FORUM pages 14-18
  Soldats de la Grande Guerre

  Frontenay sur Dive 14-18

 

16 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14
Page Précédente
Auteur Sujet :

Frontenay sur Dive 14-18

n°56878
regis 79
Posté le 15-07-2014 à 18:00:05  profilanswer
 

bonjour à tous,
amoureux de mon pays natal, Frontenay sur Dive dans la Vienne, j'ai entrepris de visiter depuis 10 ans environ les lieux de sépulture  
et de combats des enfants de ce petit village, associé depuis 1971 à la commune voisine de St Jean de Sauves.
 
j'ai entrepris aussi, avec l'aide de quelques anciens, de l'état-civil local, des registres matricules des AD 86 et 79, du site Mémoire des Hommes, un recensement  
quasi-exhaustif des jeunes nés à Frontenay sur Dive et/ou y habitant au recensement de 1911. Ils sont partis à la guerre à compter du 2 août 1914 et ce, jusqu'à la fin 1918.
 
je vous propose au jour le jour durant ces 4 années à venir, dans la mesure de mes connaissances et de mes disponibilités,  
de suivre les dates tristement événementielles de ces jeunes concitoyens.
 
Rendez-vous donc début août prochain.....

n°57170
Ludovic 86
Posté le 28-07-2014 à 20:56:26  profilanswer
 

Bonjour,
 
Le rendez-vous est pris pour découvrir les évènements de la Première Guerre Mondiale à Frontenay-Sur-Dive.

n°57275
regis 79
Posté le 01-08-2014 à 15:51:46  profilanswer
 

Nous sommes donc début août et je vais essayer de vous faire suivre les dates marquantes et bien sûr retenues dans les documents d’archives.
N’hésitez pas à corriger des erreurs, à préciser des faits, à me présenter des documents ou photographies et à alimenter au travers de ce forum, par vos connaissances ou anecdotes, le parcours de vos anciens partis à cette guerre 14-18.

n°57276
regis 79
Posté le 01-08-2014 à 16:00:29  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour ……
A 16h00, la France vient de décréter la mobilisation générale, fait sans précédent dans l’histoire du pays.
Officiellement personne ne veut la guerre, mais pratiquement personne ne cherche à l’éviter. La guerre n’est pas encore déclarée,  
mais des soldats sous les drapeaux ont déjà été pré-mobilisés fin juillet, en cas d’attaque surprise de l’Allemagne.
Les affiches comme celle-ci-dessous vont être placardées sur tout le territoire.
Les petits gars de Frontenay sur Dive seront bien sûrs concernés……dès le lendemain.....
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/13426/mobilisationgenerale.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/13426/mobilisationgenerale.jpg

n°57315
regis 79
Posté le 02-08-2014 à 09:14:46  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 02 août 1914……
Dans ce petit village de la Vienne fort de 544 habitants au dernier recensement en 1911, ils sont 21 jeunes gens, nés à Frontenay sur Dive et/ou y vivant,  
à entrer en campagne contre l’Allemagne ce jour-là, même si la guerre n’est pas encore déclarée.
16 sont déjà sous les drapeaux, affectés spéciaux aux Chemins de fer ou gendarme.
- Amauger Joseph, Barreau Maxime, Bironneau Eugène, Bironneau Hyacinthe, Couillebault Joseph, Delille Samuel, Drouet Narcisse, Legué Eugène,  
Marsault Daniel, Proust Lucien, Sergent Maurice, Tascher Maurice, Thiollet Joseph, Thomas Moïse, Tiffeneau Léonel et Valançon Germain.
 
5 répondent à l’ordre de mobilisation générale en ce 02 août 1914 :
- Deméocq Auguste, Depoys Joseph, Thomas Pierre, Vinais Eugène et Vitet Joseph.
 
Seuls les 3 premiers habitent encore la commune, dont mon grand-père Joseph Depoys.  
Celui-ci racontera plus tard à un membre de la famille avoir regardé une dernière fois sa maison natale, pensant ne jamais la revoir.  
Il prend le train à la petite gare de Frontenay pour rejoindre le 25 ème régiment de Dragons à Angers.
Auguste Deméocq et Joseph Vitet rejoignent aussi leur corps.
Pierre Thomas et Eugène Vinais sont employés à la réquisition.
 
