
 
Faire toutes les "manoeuvres" jusque 5 inclus.  
Là, cliquer sur l'icône "oeil" (même ligne que "votre réponse" )  
Insérer le lien par "coller". Recliquer sur l'icône oeil. C'est tout. Quand vous validerez votre message, miracle, votre photo va apparaitre....  
 
Cordialement    
Annie,

 
Pour votre lien, j'ai fait un copié-collé de la ligne.
Je l'ai replacé sur un message-brouillon, comme si je créais un message privé.
En faisant aperçu, j'ai vu qu'il s'écrivait en ouverture.  :wahoo:  
 
J'ai repris la même opération, sur le forum, au propre, comme nous disions autrefois.
Et cela a fonctionné.
Alors, je n'ai pas trop cherché à comprendre.....cela fonctionnait....et c'était le but recherché.
 
Merci pour les références du livre.
Bien cordialement.
Evelyne.

n°4996
vitrier78
Posté le 20-05-2007 à 18:54:21  profilanswer
 

C:\Users\bruno\Pictures\May20$02.JPG[img]je fais un essai d'envoi d'images après conseils..
j'espère que ça va aller.Pictures\May20$03.JPG[/img]hop ! encore une !Pictures\May20$04.JPG[img]et enfin la derniere !Pictures\May20$05.JPG[/img]


---------------
VITRIER78
n°4998
vitrier78
Posté le 20-05-2007 à 18:57:18  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/1634/May20%246.JPGhttp://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/1634/May20%2402.JPG


---------------
VITRIER78
n°4999
vitrier78
Posté le 20-05-2007 à 18:59:55  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/1634/May20%247.JPGhttp://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/1634/May20%2404.JPG


---------------
VITRIER78
n°5000
vitrier78
Posté le 20-05-2007 à 19:15:43  profilanswer
 

 
http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/1634/May20%2403.JPG
ouf ! ça y est ça marche , c'est bon ...il ne faut pas desesperer.


---------------
VITRIER78
n°5006
rohmer
Posté le 20-05-2007 à 21:39:49  profilanswer
 

Bonsoir Bruno et Bravo !
 
Bien cordialement.
Marc et Evelyne.

n°5007
Jean-Claud​e Poncet
Posté le 20-05-2007 à 21:41:17  profilanswer
 

Bonsoir,
L'abbé Collé devait avoir des archives bien précieuses car il a entretenu beaucoup de correspondance avec les familles.
Cordialement,
JCP

       http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/31/dedicace_colle_abbe_mortagne_planche6.JPG

n°5018
jacques di​dier
Posté le 21-05-2007 à 18:20:45  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
L'étude de la nombreuse correspondance émise au sujet de l'Abbé Collé, curé de Ménil-sur-Bevitte, sur l'identification et l'exhumation des morts a fait que ce prêtre a été très contesté sur ses agissements et sa conduite malgré le soutien de Maurice Barrès, de M. Louis Marin et du maire de Baccarat.
Plusieurs enquêtes ont été menées par l'administration préfectorale qui ont fait l'objet de rapports divers dont un adressé au ministre de l'intérieur.
Homme de caractère mais intrigant, il a continué a exercer son ministère jusqu'à sa mort, le 16 mai 1943, dans ce village des Vosges, .
Aujourd'hui, on peut encore voir le presbytère tel que sur les cartes postales de l'époque où il avait aménagé son musée dans une pièce du bas.
Plus de 150 cartes postales ont été émises concernant l'église, le presbytère, le musée, les maisons du village, les différents cimetières avant leur regroupement, les cérémonies officielles commémoratives, sa remise de la croix de guerre avec palme, et celle où il s'est fait photographié avec Maurice Barrés.
Quelques habitants ont laissé des témoignages.
 
Cordialement.
 
J.Didier

n°5053
Eric Mansu​y
Posté le 23-05-2007 à 16:29:02  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Une chose est certaine, l’abbé Collé était persévérant ; jugez plutôt…
 
Dans un courrier en date du 1er août 1917, il informait le maire d’Epinal de la tenue de la cérémonie du 28 août suivant, en présence de messieurs Barrès et Flayelle et du général de Castelnau, entre autres personnalités éminentes, déplorant que la ville d’Epinal n’ait pas encore fourni, à l’instar de Lyon, Saint-Etienne, Roanne ou Le Puy, un « drapeau en soie tricolore » qui puisse accompagner la procession sur les tombes.  
 
Réponse du Conseil Municipal d’Epinal, en date du 13 août 1917 : « M. Simonet, tout en rendant hommage aux sentiments patriotiques de M. l’abbé Collé, estime que le Conseil ne peut accepter une invitation qui n’est pas formulée par la Municipalité de Ménil sur Belvitte elle-même, et le Conseil, partageant à l’unanimité cet avis, exprime ses regrets de ne pouvoir y donner suite. »
 
 
Dans un courrier en date du 11 janvier 1920, l’abbé Collé renouvelait sa requête auprès du maire d’Epinal, ajoutant aux villes ayant déjà fait parvenir un drapeau à Ménil-sur-Belvitte en 1917, les noms de celles de Montbrison, Aurillac, Grenoble, Chambéry, Briançon, Barcelonnette, Nice et Dijon.  
 
