FORUM pages 14-18
  Soldats de la Grande Guerre

  École polytechnique — Promotion 1890.

 

Forum Pages d’Histoire: marine : biliki Pages 14-18 : Les arts et la guerre : Inouk44, 1 utilisateur anonyme et 34 utilisateurs inconnus
Sujet(s) à lire :
 

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

École polytechnique — Promotion 1890.

n°79437
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 09-09-2017 à 22:55:02  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
                                                                                                                 ÉCOLE POLYTECHNIQUE
 
 
                                                                                                                        Promotion 1890
 
 
   ■ Classement d’entrée.
 
          — Liste d’admission (J.O. 27 sept. 1890, p. 4.795).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/b [...] k/f15.item  
 
 
   ■ Boursiers et demi-boursiers.
 
          — Liste des bénéficiaires (J.O. 12 nov. 1890, p. 5.486).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64379394/f2.item  
 
 
   ■ Affectations dans le service public.
 
 
      • Sous-lieutenants élèves du corps de l’artillerie de la marine et des colonies (20).
 
         — Décret du 27 août 1892 (J.O. 29 août 1892, p. 4.358).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6269497t/f2.item  
 
 
      • Élèves-ingénieurs du corps du génie maritime (5).
 
         — Décret du 27 août 1892 (J.O. 29 août 1892, p. 4.358).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6269497t/f2.item  
 
 
      • Élève-ingénieur du corps des ingénieurs hydrographes (1).
 
         — Décret du 27 août 1892 (J.O. 29 août 1892, p. 4.258).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6269497t/f2.item  
 
 
      • Aspirants de marine (3).
 
         — Décret du 28 août 1892 (J.O. 30 août 1892, p. 4.364).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62694987/f4.item
 
   
      • Élèves du génie à l’École d’application de l’artillerie et du génie (25).
 
         — Décret du 28 août 1892 (J.O. 31 août 1892, p. 4.376).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6269499n/f4.item  
 
 
      • Élève ingénieur du Services des poudres et salpêtres (1).
 
         — Décret du 28 août 1892 (J.O. 1er sept. 1892, p. 4.386).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6315296b/f8.item  
 
 
      • Élève ingénieur à l’École professionnelle supérieure des postes et des télégraphes (1).
 
         — Décret du 31 août 1892 (J.O. 8 sept. 1892, p. 4.481).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63153031.item  
 
 
      • Sous-lieutenants élèves d’artillerie (95).
 
         — Décret du 7 septembre 1892 (J.O. 10 sept. 1892, p. 4.512).
 
             —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6315305v/f8.item  
   
 
      • Élèves-ingénieurs du corps des ponts et chaussées (8).
 
         — Décret du 8 septembre 1892 (J.O. 13 sept. 1892, p. 4.545).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63153083.item  
 
 
      • Élèves-ingénieurs du corps des mines (4).
 
         — Décret du 8 septembre 1892 (J.O. 13 sept. 1892, p. 4.545).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63153083.item  
 
 
  ■ Anciens élèves qui, ayant satisfait aux examens de sortie de l’école, ne sont entrés dans aucun des services publics qui s’y recrutent (7).
 
         — Cf. Décret du 12 septembre 1892, (J.O. 14 sept. 1892, p. 4.562).
 
              —> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6315309h/f2.item  


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.
n°79438
Rutilius
Non solum in memoriam.
Posté le 09-09-2017 à 22:59:03  profilanswer
 

.
   Bonsoir à tous,
 
 
                                                                                                               BIRAUD Marie Marcel Gérard
 
 
 
   Né le 22 janvier 1870 à Poitiers (Vienne), rue des Jacobins, tué d’une balle au front à Craonne (Aisne), le 2 août 1917, alors qu’il se trouvait à cinquante mètres de l’ennemi, parcourant la première ligne pour en vérifier l’exacte position, afin de régler en conséquence le tir de son artillerie.  
 
    Fils de Mathieu Auguste BIRAUD, né le octobre 1843 à Fontenay-le-Comte (Vendée), fabricant, sous la marque déposée Au Phénix, de « couleurs et vernis pour bâtiments, charronnage, instruments aratoires, navires, etc. », et de Marie Gabrielle PATRIER, née le 4 novembre 1843 à Poitiers, sans profession ; époux ayant contracté mariage à Poitiers, le 25 février 1867 (Registre des actes de mariage de la ville de Poitiers, Année 1867, f° 26, acte n° 37. ~ Registre des actes de naissance de la ville de Poitiers, Année 1870, acte n° 57.). En 1890, époux domiciliés à Poitiers, au 8, rue de Mexico.
 