Il me manque la situation des 5 qui ont été recensés en Indre et Loire, pour lesquels les documents ne sont pas encore disponibles en ligne et  
ceux dont je n’ai pas trouvé trace de leur décès avant 1914 ou de leur présence à ce conflit au nombre de 10 environ.
De la petite gare de Frontenay, vous trouverez ci-dessous une photographie d'époque et une autre prise en 2006.

n°57317
regis 79
Posté le 02-08-2014 à 09:31:21  profilanswer
 

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/13426/laGareFRONTENAYSURDIVEVienne.jpghttp://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/13426/garedeFrontenayen200621.jpg

n°57340
regis 79
Posté le 03-08-2014 à 10:43:52  profilanswer
 

Je me suis rendu dans ce petit village hier 2 août pour commémorer à ma façon le départ de mon grand-père à la guerre.
En voici une photo.
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/13426/P1090629.jpg

n°57342
regis 79
Posté le 03-08-2014 à 11:07:44  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 03 août 1914……
Ils sont 17 jeunes gens nés à Frontenay sur Dive et/ou y habitant suivant le recensement de 1911 à entrer en campagne contre l’Allemagne ce jour-là.
1 seul est déjà sous les drapeaux : Dutour Auguste.
 
16 répondent à l’ordre de mobilisation générale en ce 03 août 1914 :
- Achard Roger, Bironneau Hubert, Corval Damien, Couillebault Isaïe, Duplessis Victor, Guillot Auguste, Marsault Isidore, Négrault Omer, Sergent Octave,  
Taupin Joseph, Thiollet Samuel, Thiollet Onésime et Thiollet Frédéric qui rejoignent leur corps,
- Dupuy Victor, Guillon Gustave et Laillault Louis qui sont employés à la réquisition.
Seuls 4 n’habitent plus la commune :
- Achard Roger, Corval Damien, Duplessis Victor et Thiollet Samuel.  
Deux d'entre eux habitent loin, les deux autres dans les communes voisines (Corval Damien, Duplessis Victor).

n°57368
regis 79
Posté le 04-08-2014 à 08:45:59  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 04 août 1914……
Ils sont 12 jeunes gens nés à Frontenay sur Dive et/ou y habitant suivant le recensement de 1911 à entrer en campagne contre l’Allemagne ce jour-là :
- Auriau Fernand, Bontemps Théodore, Deméocq Clovis, Gornard Moïse, Jaulin Narcisse, Richard Auguste, et Terriot Eugène qui rejoignent leur corps,
- Barry Auguste, Huctin Pierre, Rolland Pierre, Thouveneau Ismaël et Tiffeneau Alcide qui sont employés à la réquisition.
Seuls 3 n’habitent plus la commune :  
- Barry Auguste, Gornard Moïse, Huctin Pierre.
 
C’est aussi la fin des réquisitions pour 2 d’entre eux :
- Thomas Emile et Vinais Eugène.

n°57387
regis 79
Posté le 04-08-2014 à 17:12:15  profilanswer
 

En complément des jours passés, pour être précis, à noter également :
Le 2 août 2014 :  
- Moulière Marcel qui entre en campagne contre l’Allemagne et qui est déjà sous les drapeaux,
Le 3 août 1914 :  
- Courlivant Lucien, Tiffeneau Joseph et Valançon Aurélien qui répondent à l’ordre de mobilisation et rejoignent leur corps,
- Ravion Théodore qui répond à l’ordre de mobilisation et est employé à la réquisition
Le 4 août 2014 :
- Amauger Alcide et Tiffeneau Léon Alcide qui répondent à l’ordre de mobilisation et sont employés à la réquisition.

n°57431
regis 79
Posté le 05-08-2014 à 15:04:58  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 05 août 1914……
 
Il n’y a aucune personne née à Frontenay sur Dive et/ou y habitant suivant le recensement de 1911 à entrer en campagne contre l’Allemagne ce jour-là.
 