Réponse du maire d’Epinal, le 26 janvier 1920 : « J’ai l’honneur de vous informer que le Conseil Municipal n’a pas cru devoir accueillir la proposition que vous lui avez adressée par votre lettre du 11 courant. »
 
 
Dans un courrier en date du 6 novembre 1925 enfin, l’abbé Collé écrivait :  
« Monsieur le Maire,  
le Musée de la Bataille va s’enrichir encore des drapeaux en soie tricolore aux armes des villes de Langres et Chaumont. Celui d’Epinal fait l’objet de mes plus ardents désirs, puisque j’ai eu le douloureux honneur d’identifier près de 300 braves des 149e et 170e.  
Que sont ces drapeaux ? Ce que veulent les villes de garnison. La plupart ont 1,27 sur 0,98 ; en soie tricolore ; sur une face les armes de la ville, et sur l’autre, une inscription « La Ville de… aux Braves des… Régiments… etc. » La hampe est nécessaire. Celui de Lyon est muni d’un crêpe.  
Je ne doute pas, Monsieur le Maire, que vous ferez l’impossible auprès des représentants de votre ville pour que bientôt, ce drapeau vienne dans l’unique Musée du Souvenir de la guerre en Lorraine.  
Dans cet espoir, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes meilleurs et très respectueux sentiments.
Alph. Collé, curé fondateur
 
Note : Monsieur le Maire de Ménil joint ses prières aux miennes. »
 
Réponse du Conseil Municipal d’Epinal, réuni en séance le 12 novembre 1925 : « Le Conseil exprime ses regrets de ne pouvoir lui donner satisfaction, la Ville ne disposant pas de Drapeaux à ses armes. »
 
Tout commentaire semble superflu.
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy      


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°12638
Le Gaillar​d
Gloire Aux Aînés!
Posté le 12-04-2008 à 16:09:47  profilanswer
 

vitrier78 a écrit :

==> ...je rend tous les hommages à cet homme qui a donné autant de sa personne, pendant la periode des combats sur ce secteur des vosges...
 
==> ...en retournant les papiers et objets aux familles qui attendaient des nouvelles de leurs proches.Regroupant les cadavres et les identifiant le plus rapidement possible avant que les effets personnels qu'ils avaient sur eux ne soit detruits ou illisibles...


 
Bonjour à tous!
Bonjour Eric!
 
Bonjour vitrier78, :hello:  
 
Je découvre aujourd'hui ce message, et je ne peux que PARTAGER ENTIEREMENT votre avis sur la question : l'abbé Collé était un Grand Homme de Ménil-sur-Belvitte...
Mon arrière-grand-oncle est tombé au col de la Chipotte en août 1914. Il était du 149ème RI d'Epinal. Et c'est bien GRACE à l'Abbé Collé que je connais son histoire aujourd'hui.
En effet, l'Abbé Collé a beaucoup correspondu avec les parents de mon aïeul : une bonne dizaine de lettres "enflammées" existent. Il leur indique de précieux détails quand au lieu où se trouve le corps de leur enfant. Il les soutient de son ardente prière quant à la douloureuse traversée de cette épreuve : la perte d'un fils à la guerre. Il leur a aussi envoyé par la poste qques. effets personnels retrouvés sur le corps à l'endroit même où l'ennemi l'a abattu : ses dernières lettres du front écrites au crayon à papier, une paire de ciseaux pliables, sa plaque de soldat, etc...
C'est très émouvant.
A le lire, c'était un homme doué d'une forte abnégation. Il fait son maximum pour sauvegarder ce qui peut l'être. Il parle effectivement de créer un musée-souvenir pour que les générations futures n'oublient pas leurs aînés.
 
Je ne désespère pas un jour de retranscrire ces lettres, véritable TEMOIGNAGE de cet homme entièrement dévoué au Mémorial de tous ces (jeunes) hommes tombés pour la France aux alentours de Ménil-sur-Belvitte. Elles sont la preuve que les calomnies de l'époque ne sont absolument pas fondées. L'abbé Collé était tout sauf un "détrousseur de cadavres".
 
Il devait surement avoir un sacré caractère...mais n'en fallait-il pas pour mener à bien une si lourde mais si belle mission...? Il semble avoir bravé les rumeurs de l'époque...et aujourd'hui le souvenir est toujours bien présent
 
Je ne désespère pas non plus un jour de me rendre sur les lieux de Ménil-sur-belvitte pour un petit "pèlerinage" avec l'aide précieux d'Eric Mansuy...et de tous ceux que cela pourrait intéresser...
 