   Fille de Jean-Baptiste PATRIER, né le 29 juillet 1823 à Mauprévoir (Vienne) et de Marie Jeanne Ernestine GRILLIET, née le 18 février 1822 à Poitiers ; époux ayant contracté mariage à Poitiers, le 1er août 1842 (Registre des actes de mariage de la ville de Poitiers, Année 1842, f° 67, acte n° 97.).
 
   Époux de Marguerite Marie DESSE, avec laquelle il avait contracté mariage à Pauillac (Gironde), le 24 août 1898 (Registre des actes de naissance de la ville de Poitiers, Année 1870, acte n° 57 – Mention marginale.).
 
    Frère de François Marie Julien BIRAUD, né le 25 juin 1868 à Poitiers (Registre des actes de naissance de la ville de Poitier, Année 1868, f° 112, acte n° 362), décédé le 18 janvier 1919 à ... (...).  
 
  Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 30 juillet 1916 (J.O. 31 juill. 1916, p. 5.829 et 5.851), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade de chevalier dans les termes suivants :
 
   « BIRAUD (Francis-Marie-Julien), médecin-major de 1re classe de réserve, médecin chef de la place de Rambouillet, gouvernement militaire de Paris. »
 
 
 
                                                                                                                            **********  
   
   Classe 1890, n° 1.340 au recrutement de Poitiers.
 
   Admis à l’École polytechnique le 20 octobre 1890 à la suite du concours ouvert la même année ; classé 50e sur une liste de 265 élèves (J.O. 27 sept. 1890, p. 4.790) ; boursier avec trousseau (J.O. 12 nov. 1890, p. 5.486). Passé à la première division en 1891, étant classé 138e sur une liste de 261 élèves. Déclaré admissible dans les services publics en 1892, étant classé 121e sur une liste de 181 élèves. Admis dans l’artillerie en 1892, étant classé 59e sur une liste de 93 élèves.
 
   Par décret du 7 septembre 1892 (J.O. 10 sept. 1892, p. 4.512), nommé au grade de sous-lieutenant élève d’artillerie à compter du 1er octobre 1892.
 
   Par décret du ... 1894 (...), promu au grade de lieutenant d’artillerie.
 
   A compter du 1er octobre 1894, lieutenant à la 8e Batterie du 20e Régiment d’artillerie de campagne.
 
   A compter du 2 octobre 1895, affecté à la 9e Batterie du 20e Régiment d’artillerie de campagne.
 
   En 1896~1897, suit les cours de la division d’instruction de l’École d’application de l’artillerie et du génie. A l’issue de cette formation, par décision ministérielle du 10 août 1897 (J.O. 12 août 1897, p. 4.642), affecté à la 1re Batterie du 20e Régiment d’artillerie de campagne.  
 
   A compter du 30 septembre 1897, lieutenant à ladite batterie.
 
   A compter du 1er octobre 1898, affecté à la 9e Batterie du 20e Régiment d’artillerie de campagne.
 
   Par décision ministérielle du 7 octobre 1899 (J.O. 9 oct. 1899, p. 6.684), nommé à la 1re classe de son grade. Maintenu à la 9e Batterie du 20e Régiment d’artillerie de campagne.
 
   A compter du 5 décembre 1901, affecté à la 8e Batterie du 20e Régiment d’artillerie de campagne.
 
   Par décret du 26 décembre 1905 (J.O. 26 déc. 1905, p. 7.598), promu au grade de capitaine (3e tour ; ancienneté). Affecté à la 3e Batterie du 8e Bataillon d’artillerie à pied, Direction d’Épinal.
 
   Par décision ministérielle du 24 septembre 1907 (J.O. 25 sept. 1907, p. 6.753), désigné au commandement de la 3e Batterie du 20e Régiment d’artillerie de campagne.
 
   Début Septembre 1913, désigné comme capitaine instructeur, à Poitiers, d’élèves-officiers de réserve d’artillerie appelés à suivre les cours spéciaux organisés à leur intention en 1913~1914 (J.O. 5 sept. 1913, p. 7.949 ; erratum J.O. 12 sept. 1913, p. 8.138).  
 
   A compter du 14 septembre 1914, affecté à l’État-major (3e groupe) du 33e Régiment d’artillerie de campagne.
 
   Par ... du ... octobre 1914 (...), promu au grade de chef d’escadron à titre temporaire au 33e Régiment d’artillerie de campagne.
 