Ce jour marque la fin de leur emploi aux réquisitions pour 3 personnes habitant  ou ayant habité récemment la commune :
- Dupuis Victor (né en 1879 et père de 6 enfants en 1914)  
- Laillault Louis Désiré (né en 1871 et père de 8 enfants en 1914)
- Ravion Théodore (né en 1879)
 
L’Allemagne a déclaré la guerre à la France le 3 août 2014. Au 5 août, ils sont donc entre 50 et 60 personnes originaires de Frontenay sur Dive ou y habitant à être en campagne contre l’Allemagne. Ce n’est pas fini, 30 autres environ vont suivre dans les prochains jours.

n°57478
regis 79
Posté le 06-08-2014 à 11:30:18  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 06 août 1914……
Les classes 1911 à 1914 sont déjà sous les drapeaux, les classes 1900 à 1910 ont été mobilisées en premier, vient maintenant le tour des classes 1890 à 1900 à être appelées en majorité dans les régiments territoriaux. Ces hommes sont considérés comme trop âgés et plus assez entraînés pour intégrer un régiment de première ligne d’active ou de réserve, ce qui ne sera pas toujours le cas. Ceux de Frontenay sont dirigés notamment vers le 69 ème RIT (Régiment d’Infanterie Territoriale).
15 personnes nées à Frontenay sur Dive et/ou y habitant suivant le recensement de 1911 entrent en campagne contre l’Allemagne ce jour-là :
- Aubert Auguste, Baudet Delphin, Couillebault Alexis, Couillebault Eugène, Couillebault Ernest, Delavault Ernest, Goubault Ludovic, Jaulin Albert, Marsault Damien, Moulien Elie, Moyse Isidore, Penot Gustave, Ridouard Joseph, Thomas Alexis, Thomas léopold.
- Parmi eux, 1 sera tué au combat, 2 reviendront au pays définitivement en 1917 et les autres seulement au premier semestre 1919.
5 en terminent avec les réquisitions :
- Amauger Alcide, Barry Auguste, Huctin Pierre, Rolland Eugène, Tiffeneau Alcide, tous nés en 1869 ou 1870.
- Ils n’en ont pas fini pour autant, ils seront rappelés début 1915 pour 2 ans environ.

n°57520
regis 79
Posté le 07-08-2014 à 09:56:25  profilanswer
 


Il y a cent ans, jour pour jour, le 07 août 1914……
8 nouvelles  personnes nées à Frontenay sur Dive et/ou y habitant suivant le recensement de 1911 rejoignent leur corps ce jour-là :
- Corval Constant, Deboeuf Gabriel, Goubault Clodomir, Mittault Alfred, Prinet Victor, Rolland Hyacinthe, Thomas Ernest, Valançon Daniel, tous nés entre 1874 et 1879
- Tous rejoignent dans un premier temps le 69 ème RIT à Châtellerault
- Ils ne reviendront définitivement au pays qu’au début de l’année 1919.
1 en termine avec les réquisitions :
- Thouveneau Ismaël, né en 1872
- Après un court répit, il sera rappelé de 1915 à 1919.

n°57555
regis 79
Posté le 08-08-2014 à 10:58:16  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 08 août 1914……
- Pas de départ ce jour de personnes nées à Frontenay sur Dive et/ou y habitant suivant le recensement de 1911 vers une quelconque caserne
1 seule personne en termine avec les réquisitions :
- Guillon Gustave, né en 1871
- Après un court répit, il sera rappelé de février 1915 à mai 1915

n°57556
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 08-08-2014 à 11:18:21  profilanswer
 

Bonjour,
 

Citation :

en termine avec les réquisitions :


 
Pouvez-vous préciser ce que vous entendez par ce terme de "réquisitions" ?
 
Merci.
 
Bien à vous,
 
 [:achache:1]


---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°57583
Ludovic 86
Posté le 08-08-2014 à 20:15:43  profilanswer
 

Achache a écrit :

Bonjour,
 

Citation :

en termine avec les réquisitions :


 
Pouvez-vous préciser ce que vous entendez par ce terme de "réquisitions" ?
 
 [:achache:1]

Bonjour,
 
Même question que Achache.
 
J'ajoute: sait-on qui donnait les ordres, les listes de matériel à réquisitionner, les listes des réquisitionnés?
 
Merci pour cet intéressant travail.

n°57584
Ludovic 86
Posté le 08-08-2014 à 20:32:40  profilanswer
 

regis 79 a écrit :

Je me suis rendu dans ce petit village hier 2 août pour commémorer à ma façon le départ de mon grand-père à la guerre.
En voici une photo.
http://images.mesdiscussions.net/p [...] 090629.jpg

Bien vu.
Jusqu'au 15 octobre 1958, Frontenay-Sur-Dive s'appelait simplement Frontenay.