A suivre donc...
 :bounce:


---------------
Cordialement, Marc
«Souvenez-vous que vous êtes du 35e(...)descendants des vainqueurs de Wagram, de la Moskowa, d'Alger, de Sébastopol(...)Allez-y gaiement:ceux qui se trouveront  en face(...)préféreront être ailleurs.» 1912-Colonel de MAUD'HUY
n°12639
Eric Mansu​y
Posté le 12-04-2008 à 16:22:52  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Bonjour Marc,
 
Vivement ce "pélerinage" ensemble à la Chipotte, en effet, et cette retranscription des courriers de l'abbé Collé !  
Mais n'oublions pas les belles lettres du lieutenant de Lurion de l'Egouthail, une bien intéressante retranscription déjà :
http://regards.grandeguerre.free.f [...] Lurion.pdf
 
Amicalement,
Eric


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°12661
jacques di​dier
Posté le 13-04-2008 à 11:35:06  profilanswer
 

Bonjour à toutes et à tous,
 
Louis Madelin, député des Vosges, dresse un portrait de l'abbé Collé, curé de Ménil-sur-Belvitte, en ces termes :<< Quiconque a vu - ne fut-ce qu'une fois - ce prêtre vigoureux, à la figure pleine et énergique, aux yeux de flamme sous les forts sourcils noirs, à la bouche ferme, parfois légèrement ironique, à l'attitude résolue et à la parole prompte, se rend compte du caractère qu'il dût apporter dans des circonstances si critiques, en des heures tragiques.>>
 
Créateur de l'oeuvre des tombes, il a entretenu une nombreuse correspondance non seulement avec les familles de ceux tombés sur le champ de bataille, mais également avec l'administration militaire et civile. Il constitue un musée que Maurice Barrès décrira dans les Chroniques de la Grange Guerre.
Mais ce dont il lui tient le plus à coeur, ce sont les cérémonies religieuses et patriotiques, à partir de 1915, où il réunit les personalités les plus éminentes de la politique, de l'église et des lettres, dont le général de Castelnau.
Il fait de Ménil un lieu de pélerinage où sont invités les délégations des régions du Puy, de Saint-Etienne, Roanne et Montbrison. Les nombreuses photos et cartes postales des cérémonies en témoignent. Je me demande même si Ménil n'a pas été le village le plus photographié de France après les combats.
 
La retranscription de ces lettres sera la bienvenue.
 
Cordialement.
Jacques Didier

n°12728
Le Gaillar​d
Gloire Aux Aînés!
Posté le 15-04-2008 à 22:48:46  profilanswer
 

Bonsoir à tous,

jacques didier a écrit :

...figure pleine et énergique, aux yeux de flamme sous les forts sourcils noirs...

==> Avec une telle description, on s'imagine aisément sa "bonne bouille"!!!  :pt1cable:  
 
Et pour vous faire patienter (car je n'ai que très peu de temps libre), je ne résiste pas à l'envie de partager avec vous tous, ces qques. extraits de différentes lettres de la main même de l'abbé Alphonse Collé. Le style est plutôt direct, les lettres assez explicites.  
Jugez plutôt :
 
UNE LETTRE DE 1915 QUI PARLE DU "PILLAGE" DES DEPOUILLES :
MENIL-SUR-BELVITTE, LE 12 FEVRIER 1915 :
"Cher Monsieur,
Vos renseignements sont exacts, mais je ne puis guère, hélàs, y ajouter. La tombe glorieuse du lieutenant [ndlr : mon aïeul] est en territoire de Sainte-Barbe dont j'étais le curé. La croix n'a pas fait de distinction. Presque tous nos chers soldats ont été dévalisés scrupuleusement : poches retournées et coupées = ceux qui ont eu sur eux des cachettes pourront rendre à leurs familles ce qu'elles contenaient, mais...je puis vous affirmer aussi que nos blessés ne furent pas maltraités par les Allem. Je les vis à l'oeuvre pendant près de 3 semaines, et nos pauvres blessés m'affirmèrent spontanément en soins humains. [ETC...]"

 

jacques didier a écrit :

...Il constitue un musée que Maurice Barrès décrira dans les Chroniques de la Grange Guerre...

UNE LETTRE DE 1917 QUI PARLE DE MAURICE BARRES :
MENIL-SUR-BELVITTE, LE 10 AOUT 1917 :
"Madame,
Je suis en possession de votre très honorée et du mandat pour messes au Lieutenant et ses camarades. Que ne pouvez-vous venir le 28 courant ? Nous solennisont le 3e anniversaire de tous ces combats et ce sera très solennel puisque Monseigneur de St Dié y vient comme Maurice Barrès, de castelnau, etc J'ai demandé au Général que de grandes facilités soient accordées aux familles. Il est au Q.G. secteur 124 [24 ou 124 : cette partie n'est pas très lisible] [...]"

 
A noter, qu'avec cette lettre, figure un bout de papier journal découpé qui dit ceci :
 
"DISPARUS DES VOSGES - M. BONNARD nous prie de communiquer les renseignements suivants très importants qu'il vient de recevoir de Ménil-sur-Belvitte (Vosges).
Pour les familles qui désireront se rendre à la grande cérémonie patriotique à Ménil, le 28 août, à 10 heures, écrire de suite pour les laissez-passer au général commandant la 8e armée, secteur 17, bureau de la circulation.
La cérémonie sera des plus belles. Lyon, Saint-Etienne, Grenoble, et d'autres villes envoient leurs drapeaux, qui seron présentés par les délégués.
Itinéraire : Lyon, Dijon, Epinal, Charmes et Rambervillers; ou Lyon, Dijon, Epinal, Bruyères et Rambervillers. Arriver le 28 au matin, de préférence le 27 au soir.
Se renseigner à la gare de Perrache.
De Rambervillers à Ménil-sur-Belvitte (7 kil.) des voitures seront à Rambervillers pour conduireles voyageurs à Ménil."
 

jacques didier a écrit :

...ce dont il lui tient le plus à coeur, ce sont les cérémonies religieuses et patriotiques...