   Cité à l’ordre de l’ordre du détachement de l’Armée de Belgique dans les termes suivants – Ordre du général n° 24 du 17 novembre 1914 – :
 
   « S’est particulièrement distingué pendant la journée du 12 novembre en maintenant ses batteries sous un feu violent à portée de la première ligne ; a arrêté une violente attaque de l’ennemi et a appuyé ensuite la contre-attaque de nos troupes. »
 
  Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 20 novembre 1914 (J.O. 22 nov. 1914, p. 8.783 et 8.889), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade de chevalier dans les termes suivants :
 
   « Biraud, capitaine au 20e rég. d’artillerie (chef d'escadron à titre temporaire au 33e rég. d’artillerie : a fait, preuve, au combat du 25 octobre 1914, de sang-froid, de coup d'œil et de réelles connaissances techniques en arrivant, sans faire éprouver des pertes à son personnel, a installer, à moins de .00 [illisible] mètres d’une maison garnie de mitrailleuses ennemies qui depuis la matinée arrêtaient la progression du 114e régiment d infanterie, deux batteries qui ont, en quelques minutes, éteint le feu des mitrailleuses. »
 
   Par décret du Président de la République en date du 28 décembre 1914 (J.O. 30 déc. 1914, p. 9.491), promu au grade de chef d’escadron à compter du 25 décembre 1914 (au choix).
 
   Cité à l’ordre du Régiment – Ordre n° 25 du 21 février 1915 – dans les termes suivants:
 
   Pour le « Zèle et [l’]intelligence dont il a fait preuve pendant la journée du 20 février en appuyant de son feu les attaques de l’infanterie et en contribuant au bon résultat final. »
 
   Cité à l’ordre de la 18e Division – Ordre n° 358 du 24 mars 1915 – dans les termes suivants :
 
   « A fait preuve des meilleures qualités militaires dans le commandement de son groupe, maintenu constamment en position sous le feu de l’ennemi pendant cinq longs mois d’hiver ; a donné à son personnel l’exemple du courage et du dévouement et a tout à la fois assuré d’une façon parfaite sa mission tactique et entretenir dans ses batteries la discipline, la santé et la confiance. »
 
   Cité à l’ordre de l’armée – Ordre n° 329 du 7 juillet 1916 – dans les termes suivants :
 
   « Officier supérieur d’une activité inlassable pendant la période du 21 avril au 25 mai. S’est rendu presque journellement en première ligne, malgré les bombardements les plus intenses, pour se rendre un compte exact de la situation de l’infanterie et diriger en conséquence les feux de son groupe. Bataille de V. »
 
   Cité à l’ordre de l’armée – Ordre n° 426 du 7 décembre 1916 – dans les termes suivants (J.O. 15 mai 1917, p. 3.887) :
 
   « BIRAUD (Marie-Marcel-Gérard), chef d’escadron au 33e rég. d’artillerie : d’une activité qui n’a d’égale que sa bravoure. S’est distingué au cours de la bataille de la Somme par des reconnaissances hardies. De son propre mouvement, dans une région particulièrement bombardée, a parcouru, de jour, au mépris de tout danger et a plusieurs reprises, notamment les 2 et 18 novembre 1916, nos positions les plus avancées et a rapporté au commandement des renseignements d’une remarquable précision et d'un intérêt capital. »
 
   Par ... du ... février 1917 (...), promu au grade de lieutenant-colonel à titre temporaire .
 
   Par décision ministérielle du 28 février 1917 (J.O. 5 mars 1917, p. 1.807), fut approuvée, à compter du 11 février 1917, sa nomination au grade de lieutenant-colonel à titre temporaire. Maintenu au 33e Régiment d’artillerie de campagne.  
 
   Cité à l’ordre du corps d’armée – Ordre n° 220 du 10 mars 1917 – dans les termes suivants :
 
   « Commandant l’artillerie d’une unité russe au cours de la préparation et de l’exécution du coup de main du 9 mars 1917. A fait preuve d’une haute compétence dans le commandement qu’il exerce et a assuré lui-même, en se tenant dans les tranchées les plus avancées, l’exécution d’une préparation d’artillerie particulièrement difficile. »
 
   Cité à l’ordre de la 66e Division d’infanterie – Ordre du général commandant n° 572 du 23 juin 1917 – dans les termes suivants :
 
   « Chef de corps des plus actifs, constamment en première ligne, en liaison étroite avec les bataillons de chasseurs qu’il soutient toujours de ses feux aussi précis que rapidement combinés. »  
 
   Cité à l’ordre de la 154e Division d’infanterie – Ordre n° 316 du 6 juillet 1917 – dans les termes suivants :
 
   « Officier supérieur de première valeur, dont les rares qualités professionnelles sont servies par une bravoure, un sang froid et un esprit de décision admirables. Constamment en première ligne pour vérifier par lui-même les tirs de ses batteries et reconnaître les positions ennemies. S’est dépensé sans compter en Juin 1917 pendant l’occupation d’un secteur difficile et a obtenu dans le commandement de son groupement les plus remarquables résultats. »
 
   Citation du 33e Régiment d’artillerie de campagne à l’ordre du IXe Corps d’armée – Ordre n° 243 du 1er août 1917 – dans les termes suivants :
 