 


Source: http://www.insee.fr/fr/methodes/no [...] =00&mod=MA

Message cité 1 fois
Message édité par Ludovic 86 le 08-08-2014 à 20:33:04
n°57588
regis 79
Posté le 08-08-2014 à 23:12:47  profilanswer
 

Achache a écrit :

Bonjour,
 

Citation :

en termine avec les réquisitions :


 
Pouvez-vous préciser ce que vous entendez par ce terme de "réquisitions" ?
 
Merci.
 
Bien à vous,
 
 [:achache:1]


 
bonjour,  
je ne suis pas historien professionnel, mais il s'agit essentiellement de la réquisition des chevaux et autres voitures hippomobiles, du fourrage, de bêtes de viande, etc...
la mobilisation générale étant sans précédent, il faut mettre en place toute une logistique pour satisfaire aux besoins de cette immense armée.
je suppose que les besoins sont préétablis, car si on rallonge la durée du service militaire en 1912 ou 1913, ce n'est pas par hasard.
j'ai compté dans ce petit village de Frontenay 8 personnes y habitant début août 1914 et employées aux réquisitions pendant 2 à 5 jours, sous les ordres du maire, comme c'est l'habitude en pareille circonstance.
si un ami du forum peut confirmer mes dires....
cordialement.

n°57589
regis 79
Posté le 08-08-2014 à 23:28:26  profilanswer
 

Ludovic 86 a écrit :

Bien vu.
Jusqu'au 15 octobre 1958, Frontenay-Sur-Dive s'appelait simplement Frontenay.
 
 
Source: http://www.insee.fr/fr/methodes/no [...] =00&mod=MA


 
Bonjour Ludovic 86,
Frontenay devient officiellement Frontenay-sur-Dive à cette date-là.
Si ma mémoire est bonne, ce sont les les autorités ferroviaires qui ont demandé un ajout pour distinguer cette localité des autres Frontenay qui ne sont pas nombreux d'ailleurs, mais je ne sais pas en quelle année.
Par contre les autorités locales ont pris les devants, car étant né avant 1958, il est bien noté sur mon acte de naissance que je suis né à Frontenay-sur-Dive!

n°57591
regis 79
Posté le 08-08-2014 à 23:33:42  profilanswer
 

Ce qu’il faut savoir :
Le service militaire obligatoire a été institué par le député Jourdan en 1798 (5 ans à l’époque).
Le tirage au sort limite ensuite le nombre de conscrits à aller réellement sous les drapeaux et la durée du service militaire n’arrête pas de varier au 19 ème siècle.
En 1905, le tirage au sort est supprimé et le service militaire passe à 2 ans.
En 1912, Barthou, Président du Conseil, fait passer le service militaire à 3 ans.
Ce qui explique que nous ayons beaucoup de soldats sous les drapeaux dès le début de la guerre 14-18 (17 nés à Frontenay et/ou y habitant en 1911).  
 
Voici aussi un petit tableau, comportant une erreur d’ailleurs, qui permet de voir les classes appelées (classe 1887 = personne née en 1867, donc 47 ans en 1914 !) et leur répartition dans les différentes armées.  
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/13426/ClassesMobilisees.jpg

n°57592
Ludovic 86
Posté le 08-08-2014 à 23:45:49  profilanswer
 
n°57595
Achache
Cimetière militaire de V D
Posté le 09-08-2014 à 07:41:56  profilanswer
 

Bonjour,
 
Merci pour votre réponse :
 

Citation :

j'ai compté dans ce petit village de Frontenay 8 personnes y habitant début août 1914 et employées aux réquisitions pendant 2 à 5 jours


 
C'est uniquement cela que je souhaitais voir précisé.
 