UNE LETTRE DE 1919 QUI DIT SON ATTACHEMENT AUX CEREMONIES RELIGIEUSES :
MENIL-SUR-BELVITTE, LE 27 NOVEMBRE 1919 :
"Madame,
[...]Les fêtes de la Toussaint m'ont fort occupées, et puis sont venues des familles pour la 1ère fois. Et cela avec une correspondance et le souci de nouvelles exhumations. Depuis votre venue, nous avons bien ramené 500 nouveaux occupants et ce n'est pas fini. Le carré où se trouve Louis [ndlr : mon aïeul] était rempli, nous avons placé les officiers dans le suivant, déjà 2 capitaines et trois lieutenants.[...]"

 
Bonne lecture et à bientôt pour de nouveaux extraits si le temps ne me presse pas trop.
Cordialement,
Le Gaillard, alias Marc  [:le gaillard:3]


---------------
Cordialement, Marc
«Souvenez-vous que vous êtes du 35e(...)descendants des vainqueurs de Wagram, de la Moskowa, d'Alger, de Sébastopol(...)Allez-y gaiement:ceux qui se trouveront  en face(...)préféreront être ailleurs.» 1912-Colonel de MAUD'HUY
n°12732
Eric Mansu​y
Posté le 16-04-2008 à 08:10:31  profilanswer
 

Bonjour Marc,
 
Merci beaucoup et vivement la suite !  :hello:  
 
Amicalement,
Eric


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°12740
jacques di​dier
Posté le 16-04-2008 à 12:04:41  profilanswer
 

Bonjour Marc,
 
Merci d'avoir pris un peu de temps pour nous donner déjà un aperçu de sa correspondance.
 
Cordialement.
 
J.Didier
 
http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/1193/Ménil%2002.jpg5..jpg.

n°12810
Le Gaillar​d
Gloire Aux Aînés!
Posté le 19-04-2008 à 16:49:54  profilanswer
 

Bonjour à tous,
 
Voici 2 autres lettres de l'abbé Collé dont une où il parle de "son musée".
 
L'Abbé Alphonse Collé
Curé de Ménil-sur-Belvitte (Vosges)
 
15 mai : Cher Monsieur,
Le maire de Ste Barbe, commerçant, a tout bouleversé. Il pense que son commerce y gagnera en exigeant que tous les soldats tombés sur le territoire de sa commune y soient inhumés, au mépris des revendications des familles. Il me semble que vous avez le droit de choisir un cimetière aussi rapproché que le sien qui n'est pas encore tracé. Vous pourriez porter votre demande, vous en avez le temps, au Lieutenant Chambard, Etat Civil des tombes militaires à Epinal; qui peut faire droit à votre réclamation. Accentuez votre volonté et soulignez l'égal distance de Ménil ou de Ste Barbe.
Bien respectueusement vôtre,
A.Collé
 
Ecrit le 18 mai 19 ... Chambard
==> rajouté et raturé dans un coin de la lettre...
 
-----------------------------------------------------
 
Vosges - Ménil-sur-Belvitte, le 11 octobre 1915
Bureau de Poste, Téléph., Télégr.
 
Madame,
N'ayez aucun souci sur la tombe chérie...elle est très bien entretenue et entourée. Je l'ai vue bien des fois. Rien ne peut la faire perdre. Elle porte le N° 243 avec bien gravés les nom, prénom et grade du glorieux soldat-Lieutenant. Elle est bien où vous le dîtes. Nos tombes sont fleuries et portent des drapeaux. N'ayez point peur de m'écrire, Madame, je me dois à toutes les douleurs, nos glorieux enfants vous donnent tous les droits sur ma plume et mon coeur. Si vous le désirez, vous pouvez me confier des intentions de messes et surtout m'envoyer le portrait du cher Lieutenant pour le musée - encadré si possible et avec ses noms etc... J'en ai déjà beaucoup. Essayez donc de venir. D'autres passent bien. Ayez un laisser-passer du maire et du commissaire de votre ville, et montrez cette carte. Vous venez par Rambervillers gare, puis par Ménil en voiture, il y en a de louage : Mr Jules Janin à Rambervillers, Vosges. Confiance et courage, Madame, pour Dieu, pour la Patrie. Heureux sont nos héros! Et glorieux et fiers sont ceux qui les donnent. Je vous promets le concours de mes prières.
Agréez, Madame, mes hommages de profond respect et de sympathique dévouement,
A.Collé, Curé

 
Sinon, Eric : voici une lettre d'un infirmier de l'Ambulance 11/7 (retrouvée par hasard parmi d'autres...) qui comporte qques. précisions quand au Lieutenant Louis mon ancêtre. Peut-être le nom de Lébé ne t'est-il pas inconnu...?
Elle aurait peut-être + sa place dans un fil consacré à l'ambulance 11/7 mais bon, tant pis, je la met ici :
 