   « Sous les ordres du lieutenant-colonel Biraud, a contribué heureusement au succès des opérations offensives du 8 au 22 mai, grâce à sa liaison parfaite avec les troupes d’attaque, et à la défense des plateaux des Casemates et de Californie, du 19 au 25 juillet, par la violence, la continuité et l’efficacité de ses tirs. Régiment d’élite qu’anime le plus bel esprit de sacrifice. »  
 
   Cité à l’ordre de l’armée – Ordre du général commandant la Xe Armée n° 295 en date du 20 août 1917 – dans les termes suivants (J.O. 15 mai 1917, p. 3.887) :    
 
   « BIRAUD (Marie-Marcel-Gérard), lieutenant-colonel, commandant le 33e rég. d’artillerie : officier supérieur d’une activité inlassable, d’une compétence technique hors ligne et d’une bravoure sans égale, se rendant constamment et malgré les bombardements les plus vifs dans les tranchées, pour juger, par lui-même, de la situation et préparer le tir de son artillerie. Tombé glorieusement, le 2 août 1917, frappé d’une balle au front, au moment où, à cinquante mètres de l’ennemi, il parcourait notre première ligne pour en vérifier la position exacte sur le terrain et régler ses tirs en conséquence. »
 
   Après sa mort, le 33e Régiment d’artillerie de campagne fut cité à l’ordre de l’armée dans les termes suivants – Ordre du 13 septembre 1917 – (J.O. 26 nov. 1917, p. 9.520) :  
 
   « LE 33e RÉG. D’ARTILLERIE DE CAMPAGNE : régiment d’élite qu’anime une ardeur exem-plaire, inspirée par le sentiment du devoir et l’esprit de sacrifice dont ses officiers, parmi lesquels il faut citer surtout le lieutenant-colonel Biraud et le capitaine De Molaing (*), tombés au champ d’honneur, donnent constamment de nouvelles preuves. Grâce à sa liaison parfaite avec la ligne de combat, ne cesse de procurer à l’infanterie de sa division un appui constant et efficace. S’est particulièrement distingué, lors des opérations offensives de mai 1917. Sous l’énergique impulsion de son chef le lieutenant-colonel Biraud, a contribué grandement, en juillet 1917, au maintien de nos positions dans un secteur en butte à des attaques violentes et répétées. »
 
   ________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
 
   (*) LESNE de MOLAING Jean Adhémar Georges, né le 13 novembre 1880 à Argentan (Orne), tué d’une balle à la tête à Craonne (Aisne), le 11 juillet 1917, en réglant lui-même le tir de ses batteries à partir des tranchées de première ligne. Alors capitaine, commandant le 3e Groupe de batteries du 33e Régiment d’artillerie de campagne. Domicilié en dernier lieu à Bourges (Cher).  
 
   Admis à l’École polytechnique le 11 octobre 1900 à la suite du concours ouvert la même année ; classé 31e sur une liste de 250 élèves (J.O. 3 oct. 1900, p. 6.529) ; matricule n° 451. Passé à la première division en 1901, étant classé 172e sur une liste de 250 élèves. Déclaré admissible dans les services publics en 1902, étant classé 184e sur une liste de 247 élèves. Admis dans l’artillerie de terre en 1902, étant classé 53e sur une liste de 79 élèves.
 
   Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 3 juillet 1916 (J.O. 4 juill. 1916, p. 5.890 et 5.891), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade de chevalier dans les termes suivants :
 
   « LESNE DE MOLAING (Jean-Adhémar-Georges), capitaine au 49e rég. d’artillerie : commandant un groupement de batteries, a fait preuve, au cours des opérations du 21 avril au 16 mai 1916, des plus belles qualités de calme, de sang-froid et de commandement, et a su assurer, malgré les plus grandes difficultés, l’accomplissement de toutes les missions qui lui ont été confiées. »
 
   Cité à l’ordre de l’armée dans les termes suivants – Ordre du 5 août 1917 – (J.O. 10 nov. 1917, p. 8.986) :  
 
   « LESNE DE MOLAING (Jean), capitaine commandant le 3e groupe du 33e rég. d’artillerie : commandant un groupe de batteries, a toujours fait preuve des plus belles qualités militaires. Homme de devoir dont la conscience n’avait d’égale que le mérite. A fait de son groupe une unité tactique de premier ordre et a su l’employer dans les circonstances les plus difficiles, avec une habileté remarquable. Tué glorieusement d’une balle à la tête, le 11 juillet 1917, en réglant lui-même, des tranchées de première ligne, dans un poste particulièrement exposé, les tirs de ses batteries. »


---------------
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Soldats de la Grande Guerre

  École polytechnique — Promotion 1890.