Bien à vous,
 
 [:achache:1]


---------------
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?/Un funèbre charnier, hanté par des fantômes./Tes doux sylvains ont fui, cédant la place aux hommes
Qui sèment autour d'eux la douleur et l'effroi. M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915
n°57605
regis 79
Posté le 09-08-2014 à 12:46:16  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 09 août 1914……
La France est en mobilisation générale depuis une semaine.  
A Frontenay, il n’y a aucune personne nouvelle à rejoindre son corps, ni aucune personne nouvelle mobilisée pour les réquisitions qui sont apparemment  terminées pour le moment puisqu’aucun habitant n’est mentionné spécifiquement pour cela par la suite.
La mobilisation continuera, elle, durant les jours qui suivront…

n°57623
regis 79
Posté le 10-08-2014 à 08:08:06  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 10 août 1914……
1 nouvelle  personne née à Frontenay sur Dive rejoint son corps ce jour-là :
- Savattier Samuel, de la classe 1903, rejoint son corps d’affectation, le 32 ème RI à Châtellerault, alors qu’il habite Montreuil sur Mer dans le Pas de Calais !

n°57626
regis 79
Posté le 10-08-2014 à 09:03:09  profilanswer
 

Le saviez-vous ?
Le Journal de la Vienne, dans ses différentes éditions, rapporte:
- Que le Luxembourg est envahi le 2 août tôt le matin par les Allemands, violant sa neutralité,
- Qu’un poste frontière français est attaqué par les Allemands dans le Doubs ce même 2 août, alors que la guerre n’est pas encore déclarée,
- dans l’édition du 6 août, qu’un antimilitariste, qui menace des officiers dans un mess et en blesse un, est traduit devant la cour martiale, condamné et immédiatement fusillé….
- Que les Allemands violent  le 4 août la neutralité de la Belgique qui entend bien résister,
- dans l’édition du 7 août, que des Alsaciens qui tentent de rejoindre la France sont fusillés à Mulhouse,
- ce même jour, qu’un maire d’une commune alsacienne et le curé d’une autre ont été fusillés pour avoir fourni des renseignements à la France,
- le 8 août, que des officiers péruviens en stage dans l’armée française vont, à la demande de leur gouvernement, faire campagne avec le régiment où ils sont affectés,
- le 9 août, que la Belgique résiste bien plus qu’on ne peut l’imaginer,
- ce même jour, qu’un homme de St Varent (79) s’est suicidé, ne se voyant pas partir à la guerre à 47 ans…..son suicide est qualifié de lamentable…
Ce journal, comme les autres d’ailleurs, ne parlent pas des pertes de soldats français dans les différents combats et escarmouches, sûrement pour ne pas démoraliser la population. Il s’attarde sur les exactions des Allemands qui ne font que commencer. Les trois prochains mois vont être terribles…..
Les petits jeunes de Frontenay n’y échapperont pas….

n°57688
regis 79
Posté le 11-08-2014 à 15:34:28  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 11 août 1914……
5 nouvelles  personnes nées à Frontenay sur Dive et/ou y ayant habité dans les dernières années rejoignent leur corps ce jour-là :
Cassegrin Jules, Couillebault Lionel, Marsault Hubert et Thiollet Adalbert qui se dirigent sur Châtellerault aux 32 ème et 232ème RI, Marsault Octave qui, lui, rejoint le 49 ème RA à Poitiers.
De ces 5 personnes, 3 ne verront pas le mois de décembre 1914…..
Si plusieurs personnes d’une même famille sont parties à la guerre, il est à noter le départ :
- de 3 enfants de Louis Couillebault et Marie Marsault (Alexis, Ernest et Isaïe),  
- de 3 enfants de Pierre Drouet et Marie Maupetit (Henri, Joseph et Philibert),  
- de 4 enfants de Pierre Marsaut et Octavie Valançon (Damien, Octave, Hubert et Daniel)
- de 4 enfants de Pierre Thiollet et Marie Depoys (Samuel, Onésime, Frédérie et Joseph).
Ce n’est malheureusement que le début, d’autres familles subiront le même sort dans les mois qui viennent, quand ce n’est pas le père lui-même qui est appelé ou un autre frère trop jeune pour partir en ce mois d’août 1914.

n°57713
regis 79
Posté le 12-08-2014 à 10:07:40  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 12 août 1914……
Dhérisson Hubert rejoint le 32 ème RI à Châtellerault.
 