Brû, par Rambervillers (Vosges), 15 octobre 1914
Monsieur de Lurion,
 
Monsieur le curé de Brû est venu apporter votre lettre au bureau de la 11ème ambulance il y a huit jours déjà, et comme nous n'avions pas de renseignements à lui donner au sujet de votre cher défunt, je l'ai prié de me remettre votre lettre me réservant de vous répondre lorsque nos infirmiers auraient fini d'explorer le col de la Chipotte où ils ensevelissent nos chers soldats depuis vingt-huit jours.
Hier au soir 14 octobre, en relevant le registre des décès les noms des officiers et soldats identifiés et inhumés par nos infirmiers sous la conduite et surveillance de nos dévoués majors, j'ai trouvé le nom du Lieutenant de Lurion de l'Egouthail, votre cher et malheureux fils, mort en héros à la tête de ceux qu'il commandait.
Voici les indications notées par le major pour aider à retrouver la tombe de celui que vous pleurez et sur laquelle j'irai prier samedi prochain 17 octobre, comme prêtre et comme compatriote :
"Lieutenant de Lurion de l'Egouthail enterré sur la route de St Benoît à Ste Barbe, à gauche, en descendant à environ 500 mètres avant d'arriver au dépôt de Merin - Blessures multiples."
Les deux derniers mots nous permettent de croire que le vaillant officier n'aura pas eu d'agonie, mais seulement la minute suprême que Dieu accorde toujours à ceux qui L'aiment et Le servent ici bas pour leur donner le temps de Lui recommander les êtres chers qu'ils laissent, et renouveler le sacrifice et l'offrande de leur propre vie qui leur vaut la récompense éternelle et le bonheur parfait dès qu'ils comparaissent devant Lui.
Il était, du reste, prêt à endurer ayant communié quelques jours après son entrée en campagne, il s'était remis entre les mains du Bon Dieu et n'avait plus eu qu'un seul souci : faire bravement son devoir de soldat. Il l'a fait jusqu'à la mort : soyez donc bien rassuré.
C'est tout ce que je puis vous dire, hélàs! sur les derniers moments de votre fils. Mr le Curé de St Benoît qui n'est qu'à quelques kilomètres du col de la Chipotte n'a rien pu me dire non plus.
Comme souvenirs personnels nous n'avons recueilli sur lui, avec sa plaque d'identité, qu'une montre et une paire de ciseaux.
Il y a quelques jours, Monsieur le Vétérinaire Principal de la région est venu au col de la Chipotte et à notre bureau, mais nous n'avions pu lui donner aucune indication. Je vais faire mon possible pour le faire prévenir et il décidera lui-même s'il faut vous faire parvenir directement ces objets que d'habitude nous envoyons au Ministère de la Guerre.
Il pourra également faire mettre dans une bière le corps du Lieutenant en attendant que des jours plus tranquilles vous permettent de le transporter à Salins.
Oserai-je vous prier, Monsieur, de me prévenir, après la guerre, du jour de cette triste cérémonie, je me ferai un devoir de me rendre à Salins pour y assister et vous exprimer de vive voix mes sentiments de respectueux  et bien sincères condoléances.
En attendant que vous soit accordée cette suprême et si légitime consolation, je demande à Dieu d'adoucir pour vous et votre famille que je n'ai pas l'honneur de connaître, l'amertume d'un si grand sacrifice, et vous donne l'assurance de mes ferventes prières pour le brave Lieutenant mort au champ d'honneur et pour tous ceux qui le pleurent.
Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments respectueusement dévoués.
Abbé Lébé, curé de Grange-sur-Baume (par Voiteur - Jura)
 
Adresse pour la guerre :
Mr Lébé, infirmier
11e Ambulance 7e Corps
Rambervillers (Vosges)

 
A suivre...de découverte en découverte... [:le gaillard:3]  
Marc


---------------
Cordialement, Marc
«Souvenez-vous que vous êtes du 35e(...)descendants des vainqueurs de Wagram, de la Moskowa, d'Alger, de Sébastopol(...)Allez-y gaiement:ceux qui se trouveront  en face(...)préféreront être ailleurs.» 1912-Colonel de MAUD'HUY
n°13253
Le Gaillar​d
Gloire Aux Aînés!
Posté le 05-05-2008 à 21:22:13  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
Bonsoir Eric,
 
Je reviens vers vous ce soir avec 2 autres lettres :
Non pas 2 lettres de l'Abbé Collé...mais de cet infirmier de l'Ambulance 11/7 : Monsieur Lébé.
Elles sont espacées d'une année (1914 et 1915). On devrait presque ouvrir un fil sur l'Ambulance 11/7...
En tous cas : l'histoire de la 11/7 est liée aux combats des vosges et donc à l'histoire de l'Abbé Collé dont d'autres lettres vont suivre, normalement...
 