Justement, les premiers éléments du 32 ème RI ont quitté Châtellerault pour la Lorraine depuis le 5 août. Ce régiment perdra 1900 hommes dans les trois mois qui vont suivre. 2 Frontenaisiens en feront hélas partie.

n°57783
regis 79
Posté le 13-08-2014 à 23:53:52  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 13 août 1914……
Il n’y a pas de soldats de Frontenay à rejoindre son corps ce jour-là. Il n’y en aura pas avant le 22 août suivant.
Pour mémoire, ils sont au moins 85 nés à Frontenay et/ou y habitant en 1911 à avoir répondu à l’appel de la mobilisation, dont 58 habitent encore la commune en 1914 qui compte environ 550 habitants. Une dizaine est rentrée après avoir participé aux réquisitions.
Si beaucoup ont rejoint le régiment local, le 32 ème RI à Châtellerault, quelques uns sont affectés au 113ème RI à Blois. Ce régiment de 3300 hommes part le 5 août en train en 3 départs échelonnés dans la journée et se dirige vers le département de la Meuse. Après quelques reconnaissances locales, il reçoit l’ordre de se diriger vers Signeulx en Belgique le 21 août où on signale des cavaliers ennemis…….

n°57790
regis 79
Posté le 14-08-2014 à 10:15:30  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 14 août 1914……
Jules Cassegrin et Victor Duplessis sont donc partis avec le 32 ème RI de Châtellerault vers la Lorraine depuis le 5 août, rejoint ensuite par Adalbert Thiollet. Damien Corval et Lucien Proust sont partis avec le 113 ème de Blois vers la Meuse puis la frontière belge.
Le 232 ème RI de Châtellerault, fort de 2173 hommes, part le 13 août vers la gare stratégique de Bricon, près de Chaumont dans la Haute Marne. Le 14 août, il reçoit l’ordre de se diriger sur Nancy (54). Théodore Bontemps, Lionel Couillebault et Narcisse Jaulin font partie du convoi. Signalement de troupes ennemies, reconnaissances, accrochages, bombardements allemands et escarmouches sont le lot quotidien du régiment dans cette région en août et septembre 1914. Paradoxalement, le journal de manœuvres et d’opérations (JMO) du régiment signale peu de pertes humaines durant cette période. Ce ne sera plus le cas en octobre……

n°57815
regis 79
Posté le 15-08-2014 à 07:33:47  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 15 août 1914……
La 6ème batterie du 30 ème régiment d’artillerie de campagne est prête à partir le 5 août au soir. Elle quitte Orléans à 23h30 pour rejoindre le département de la Meuse. Isaïe Couillebault fait partie du convoi. Reconnaissances et repérages sont les principales activités jusqu’au 21 août où la batterie reçoit l’ordre de se diriger vers Signeulx en Belgique juste après la frontière, là où se trouve déjà le 113 ème RI……
En théorie, la composition moyenne d'une batterie d’artillerie de 75 est de:  
4 Officiers, 27 sous-officiers dont un maréchal ferrand, 148 hommes de troupe et 215 chevaux.  
Ce 15 août 1914, la compagnie perd un de ses chevaux. 3 autres sont déjà blessés. Un des 6 chevaux de réserve le remplacera....

n°57852
regis 79
Posté le 16-08-2014 à 20:01:58  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 16 août 1914……
Les 5 ème et 6 ème escadrons du 25 ème Régiment de Dragons est sur le départ. Avec 150 cavaliers et 152 chevaux chacun, ils quittent Angers ce 16 août 1914 pour la gare de Bricon (toujours la même dans la Marne). Ils y arrivent le 17 et reçoivent l’ordre de se diriger sur Pont St Vincent (près de Nancy) qu’ils atteignent le soir-même.
Bien qu’arrivé dès le 2 août à Angers, mon grand-père Joseph Depoys est de ceux-là, puisque, dans un courrier adressé à la famille, il annonce faire partie du 6ème escadron du 25ème RD.
Fusillades et escarmouches avec les ulhans arrivent dès le 19 août, les premières pertes humaines aussi…

n°57889
regis 79
Posté le 17-08-2014 à 20:12:32  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 17 août 1914……
Aucun fait marquant pour les soldats frontenaisiens en ce 17 août 1914. Ils ont quand même quitté leur pays natal et pour certains déjà essuyé le feu, passé des nuits dehors, etc…
Un fait marquant relevé tout de même ce jour-là: par endroit, l’ennemi se montre mais n’attaque pas, il se dérobe, il se replie même sous les effets de l’artillerie de campagne…
« La guerre sera courte, on part à la moisson, on sera revenu pour les vendanges ».
Tout le monde va déchanter, de l’Etat-Major au soldat de base….
 