Bonne Lecture!
A+,
Marc
 
=====================
Correspondance militaire – Trésor Et Postes 9 Déc 14
Cachet : « 7ème Corps d’Armée Hôpital de Campagne …»

 
11e Ambulance, 7e Corps – Hôpital d’évacuation
Rambervillers (Vosges)
9 décembre
 
Madame et Monsieur,
Depuis 4 jours notre triste travail a pris fin ; nous avons maintenant 163 blessés ou malades à soigner, et le canon qui a recommencé à tonner à midi et va reprendre de plus belle de nos côtés ne nous amènera bien que trop de victimes.
J’ai de plus en plus de travail ce qui ne m’a pas permis de vous accuser réception de votre bonne lettre et du mandat qui la suivait. Merci pour tous deux.
J’ai eu occasion en allant rendre les derniers devoirs à un ami, de passer auprès de la tombe du Lieutenant votre fils : c’était peu après la Toussaint et j’ai eu la joie de m’agenouiller sur cette tombe où vous viendrez un jour et de réciter pour vous et moi une fervente prière. Nos soldats avaient passé là et décoré la tombe du brave mort au champ d’honneur qu’une croix montre à toux ceux qui passent dans la forêt. J’acquitte les messes aux intentions indiquées et j’ai confiance que le Bon Dieu lui a fait bon accueil. Mais hélas, la tuerie est loin de finir et les deuils ne feront que redoubler. Que le bon Dieu est pitié de nous. Veuillez agréer, Madame et Monsieur, et aussi votre second fils, l’assurance de mes sentiments dévoués et reconnaissants.
Lébé.
 
=====================
 
Carte-Lettre expédiée par : Ambulance 11/7 – Armée d’Orient – Service Postal 507
(cachet postal : 14-12-15)

1er décembre,
Madame,
Quand votre bonne lettre quittait la France, il y avait 11 jours que j’avais dit adieu à ma chère Patrie et que j’avais débarqué à Salonique. Depuis je suis toujours au camp de Zeiterlick à 4 kms de la ville où nous souffrons du vent, de la pluie, de la boue et depuis quelques jours d’un froid terrible qui, s’il continue, nous conduira tous à l’hôpital. Quelle terrible guerre et que de souffrances nous attendent ici. Et les évènements sont loin d’être rassurants et je n’ose écrire ce que j’en pense et ce que j’augure de cette nouvelle expédition. L’avenir est au bon Dieu qui prendra parti pour la France ; mais l’heure du pardon est longue à venir et que nous étions donc coupables !!!
Une seule consolation m’est donnée, et très précieuse, celle de pouvoir dire ma messe chaque matin et je crois avoir un réel mérite car il faut me lever à 3h1/2 et faire 2500 mètres à l’aller et autant au retour à travers un camp boueux pour être de retour à 6 h. J’accepte donc bien volontiers les messes pour votre cher enfant que vous m’enverrez par mandat, moyen le plus sûr au cas ou je ne le toucherais pas. Le souvenir du Lieutenant m’est présent à la mémoire et tout ce mois de novembre j’ai célébré pour nos chers soldats morts pour la patrie, et pour les familles qui les pleurent. Veuillez me rappeler au bon souvenir de M. le Doyen et agréer pour vous et les vôtres l’assurance de mon dévouement respectueux. Je ne vous parle pas des peuples d’ici, ils sont indignés.
Merci mille fois pour le memento.
=====================


Message édité par Le Gaillard le 12-05-2008 à 23:13:42

---------------
Cordialement, Marc
«Souvenez-vous que vous êtes du 35e(...)descendants des vainqueurs de Wagram, de la Moskowa, d'Alger, de Sébastopol(...)Allez-y gaiement:ceux qui se trouveront  en face(...)préféreront être ailleurs.» 1912-Colonel de MAUD'HUY
n°13420
Le Gaillar​d
Gloire Aux Aînés!
Posté le 12-05-2008 à 23:13:17  profilanswer
 

Bonsoir à tous,
 
Voici 2 nouveaux courriers d'Alphonse Collé, curé de Ménil-sur-Belvitte dans les Vosges pendant la Première Guerre Mondiale.
Tous deux datés d'octobre 1915 :

---------------------------------------------------
L'Abbé A. Collé
Curé
Vosges - Ménil-sur-Belvitte, le 27 octobre 1915
 
Madame,
Excusez mon retard. Je suis allé constamment dans les tranchées des morts pour identifier, et j’ai eu de grands succès.
Je viens vous répondre à la hâte ayant quantité de réponses en souffrance.
La tombe du Lieutenant est parfaitement à l’abri de toute déprédation – à plus de 20km de la ligne de feu ; particulièrement entretenue et visitée parce que sur la lisière d’un bois clair et en contrebas du chemin de Ste Barbe à St Benoît – soyez sans crainte, Madame.
Mon église s’abîme de plus en plus, et je célèbre dans mon grenier, sous les tuiles, ma sacristie a été presque sauvée toute entière mais ce n’était que ma bien pauvre sacristie qui peu à peu, grâce à de saintes âmes se remonte. Merci, Madame, de vos sollicitations bienveillantes.
Reçu le mandat inclus pour des messes qui sont marquées et seront célébrées au plus tôt.
Courage, pour Dieu, pour la France !
Bien respectueusement vôtre.
Alph.Collé
Curé.
---------------------------------------------------
Vosges - Ménil-sur-Belvitte, le 31 octobre 1915
 
Madame,
En quelques mots pressés, recevez mes remerciements pour votre envoi du portrait et votre apport pour messes qui sont inscrites et seront fidèlement acquittées. Le portrait remarquable a été placé de suite au Musée.
Espérons que la santé de Monsieur de Lurion lui permettra de faire bientôt ce premier pèlerinage au tombeau glorieux du héros. Je fais pour cela vœu et prière. Voici la vue du col à deux kilomètres duquel à peu près est tombé le Lieutenant.
Agréer, Madame, pour vous et votre famille et en particulier Monsieur de Lurion votre mari, l’expression de mes plus religieux et dévoués sentiments.
A.Collé
Curé
---------------------------------------------------

 
==> Je ne peux joindre la fameuse "vue du col" car elle n'est plus dans l'enveloppe... vraiment dommage...
Suite au prochain numéro.
A bientôt,


---------------
Cordialement, Marc
«Souvenez-vous que vous êtes du 35e(...)descendants des vainqueurs de Wagram, de la Moskowa, d'Alger, de Sébastopol(...)Allez-y gaiement:ceux qui se trouveront  en face(...)préféreront être ailleurs.» 1912-Colonel de MAUD'HUY
n°13423
Eric Mansu​y
Posté le 13-05-2008 à 11:20:33  profilanswer
 

Bonjour Marc,
Extra, comme toujours, encore merci à toi pour ce partage ! Et vivement la suite, comme d'habitude !  ;)  
 
Amicalement,
Eric


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°13428
jacques di​dier
Posté le 13-05-2008 à 13:29:40  profilanswer
 

Bonjour Marc,
 
La lecture de ses deux correspondances montre bien que ce prêtre avait le sens des affaires et qu'il savait tirer profit de sa fonction, notamment auprès des familles.
Ces agissements lui ont valu bien des inimitiés.
 
Je vous ai joint une carte postale de son presbytère, une importante maison dans laquelle de nombreux blessés ont été soignés, et qui a été épargnée des bombardements malgré la proximité de l'église. Il fera d'une pièce du bas son musée et célèbrera les offices dans le grenier qu'il a aménagé avec ce qu'il a pu sauver de la sacristie.  
 
Cordialement.
J. Didier
 
http://images.mesdiscussions.net/pages1418/mesimages/1193/Presbytere%20Menil.jpg

n°13433
Le Gaillar​d
Gloire Aux Aînés!
Posté le 13-05-2008 à 15:00:22  profilanswer
 

Bonjour Jacques,
 
Merci pour cette superbe carte : je ne la connaissais pas.
 [:le gaillard:5]  Cela donne un bel aperçu de l'endroit.
 
Quelqu'un sait-il si ce presbytère est toujours debout à l'heure actuelle à Ménil ?
 
A bientôt,
Marc


---------------
Cordialement, Marc
«Souvenez-vous que vous êtes du 35e(...)descendants des vainqueurs de Wagram, de la Moskowa, d'Alger, de Sébastopol(...)Allez-y gaiement:ceux qui se trouveront  en face(...)préféreront être ailleurs.» 1912-Colonel de MAUD'HUY
n°13440
jacques di​dier
Posté le 13-05-2008 à 18:11:01  profilanswer
 

Marc,
 
Le bâtiment que l'on voit sur la carte postale existe toujours. On passe devant quand on se rend à la Nécropole de Ménil.
 
Cordialement.
J.D.
 

n°13719
Le Gaillar​d
Gloire Aux Aînés!
Posté le 25-05-2008 à 13:14:53  profilanswer
 

Bonjour,
 
Merci Jacques pour ce détail ! [:le gaillard:3]  
 
Sinon, encore une autre missive de l'Abbé Collé :
 
Vosges - Ménil-sur-Belvitte, le 12 février 1915
Bureau de Poste, Téléph., Télégr.
 
Cher Monsieur,
Vos renseignements sont exacts, mais je ne puis guère, hélas, y ajouter. La tombe glorieuse du Lieutenant est en terrain de Ste Barbe dont j’étais le curé. La croix n’a pas fait de distinction. Presque tous nos chers soldats ont été dévalisés scrupuleusement : poches retournées et coupées – ceux qui ont eu sur eux des cachettes pourront rendre à leurs familles ce qu’elles contenaient mais…je puis vous affirmer aussi que nos blessés ne furent pas maltraités par les Allem. Je les vis à l’œuvre pendant près de 3 semaines, et nos pauvres blessés m’affirmèrent spontanément en soins humains.
Quant à la préparation de nos héros pour le grand sacrifice soyez sûr cher monsieur, qu’elle était parfaite : ici encore des milliers de blessés de tout rang me l’ont prouvé. Ce sont des conquérants rapides du Ciel en même temps que des sauveurs de la douce France.
Ce fut plutôt sur Bazien, nord de Ménil, que fut blessé le 25 août vers 9h du matin le cher Lieutenant : qu’il soit passé au nord-est de Ménil dans la retraite vers le sud (La Chipotte) rien de plus sûr.
Je me permets de vous mettre quelques vues de ma collection relatives au 149e – Bazien-Ste Barbe-Ménil.
Agréez, cher Monsieur, mes condoléances bien vives et mes sentiments les plus dévoués.
Alph.Collé