 

n°57903
regis 79
Posté le 18-08-2014 à 09:50:19  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 18 août 1914……
Basé à St Nicolas du Port (54), le 4 ème bataillon de chasseurs à pied, fort de 33 officiers, de  1660 hommes environ et de 140 chevaux, part le 6 août de sa garnison. Sa mission est de surveiller les passages sur la Seille, affluent de la Moselle. Maurice Tascher, habitant Villiers de Frontenay, né en 1891 et cultivateur, avant de devenir marchand de bestiaux, fait partie du convoi terrestre. Un premier accrochage a lieu dès le 7 août, d’autres suivent faisant plusieurs pertes humaines.
Ce 18 août 1914, le JMO indique : « effectif : officiers 32, troupes 1598, rien à signaler ». Ce ne sera plus le cas à la bataille de Morhange (57) du 20 août qui va laisser des traces. Le 21 au matin, le 4ème bataillon de chasseurs à pieds ne compte plus que 14 officiers et 865 soldats….Maurice Tascher, dont le petit-fils habite toujours Villiers de Frontenay, est de ceux-là.

n°57941
regis 79
Posté le 19-08-2014 à 11:19:20  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 19 août 1914……  
Dans le Journal de la Vienne du 19 août 1914, il est constaté, en Haute Alsace, l’infériorité de l’artillerie allemande : pointage défectueux, obus qui n’éclatent pas. Par contre l’artillerie française semble très efficace. Un seul projectile de 75 fait 16 morts dans une tranchée, près de Mulhouse.
Ce même jour, le journal précise les modalités de correspondance entre les soldats et leurs familles : les cartes postales ouvertes expédiées de la zone des armées et ne contenant aucune indication d’origine, de localité, de mouvement passé ou futur des troupes et donnant simplement des nouvelles personnelles du signataire ou d’autres militaires seront transmises sans délai. Il en sera de même pour les cartes venant des familles et ne contenant que des données personnelles. Les lettres fermées ou contenant d’autres indications pourront subir du retard…

n°57955
regis 79
Posté le 20-08-2014 à 09:00:40  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 20 août 1914……
Le 30 juillet 1914 au soir, le 146 ème RI basé à Toul reçoit l’ordre de rejoindre sa zone de couverture, alors que la guerre n’est pas encore déclarée. Les réservistes ont été rappelés 3 jours plus tôt. Le 31 juillet à 4 heures, 35 officiers et environ 2000 hommes dont Narcisse Drouet, déjà sous les drapeaux, né à Frontenay en 1891, partent pour Haraucourt (54). Ils  apprennent la déclaration de guerre 2 jours plus tard. Quelques escarmouches, l’ennemi qui se dérobe, quelques villages repris, du matériel abandonné par les Allemands, tout semble aller bien.
Mais le 20 août 1914, l’artillerie allemande bombarde Chicourt, le lieu de cantonnement du 146 ème RI et là, elle est efficace. L’ennemi a feint une retraite et inflige de lourdes pertes : 1250 hommes sont hors de combat. Narcisse Drouet n’en fait pas partie. Il sera de la contre-offensive qui va suivre dans les prochains jours.
Le 20 août 1914 aussi, Le 6ème escadron du 25 è Régiment de Dragons, l’escadron de mon grand-père Joseph Depoys, se porte sur Nomény qui vient d’être bombardé et incendié, afin de couvrir la retraite du 325 ème de ligne.
Ce même jour, Jules Bironneau, né à Frontenay en 1869 et employé aux chemins de fer, près de Notre Dame d’Alençon (49), est affecté à la 9ème section des chemins de fers (de l’Etat), section destinée à construire, réparer et exploiter les lignes militaires afin d’organiser le transport des troupes.

n°57973
regis 79
Posté le 21-08-2014 à 06:10:13  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 21 août 1914……
Ce jour, 21 août 1914, des troupes allemandes sont signalées juste après la frontière, en Belgique, à Ethe, Signeulx, Baranzy entre autres. L’ordre est d’attaquer partout où l’ennemi sera présent…..
Dans ce mois d’août 1914, Guillaume II écrit à François-Joseph :
«……… mon âme se déchire, mais il faut tout mettre à feu et à sang, égorger hommes, femmes, enfants et vieillards, ne laisser debout ni un arbre ni une maison.
Avec ces procédés de terreur, les seuls capables de frapper un peuple aussi dégénéré que le peuple français, la guerre finira avant deux mois, tandis que si j’ai des égards humanitaires, elle peut se prolonger pendant des années.
Malgré toute ma répugnance, j’ai donc dû choisir le premier système. »
Le ton est donné, mais les soldats français du 113 ème ne le savent pas encore. Les prochains jours vont être un ENFER….comme c’est déjà le cas sur d’autres champs de bataille que les soldats belges connaissent depuis 3 semaines.
Août et septembre feront environ le sixième des pertes totales de toute la guerre 14-18 !

n°57985
POUDRIERE
Posté le 21-08-2014 à 12:20:04  profilanswer
 

Bonjour
 
Ainsi donc le délicat Guillaume pouvait éprouver de la répugnance.
Et il avait même une âme qui pouvait se déchirer ! Le pauvre. Et on ne lui a même pas envoyé une section psychologique ? Comme quoi personne n'est jamais tout bon ou tout mauvais.
Quand je constate que sur le forum, de-ci, de-là, il arrive que certains ne comprennent pas pourquoi nos politiques et états-majors ont envoyé tant d'hommes à la boucherie pour servir de chair à canon...
 
Merci regis 79 d'avoir posté ce texte effarant. Une référence peut-être pour le consolider ?
 
Amicalement.


Message édité par POUDRIERE le 21-08-2014 à 19:31:47

---------------
Patrick Fournié
n°58010
regis 79
Posté le 22-08-2014 à 08:17:12  profilanswer
 

Bonjour Patrick,
Je tiens ce texte d'un ami internaute, lequel fait référence au livre d'Hubert Fillay, soldat du 113 ème RI.  
Ce dernier, écrivain, a participé à la bataille de Signeulx qui a eu lieu il y a 100 ans jour pour jour aujourd'hui. Je ne connais pas la référence d'Hubert Fillay, mais son livre "22 août 1914, le 113 ème à Signeulx en Belgique" est disponible à la bibliothèque de Blois, lieu de la garnison du 113 ème RI.  
J'ai lu ce livre qui commence par cette lettre du Kaiser.
Je suis en ce moment-même à Signeulx et j'ai assisté hier soir à une conférence locale sur le sujet.  
Cordialement.
Régis 79

n°58011
regis 79
Posté le 22-08-2014 à 08:26:02  profilanswer
 

Il y a cent ans, jour pour jour, le 22 août 1914……  
Ce matin donc, l’ordre est d’attaquer. A Signeulx, le 113 ème RI de Blois est de la partie. Par un épais brouillard, les troupes françaises avancent à découvert. Les Allemands, nombreux et bien protégés, les mitraillent. Malgré deux assauts, les efforts s’avèrent inutiles. 1200 du régiment sont hors de combats, dont 800 environ sont tués ou disparus. Dans une compagnie, même les comptables des opérations ont disparu, on est incapable de faire le point des victimes. Parmi ces gens, deux petits gars de Frontenay : Damien Corval est tué et Lucien Proust est déclaré disparu, probablement prisonnier selon un témoignage, mais on ne le reverra jamais. 3 autres de St Jean de Sauves perdent la vie au même endroit ce même jour. Mon futur grand-oncle, Daniel Marsault, né à Frontenay en 1891, échappe au massacre.  
Avec tous les autres combats de cette journée dite de la Bataille des Frontières, ce 22 août 1914 est le plus sanglant de toute l’histoire de l’Armée Française : 27 000 (vingt-sept mille) morts sont à déplorer, sans compter les pertes civiles.
Je vous propose avec le lien suivant de découvrir ce que fut cette dramatique journée sur le lieu de bataille du 113 ème RI.
 
http://www.tvlux.be/video/un-jour- [...] 16566.html
 
Ce jour-là aussi, Hubert Elie Métayer, né et habitant à Frontenay , rejoint le 33 ème RA à Poitiers.

n°58044
regis 79
Posté le 22-08-2014 à 23:32:31  profilanswer
 

en ce centième anniversaire du 22 août 1914, nous sommes allés rendre hommage à ces 2 combattants sur leur lieu de disparition à Signeulx et leur lieu de dernier repos à Gorcy (sûr pour Damien Corval, supposé pour Lucien Proust).
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/13426/P11006091.jpg
 
http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/13426/P1100566.jpg
 

 Page :   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM pages 14-18
  Soldats de la Grande Guerre

  Frontenay sur Dive 14-18