---------------
Cordialement, Marc
«Souvenez-vous que vous êtes du 35e(...)descendants des vainqueurs de Wagram, de la Moskowa, d'Alger, de Sébastopol(...)Allez-y gaiement:ceux qui se trouveront  en face(...)préféreront être ailleurs.» 1912-Colonel de MAUD'HUY
n°13788
baude1967
109 RI
Posté le 28-05-2008 à 00:01:01  profilanswer
 

bonjour
dans les differents textes il est dit que certaines villes on envoyer un drapeau avec leurs armes  
que sont devenus ces drapeaux ou sont ils deposes
merci
cordialement
pascal

n°23444
pouny
Posté le 18-06-2009 à 12:39:48  profilanswer
 

Bonjour à tous,  
Voilà, en faisant mon arbre généalogique, j'ai découvert que kl'abbé alphonse Collé faisait parmis de ma famille. J'ai également appris qu'il avait écrit un livre "la bataille de la Mortagne". Quelqu'un d'entre vous pourrait-il me dire où me procurer cet ouvrage, le prix m'importe.
Bien a vous et merci de vos réponse.  
Pouny

n°23633
christine8​31
Posté le 05-07-2009 à 23:21:34  profilanswer
 

j'ai une lettre de L'abbé qui a permit à GP d'identier son frère Sébastien Ferrari du 163° de Nice et mort en 14. En fait pourquoi faisait-il tout cela ? La foi ?? merci de m'expliquer christine

n°23634
christine8​31
Posté le 05-07-2009 à 23:30:50  profilanswer
 

Je reprends le sujet de L'abbé Collé :
 
 
sans lui, mon GP n'aurait pas pu trouver et faire revenir le corps de son frère Sébastien Ferrari du 163 ° REG de Nice. Mais excusez ma naiveté :pourquoi faisait-il tout cela ?? La foi ??? Merci de réponses bien amicalement christine du 83

n°23635
Eric Mansu​y
Posté le 06-07-2009 à 08:51:59  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Bonjour Christine,
 
Pour répondre à votre question, si l’on exclut le sentiment de « piété élémentaire », si je puis dire, qui a dû habiter l’abbé Collé, on ne peut que se référer à ce qu’en a écrit le député Louis Madelin dans sa préface à l’ouvrage de l’abbé :
« Il s’est promené, lui, dans tout ce chaos douloureux dont son volume est l’image : il a prodigué les secours matériels, moraux, religieux à tous ceux qui souffraient ; il s’est fait infirmier, aumônier, médecin, tout seul, quand il n’y avait ni infirmiers, ni aumôniers, ni médecins ; il s’est fait conseiller, confident, guide, défenseur des faibles, intercesseur toujours ferme, parfois audacieux, car il parle net, souvent raide ; il s’est prodigué. Et puis quand tout a été fini, il a voulu être la providence des morts après avoir été celle des vivants. Ces pauvres morts tombés çà et là, il a entendu qu’ils ne demeurassent pas enfouis, anonymes, perdus pour leurs parents ou leurs enfants. Il est allé les chercher dans la terre qui bien légèrement les recouvrait ; il les a reconnus, identifiés, groupés ; il s’en est fait une grande famille ; il a été, dès la fin de 1914, un précurseur, celui qui, l’un des premiers, à travers un champ de bataille, a rendu à nos martyrs, avec les honneurs qui leur étaient dûs, ce service qu’ils eussent tous réclamés : signaler à leurs familles le lieu où ils étaient tombés et permettre à ceux qui pleuraient de ne plus pleurer dans le vide. »
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°23643
christine8​31
Posté le 07-07-2009 à 10:10:49  profilanswer
 

Vraiment merci Eric pour cette préface qui enlévé tout équivoque. Je retranscris la lettre de L'abbé dans un manuscrit que j'écris en l'honneur de mon GP JEAN FERRARI SURVIVANT ET DE SES DEUX FRERES THOMAS ET SEBASTIEN le premier disparu à Mormont le deuxième retrouvé par l'Abbé et donc MPLF. Bien chaleureusement à vous christine   var

n°23644
Eric Mansu​y
Posté le 07-07-2009 à 11:33:11  profilanswer
 

Bonjour à tous,
Bonjour Christine,
 
Le nom de Sébastien Ferrari figure en effet dans l'ouvrage de l'abbé Collé, dans l'une des longues listes de tués du secteur. Où est-il inhumé à présent ?
 
Bien cordialement,
Eric Mansuy


---------------
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.
n°23764
christine8​31
Posté le 18-07-2009 à 22:33:50  profilanswer
 

Bonsoir Eric, je découvre votre réponse avec grand plaisir. Etant dans la montagne pour écrire. Le corps de Sébastien Ferrari, mon grand oncle est revenu en 1921 de Menil pour reposer dans le tombeau familial de La Seyne var, grâce à l'identification de L'Abbé en 1917. J'ai la lettre. Son frère Thomas n'a jamais été retrouvé, mais moi je mène l'enquête, il ne restera pas dans l'oubli. MERCI et bien chaleureusement, christine.de-chauvelin@wanadoo.fr


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Soldats de la Grande Guerre

  L'ABBE COLLE DE MENIL SUR BELVITTE